Artois Presses Universite

  • En littérature comme au cinéma, la fantasy accorde une place de choix aux enfants, qu'il s'agisse de les mettre en scène au Pays des Merveilles, dans un univers parallèle ou tout autre école de sorcellerie, ou de montrer comment l'on grandit quand le monde est peuplé de dragons. Les personnages d'enfants, garçons et filles d'apparence ordinaire mais recelant d'impressionnants pouvoirs, apparaissent comme des héros privilégiés, vivant de grandes aventures magiques, mais où il est fréquemment question de transition vers l'adolescence ou l'âge adulte : l'enfance en fantasy ne serait-elle qu'un point de départ qu'il faut quitter ? Quels sont les thèmes spécifiques liés au monde de l'enfance, quand celui-ci est empreint de magie ?
    D'ailleurs, peut-on considérer qu'il existe une fantasy pour la jeunesse distincte de la fantasy pour adulte ? Si l'enfance en fantasy est aussi variée que dans la réalité, peut-on véritablement définir ce qu'implique de grandir en fantasy ? À travers des études de grands classiques du genre, de corpus thématiques internationaux ou de la question de la réception de ces oeuvres en bibliothèque, ce numéro des Cahiers Robinson étudie la place de l'enfance en fantasy.

  • Ce numéro porte sur un des auteurs pour la jeunesse les plus lus aussi bien à l'école que dans le domaine privé. Le succès des livres de Roald Dahl tient en grande partie à l'efficacité d'un imaginaire à la fois singulier et riche de résonances universelles, qui mêle habilement les registres, oscillant toujours entre l'humour et la cruauté, entre le réel et le surnaturel, entre la morale et la dérision. C'est le travail de cet imaginaire, si reconnaissable et si séduisant par ses ambiguïtés, que l'on se propose ici d'interroger. Il s'agit d'en explorer les origines, l'élaboration et le fonctionnement, selon des perspectives historiques, génériques et thématiques. On s'intéresse également à ses transpositions au cinéma par de grands réalisateurs. En s'appuyant à la fois sur les oeuvres pour adultes et sur les oeuvres pour la jeunesse on explore les diverses formes d'intertextualité, les stratégies développées en fonction des publics et des médias, ainsi que la question des genres et des registres. Enfin, on met l'accent sur des données biographiques qui trouvent des échos insistants tout au long de cette riche production.

  • Si la Bible relève à la fois du sacré religieux et du patrimoine littéraire, il convient de s'interroger sur sa place à l'école, plus précisément dans la littérature d'enfance et de jeunesse, à l'heure des débats sur la laïcité. L'approche translittéraire et transculturelle privilégiée dans ce numéro consiste à étudier et à éclairer les corpus destinés à l'enfance en prenant en compte la complexité de la question de la réception (par l'auteur, le jeune lecteur ou le lecteur expert) et la multiplicité des enjeux dont les équilibres divergent selon la périodisation historique : les aspects pédagogiques et moraux prégnants jusque dans la première moitié du XX e siècle cèdent la place à de véritables créations esthétiques et culturelles dans l'ère contemporaine qui ne se départit pas pour autant de questions à portée philosophique ou spirituelle. En ce sens, si la littérature permet à la Bible d'être considérée comme un texte patrimonial, elle en offre également une approche originale, souvent désacralisante, qui pourrait inviter le jeune lectorat à porter un regard plus distancié sur les textes sources à double emploi, sacrés et patrimoniaux, dans un objectif de tolérance.

    Sur commande
  • Hector Malot fut le premier romancier véritablement « naturaliste » avant de se tourner vers une littérature plus facile mais fortement engagée, notamment en faveur de la République et de l'école laïque. C'est cet engagement qui est étudié ici, dans l'oeuvre mais aussi dans la vie familiale. Des documents inédits témoignent notamment de cette instruction à la maison.
    Ce numéro présente plusieurs inédits, des cahiers de grammaire et d'histoire rédigés par l'auteur à l'intention de sa fille, ainsi que des textes inattendus du poète oulipien Jean Queval, qui avait déjà perçu cette dimension d'un écrivain adepte entre autres de la « leçon de choses ».

    Sur commande
  • L'enjeu de ce numéro est de réfléchir à la manière dont les ouvrages pour la jeunesse participent ou non à la construction d'une entité culturelle associée ou à certaines de ses représentations.
    Il n'y a sans doute pas une littérature réellement européenne, mais plutôt des littératures nationales qui échangent et communiquent de manières diverses. Quelques exemples de ces échanges sont ici analysés, ainsi que la manière dont certaines fictions décrivent les rencontres entre jeunes Européens, à la fois semblables et étrangers. La littérature de jeunesse met en scène intentionnellement ou non les sociétés européennes et leurs cultures.
    Est-ce en renouvelant les représentations ou en cultivant les stéréotypes ?
    Cette Europe hypothétique est-elle même confrontée à un plus vaste espace mondialisé, dominé par la langue anglaise et par des productions de l'industrie de l'entertainment, du divertissement. Quel rôle y joue la culture européenne ? Il s'agit donc de s'interroger sur les passerelles qui permettent la circulation des formes littéraires et des genres et leur reconfiguration continuelle et différenciée au sein d'un espace multiculturel comme l'Europe.

    Sur commande
  • Le guérisseur, le rebouteux, la sorcière new age, le savant fou, la "princesse de science" ou le généraliste à l'écoute tolérante : autant de figures de "docteurs" peuplant la littérature de jeunesse de leur expertise, de leur puissance salvifique, ou parfois aussi de leur malveillance. Ce sont ces contrastes, ces paradoxes et ces différentes incarnations que le présent Robinson évoque et rappelle, à la lumière de la devise "primum non nocere" du triangle hippocratique.
    Soigner, guérir ou occire... scandent ainsi le trajet de l'énergie vitale, capable de ranimer la santé comme de l'anéantir, parcourant les oeuvres de jeunesse d'un influx venu de Paracelse et d'Erasme ; c'est pourquoi magie et sapience se mêlent dans les présentes contributions, redessinant les traits complexes des médecins de l'âme et du corps.

    Sur commande
empty