Armand Colin

  • Argumenter, c'est tenter d'agir sur son auditoire, lui faire partager ses raisonnements, orienter ses façons de voir et de penser. Comment la parole se dote-t-elle du pouvoir d'influencer son public ? Par quels moyens verbaux s'assure-telle de sa force ? La question de la parole efficace, qui est au coeur de la réflexion depuis la rhétorique antique, a été remise à l'honneur dans les sciences du langage et de la communication, mais aussi dans d'autres champs d'études comme la littérature ou les sciences politiques.
    Dans cet ouvrage devenu un classique, l'auteur offre une synthèse de la question. Elle propose aussi une approche originale dite de l'« argumentation dans le discours », dont elle précise les procédures et les enjeux.
    De Jaurès à Le Pen, des débats sur la guerre à l'interview électorale et au texte fictionnel, l'ouvrage se fonde sur de nombreux exemples destinés à concrétiser le propos.
    Il fournit ce faisant de précieux instruments d'analyse qui permettent de saisir dans leur spécificité les discours politiques, médiatiques et littéraires du passé et du présent.

  • Conçu dès l'origine comme un cours à l'usage des maîtres de tous ordres de l'enseignement, cet ouvrage est resté profondément novateur dans sa démarche. L'orthographe est importante mais elle demeure une des faces de la langue : elle ne peut en être séparée. Il s'agit de changer les mentalités en modifiant la conception élitiste, maximaliste et dogmatique associée à la maîtrise de l'orthographe.
    Après une introduction théorique générale, la première partie de ce cours traite des phonogrammes, c'est-à-dire de la partie prononcée de notre orthographe avec l'association systématique du phonème, de l'archigraphème et des graphèmes correspondants. La seconde partie traite des principaux morphogrammes, des logogrammes et des lettres en marge du système. Chaque chapitre est suivi d'applications et de modèles d'exercices.

  • Ce livre est un aide-mémoire sur le rapport lettre-son dans l'enseignement du français langue étrangère.
    Le débutant apprend souvent à lire et à écrire le français avant d'en maîtriser la phonétique.
    Le futur enseignant trouvera ici l'explication de la prononciation des lettres du français. il pourra enseigner comment éviter tous les pièges de l'orthographe de notre langue.
    La présentation alphabétique (un chapitre par lettre et par combinaison) et le glossaire faciliteront la consultation.

    Pierre léon est docteur ès lettres de paris-iv. il a fondé et dirigé le laboratoire de recherche en phonétique expérimentale de l'université de toronto. il est professeur émérite de l'université de toronto et ancien professeur à l'institut de phonétique de paris.
    Monique léon est docteur en linguistique de l'université de provence et professeur émérite de l'université de toronto. elle a enseigné à l'institut de phonétique de paris.
    Françoise léon enseigne la linguistique appliquée à l'université york à toronto.
    Alain thomas est docteur en linguistique de l'université de toronto et enseigne à l'université de guelf (canada).

  • L'épreuve écrite d'ancien français n'est pas le moindre des obstacles qu'ont à franchir les candidats au Capes de lettres modernes et aux agrégations de lettres modernes et de grammaire. Et la question de sémantique lexicale qu'elle comporte n'est pas la plus aisée à affronter...  Le candidat trouvera enfin ici tous les éléments d'une préparation efficace, réunis en quelque 400 fiches de vocabulaire. Traitant un par un les termes les plus usuels de la littérature médiévale et les plus susceptibles de faire l'objet d'une question aux concours , ces fiches sont structurées suivant le modèle attendu par les jurys (étymologie, sens en ancien français, paradigmes morphologique et sémantique, évolution ultérieure).  Clair et pratique, cet ouvrage a le grand avantage de permettre de construire sa compétence par un travail régulier, pas à pas et fiche par fiche. Et le jeu des renvois internes est une aide décisive pour bien circonscrire les champs notionnels et sémantiques de l'univers littéraire du Moyen Âge français.

  • Le concept d'énonciation fait figure de symbole et de catalyseur de la « mutation » qui caractérise la recherche linguistique aujourd'hui.
    L'auteur tente de définir et de circonscrire ce concept de manière extensive d'abord puis restrictive : l'essentiel de son étude consiste à décrire systématiquement, à partir d'exemples concrets, les traces de l'inscription du sujet parlant dans l'énoncé, c'est-à-dire « la subjectivité dans le langage » (Benveniste), subjectivité en un sens strictement linguistique, mais qui ne cesse de côtoyer et d'interpeller les usages communs de ce terme aussi problématique qu'indispensable.
    Revenant ensuite à une conception plus large et plus diversifiée des phénomènes énonciatifs, l'ouvrage s'achève sur une introduction à la « pragmatique du langage ». Faire de la linguistique, c'est toujours faire « l'anatomie d'un rapport », c'est rendre compte de la façon dont les « sens sont appariés aux sons ». Or, ils le sont par des sujets fort diversement « compétents » : il est temps de réintroduire le sujet parlant dans la formulation de ces règles de correspondance. Telle est en tout cas l'idée centrale que cet ouvrage défend et illustre.

  • Les aphorismes sont-ils la forme d'un nouveau langage ?
    -Une thèse forte et nouvelle sur la manière dont nous utilisons le langage.
    -L'ouvrage participe à des études sur le discours, courant actuellement très porteur dans les lettres et les sciences humaines et sociales.

    -Un aphorisme est une sentence énoncée en peu de mots, une phrase, qui résume un principe ou cherche à caractériser un mot, une situation sous un aspect singulier.
    Ex.: "L'argent ne fait pas le bonheur des pauvres" (Coluche) ou "La guerre, un massacre de gens qui ne se connaissent pas, au profit de gens qui se connaissent mais ne se massacrent pas" (Valéry).

  • Cet ouvrage s'adresse à tous les étudiants en lettres, en FLE et en sciences du langage (licence et master), de même qu'aux enseignants de français. Son ouverture romane éclaire l'histoire et le présent de la langue française.  Pour la première fois un même ouvrage prend en considération l'intégralité des domaines de la langue (phonétique, grammaire et lexique) et les aspects fondamentaux de son étude (synchronie, diachronie, variation, philologie). Sa force majeure réside dans une structuration claire, des exemples variés et une explication didactique des phénomènes langagiers.  L'ouvrage, qui a déjà fait ses preuves auprès de différents publics estudiantins, constitue un soutien précieux dans la préparation des examens et des concours de l'enseignement supérieur (CAPES et Agrégation en lettres classiques, lettres modernes, grammaire). La présente édition est élargie et intégralement remaniée.  MARTIN GLESSGEN, docteur ès lettres et habilité à diriger les recherches, est depuis 2004 secrétaire de la Société de linguistique romane (SLR) et directeur de la Revue de linguistique romane. Auparavant professeur de linguistique française à l'université de Strasbourg, il travaille actuellement en Suisse, à l'université de Zurich.

    Sur commande
empty