Parascolaire

  • Toutes les cités grecques se réclament d'un héros fondateur mythique. Celui de Thèbes se nomme Cadmos.

    La fondation légendaire de Thèbes est la conséquence de l'enlèvement d'Europe par Zeus, jeune princesse phénicienne que le roi des dieux enleva en prenant la forme d'un taureau. Son père envoya à sa recherche ses trois fils, Cadmos, Phénix et Cilix. Ne la retrouvant pas, ils s'établirent en différents lieux de la Grèce. L'aîné, Cadmos, s'installa en Thrace, puis à Rhodes. Après de nombreuses mésaventures, il édifia la ville qui, avant d'être nommée Thèbes, fut appelée Cadmée.

    Les malheurs qui ont nourri le cycle thébain commencent avec Laïos, père d'OEdipe, héritier du trône thébain, en bas âge à la mort de son père. Chassé de la cité à sa majorité, Laïos trouve refuge à la cour de Pélops, roi de Mycènes, qui lui confie son fils Chrysippe, que Laïos enlève et viole. Pélops appelle alors sur Laïos et sur Thèbes la malédiction d'Apollon, et les catastrophes vont s'accumuler : Laïos sera tué par son fils et sa lignée souillée par l'inceste que ce fils commettra avec sa mère. Deux crimes entre tous les crimes.
    Le cycle thébain s'achèvera sur l'épisode des Épigones, les « descendants », qui se lanceront dans une nouvelle guerre.

    Violence et passions, assassinats, malédictions, fatalités inexorables. Il y avait là de quoi nourrir de grandioses tragédies, et les auteurs ne s'en sont pas privés.

  • Une saison en enfer

    Arthur Rimbaud

    • Arlea
    • 6 February 1997
  • L'oeuvre de Rabelais est en France « notoirement méconnue », ou connue seulement pour ce qu'elle n'est pas, et l'épithète de « rabelaisien » ne s'applique bien souvent qu'aux plaisirs de la table, surtout quand ils sont excessifs, et aux éructations d'ivrogne.

    Or François Rabelais, s'il manie sans fausse pudeur une langue forte, crue et imagée, n'en demeure pas moins un penseur très en avance sur son époque, fourmillant d'idées novatrices, particulièrement en matière d'éducation.

    Ses idées sur la guerre, également, en font sinon un pacifiste, du moins un pacifique tel qu'il en existait bien peu de son temps.

    On trouvera ici le Gargantua et le Pantagruel rendus à leur modernité grâce à un rajeunissement de l'orthographe.
    />
    Un livre tout entier voué au plaisir de lire, et de rire, bien sûr, « pour ce que rire est le propre de l'homme ».

  • Le 19 juin 1985, à l'aube, une voiture sort de la route à l'entrée du tunnel de Saint Germain en Laye et prend feu sur le bas-côté. Deux corps carbonisés en sont retirés. Rien ne permet de les identifier sur le moment. Tout a brûlé. Ne restent qu'une boucle d'oreille en forme de fleur et deux bracelets en métal, noircis par le feu. Des bijoux de pacotille qui seront restitués plus tard à la famille, puis soustraits aux regards, à la mémoire, perdus à jamais. Céline Milliat Baumgartner a huit ans, lorsqu'une voix empêtrée dans le chagrin lui annonce l'indicible nouvelle. Comment dire à deux enfants qu'ils sont orphelins de leurs deux parents, le même jour, à la même minute. Quels mots, quels gestes pour abîmer le moins possible de ce qui doit advenir, l'enfance qui s'obstine, la vie qui prend ses aises, trajectoire déviée mais filant tant bien que mal vers l'âge adulte. A partir de là, tout est fait pour repousser le plus loin possible l'insupportable absence. La chaleur d'un foyer reconstitué dans le giron familial, une fratrie nouvelle, une compassion dont on use, un statut qui protège, rend unique, inatteignable. Une vie presque normale d'enfant.
    Ils sont si jeunes, et si beaux sous la plume de leur fille maintenant plus âgée qu'eux. Ils s'aiment passionnément, partent en vacances en Grèce, distribuent sans compter, de l'amour, de la tendresse, du rêve. Ils se disputent, se réconcilient, font la fête. Le père s'absente souvent pour son travail. La mère est actrice, joue dans des films, embrasse Depardieu dans un film de Truffaut.

  • Petit Dictionnaire des termes équestres Collection Littérature française Jean-Claude Raimbault L'homme et le cheval ont toujours noué des rapports étroits - les peintures rupestres en sont un témoignage évident. Aujourd'hui encore, les dictionnaires français répertorient environ un millier de mots ayant trait au cheval, ou au monde équestre - ce qui représente deux pour cent de notre vocabulaire.
    Avant que ne s'estompe cette abondance au profit de termes plus techniques, ou de mots anglais, tentons sinon de la fixer, du moins d'en rappeler la richesse, et la précision.
    C'est ce qu'a fait ici Jean-Claude Raimbault, " piéton du dictionnaire ", comme il se définit lui-même, en cherchant - et en trouvant - l'empreinte que le cheval et les autres équidés ont laissée au cours des deux siècles passés.
    Ce Petit Dictionnaire des termes équestres ne laisse pas, bien sûr, de nous étonner presque à chaque page, mais il nous instruit parfois, et nous fait bien souvent sourire.
    Formé à la rigueur de l'ingénieur, Jean-Claude Raimbault - qui a publié chez Arléa D'un dico l'autre en 2006 - sait débusquer l'humour dans les définitions, et nous offre des rapprochements inattendus.

empty