Archibooks

  • La pensée paysagère, ce n'est pas la pensée du paysage.
    Ce livre n'est pas une histoire de la pensée du paysage. il pose la question : pourquoi cet étonnant contraste entre, d'une part, ces innombrables générations qui n'avaient pas de pensée du paysage mais qui nous ont laissé tant d'admirables paysages, et d'autre part cette génération qui, tout en ne cessant de parler et d'écrire à propos du paysage, le détruit à grande échelle sur tout son territoire - hormis quelques icônes ? nous avons une pensée du paysage, mais nous n'avons plus de pensée paysagère, c'est-à-dire cette pensée concrète, vivante et agissante qui s'exprimait par de beaux paysages.
    Fétichiser cet objet de consommation (touristique, immobilière, académique etc.) qu'est aujourd'hui le paysage, cela ne suffira pas pour retrouver cette manière d'être qui s'incarnait dans la pensée paysagère. au contraire, même. si nous voulons cesser de " tuer le paysage ", comme disait un poète chinois du ixe siècle, il nous faut au préalable savoir ce que c'était que la pensée paysagère.

  • La transformation de la Bourse de Commerce en musée signe l'aboutissement de la quête d'un lieu parisien pour la Collection Pinault, ainsi que d'un long voyage pour son architecte, Tadao Ando. Quinze ans après que les deux parties ont dû interrompre leur projet de création d'un musée sur l'île Seguin et cinquante-cinq ans après que le GrandTour de Tadao Ando l'a conduit pour la première fois en Europe, l'ouverture très attendue de la Collection Pinault à Paris signe aussi le retour plébiscité d'un monument parisien méconnu du public.

    L'intervention audacieuse de Tadao Ando embrasse les occupations passées d'un bâtiment qui, dans ses strates, porte les marques de l'histoire et de ses différents usages. À la fois geste pragmatique et poétique, le cylindre de béton niché sous la coupole contribue à répondre aux enjeux d'un musée d'art contemporain. Il démontre le potentiel radical d'un bâtiment dont les métamorphoses architecturales passées et présentes ont fait un théâtre de progrès et d'expérimentation.

    De même que d'autres architectes japonais actifs à Paris, Tadao Ando a réalisé son projet à la Bourse de Commerce en étroite collaboration avec ses homologues français. Ce livre fait le récit du travail engagé des architectes, ingénieurs et designers, à travers de multiples entretiens, notamment avec Lucie Niney et Thibault Marca (NeM Architectes), Pierre-Antoine Gatier, Ronan et Erwan Bouroullec, et Tadao Ando lui-même.

  • Aujourd'hui, on dit que la ville est bruyante et que l'architecte, l'urbaniste ne savent pas organiser l'espace pour apporter un sentiment de confort sonore aux citadins. Face aux bruits urbains, deux attitudes architecturales sont possibles. La première, qui est la plus répandue, consiste à isoler le logement et les pièces du logement entre elles afin de ramener l'impact à un niveau que la normalisation ou un label confort acoustique jugent acceptables. La seconde, qui est celle que nous retenons dans ce livre, interroge l'écoute des usages sonores dans les appartements en ville et leur circulation selon les aménagements spatiaux. Ce livre tente de démontrer que le son s'inscrit dans des "systèmes d'utilité" et de confort pour l'individu, y compris le temps libre et à priori inactif, où les flux sonores divers - de vie, d'énergie et d'éléments - sont réglés pour le plus grand bien de tous. D'où la présentation qui suit : des dessins en plan et coupe architecturales sont mis en vis-à-vis de courts textes qui racontent les routines et les imprévus sonores pouvant intervenir dans le quotidien d'un appartement. Ces scénarios d'usage sont accompagnés d'indications acoustiques chiffrées démontrant les conditions de possibilité de rendre agréables pour l'oreille les contacts et l'urbanité.

  • Ces 10 clefs abordent l'architecture non par une accroche spectaculaire, mais par une voie plus subjective. Elles tentent d'éviter l'écueil consistant à présenter ce domaine aux yeux du grand public comme une valeur culturelle fondée soit sur la dimension patrimoniale, soit sur les prouesses techniques des grands ouvrages d'art, ou encore sur la dimension événementielle de certaines réalisations qui se prêtent aux jeux des caméras et deviennent de parfaits décors pour le fond d'écran de journaux télévisés.

    Ce texte est destiné à initier une démarche personnelle, à stimuler la curiosité du lecteur en introduisant l'architecture par son versant sensible et émotionnel. Il s'adresses aux curieux, amoureux des villes, des parcs et des jardins, à ceux qui aiment le le paysage, ceux qui n'hésitent pas à quitter leur espace domestique pour se perdre dans l'espace urbain.

  • Le long du canal de la Peyrade à Sète, le Conservatoire à Rayonnement Intercommunal Manitas de Plata réinvente l'héritage vinicole de la ville.

    Ce programme ambitieux est l'acte inaugural d'un vaste réaménagement urbain qui vise à développer la cité héraultaise sur ses friches portuaires. Respectueux et accueillant, trait d'union entre passé et avenir, l'édifice conserve la silhouette des anciens chais pour y accueillir la Musique.

    "Il est une vraie jouissance à déposer le conservatoire de musique si proche du breuvage qui fait chanter !" Rudy Ricciotti.

  • Puisque, par nature, l'art contemporain est en train de se faire, il ne peut par conséquent se limiter à un état défini, il reste fluctuant, s'écrivant continuellement au présent.

    Les contemporains de cet art s'interrogent, ne savent pas ce qui restera, sont intrigués par la nouveauté.

    Malgré toutes ces difficultés de définition, il n'en reste pas moins que cet art, aussi éclectique soit-il connaît actuellement un fort succès, on peut même dire qu'il est à la mode. Ses amateurs en tout cas sont nombreux,ils visitent en masse les expositions, se pressent dans les vernissages... Certains amateurs sont si passionnés, qu'ils vont même jusqu'à soutenir financièrement la création actuelle, en achetant des oeuvres. C'est à eux ou à tous ceux qui désirent franchir le pas que ce livre est dédié.

  • Le paysage est un lieu, naturel ou construit par l'homme, qui peut être représenté de plusieurs manières, Il est aujourd'hui un élément essentiel d'une création architecturale et/ou urbanistique car il insuffle la vie au bâti et permet une connexion à la nature. Le paysage est, d'ailleurs, toujours en mouvement et en progrès. Plusieurs auteurs se sont ainsi donné pour tâche de définir le paysage, qu'il soit culturel, pictural, architectural, urbain, hybride... 101 mots ne sont donc pas de trop pour tenter de définir le paysage et ce qu'il représenté.

  • Catalogue de l'exposition au LAAC de Dunkerque.

  • Ce livre propose de retracer l'épopée d'une piscine mythique qui a marqué Paris et d'en explorer la renaissance tant attendue.

    Ouverte aux parisiens en 1929 la piscine Molitor construite par l'architecte Lucien Pollet a connu bien des situations : lieu de présentation du bikini en 1946, elle est fermée en 1989 pour devenir un lieu artistique imprévu et clandestin.

  • La gastronomie française dans un abécédaire. Sans photographie. Un parti pris marquant qui met en valeur les définitions rédigées par les plus grands chefs français, à deux ou trois étoiles au sein des toutes dernières éditions du Guide Michelin France.

    Avec 101 contributions originales et inédites, par 90 chefs illustres, ce sera le livre aux 163 étoiles.

    Cet ouvrage met en valeur l'un des aspects du patrimoine culturel immatériel français le plus célèbre. La gastronomie française, renommée dans le monde entier, présente, à tous ses gourmands, non seulement qualité, mais aussi diversité. Avec les revisites régulières des plus grands chefs, la gastronomie reste en évolution perpétuelle, pour le plus grand plaisir de notre palais.

  • Qu'est-ce qu'un croquis d'architecture ?

    Il est commun de penser que les architectes dessinent leurs projets à partir d'un croquis fondateur, qu'ils imaginent les bâtiments instantanément en griffonnant sur un bout de papier quelques lignes les déterminant définitivement.En réalité, il semble difficile de résumer un projet à une sorte d'instantané précurseur isolé de toute autre recherche. L'architecte n'est pas un magicien et ne détient pas l'image finale de l'objet architectural dès la genèse du projet. C'est le croquis, dessiné par sa main et son esprit, qui peu à peu, grâce à son hyper-récurrence dans le processus de conception, va forger les lignes de force du bâtiment, de son volume général jusqu'aux moindres détails.

    En rassemblant une foule de croquis pluriels et bavards, cet ouvrage partage l'expérience de l'Atelier Herbez Architectes pour laquelle la pratique du dessin est une valeur forte, envisagée à la fois comme la base du travail de conception et comme un champ d'expérimentation insufflant la créativité. Aller au-delà du croquis c'est en explorer les mécanismes et en chercher les limites. Croquis à main levée, croquis informatiques et croquis du regard se mêlent ici pour révéler les ressorts du médium graphique qui trouve aujourd'hui, à l'ère du numérique, de nouvelles formes d'expression.

  • Depuis plusieurs siècles, le savoir-vivre avec la nature se transmet pour Gally de génération en génération, Gally c'est d'abord l'histoire de la famille Laureau, agriculteur en Ile-de-France depuis 1746. Aujourd'hui, les frères Dominique et Xavier Laureau, dépositaires du savoir-faire transmis, ont diversifié leurs activités traditionnelles et apportent leur expertise dans le domaine du végétal au service des particuliers et des entreprises. Dans cet ouvrage, ils livrent en 101 mots les valeurs, les engagements et les secrets de l'agriculture urbaine.

  • Ce sont de nombreuses aventures menées avec les artistes qui ont construit ce lieu depuis plus de quarante ans. Un établissement artistique également traversé par l'histoire des politiques culturelles de ces dernières décennies et de la métamorphose progressive du paysage de l'art contemporain. Acteur et témoin de ces mutations, le CCC a inventé au fil du temps ses propres mythologies. Ce sont ces lignes de force, ces axes de travail nés au contact des artistes qu'il nous a semblé utile de partager dans ces pages, au moment où ce Centre d'art change de dimension.

  • Silex² : Má architectes Arte Charpentier Architectes Nouv.

    Avec Silex2, Covivio participe activement à la régénération du quartier de la Part-Dieu né dans les années 70 avec l'aboutissement d'une réflexion urbaine, architecturale et technique sur le temps long, centrée sur la tour EDF, fleuron de l'architecture brutaliste lyonnaise. Le principe fondamental porte sur "la conception d'un objet hybride qui intègre, dans le respect, une architecture des années 70 et possède cependant une cohérence architecturale et une expression contemporaine", selon Antoine Durand et Stéphane Royanez, architectes fondateurs de Ma Architectes, associés à Arte Charpentier.
    Au programme : la réhabilitation d'une tour en béton accolée à une nouvelle tour en charpente métallique simplement reliées au 20e étage... La première conçue sans noyau en béton depuis la tour Eiffel !
    Dans cet ouvrage écrit par Pierre Delohen, auteur et journaliste, les acteurs de cette conception originale, et d'un chantier qu'il l'est tout autant, justifient le caractère atypique de Silex2 qui aboutit à une offre tertiaire de nouvelle génération, inédite en région et portée par Covivio, en partenariat avec les Assurances du Crédit Mutuel.

  • Ce petit manuel est destiné à tous les concepteurs, qu'ils soient étudiants en architecture, ingénierie ou urbanisme.
    Il accompagnera le travail de projet par une série de 69 questions que chacun doit se poser dès le choix du site, du programme, et tout au long du processus de conception, depuis les premières esquisses d'implantation jusqu'aux derniers choix de matériaux ou de détails de construction. Chaque question est accompagnée d'une illustration et d'un texte explicatif permettant de comprendre en quoi cette question est pertinente pour inscrire le projet dans une démarche écoresponsable.

  • Accorder l'urbain et le vivant ? L'étude de la biodiversité urbaine démontre que ce désir est loin d'être naïf et, mieux encore, qu'il révèle des enjeux essentiels touchant au bien-être et à la santé de l'être humain en ville.

    A travers la définition de concepts clés tels qu'"agriculture urbaine", "écoquartier", "greenwashing", "renaturation" ou encore "zéro phyto", les trois écologues Olivier Lemoine, Joanny Fahrner et Tolga Coskun dessinent dans Les 101 mots de la biodiversité urbaine les contours d'un engagement en faveur d'une ville ouverte à la nature, à sa diversité et à une cohabitation riche entre l'homme et le vivant.

  • 58, rue de Mouzaïa : à cette adresse était livrée en 1974 une oeuvre représentative du brutalisme, cosignée par Claude Parent et André Remondet. Après quarante ans d'existence, le bâtiment avait cependant perdu de sa puissance : surfaces noircies, érosion, fers mis à nu... Chargée de transformer cet immeuble de bureaux en un ensemble à vocation résidentielle, l'agence Canal architecture (Patrick Rubin) a saisi l'occasion pour restaurer et révéler une architecture dense et forte, tout en lui conférant l'aménité qui convient à sa nouvelle fonction. Voilà donc un cas d'école, un exemple de réversibilité, notion que Canal défend également pour l'architecture d'aujourd'hui.

  • 25 millions ! C'est le nombre de voyageurs qui fréquenteront annuellement la gare de Nantes à l'horizon 2030. Soit plus du double du contingent actuel, évalué à 12 millions dans la 6e gare française en région. Il importait donc de redéfinir les contours du lieu le plus fréquenté de la cité ligérienne, poumon de la ville amené à devenir un véritable pôle d'échanges multimodal pour renforcer l'attractivité de la métropole. Rudy Ricciotti, architecte de renommée mondiale a imaginé pour ce projet une gare-mezzanine, une passerelle monumentale de 160 mètres de long et 25 mètres de large, qui culmine à 18 mètres au-dessus des voies.

    Outre sa vocation première, ce franchissement aérien constitue un trait d'union entre deux quartiers aux physionomies antithétiques, que le faisceau ferroviaire séparait hier comme un fleuve : le centre-ville et le quartier Pré-Gauchet - Euronantes.

    Plus qu'un lieu de flux et de passage, il s'avance en lieu de vie, avec ses 4 000 m², dont 1 500 m² de commerces et espaces de détente. Une rue commerçante dans la ville, en somme.

    C'est la formidable histoire de cette réalisation, de ce chantier hors normes que nous vous contons dans cet ouvrage. Les secrets de fabrication de ce nouveau hub qui, outre sa fonction première, constitue une destination à part entière, un centre nerveux voué à booster, voire même structurer la ville, tout en agissant sur l'impact environnemental.

    Et si l'avènement des gares était enfin arrivé ?

  • Pendant plusieurs années, l'Atelier/TRANS305, initié et mené par l'artiste Stefan Shankland au milieu d'une zone d'aménagement à Ivry-sur-Seine, a servi de lieu d'observation du chantier de construction, de lieu d'exposition et d'espace de travail. Cette présence au coeur du chantier lui a permis de trouver une place dans le monde professionnel des acteurs de l'urbanisme où ouvriers, entreprises, urbanistes et maîtres d'ouvrage constituent un nouvel environnement pour la pratique artistique. Dans te même mouvement, l'artiste a ouvert le chantier à de nouveaux publics habituellement exclus : enfants, étudiants, habitants, passants... En brouillant les frontières entre art et travail, L'Atelier/TRANS305 a proposé des expériences esthétiques du chantier et défendu une Haute Qualité Artistique et Culturelle portée par le label HQAC. Plutôt que de créer une oeuvre à vocation décorative, l'Atelier/TRANS305 a rendu visible une aspiration partagée au travail bien fait. Cette approche donne à l'artiste une nouvelle fonction sociale qui pourrait aller bien au-delà du chantier.

    Stéphane Tonnelat propose un récit ethnographique et analytique de cette expérience artistique et Stefan Shankland expose ses principes de travail illustrés par un cahier d'images.

  • Après L'Île des morts, Cinabre invite Nicolas Lefebvre et Camille Zisswiller à laisser libre cours à leur imagination à partir de l'oeuvre de leur choix. Les deux artistes ont élu Saint Christophe de Konrad Witz (vers 1435, Kunstmuseum Basel) comme point de départ de leur processus créatif. Confrontant l'écriture de fiction à l'exploration visuelle, l'oeuvre publiée dans Depuis ces épaules interroge les rapports possibles entre un motif pictural ancien et une compétition sportive d'aujourd'hui.

    Ce que contient le livre La nouvelle nous plonge dans les pensées de son narrateur, en pleine course de trail. La description de son monde intérieur est prolongée par des illustrations colorées, constituant des visions rêvées du paysage de montagne que le narrateur traverse - mais n'y a-t-il vraiment qu'un seul narrateur ? Le tout est réalisé à quatre mains et produit sous forme d'un livre à collectionner.

    Ce à quoi ressemble le livre 17 x 22,8 cm à la française, intérieur imprimé à 4 couleurs sur 96 pages de papier Muncken Lynx de 150 grammes, couverture imprimée à 4 couleurs et 1 fer à chaud holographique sur du papier Wibalin Natural Amethyst de 130 grammes contrecollé sur du carton de 2 mm, cahiers cousus et brochés.

    Lefebvre Zisswiller.

    Par le biais de la vidéo, de la photographie et de l'écriture, Camille Zisswiller et Nicolas Lefebvre construisent un travail commun et interrogent le mythe à travers des modes de récits oscillant entre réalité et fiction. Formés à l'histoire de l'art, aux techniques et aux modes de diffusion de l'image, leur recherche questionne le rapport texte-image dans un large spectre, à travers des réalisations allant de l'objet livre à l'installation d'art contemporain. Ces dispositifs tentent d'approcher le réel "par surprise" dans un intervalle entre l'écriture et ce qui est formulé au-delà du langage.

    Une publication initiée par les éditions Cinabre, diffusée et distribuée grâce à Archibooks.

  • Poissy, vitrine des Yvelines, une ville riche et fière de son histoire et de son patrimoine mais également une ville tournée vers l'avenir.

empty