Actes Sud

  • Vingt-cinq lettres pleines d'esprit écrites par le photographe dans les années 60. On le voit côté vie et côté métier comme un homme de talent qui ne se prit jamais au sérieux. Maurice Baquet y ajoute une lettre-épilogue au photographe. Illustré de 20 photos de Doisneau.

  • On trouvera sous ce titre, voulu par l'auteur, les divers éléments qui composent le "Journal" que René Depestre a tenu durant son séjour à Cuba, de 1964 à 1978. Ce document, entièrement inédit, est exceptionnel sur le plan biographique : il constitue un journal intime, souvent très personnel, qui s'organise parfois en roman d'apprentissage. Il l'est également au niveau historique et sociopolitique, René Depestre s'y révélant en témoin capital mais aussi en acteur, maintes fois critique, de la révolution cubaine. D'une écriture originale, mêlant vision lyrique et lucidité réaliste, ce «Cahier d'un art de vivre» est surtout l'oeuvre d'un esprit passionnément épris de son époque, qui en témoigne en philosophe tout autant qu'en poète.

  • Au cours de la nuit du 23 décembre 1888, à Arles, Vincent Van Gogh se tranche l'oreille. Pendant plus de cent-vingt ans, les raisons de son geste et la nature exacte de l'automutilation diviseront biographes et historiens et nourriront les rumeurs les plus folles. Pour tenter d'éclaircir ce mystère, Bernadette Murphy va, sept ans durant, arpenter les musées, multiplier les interviews et aller voir là où personne n'avait jamais songé à chercher, exhumant des archives inédites. «L'Oreille de Van Gogh» est le récit de ses années de recherches, du sud de la France à la Californie : un livre-enquête passionnant, au suspens digne d'un thriller, et enrichi d'une cinquantaine d'illustrations en quadri et N&B.

  • Le poète Mahmoud Darwich a donné une longue interview à la journaliste Ivana Marchalian, lui demandant expressément de la publier cinq ans après sa mort. La promesse a bien été tenue par la journaliste qui nous livre, dans un récit intimiste, les écrits à travers lesquels se dévoile le regard rétrospectif du poète sur sa vie et son oeuvre.

  • En 1975, paul nizon entreprend un voyage en asie du sud-est, parcourant l'île de sumatra, l'indonésie, et une partie de la malaisie.
    Que dire d'un voyage qui vous rend muet ? comment écrire, alors que l'étrangeté vous submerge, aveugle, paralyse ? adieu à l'europe, écrit sept ans plus tard (1982) rend merveilleusement, compte de l'alchimie autofictionnaire de paul nizon par laquelle les bouleversements de la vie se trouvent saisis et transmués en art. le texte est accompagné de vingt et une photographies du compagnon de voyage de paul nizon, willy spiller.

  • romancier, nouvelliste, poète, essayiste et dramaturge, reinaldo arenas (1958-1990) est l'un des écrivains les plus importants des lettres latino-américaines.
    opposant au régime castriste, homosexuel, il a connu la prison et l'exil. cette évocation biographique illustrée de photographies - qui s'est construite sur la trame de séjours des auteurs à cuba et aux etats-unis, à la rencontre de la mère et d'amis d'arenas - est une invitation à mieux connaître une personnalité d'exception.

  • Du 1er. décembre 1967 au 2 décembre 1990 - et donc cinq jours avant de se donner la mort à New York Reinaldo Arenas écrit à Margarita et Jorge Camacho. Pendant près d'un quart de siècle, les Camacho auront été, au-delà du constant soutien financier, des amis soucieux d'alléger les souffrances de l'écrivain, d'inestimables ambassadeurs travaillant sans relâche à la reconnaissance de son oeuvre, et une fenêtre perpétuellement ouverte sur le monde quand il passait des geôles castristes à l'exil intérieur.

  • Les photographies et dessins de jean cocteau publiés dans cet ouvrage datent de la grande guerre.
    Ils ont été retrouvés, pour l'essentiel, dans les archives du poète à milly-la-forêt. les légendes qui les accompagnent sont des citations empruntées à cocteau lui-même. ces documents constituent un témoignage inédit sur un poète aux dons multiples. anecdotiques dans quelques cas, la plupart sont déjà sur un autre versant, celui qui conduit jean cocteau vers ce "réalisme de l'irréel" qui doit être, selon lui, l'objectif de tout artiste.


  • en 1905 un jeune vaudois de vingt ans, pierre gilliard, devint précepteur des enfants de la famille impériale de russie, et il le resta jusqu'à leur assassinat par les bolcheviques en 1918.
    rentré en suisse, il publia dans les années 1920 un livre de souvenirs qui fut un best-seller mondial. photographe amateur, il avait fait des romanov des dizaines de portraits informels très différents des documents officiels de l'époque. ces instantanés montrent les enfants romanov dans leur vie quotidienne, leurs études, leurs jeux, les réunions de famille, et même dans les premiers moments de captivité pendant la révolution bolchevique.


  • À l'occasion de l'exposition On the Edge de Robert Adams, La Fondation Cartier pour l'art contemporain publie En longeant quelques rivières, première traduction française d'un ensemble d'entretiens avec le photographe réalisés par des historiens d'art, conservateurs, photographes, étudiants, écrivains et professeurs (publié par Aperture en 2006 sous le titre Along Some Rivers).
    « Il n'y a pas beaucoup de grandes rivières dans l'Ouest américain, mais il y a un bon nombre de cours d'eau, de ruisseaux et de canaux d'irrigation qui ne sont autres que les racines et les branches des rivières. « J'ai photographié ce paysage ; devrais-je aussi essayer d'en parler ? De quel droit et en vertu de quelle obligation ? La seule raison, peut-être, c'est que j'ai eu la chance de voir l'Ouest quand il était encore sauvage, de telle sorte que rien de ce qui est arrivé depuis, même le pire, ne peut entièrement obscurcir la promesse qu'il porte en lui. »

  • Si familier qu'il soit des Années Lula, des Années-Lumière ou du Testament amoureux, le visiteur qui découvre La Béate, l'ensorcelante maison de Rezvani, ne peut retenir une exclamation de surprise : cela existe donc encore un endroit pareil ? Ce livre n'est nullement le traditionnel portrait ou album d'une " maison d'écrivain ".
    Plutôt une invitation à découvrir, à partager l'extraordinaire magie amoureuse qui est au coeur de son oeuvre. Du même auteur et dans la même collection : Divagation sentimentale dans les Maures (nouvelle édition, mai 2001).

  • Illustrée par des photographies d'Inge-borg Bachmann, la biographie de Hans Hôller évoque l'essentiel de la vie de cette grande virtuose de la langue allemande. On y découvre sa réaction à l'avènement du nazisme en Autriche ; son amour passionné pour Paul Celan qui imprégnera ses écrits à jamais ; son émigration en Italie ; son mariage avec Max Frisch et leur séparation qui faillit lui coûter la raison ; ses problèmes de santé et sa dépendance à certaines substances ; et, enfin, les raisons profondes de sa mort prématurée... A la lumière de nombreux documents et lettres inédits en France, l'oeuvre d'Ingeborg Bachmann recèle une humanité et un engagement artistique hors pair.

  • Marcel griaule (1898-1956) fut l'une des figures majeures de l'ethnologie française, un pionnier de l'ethnographie et des enquêtes de terrain en afrique, un homme de parole et d'engagement politique, un scientifique et un écrivain marquants.
    Discret dès qu'il s'agissait de lui-même, tout entier dévoué à la cause africaine, il fut véritablement " initié " et à sa mort reçut, fait sans précédent, des funérailles selon le rite dogon. a partir d'un travail d'enquête rassemblant archives inédites et témoignages - ainsi qu'une centaine de photographies " africaine " de marcel griaule - isabelle fiemeyer apporte un éclairage essentiel sur la vie et l'oeuvre de ce grand ethnologue et humaniste.

  • De ses premiers poèmes d'adolescente associés au père disparu quand elle avait dix ans, jusqu'à son retour au Danemark pour de longues années de solitude, Ole Wivel, écrivain et éditeur de Karen Blixen, nous présente ici la grande dame devenue célèbre par l'écriture et par sa vie en Afrique, popularisée par le cinéma.
    Le conflit personnel irrésolu de Karen Blixen, ce fut l'envie de briser les carcans sociaux, en contradiction avec une vie plutôt mondaine. Les quinze années africaines menèrent à son paroxysme l'opposition entre bonheur de vivre dans les grands espaces et emprise des contraintes matérielles. Ajoutant à son témoignage le récit de conversations privées, de moments personnels de la vie de l'écrivain devenue mythe, Ole Wivel apporte un éclairage sur les oeuvres moins connues de Karen Blixen et fournit d'importantes clefs de lecture pour les plus célèbres d'entre elles.

empty