Yannick Mercoyrol

  • Cet ouvrage se présente sous la forme d'un usuel sur les grandes oeuvres de la littérature française. Pour chaque oeuvre étudiée, un résumé précis rappelle le canevas du texte, dont les pistes principales d'analyse sont ensuite exposées dans des développements littéraires, offrant un exemple du type de discours attendu dans les études supérieures. D'utilisation agréable et claire, grâce au classement générique et chronologique, ces études constituent ainsi un outil de référence pour ceux qui s'engagent dans des études de lettres, qui les accompagnera durant toutes leurs années d'apprentissage en leur apportant de solides bases d'analyse.
    Aussi les étudiants préparant le CAPES ou des oraux de culture générale (ENS ou HEC) y trouveront-ils des éléments précieux afin de se préparer au mieux à un exercice exigeant et délicat. Ce livre se veut également une invitation pour tous ceux qui s'intéressent à la littérature et entendent enrichir leur culture, afin de piquer leur curiosité et de susciter l'envie d'aller découvrir des textes toujours essentiels

  • Cet ouvrage se présente sous la forme d'un usuel sur les grandes oeuvres de la littérature française. Pour chacune des oeuvres étudiées, un résumé précis rappelle le canevas du texte, dont les pistes principales d'analyse sont ensuite exposées dans des développements littéraires, offrant un exemple du type de discours attendu dans les études supérieures.
    D'utilisation agréable et claire, grâce au classement générique et chronologique, ces études constituent ainsi un outil de référence pour ceux qui s'engagent dans des études de lettres, qui les accompagnera durant toutes leurs années d'apprentissage en leur apportant de solides bases d'analyse. Aussi les étudiants préparant le CAPES ou des oraux de culture générale (ENS ou HEC) y trouveront-ils des éléments précieux afin de se préparer au mieux à un exercice exigeant et délicat.
    Ce livre se veut également une invitation pour tous ceux qui s'intéressent à la littérature et entendent enrichir leur culture, afin de piquer leur curiosité et de susciter l'envie d'aller découvrir des textes toujours essentiels.
    Yannick Mercoyrol, normalien et agrégé de Lettres modernes, est également l'auteur de plusieurs ouvrages critiques dans la même collection.

  • Cet usuel offre une présentation synthétique des grandes oeuvres de la littérature française. Pour chacune des oeuvres étudiées, l'élève ou l'étudiant dispose d'un résumé précis, des principales pistes d'analyse, de développements littéraires. De Rabelais à Zola, en passant par la Princesse de Clèves.

  • À la faveur d'expositions réalisées au cours de ces vingt dernières années, Philippe Cognée s'est imposé comme l'un des peintres majeurs du début du XXIe siècle. C'est à la suite de son séjour à la Villa Médicis, en 1991, que l'artiste invente une technique qui devient son processus de travail exclusif sur toile, à partir de photographies et de peinture à l'encaustique. Le rendu objectif de la photographie fait place à un effet de flouté, de liquéfaction, voire de disparition partielle du motif, de sorte qu'une certaine abstraction travaille en profondeur la figure représentée. En distordant les figures, dont les motifs sont pourtant ceux du réel le plus banal, le plus quotidien, Philippe Cognée interroge la matière du pictural, il questionne la représentation. Le spectateur perçoit dans le tableau final comme le symptôme d'une perte : toujours quelque chose vacille, quelque chose est en train de fondre, de disparaître, que l'artiste saisit au moment de sa « tombée », dans le mouvement d'une défaite qu'il parvient à fixer in extremis.

  • 1 - Le texte et sa plume - L'histoire d'une oeuvre, 1 III. Paris-Shanghaï, l'Histoire immédiate, 1 1. Le roman d'un monde en éruption, 1 2. Portrait d'une époque qui doute, 3 III. Comme un roman : vie et mort d'un auteur, 4 1. Naissance d'un intellectuel, 4 2. Entre l'art et l'action, 6 III. Une oeuvre de prix, 7 1. Les feux de la rampe, 7 2. Politiques de lecture, 8 2 - Histoire collective et destins individuels - L'oeuvre, d'un mot, 11 III. Orient extrême - Le cadre spatio-temporel de l'oeuvre, 11 III. Les éclats du récit, 19 III. Les personnages : portraits de groupe, 27 IV. Un roman historique ?, 34 3 - La solitude et l'action - Les thèmes à l'oeuvre, 41 III. Au centre du roman, l'Homme, 41 III. Un roman métaphysique, 51 III. L'ambiguïté, 65 4 - Les voix et les consciences - Les thèmes à l'oeuvre (II), 73 III. Des êtres de parole, 73 III. Le problème de la connaissance, 79 III. Le jeu des points de vue, 87 5 - L'art du roman - Les thèmes à l'oeuvre (III), 93 III. La musique du temps, 93 III. Cinématographe, 101 III. Images de l'art, 108 Lexique, 115

  • Né en Hongrie en 1933, Alexandre Hollan est l'auteur d'une oeuvre abondante, considérée aujourd'hui comme l'une des plus singulières du tournant des XXe et XXIe siècles. À partir de sa première exposition personnelle en 1978, l'artiste se consacre à un travail sur le motif qui élit deux modèles exclusifs : les arbres et les natures mortes, qu'il préfère nommer « vies silencieuses ». Ce partage de l'oeuvre recoupe celui entre mouvement (les arbres) et immobilité (les natures mortes), mais également deux directions de l'art contemporain: celle de Rothko, dédiée à la couleur, et celle de Morandi, dont Hollan a pu dire qu'il était son «père » artistique. L'artiste revendique une recherche personnelle, liée à une réflexion proprement plastique : alternance du trait et de la forme ; travail sur les « réseaux » d'énergie des arbres ou des objets peints ; saisie de la présence vitale des éléments par différentes techniques picturales : lavis, fusains, acrylique, et différents supports : papiers, toiles, bannières. Son travail oscille ainsi entre visible et invisible, s'efforçant de peindre la sensation de celui qui regarde, opposée à la simple perception des signes extérieurs du monde. En retrait d'un monde toujours plus frénétique, détourné des objets usuels et vieillis ou des paysages sans lustre monnayable, Hollan donne également par son travail une leçon de patience et de ténacité qui fait lentement surgir un autre ordre de la réalité, plus profond, plus sourd, et plus intense. / Alexandre Hollan was born in Hungary in 1933. His prolific work is viewed today as one of the most singular in the late 20th and early 21st centuries. From his first solo exhibition in 1978, he elected to work from nature, on two subjects exclusively: trees and the still lifes he prefers to term «silent lifes». These two sides of his work are paralleled by research into movement (the trees) and immobility (the still lifes), as well as two directions in contemporary art: Rothko, dedicated to color, and Morandi, whom Hollan has called his artistic «father». Yet Hollan asserts his personal research, his own formal thinking into alternation of line and form, into exploring the «networks» of energy in trees and painted objects, and seizing their living presence through the use of various pictorial techniques -washes, charcoal, acrylic- and various supports such as paper, canvas and silk banners. Oscillating between the visible and invisible, his work endeavors to paint the beholder's feelings rather than only a perception of the outward signs of the world. Drawing back from an evermore frenzied world whose focus has shifted away from well-worn everyday objects or landscapes without the sheen of salability, Alexandre Hollan's work is also a lesson in patience, and the tenacity that slowly brings about another order of reality, one that is deeper, more secret and more intense.

empty