Xavier Giudiccelli

  • Les sommets de l'Etat fascinent plus que jamais, et les médias nous entraînent toujours plus dans les péripéties qui construisent ce que Françoise Giroud avait appelé la «comédie du pouvoir» : ses éblouissements, ses éclats, mais aussi ses coulisses, ses zones d'ombres, réelles ou fantasmées... L'objectif de cet abécédaire est de faire la part entre le jeu des structures pro-fondes qui pèsent sur la vie politique locale et les évolutions sur le long terme.
    Il s'agit de prendre de la hauteur par rapport au feuilleton des réformes pour rappeler la relative stabilité des mécanismes qui déterminent notre rapport à la vie locale. La question des élections est évidemment centrale, car les trois scru-tins locaux (municipales, cantonales, régionales) jouent un rôle essentiel dans l'activation des identités locales et de la culture démocratique. Mais la vie politique locale est aussi très marquée par le rapport des citoyens à l'action publique : ils désirent de plus en plus en être informés et même y être associés (démocratie participative), et obligent les élus à repenser les routines décisionnelles.
    C'est sur ce terrain que la décentralisation, dont on a fêté les 30 ans en 2012, a produit ses effets les plus forts. Elle n'opère pas seulement un déplacement du processus décisionnel : elle réalise également un déplacement des imaginaires. Il s'agit plus que jamais pour les élus locaux de chercher à faire exister le territoire comme acteur et sa population comme communauté. Ce sont ces mutations profondes que ce petit opus souhaite mettre en lumière.

empty