Virginie Leroux

  • Nuits antiques

    Virginie Leroux

    Temps du repos, des récits, de la sexualité, de l'ivresse et des plaisirs, la nuit est propice aux embuscades, aux conspirations, aux crimes, à la magie et aux initiations ésotériques. Elle dissimule les méfaits, mais révèle ce que le jour cache: le cosmos, les rêves et les cauchemars. On lui doit des savoirs essentiels à l'humanité comme l'astronomie, les calendriers, la météorologie, l'astrologie, ainsi que la science des rêves auxquels les Anciens attribuaient une valeur thérapeutique et oraculaire.

    En plus de 120 textes, ce voyage au bout de la nuit antique explore la vie, les pratiques, le savoir et l'imaginaire nocturnes des Anciens. Il permet en retour de penser notre rapport au sommeil, à l'univers, au sacré, à la mort, mais aussi d'affronter nos parts d'ombre et d'en mesurer la fécondité.

  • Pièce maîtresse de l'héritage antique, la mythologie classique fut, à la Renaissance, l'objet de multiples élucidations, interprétations et adaptations à un nouveau contexte religieux, politique et culturel. Loin de se réduire à un ornement ou à un réservoir d'exemples et de modèles, elle demeure une forme symbolique capable de pallier les insuffisances de la formulation conceptuelle et nourrit non seulement les récits des origines et la littérature encomiastique, mais aussi le lyrisme personnel.
    Analysant des mythes et des auteurs variés, ce volume explore un corpus littéraire et iconographique encore trop souvent méconnu et apporte un éclairage nouveau aux études sur la mythologie à la Renaissance.

    Sur commande
  • En littérature comme en peinture, le brouillage des hiérarchies est aussi constant que leur formulation, tant l'acte créateur se confond avec leur transgression et leur déplacement. L'importance théorique des genres paraît disproportionnée au regard de leur influence réelle sur la création littéraire et artistique. En revanche, leur impact se fait bien plus ressentir sur la réception des oeuvres, car ils fournissent des critères de jugement et permettent d'instaurer dans le système des beaux-arts une manière d'ordre politique. La transgression des hiérarchies est bien souvent involontaire, et quand elle est volontaire, elle apparaît comme un geste iconoclaste, mais ce geste lui-même n'est pas loin de devenir institutionnel. S'il est aujourd'hui banal d'étudier la transgression des frontières génériques, le présent volume interroge la fascination que les hiérarchies ont toujours exercée, envers et contre toute réalité, et la séduction paradoxale des genres mineurs.

  • Ce volume, issu d'un colloque international qui s'est tenu à Reims, les 3 et 4 décembre 2009, a été conçu non comme une simple juxtaposition de communications, mais comme un véritable ouvrage qui puisse satisfaire les besoins des spécialistes du sommeil, de la médecine et de la philosophie, des littéraires, des historiens, en particulier des historiens de l'art, et plus largement d'un public cultivé. Les interventions ont été complétées par plusieurs articles et par des synthèses introductives et réparties selon un ordre à la fois chronologique et thématique. Une première section est consacrée aux philosophes antiques, des Présocratiques à Macrobe ; une seconde aux médecins, d'Hippocrate aux médecins de la Renaissance, et la troisième section réunit des articles portant sur des philosophes humanistes. Si elles répondent à un véritable desideratum de la recherche scientifique, les questions abordées dans ce livre concernent tout un chacun et nous espérons que les insomniaques y trouveront des recettes inédites.

    Sur commande
empty