Vincent Quivy

  • Incroyables... mais faux !

    Vincent Quivy

    • Seuil
    • 15 October 2020

    Hitler retrouvé bronzant sur une plage du Brésil, la planète Mars envahie d'esclaves sexuels, Daniel Balavoine assassiné par les services secrets, Notre-Dame de Paris victime d'une vengeance religieuse, des individus contrôlés par la CIA via leurs testicules et les Twin Towers détruites à l'explosif...

    Catalogue d'idées loufoques pour les uns, « théories alternatives » pour les autres, ces affirmations ont un point commun : elles vont à l'encontre des vérités établies. Censées dévoiler la part d'ombre de nos sociétés, elles seraient délibérément ignorées par les médias « grand public » et combattues par les pouvoirs en place.

    Ce livre propose une sorte de best of, déroutant et souvent hilarant, de ce fatras de croyances et d'ignorances que rien, sinon la conviction, ne vient étayer. De l'assassinat de Kennedy, en 1963, à l'épidémie du coronavirus, en 2020, il parcourt plus de cinquante ans de thèses et d'enquêtes. Comme pour un livre de cuisine, il offre un large menu de théories avec recettes et ingrédients. Car à bien y regarder, le monde des complots apparaît comme un fast-food de la pensée où chacun se nourrit de certitudes vite fabriquées et avale avec gourmandise les incongruités les plus épicées.

    L'auteur les rapporte d'une manière rigoureuse et documentée, tout en les saupoudrant de sauce piquante et d'une pincée d'ironie. Elles sont garanties sans édulcorant mais pas sans danger. Car si l'abus d'alcool nuit à la santé, l'abus de complots nuit à la démocratie.

  • Enfants de 1967 : Les larmes de Dominique Rocheteau, le sourire de Sophie Marceau, les baskets Stan Smith, les berlingots de lait concentré, les meubles orange vif, les chansons de Téléphone, « Dallas » et « Dynasty »... Voilà le décor de notre enfance. Nous avons grandi dans un monde sans téléphone portable ni Internet, dans une France fière de son Minitel et de son TGV, tout en sentant que bientôt, tout allait s'accélérer.

  • Comédien exigeant, réalisateur original, passionné de théâtre et de poésie contemporaine... Jean-Louis Trintignant a suivi son chemin à l'écart du star system. Vincent Quivy livre sa biographie complète, des coulisses des tournages aux tourments de sa vie, s'appuyant sur de multiples archives et des témoignages de proches. Un portrait émouvant et précis d'un immense acteur, séducteur et énigmatique.

  • Alain Delon ; ange et voyou

    Vincent Quivy

    • Seuil
    • 26 October 2017

    Enfant de l'entre-deux guerres, destiné à reprendre une prospère charcuterie de banlieue, Alain Delon voit, très jeune, dans le cinéma le moyen d'échapper à une existence trop ordinaire. Grâce à quelques grands cinéastes, tels Clément, Visconti ou Melville, qui lui offrent ses plus beaux rôles dans Plein Soleil, Le Guépard ou Le Samouraï, il s'impose dès les années 60 comme une figure tutélaire du cinéma français. Sa beauté angélique, ses idylles avec Romy Schneider ou Mireille Darc, ses performances de comédien contribuent à faire de lui un acteur adulé. Mais sa vie d'homme d'affaire soucieux de rentabiliser son image, ses relations avec le Milieu et l'affaire Markovic ainsi que sa propension à s'enfermer peu à peu dans des rôles de flic ou de voyou font pâlir son étoile et suscitent la controverse.

    Vincent Quivy a écumé les archives, épluché la filmographie, enquêté au plus près de la star dont il dévoile le tragique : des films remarquables, des rôles inoubliables, une volonté de fer et le désir insatiable d'aller toujours plus haut mais une existence devenue image, un homme prisonnier de son propre mythe.

    L'icône emblématique du cinéma français, son parcours et ses paradoxes, se dévoilent peu à peu à travers ce portrait humain, lucide et nuancé, révélateur d'une existence passionnée et comme désespérée.

  • Et si la Révolution de 1968 avait triomphé !
    Qu'aurait entraîné la victoire de Daniel Cohn-Bendit et des étudiants révolutionnaires en juin 1968  ? Les utopies de Mai auraient-elles perduré ? "Soyons réalistes, demandons l'impossible" : mais que faire lorsqu'on l'obtient ? Partant de ce postulat, Vincent Quivy refait l'histoire et raconte le triomphe des révolutionnaires au printemps 68 et leur confrontation à la réalité du pouvoir.
    Tout commence avec la "fuite" du général de Gaulle à Baden Baden, le 29 mai : les étudiants festoient, les manifestations deviennent monstrueuses, jusqu'à envahir les principaux ministères, Matignon et l'Assemblée. Dans l'euphorie point déjà la chute de ce gouvernement gonflé d'illusions.
    Ressuscitant les figures de personnalités de l'époque (De Gaulle, Mendès France, Chaban-Delmas...), qu'il confronte à des acteurs alors secondaires (Mélenchon, Cambadélis...), Vincent Quivy bâtit la fiction d'une révolution menée à son terme... mais marquée par son échec programmé.

    Sur commande
  • Abus de pouvoir

    Vincent Quivy

    Avantages colossaux, passe-droits innombrables, pouvoir sans limite : certains élus de notre République ont perdu le sens de la modestie et du service public. Véritables princes d'Ancien Régime, épris de luxe et d'apparat, ils évoluent dans un univers clos qui, derrière les bonnes intentions affichées, n'est ni vertueux ni transparent. Ministres, dirigeants ou " barons locaux ", ils accumulent mandats, revenus et prérogatives, dirigeant en seigneurs et maîtres une démocratie d'apparence. Abus de Pouvoir, à la lumière de nombreuses anecdotes, livre une enquête sans concession dans les coulisses d'un monde jaloux de ses secrets, une visite inédite dans les décors fastueux où évoluent des responsables tout puissants. Clientélisme, affairisme, autoritarisme... une description sans tabou des rouages et des dérives du monde politique actuel.

  • Elle court, elle court, la légende. Elle ne semble pas près de disparaître. Cinquante ans après l'assassinat de John Fitzgerald Kennedy, le 22 novembre 1963 à Dallas, qui peut dire ce que l'on sait avec certitude? Magistrats, députés, journalistes, enquêteurs amateurs mais aussi romanciers, cinéastes : tous y vont de leur théorie. De nouvelles pistes fleurissent régulièrement et ce que l'on croyait confirmé se voit sans cesse remis en question.
    Mais qu'en est-il vraiment de ces complots ? Bien des supposées anomalies ont trouvé des explications rationnelles qui restent méconnues. Ainsi "l'homme au parapluie ouvert", les clochards de Dealey Plaza trop bien habillés ou encore la fameuse "piste française" évoquée par un quotidien basque et qui alimente depuis les spéculations des chercheurs américains et hexagonaux jusqu'à devenir un fait acquis : il y avait des tueurs français à Dallas, tantôt membres de l'OAS, tantôt du Milieu corse ou marseillais ! Comme bien d'autres, cette piste ne prouve qu'une chose : l'étrange facilité avec laquelle une hypothèse peut au fil du temps et des auteurs devenir une vérité indiscutable.
    Vincent Quivy décortique la prolifération des théories de toute sorte et démêle les réalités des fantasmes : un seul ou plusieurs tireurs, au service, au choix, de l'URSS, la Mafia, le FBI, la CIA, l'OAS... Toutes les analyses techniques - balistique, acoustique, médecine légale - sont ici passées au crible. Une brillante démonstration, et un récit passionnant.

    Sur commande
  • " Meilleur intervieweur de France ", " star de l'info ", Jean-Pierre Elkabbach est depuis près d'un demi-siècle l'un des journalistes les plus connus de l'Hexagone. Tour à tour reporter, présentateur vedette, directeur de l'information puis président de France Télévision et patron d'Europe 1, il a gravi, un à un, les échelons de la carrière et de la célébrité. Une carrière marquée aussi par les revers et les dérapages et, surtout, bâtie dans l'ombre des politiques. Sarkozyste sous Sarkozy, chiraquien sous Chirac, mitterrandien sous Mitterrand, giscardien sous Giscard, gaulliste sous De Gaulle, il a réussi, avec une formidable constance, à toujours se placer " du côté du manche ", en fidèle serviteur du pouvoir, familier des puissants qu'il tutoie et qu'il admire. De " Télé Giscard " dans les années soixante-dix à " Radio Sarko " en 2007, ce portrait original, le premier consacré à Jean-Pierre Elkabbach, revisite l'itinéraire d'un journaliste qui se voulait " libre et indépendant " et fut en réalité soumis et discipliné. Obnubilé par son désir de gloire, il symbolise ce journalisme de cour qui, quoi qu'on en dise, relève d'une certaine tradition française.

  • Les affaires politico-financières, le rôle des magistrats et l'intervention des politiques font depuis des années la une de la presse. Malgré leur accumulation, elles suscitent un intérêt constant. Le monde judiciaire lui-même, tribunaux, magistrats, procédures passionnent un public de plus en plus large - en témoignent les documentaires et les séries télé, à foison. Procès Chirac, procès Clearstream 2, réforme de la Justice, suppression des juges d'instruction, suites des affaires Woerth et Bettencourt, Karachi, etc. et, sur une autre planète judiciare, l'affaire DSK : le calendrier des mois à venir confirme que le propos du livre restera longtemps d'actualité.Voici donc une première histoire des rapports entre politique et justice. Et de la justice telle que la voudrait le pouvoir actuel - un Sarkozy dans le rôle du shérif : le droit c'est moi :. S'il existe des livres sur les affaires ou sur les juges, la mise en perspective de l'interventionnisme des dirigeants politiques est encore inédite.Le livre, en 10 histoires pour illustrer l'évolution de la Justice sous SarkozyPUNIR peines planchers et comparutions immédiates, SURVEILLER, désengorgement des prisons et tout sécuritaire CONTOURNER juges indépendants, ennemis du pouvoir CONTRÔLER, procureurs, " préfets judiciaires " soumis au pouvoir. MAJORER, punition des mineurs : plus fort et plus tôt. ASSOUPLIR, délinquance financière, où le laxisme n'est plus une faute. LÉGIFÉRER, l'incroyable amoncellement des décrets et des lois. ACCUSER, les magistrats, responsables désignés. Quand les coupables deviennent ceux qui jugent. PROTÉGER, une justice pour tous... mais avec de notables exceptions. NOMMER, le pouvoir dans l'organisation judiciaire.

    Sur commande
  • - Des responsables locaux au président de la République, des ministres aux parlementaires, ils constituent un monde à part, un bastion imprenable et opaque qu'il est mal vu, en France, de mettre en lumière : retraites avantageuses et cumulables, salaires confortables et innombrables " à-côtés ", le personnel politique bénéficie en effet, à l'heure des sacrifices, d'une situation privilégiée Vincent Quivy, journaliste, a enquêté et minutieusement décortiqué le " mille-feuille " administratif que constituent la commune, l'intercommunalité et ses syndicats, la région. Un enchevêtrement de structures qui entraine en toute discrétion la multiplication des postes et mandats, et des indemnités correspondantes : ainsi, les discours et les émoluments affichés par les politiques dissimulent une réalité constituée de nombre de privilèges et de " compléments " que les représentants de la République n'hésitent pas à s'accorder.Démagogie ou simple devoir démocratique ? Ce petit guide pratique, précis et clair, fait le tour des rémunérations et des avantages, connus ou cachés, d'une profession qui ne connaît pas la crise. Très chers ou trop chers élus ? Á chacun de juger.

    Sur commande
  • Ils étaient officier, étudiant, médecin, industriel, ils sont devenus " activistes " et " rebelles ".
    Aujourd'hui, " terroristes à la retraite ", les anciens de l'OAS livrent leur vie, leurs motivations et racontent le combat sans pitié pour l'Algérie française. Cette vingtaine de récits croisés plonge dans les coulisses de l'histoire, des débuts du contre-terrorisme aux heures clandestines de l'OAS en passant par les préparatifs du 13 mai 1958 ou les dessous du putsch de 1961. Du lieutenant Jean-Marie Curutchet, responsable de l'OAS-Métropole à Pierre Guillaume, le " crabe-tambour ", de Jean-Claude Pérez, un des chefs de l'organisation à Armand Belvisi, chargé d'assassiner de Gaulle, de Joseph Rizza, ancien des commandos Delta à Jean-Jacques Susini, cofondateur de l'OAS, ils forment, eux tous, hauts responsables ou hommes de base, théoriciens ou plastiqueurs, un portrait de groupe.
    Celui des soldats perdus de l'Algérie française. Insurgés contre la république, ils sont devenus, à l'heure des déchirures, les parias de la Nation. Acteurs puis perdants de l'histoire, ils ont, de l'exil à la prison, brûlé leur existence et subi le déshonneur. Aujourd'hui, entre amertume et apaisement, ils parlent.

    Sur commande
  • Enfants de 1991 : Nés dans les dernières années du XXe siècle, nous avons été les premiers enfants à vivre avec le téléphone portable, Internet, Facebook et la Game Boy. Nous avons grandi à cheval sur deux siècles et deux mondes, de l'effondrement de l'URSSaux attentatsdu 11 septembre 2001, de la mondalisation à la télé-réalité, de la guerre en Irak à l'élection d'Obama. Saturés d'écrans et d'images, nous n'en sommes pas moins lucides sur le monde qui nous entoure et exigeants quant à notre avenir.

  • Une description de l'enfance et l'adolescence des personnes nées en 1991, jusqu'à leur 18 ans, à partir des souvenirs communs à cette génération. Les textes mêlent histoire personnelle et mémoire collective, des chronologies restituent le récit dans un contexte plus large et des encadrés apportent un éclairage particulier à certains événements.

    Dans cette collection, chaque livre est rédigé par un auteur né durant l'année en question, qui dépeint ses dix-huit premières années d'existence en s'appuyant sur les souvenirs communs à sa génération. Illustrés par de nombreuses photos d'époque, ces livres-cadeaux très personnels invitent les lecteurs à un parcours nostalgique dans leur propre passé.
    Grâce à eux, revisitez l'enfance et ses attentes, l'adolescence et ses espoirs, sans oublier les événements politiques et sociaux qui secouaient alors la France et le monde.

empty