Valérie Chansigaud

  • Une nouvelle collection pour repenser notre relation au monde sauvage dirigée par Stéphane Durand, co-auteur et conseiller scientifique des aventures cinématographiques de Jacques Perrin. Nous sommes les enfants de l'univers mais nous l'avons oublié. Au nom de la liberté et de la raison, nous avons coupé tous les ponts qui nous liaient au monde. L'homme moderne est devenu une énigme de la nature. Pourtant, une nouvelle révolution copernicienne est en cours au coeur de notre civilisation occidentale. Partout, au cinéma, en littérature, en philosophie, émerge un nouveau regard sur nos « compagnons de planète ». En allant à la rencontre des animaux et des plantes sur leurs territoires, ces auteurs-naturalistes (scientifiques, philosophes) partent en « mission diplomatique » à la frontière du monde sauvage. Pour en finir avec la peur de la nature typiquement française et partir sur de nouvelles bases, il s'agit d'abord d'en identifier le plus précisément possible les sources historiques. C'est la tâche confiée à l'historienne de l'environnement Valérie Chansigaud. Pour lutter contre l'amnésie écologique, il faut savoir ce que fût la nature avant que ses relations avec l'homme occidental n'évoluent et ne se dégradent.

  • Chien, cheval, vache, cochon, poule, chat : les animaux domestiques nous accompagnent depuis la préhistoire et sont toujours aussi présents dans notre monde moderne. Cet ouvrage retrace les relations longues et complexes qui nous unissent à ces espèces. On y découvre le lent et difficile processus allant de la capture d'animaux sauvages à leur apprivoisement, puis à un patient mécanisme de sélection.

    En effet, l'action humaine modifie profondément le corps et le comportement de ces animaux : rendus plus dociles, plus affectueux, plus robustes ou, au contraire, plus chétifs, ils sont devenus les animaux que l'on connaît aujourd'hui. La finalité de la domestication est claire - elle sert les intérêts des hommes - mais, en retour, son impact sur l'histoire sociale et culturelle est considérable. Loin d'être un phénomène du passé, les espèces domestiquées n'ont jamais été aussi nombreuses.

    Ce livre permet de mesurer la diversité des motivations ayant conduit à la mise en élevage d'animaux aussi varié que la drosophile, le saumon ou l'autruche. Il contribue à mieux comprendre les relations complexes, souvent ambiguës, que nous entretenons avec ces animaux sans lesquels l'humanité ne serait pas ce qu'elle est.

  • Les mouvements en faveur de la nature se développent dans la plupart des pays occidentaux depuis la fin du XVIIIe siècle. Protéiformes et redoutables à définir, ils partagent finalement tous le même objectif : construire un monde meilleur.

    Cet enjeu, qui est avant tout politique, relève aussi de questions sociales, économiques, culturelles, car vouloir sauvegarder l'environnement, c'est s'interroger sur la répartition des richesses, le rôle des régulations, l'expression des citoyens, la modification des modes de vie, etc. Autant de thèmes qui sont abordés ici à travers l'analyse de la pensée d'acteurs incontournables - de Reclus et Rousseau à Malthus ou Veblen - et la présentation d'événements emblématiques - comme la contamination au mercure du site de Minamata, au Japon, ou le périple du cargo-poubelle Khian Sea.

    Au final, c'est toute la question du progrès social que les combats pour la nature placent au coeur du débat.

  • Colorés, gracieux, fins chanteurs, facilement observables, les oiseaux ont de tout temps constitué un objet d'étude privilégié pour les naturalistes et un objet d'émerveillement pour l'humanité entière. L'ornithologie est donc une science ancienne. Mais c'est aussi une science éminemment actuelle : les préoccupations environnementales - marées noires, espèces menacées, grippe aviaire. - la placent souvent au coeur de notre quotidien.
    Des mythes du Moyen Age à l'avènement de l'écologie - qui puise ses origines dans l'ornithologie - en passant par les fameux « pinsons de Darwin » ou par l'engouement pour le birdwatching, cet ouvrage conte le développement d'une science qui n'a pas fini de nous inspirer.

  • Les fleurs nous accompagnent dans toutes les étapes de notre vie aussi bien dans les moments heureux que malheureux, dans notre intimité comme dans notre vie sociale. Elles sont tellement omniprésentes que l'on a oublié qu'elles avaient aussi une histoire.

    Ce livre, en se basant sur une riche iconographie, retrace les multiples liens culturels qui nous unissent au monde des fleurs et nous invite à nous interroger sur ces relations : à partir de quand l'être humain s'est passionné pour les fleurs ? que nous racontent les fleurs dans l'art ? y a-t-il un rapport entre arts de la table et l'art des jardins ? pourquoi le sexe et les fleurs sont-ils si proches ?

    Cet amour des fleurs n'est cependant pas sans conséquences et l'on peut s'interroger sur son coût écologique, sur les causes de la disparition de certaines fleurs et sur la naturalité de nos jardins.

    La démarche originale de ce livre nous conduit à reconsidérer cette histoire entre nature et culture et à nous poser des questions parfois insolites : y avait-il des fleurs au paradis terrestre ? la plus belle des fleurs n'est-elle pas en plastique ? y aura-t-il encore des fleurs demain ?

  • Dès l'invention de l'imprimerie, les ouvrages sur la nature étaient illustrés d'images de plantes et d'animaux. Ces illustrations avaient avant tout un but scientifique : permettre la reconnaissance des espèces décrites par les savants. Mais, la beauté de ces images en font aussi de véritables oeuvres d'art et certaines sont devenues célèbres comme le rhinocéros du Durer.L'histoire des illustrations naturalistes permet de comprendre pourquoi on a étudié la nature et de suivre l'évolution des mentalités et des connaissances. Avec ce livre, on découvre les illustrations des premiers livres imprimés, l'origine des représentations du monde préhistorique comme des mondes sous-marins, la carrière des grands illustrateurs (comme Audubon ou Redouté), les débuts de la photographie animalière et du film documentaire... On y découvre comment l'image naturaliste, après avoir été longtemps un objet de luxe réservé à une infime élite, est devenue un élément essentiel de notre culture. Les illustrations naturalistes ont une histoire, cet ouvrage vous la raconte.

  • "Les oiseaux disparaissent!" C'est un cri qui résonne à travers le monde depuis deux siècles. C'est aussi un cri de ralliement qui mobilise des millions de passionnés pour la protection des oiseaux sauvages jusqu'à devenir le mouvement de conservation de la nature le plus populaire. Au début du siècle, les ornithologues établissent des inventaires d'espèces disparues. Partout, des chasseurs, des paysans, des amoureux de la nature, de simples citoyens observent la régression des populations d'oiseaux.
    Dès lors, on se mobilise pour réformer la société. Mais, cela ne suffit pas car notre monde moderne fait peser sur les oiseaux de nouvelles menaces plus complexes: pesticides, marées noires, réchauffement climatique... Les protecteurs des oiseaux ont transformé le monde, en obligeant la science à réformer ses pratiques et en contribuant à la naissance de l'écologie. L'histoire de leurs combats permet de mieux comprendre l'évolution des sociétés modernes et l'émergence des questions environnementales.
    Se basant sur une riche iconographie et une abondante documentation internationale, Des Hommes et des Oiseaux retrace cette histoire longue et tumultueuse et nous invite à nous interroger sur notre relation aux animaux sauvages, sur notre sensibilité face à la souffrance animale, ainsi que sur notre place dans la nature.

  • Il ne se passe pas un jour sans que l'on soit informé d'une pollution, de l'apparition d'une maladie ou d'un nouveau risque sanitaire : on craint pour sa santé lorsqu'on mange, lorsqu'on boit, et, même, lorsqu'on respire.
    Ce livre n'est pas une histoire de la médecine, des maladies ou des pollutions, mais il propose une histoire originale des multiples liens qui nous unissent à notre environnement. Il met en lumière les différentes conséquences des activités humaines sur le fonctionnement des écosystèmes, ces perturbations entraînant la diffusion de maladies. Par exemple, on découvre que des maladies introduites par l'homme l'affectent tout autant que la faune sauvage (peste bovine en Afrique de l'Est au XIXe siècle). Parfois, ce sont les tentatives maladroites de gestion d'une maladie (comme la rage en France) qui provoque une accélération de la diffusion de celle-ci. Enfin, les problèmes sanitaires de la faune sauvage jouent le rôle d'alerte qui nous avertit de l'impact réel d'une pollution comme les faucons pour le DDT.
    L'histoire des liens entre santé et environnement démontre que l'homme n'est pas un élément extérieur à la nature et que bon nombre de maladies environnementales résultent en définitive de ses choix et de ses activités. L'histoire des maladies touchant la nature sauvage, de plus en plus nombreuses, est le signe d'un dysfonctionnement social profond dont l'homme est souvent la première victime. La nature à l'épreuve de l'homme rend visible une histoire invisible et nous invite à nous interroger sur notre responsabilité.

  • Lorsqu'on évoque la relation entre l'homme et la nature, on oublie toujours les enfants alors qu'un très grand nombre de livres destinés à la jeunesse décrit la faune et la flore, fait intervenir des animaux et raconte des histoires qui se passent non pas dans des villes, mais dans des forêts ou des campagnes, parfois enchantées. Mais si la nature est omniprésente dans les publications destinées à la jeunesse, elle est aussi le lieu de toutes les contradictions : quelques livres proposent une véritable initiation à l'histoire naturelle tandis que beaucoup d'autres décrivent de façon fantastique et irréaliste les animaux et les plantes ; certains affirment que la nature peut rendre les enfants libres tandis que là elle est utilisée pour enseigner une morale stricte.

    Ce livre magnifiquement illustré parcourt trois siècles de littérature jeunesse et s'interroge sur le sens et la signification des relations enfant/nature : l'enfant devient-il plus respectueux de la nature et de l'environnement ? L'enfant est-il un naturaliste en herbe ? Serait-il un animal comme un autre ? Les filles et les garçons sont-ils égaux devant la nature ?

  • Le végétarisme est une pratique alimentaire qui exclut la consommation de chair animale. Il existe depuis fort longtemps et les écrits de Pythagore attestent de sa présence dès le vie siècle av. J.-C. Mais il s'est vraiment développé à partir du XVIIIe siècle et surtout de la seconde moitié du XIXe siècle, la viande étant alors perçue comme non naturelle et source de mal-être pour l'homme : la supprimer permettrait de revenir à un régime plus sain.
    D'autres motivations, d'ordre plus spirituel, voire religieux, rencontrent un certain succès aux XIXe et XXe siècles, mettant en avant le respect d'un ordre « naturel » et l'abstinence comme expression d'une libération et d'une élévation de l'âme.
    La reconnaissance de l'animal ainsi que des préoccupations environnementales s'imposent dans les années 1960-1980 et fournissent aujourd'hui un nouveau socle à la pratique.
    À chaque fois, le végétarisme représente pour ses adeptes une forme d'épanouissement personnel fondé sur une privation volontaire, dont la justification - sanitaire, spirituelle ou politique -, s'inscrit toujours en tant que courant minoritaire.

    awaiting publication

empty