Tiago Rodrigues

  • Dossier pédagogique de Marianne Hubac.

    « PINARD, pour l'accusation. - Messieurs, en abordant ce débat, le ministère public est en présence d'une difficulté. L'accusation que nous soutenons ici est celle d'offenses à la morale publique et à la religion. Ce sont là sans doute des expressions un peu vagues, mais, enfin, quand on parle à des esprits droits et pratiques, il n'y a pas d'équivoque possible. La difficulté n'est donc pas dans l'accusation. Elle est dans l'oeuvre. » Cette pièce de théâtre contemporain s'inspire du réquisitoire et de la plaidoirie du procès intenté à Gustave Flaubert en 1857 pour son roman Madame Bovary.

    Une oeuvre à la croisée des genres, à découvrir sans plus attendre !

    Groupements de textes :

    1. Le procès de la littérature 2. La parole théâtrale au XXIe siècle

  • À présent, Candida veut apprendre un dernier livre, le livre définitif. La faveur qu'elle m'a demandée est que je choisisse ce livre. Cher professeur, je suppose que maintenant vous comprenez la dimension de mon problème. Pressé par le temps, je dois accomplir cette terrible mission. Je vous demande de me conseiller : quel livre, quel dernier livre ?

    Lecture conseillée de 14 à 94 ans.

    Tiago Rodrigues ne se contente pas de brouiller les frontières entre le théâtre, la fiction et la réalité. Il invite des hommes et des femmes, le « peloton sonnet 30 de Shakespeare », à éprouver, partager, le temps de la représentation, une expérience singulière : celle de retenir un texte et de le dire. Un acte de résistance artistique et politique, tout autant qu'une lutte contre le temps, l'oubli, le vieillissement, contre l'absence et la disparition. Un geste aussi intime que politique.

  • Le spectacle Sopro (Souffle), mis en scène par l'auteur a obtenu le Prix « Globo de Ouro » en mai 2018 au Portugal.

    Et quand il souffla, cette phrase ne voulut rien dire, « la destruction va leur courir sur les talons ». Ce n'était même pas une phrase, rien qu'une série de sons collés les uns aux autres. C'était un long mot susurré. « La destruction va leur courir sur les talons. » Mais lorsque l'acteur qui jouait le roi Henri prit la parole, « la destruction va leur courir sur les talons », alors cette phrase voulut dire quelque chose, « la destruction va leur courir sur les talons ». Quand cela est arrivé, j'ai senti le plateau brûler sous le bout de mes doigts.

    Souffle est une ode au métier de souffleur. Au gré des souvenirs de Cristina Vidal dont c'est la profession, l'auteur rend un hommage délicat au théâtre et à ceux qui le font.

    Dans Sa façon de mourir, Tiago Rodrigues propose sa vision d'Anna Karénine et interroge l'acte de traduire : À quel point une langue influence-t-elle la perception d'une oeuvre ?

  • Choeur des amants Nouv.

    Tiago Rodrigues revient à sa première pièce de théâtre. Écrite et créée à Lisbonne, en 2007, Le Choeur des amants est un récit lyrique et polyphonique. Un jeune couple raconte à deux voix la condition de vie et de mort qu'ils traversent lorsque l'un d'eux se sent étouffé.
    En juxtaposant des versions légèrement diff érentes des mêmes événements, la pièce nous permet d'explorer un moment de crise, comme une course contre la montre, où tout est menacé et où l'on retrouve la force vitale de l'amour.
    Treize ans après sa première création, Tiago Rodrigues invite Alma Palacios et David Geselson à donner corps à ces deux personnages qu'il a inventés. Il en profi te aussi pour imaginer ce qui leur est arrivé toutes ces années. Sans se limiter à en faire une nouvelle mise en scène, il décide d'écrire sur le passage du temps et ce qui en découle sur la vie des amants. Qu'en est-il, de cet amour qui a défié la mort ?
    « Interroger mes personnages sur leur vécu, c'est comme m'interroger sur le vécu de mon théâtre depuis que j'ai commencé à écrire », nous dit Tiago Rodrigues. « Les personnages seront-ils encore amoureux ? Ce jeune homme que j'étais, qui a osé écrire cette pièce, sera-t-il porté par la même nécessité de faire du théâtre ? Je ne sais pas si je suis prêt à entendre la réponse, mais je ne peux éviter la question. »

  • Iphigénie : Nous sommes à Aulis. Agamemnon, le roi, Ménélas et les Grecs désirent Hélène. Ils désirent Troie. Il n'y a pas de vent.
    Impossible d'embarquer. Iphigénie doit être sacrifiée. Iphigénie, fille du roi, fille de Clytemnestre. Clytemnestre implore Agamemnon.
    Iphigénie décide de mourir. Iphigénie est morte. Iphigénie meurt et le vent se lève.

    Agamemnon : Nous sommes à Argos. Clytemnestre, la femme d'Agamemnon, a Égisthe pour amant. Dix ans ont passé. Agamemnon rentre victorieux. Agamemnon rentre de Troie avec Cassandre. Une fête se prépare. Clytemnestre et Égisthe tuent Agamemnon.
    Clytemnestre venge la mort de sa fille Iphigénie. Cassandre meurt elle aussi. C'est le brouillard.

    Électre : Nous sommes en périphérie d'Argos. Électre et Oreste sont frère et soeur, enfants de Clytemnestre et Agamemnon. Oreste a été contraint à l'exil. Électre a été mariée à un pauvre laboureur. Électre veut se venger. Oreste est de retour. Électre et Oreste se retrouvent. Oreste tue Égisthe. Électre et Oreste tuent leur mère, Clytemnestre. Électre est heureuse. Oreste, non. Le vent se lève.

  • Cette famille tue les fascistes. C'est une tradition que tous les membres de la famille suivent depuis plus de soixante-dix ans. Ils sont réunis aujourd'hui dans une maison du pays. La plus jeune membre de la famille, Catarina, doit tuer son premier fasciste. Cependant, Catarina ne peut tout simplement pas le faire. Une rangée familiale s'embrase. La violence a-t-elle sa place dans la lutte pour un monde meilleur ?

  • La pièce est un parcours initiatique. Girafe est une petite fille de 9 ans. C'est sa mère qui lui a donné ce nom, car elle est grande. Un peu sur le modèle de Candide, elle va de rencontre en rencontre, en traversant une Lisbonne dévastée par la crise économique. Elle est accompagnée par son ours en peluche suicidaire : Judy Garland.

  • Cléopâtre pense : ses fautes sont des étoiles. Les fautes d'Antoine sont innombrables. Mais ses fautes sont ce qu'il a de meilleur. Ses fautes se voient la nuit. Elles sont la lumière qu'il projette sur les autres. Elles sont ce qu'il ne peut changer. Elles sont ce qu'il ne peut choisir. Elles sont ce que Rome ne pourra jamais éteindre. Même à Rome, Antoine sera une nuit pleine de fautes étincelantes.

    Cléopâtre pense : je suis la faute la plus lumineuse d'Antoine. Et Antoine fautera encore.

  • Dans la mesure de l'impossible - traduit du portugais par thomas resendes Nouv.

    Fils d'une mère médecin et d'un père journaliste, Tiago Rodrigues s'est souvent demandé pourquoi il avait choisi de raconter le monde plutôt que de le sauver en agissant de manière plus concrète.
    Ce thème qui lie l'histoire inti me et la grande Histoire va bien à cet auteur-mett eur en scène qui est virtuose dans l'art de mêler les strates narrati ves.
    À Genève, il rencontre le directeur de la Croix-Rouge internati onale et ses équipes. En découlent l'envie de regarder le monde par les yeux de ces personnes engagées dans l'humanitaire et la nécessité d'écrire un spectacle par le prisme de l'inti me.
    Qu'est-ce qui pousse un être humain à choisir de risquer sa vie pour aider les autres ? Comment appréhender la questi on de l'appartenance et du « chez soi » ? Quand devient-elle problémati que face au chaos du monde ? Comment cett e double vie entre les zones de crises et de confl its et le retour chez soi dans un pays en paix modifi e-t-elle le regard sur le monde et sur sa vie personnelle ?
    Invitant les interviewés puis les acteurs à se mett re à distance, Tiago Rodrigues va composer plusieurs récits à parti r des témoignages de voyages eff ectués sur le terrain par les délégati ons de la Croix-Rouge.

    awaiting publication

empty