Littérature générale

  • Une jeune fille passe son bac à la veille du 18 juin 1940 et décide d'aller rejoindre de Gaulle à Londres. La voici engagée à dix-neuf ans dans le Corps féminin des Forces françaises libres. Cinq années de guerre, dont quatre sous le Blitz, années pendant lesquelles elle tient scrupuleusement son journal intime - ici publié tel qu'il a été écrit sous la seule dictée de l'instant. Autour d'elle. des hommes et des femmes s'aperçoivent que " résister " ne va jamais de soi. Elle-même observe, découvre le monde des adultes. Elle fait face avec les moyens de son âge, mais surtout avec la force de son caractère - et celle de son regard. Car d'emblée, elle a pris le parti le plus exigeant : celui de la lucidité. Naïve parfois, impudique par souci de ne pas tricher, clairvoyante surtout. Tereska Torrès livre la chronique d'un moment-clé de l'aventure de ce siècle. Un classique parmi les témoignages sur la dernière guerre.

    1 autre édition :

  • Jeunes femmes en uniforme

    Tereska Torrès

    • Phebus
    • 10 February 2011

    Tereska Torrès a été l'une des toutes premières volontaires à répondre à l'appel du Général de Gaulle en 1940 et à rejoindre les Forces françaises libres de Londres. De cette expérience hors du commun, elle tira en 1950 un roman autobiographique, publié aux États-Unis sous le titre Women's Barracks, directement en édition de poche. Son évocation des moeurs des femmes soldats provoqua le scandale et il fut interdit dans plusieurs états, ce qui ne fit qu'alimenter le succès : 4 millions d'exemplaires se vendirent rien qu'en Amérique, et il fut traduit dans treize langues. Tereska Torrès, qui s'opposa longtemps à une publication en français de peur de choquer ses compatriotes, en propose aujourd'hui une toute nouvelle version.
    Ses jeunes héroïnes (Caron, Nellie, Muriel, Josette et Ursula - double de l'auteur) n'ont pas froid aux yeux et l'intensité propre à la guerre va leur donner plus d'audace encore. Soustraites aux regards de leurs parents, loin de leur cadre habituel et des interdits qui pesaient sur elles, conscientes que la mort peut les faucher à chaque instant, elles croquent la vie à pleines dents - et qu'importe le qu'en dira-t-on. Durant le Blitz, les tabous sont levés et des liaisons passionnées naissent, entre femmes dans la caserne et dans les quartiers de Londres peuplés de séduisants militaires.

  • Les poupees de cendre

    Tereska Torrès

    • Phebus
    • 25 January 2003

    A travers les amours d'une jeune Israélienne et.
    D'un terroriste arabe, ce sont tous les mensonges véhiculés par la logique partisane qui volent ici en éclats - cependant que la fiction nous livre, comme en fraude, non point le froid dossier qui nous permettrait de juger, mais quelques clés pour ouvrir les bonnes portes, et tenter de comprendre. Publié en 1979, largement salué par la critique, un peu oublié ensuite, Les Poupées de cendre de Tereska Torrès, dont on a pu relire récemment l'étonnant Journal de guerre (Une Française libre, Phébus, 2000), évoque de façon cruellement précise - et prémonitoire - la réalité vécue que nous cachent d'ordinaire les gros titres supposés nous informer de ce qu'il en est du drame israélo-palestinien.

  • Septembre 1984, Addis-Abeba. Dans le hall de l'hôtel Éthiopia, une jolie dame aux cheveux blancs et bouclés se fait passer pour une touriste. En réalité, elle est en mission. Contactée par une association humanitaire, Tereska Torrès a accepté de partir en Éthiopie pour organiser le départ clandestin d'un groupe d'enfants falashas à destination d'Israël. Persuadés d'être les descendants du roi Salomon et de la reine de Saba, les falashas sont sur le point de réaliser leur rêve, gagner la Terre sainte. Faute de préparation, Tereska échoue.

    Cinq ans plus tard, la voilà de retour. Et cette fois-ci, elle réussit. Par quel miracle ?

    Dans ce récit palpitant digne d'un film d'espionnage, Tereska Torrès lève le voile sur une page d'histoire méconnue.

  • Le roman vrai d'une obsession et d'une possession : celles que l'écrivain américain Meyer Levin fera siennes jusqu'à la folie après avoir été bouleversé par la lecture du Journal d'Anne Frank...
    Tereska Torrès, sa compagne, est toute prête à le soutenir quand il s'en prend aux marchands du Temple qui dénaturent le message de la petite Anne à l'occasion d'une adaptation pour la scène du célèbre Journal à Broadway. Nouveau Quichotte, Meyer remue ciel et terre pour ramener l'Amérique à plus de décence - convaincu que le détournement de la figure d'Anne Frank, exploitée sous son seul aspect sentimental, joue le rôle de révélateur d'un monde qui refuse de jeter un regard lucide sur lui-même.
    Et puis la jeune femme constate que son combat déborde bientôt les limites du raisonnable : il s'en prend à Otto Frank, le père d'Anne, se met toute la presse à dos... et finit par s'enfermer dans un délire de persécution qui confine à la folie... Narratrice dune histoire où elle faillit elle-même s'engloutir pour l'amour d'un homme juste mais dévoyé par le sentiment d'injustice, Tereska Torrès (Une Française libre, Les Poupées de cendre) a composé à partir de cet épisode vécu un livre que certains considèrent comme son chef-d'oeuvre.

  • Fille du peintre et sculpteur Marek Szwarc et de Guina, juifs d'origine polonaise, Tereska apprend à l'âge de sept ans le " grand secret " : le choix de ses parents qui s'étalent convertis au catholicisme avant sa naissance, sans pour autant renier leur conviction d'être toujours juifs.
    Secret lourd à porter au cours des années trente alors que s'abattent sur l'Europe les persécutions antisémites. Avec le regard de l'enfance qui pose nombre de questions faussement naïves, avec les voix de son père et de sa mère, retrouvées dans leur propre mémoire, se construit un ouvrage pluriel, où surgissent des rencontres, des émerveillements ou des interrogations plus douloureuses. Ayant rallié Londres pour rejoindre la France libre, Tereska traverse les années de guerre et épouse Georges Torrès, le beau-fils de Léon Blum.
    Son récit est aussi traversé par les figures de Jacques et Raïssa Maritain, du philosophe Olivier Lacombe ou de Stanislas Fumet. Au croisement de l'histoire du siècle et de la recherche spirituelle, le livre de Tereska Torrès nous offre le témoignage d'une double identité. Par-delà ses souvenirs, c'est la voix de mondes bouleversés qui parle à travers elle.

empty