Sylvain Maestraggi

  • Marseille, fragments d'une ville est un livre de photographies qui rassemble des images réalisées entre 1996 et 2012, une incursion parmi les strates de cette cité méditerranéenne soumise à de grandes mutations.
    Parsemée de vestiges de l'ère industrielle, arrière-port, viaducs, grands ensembles, Marseille offre un paysage urbain chaotique dominé par des massifs de calcaire plongeant dans la mer. Un paysage minéral, rugosité du béton, blancheur des rochers, où la végétation reste vivace. La figure humaine s'y faufile ? Passants anonymes,géographies nomades, vers quelle destinée ?
    Maintes fois recommencée, promise au renouveau, Marseille, accrochée à ses collines, demeure une ville horizontale, tournée vers le sol, vers la rue. Un village sous le soleil, qui s'étend à perte de vue.

  • Le livre de Christine Breton et Sylvain Maestraggi retrace le séjour des philosophes allemands Walter Benjamin, Ernst Bloch et Siegfried Kracauer à Marseille en septembre 1926, à l'occasion de la publication d'un article d'Ernst Bloch dans la revue "Les Cahiers du Sud". Il est conçu en deux parties : d'un côté, un conte urbain, récit de l'événement par Christine Breton, conservateur honoraire du patrimoine et historienne de l'art ; de l'autre, un corpus de leurs correspondances (notamment avec Marcel Brion et Jean Ballard) et de textes inédits ou nouvellement traduits, réunis et commentés par Sylvain Maestraggi, philosophe, éditeur et photographe. Au centre, un cahier de photographies, Marseille, telle que l'ont vue les trois auteurs... Comment ce qu'ils ont découvert à Marseille a-t-il été déterminant dans l'évolution des oeuvres et dans l'écriture des trois penseurs ?

  • Au cours de l'hiver 1778, J.M.R. Lenz, jeune écrivain allemand en proie à des crises de folie, vient trouver refuge chez le pasteur Oberlin, dans la région du Ban de la Roche, au coeur des Vosges alsaciennes. Un dialogue s'engage entre les deux hommes sans que le pasteur parvienne à apaiser son hôte. Soixante ans plus tard, Georg Büchner découvre dans les papiers du pasteur le récit de ce séjour, qui lui inspire «Lenz», une des plus belles nouvelles de la littérature allemande. Sous sa plume, Lenz devient la figure du voyageur mélancolique - exalté par la nature, tourmenté par son destin. À partir de photographies du Ban de la Roche l'hiver et de fragments de la nouvelle, «Waldersbach» invite le lecteur à mettre ses pas dans les pas de Lenz.

empty