Champ Vallon

  • Scènes dernieres

    Stefan/Jude

    • Champ vallon
    • 1 November 1998

    " Encore onze " Histoires de vie-mort ", lesquelles ne font qu'une.
    Racaille, Retraites, Rats et Ratés nés de vers de La Fontaine ; deux éclaircies féminines en non-rencontres de Gina Vialli et de " Le Crémationniste " ; deux amis flaubertiens se retrouvent ; puis viendront vers chacun son jugement déjà premier, son Coma, sa Page des Obsèques, à lui le Nouveau-mort... Au centre : Que des journées ! " Jude Stéfan

    Sur commande

  • L'idiot de village

    Jude Stéfan

    • Champ vallon
    • 13 November 2008

    « En six nouvelles, un Idiot de village offrira cette particularité d'aussi bien incarner un Professeur extasié, une Adolescente perplexe, des Soeurs perdues, qu'un Aveugle aimé, un Utopiste comblé, un Obèse transi, un Amant rompant, enfin un Suicidant définitif : de la Littérature, c'est-à-dire une Idiotie première. » Variations dans ces nouvelles désabusées sur les thèmes chers à l'auteur : le temps, la mort, le suicide, la vieillesse, la femme toujours, amante, prostituée, soeur, mère, l'amour charnel et la littérature encore comme ultimes refuges contre l'ennui existentiel. Au service de ce cynisme dont l'humour n'est pas exclu, une langue admirable, à la syntaxe abrupte, syncopée. La voix - grinçante, acide, tendre aussi - d'un des plus grands poètes et nouvellistes actuels.

  • L'angliciste

    Jude Stéfan

    • Champ vallon
    • 17 January 2006

    Vieillardise, la Bibliomanie, l'Anglicisme, enfin la Mort même en personne ou accomplie dans une vie captive. " J. S.

  • Dialogues avec la soeur

    Jude Stéfan

    • Champ vallon
    • 1 September 1993

    Sur commande

  • Dialogue des figures

    Jude Stéfan

    • Champ vallon
    • 1 September 1993

    Sur commande

  • La fete de la patronne

    Jude Stéfan

    • Champ vallon
    • 1 September 1993

    Sur commande

  • Le nouvelliste

    Jude Stéfan

    • Champ vallon
    • 1 September 1993

    Dans l'air chez l'oncle Fabian ou chez les germanistes, alors l'inscription au fameux Club de Stevenson, avant la Vieillardise et la notice nécrologique - en illustrations du seul véridique penseur de l'ère : " Un homme qui pratique toute sa vie la lucidité devient un classique du désespoir " (Le Crépuscule des pensées). " Jude Stéfan

    Sur commande

  • Les etats du corps

    Jude Stéfan

    • Champ vallon
    • 1 September 1993

    Situations changeantes en ruptures : la découverte du corps à corps des adultes, la perte violente d'un proche qui devient l'origine de l'écriture, un bal ronsardien, une demande en mariage, le bonheur chez les Filles, aimées en tant que compagnes de misère et de plaisir, un célibataire magnifique, le pourrissement final d'hospice, enfin le passage à la légende... Une mise en forme musicale de phrases.

    Sur commande

  • Vie de Saint

    Jude Stéfan

    • Champ vallon
    • 1 November 1998

    " Un Saint : qui vit selon la perfection du Néant en une donnée profane vouée à nudité, vengeance, inimitié, duel, collection de dates, camaraderie, agonie même relatés en style sec ou à l'occasion trivial afin de répondre au pire et diversifié quant à la facture - histoire, conte, récit, lettre, nouvelle, alternant en dix Variations ".
    J.S.

    Sur commande

  • Oraisons funestes

    Jude Stéfan

    • Champ vallon
    • 18 February 2003

    " y no quiero inventar o que no se ", je n'aime pas inventer ce que j'ignore, écrit borges (el cautivo), marquant ainsi le seuil ambigu de la nouvelle, entre vraisemblance et créativité.
    Cinq nouvelles amoureuses (la pharmacienne, une pléiade, la tante olga), quatre funèbres (oraison funeste), une dialoguée en leur centre même, pour un ultime effort d'oraison - ou assemblage de mots construits selon les règles du genre, " une chose pour laquelle on n'était pas né " (musil). j. s.

    Sur commande

  • Le sillographe

    Jude Stéfan

    • Champ vallon
    • 19 February 2004

    " Faisant suite àSmilla puis Silles - pensées grecques mordantes dues jadis à Timon dit "Le Sillographe" -, ce " diurnal invectif " (contre la Médiocrité, les vulgarismes, le Littérairement correct, la superstition religieuse de retour), daté de 96 à 03, au lieu de tendre à tout dire d'un soi égoïque, ne note que les riens vécus par anecdotes, propos ou fusées - avec en son centre l'impossibilité amoureuse de sortir de soi ou Apories ".
    J S.

    Sur commande

empty