Poésie

  • à la vieille parque ; libères

    Jude Stéfan

    • Gallimard
    • 14 April 1993

    «arbres blancs arbres de mai vos roses en beauté vos neiges explosent hâtivement comme ausone et malherbe qui morts têtes sans force dans leur nuit foulent le pré des blanches asphodèles la Vieille Parque parmi les ruines y trébuchant ramasse leurs derniers mots les ultimes joyaux avec un râteau pour blason si nous aimer dressés diffère de couchés, Euphrasie, beau prénom à prendre à f... une petite croix endeuille ton nom une tombe fraîche cueillons vite la nuit un chien nommé Vieux Soleil y signera le ciment de sa pisse arabesque en nitchevoque alias carpe diem» (in Dédicaces à la Parque)

  • Genitifs

    Jude Stéfan

    • Gallimard
    • 24 January 2001

    Le vieux renne va mourir au cimetière des noms propres où la douleur ne connaît ni jour ni nuit un cerveau plissé la volonté de l'eau à rester pâmé devant tes hanches Donneuse de sang assise au fond du car, Poésie avec poèmes poèmes sans poésie

  • Desesperance, deposition

    Jude Stéfan

    • Gallimard
    • 18 May 2006

    « éphéméride

    au pire du Temps à Noël
    un 25/12/1773
    deux soldats se tuèrent de compagnie
    dans une auberge à Saint-Denis
    après avoir ensemble dûment bu
    et rédigé leur testament puis
    posté quatorze lettres d'adieu
    avec courage
    qui se nommaient par bonheur
    Humain et Bordeaux
    vive la vie vive la mort ! »

    Jude Stéfan.

  • Les commourants

    Jude Stéfan

    • Argol
    • 18 April 2008

    Présente dans toute l'oeuvre, l'idée de la mort, depuis toujours hante Jude Stéfan. Elle ne le quitte plus aujourd'hui. Après son recueil Désespérance, déposition, publié en 2006 aux éditions Gallimard, Stéfan se disait arrivé au bout de sa vie d'écriture poétique. Sa vitalité le contredit. Il entreprit d'écrire un « dernier » long poème : Les Commourants. Lente litanie anthume, que l'homme solitaire et vieillissant déploie au rythme d'un flux vital sans retour, avec ses pulsations, ses élans, ses stases. Si Jude Stéfan reste sans conteste, par sa langue et son esthétique, le plus contemporain des poètes vivants, c'est aussi près de François Villon, dans la grande tradition des complaintes, que s'inscrit ce texte.

  • Disparates

    Jude Stéfan

    • Gallimard
    • 9 November 2012

    Disparates, ces poèmes le sont moins que l'auteur veut bien le dire. Car une vraie homogénéité se dégage de l'ensemble, qui tient à la voix singulière du poète, à sa stylistique ainsi qu'à sa fidélité aux thèmes qui fondent sa poésie : l'amour, la beauté des femmes, la pitié pour les chiens, la mort et les hommages aux maîtres anciens.
    Disparates, ces poèmes ne le sont que comme les instants ou les éclats d'une vie vécue et écrite dans la fidélité à soi-même. De là cette franchise et cette crudité du trait qui caractérisent l'oeuvre poétique de Jude Stéfan.

  • A la vieille parque

    Jude Stéfan

    • Gallimard
    • 21 April 1989
  • Elegiades / deux meditations

    Jude Stéfan

    • Gallimard
    • 14 April 1993
  • Prosopees

    Jude Stéfan

    • Gallimard
    • 14 March 1995

    Sur commande

  • Prosemes

    Jude Stéfan

    • Instant perpetuel
    • 8 March 2003

    En réimpression

  • Vie de Saint

    Jude Stéfan

    • Champ vallon
    • 1 November 1998

    " Un Saint : qui vit selon la perfection du Néant en une donnée profane vouée à nudité, vengeance, inimitié, duel, collection de dates, camaraderie, agonie même relatés en style sec ou à l'occasion trivial afin de répondre au pire et diversifié quant à la facture - histoire, conte, récit, lettre, nouvelle, alternant en dix Variations ".
    J.S.

    Sur commande

  • Epodes ou poemes de la desuetude

    Jude Stéfan

    • Gallimard
    • 22 January 1999
  • Le sillographe

    Jude Stéfan

    • Champ vallon
    • 19 February 2004

    " Faisant suite àSmilla puis Silles - pensées grecques mordantes dues jadis à Timon dit "Le Sillographe" -, ce " diurnal invectif " (contre la Médiocrité, les vulgarismes, le Littérairement correct, la superstition religieuse de retour), daté de 96 à 03, au lieu de tendre à tout dire d'un soi égoïque, ne note que les riens vécus par anecdotes, propos ou fusées - avec en son centre l'impossibilité amoureuse de sortir de soi ou Apories ".
    J S.

    Sur commande

  • Prosemes (2 eme edition)

    Jude Stéfan

    • Instant perpetuel

    awaiting publication

  • Poesie malgre

    ,

    • Instant perpetuel

    awaiting publication

empty