Poésie

  • à la vieille parque ; libères

    Jude Stéfan

    • Gallimard
    • 14 April 1993

    «arbres blancs arbres de mai vos roses en beauté vos neiges explosent hâtivement comme ausone et malherbe qui morts têtes sans force dans leur nuit foulent le pré des blanches asphodèles la Vieille Parque parmi les ruines y trébuchant ramasse leurs derniers mots les ultimes joyaux avec un râteau pour blason si nous aimer dressés diffère de couchés, Euphrasie, beau prénom à prendre à f... une petite croix endeuille ton nom une tombe fraîche cueillons vite la nuit un chien nommé Vieux Soleil y signera le ciment de sa pisse arabesque en nitchevoque alias carpe diem» (in Dédicaces à la Parque)

empty