Stéphane Gal

  • La montagne fut longtemps perçue comme un univers inquiétant et retardé. Pourtant, elle connut une fréquentation sans précédent à partir de la fin du XVe siècle, favorisée par le magnétisme exercé par l'Italie et la conquête du nouveau monde. Dans les Alpes ou les Andes ils firent entrer des armées fantastiques promises à des conquêtes que l'on rêvait à la hauteur de celles d'Alexandre et d'Hannibal. Cette expérience participa de l'élan qui caractérise la Renaissance et cette pénétration dans l'univers de la montagne, par ascension, franchissement, contemplation et glissade, fut aussi l'apprentissage, par l'oeil et par l'esprit, d'une troisième dimension, celle de la verticalité, qui façonna les imaginaires, les pratiques et les cultures politiques de l'Europe moderne.

  • - Des historiens et des géographes s'emparent du concept de liminalité et l'appliquent au thème de la montagne.
    Le concept de liminalité correspond à une période de l'entre-deux : pour un individu, par exemple, l'adolescence est une situation liminale entre le passage du statut d'enfant à celui d'adulte.
    - Il s'agit ici de considérer la montagne dans toutes ses dimen- sions liminales liées à sa masse, à ses pentes et ses verticalités, aux cols et passages, et plus globalement à ses franchissements...
    Et de poser les questions fondamentales suivantes : en quoi l'ex- périence de l'entre-deux, en territoire de montagne, génère-t-elle de l'innovation ? Quelles en sont les conséquences à l'échelle humaine sur les plans économique, social mais aussi sanitaire ou militaire ?
    - Lutter contre les envahisseurs, dresser des barricades et tout récemment encore contre l'installation de la ligne du TGV en sont des exemples cités dans l'ouvrage qui étudie le phénomène du XVI e au XXI e siècle.

  • Prince souverain à dix-huit ans, Charles-Emmanuel Ier (1562-1630), petit-fils de François Ier et gendre de Philippe II, régna un demi-siècle sur les États de Savoie et de Piémont.
    Convaincu d'avoir été choisi par la Providence divine pour accomplir un destin extraordinaire, il fit de sa vie un tourbillon, une quête perpétuelle de grandeur : à lui la vocation de changer le monde et de devenir roi ! A cheval sur les Alpes, ses États devaient incarner l'axe autour duquel il rêvait de faire tourner les plus grandes puissances. Il y avait dans ce duc une démesure baroque, une exubérance à la hauteur de ses rêves qui lui imposèrent d'inventer une nouvelle voie, de théâtraliser le monde et la guerre afin d'y jouer le premier rôle. Pourtant, il essuya plus de revers qu'il ne rencontra de succès, ce qui lui valut souvent le mépris des historiens. Mais l'important n'est-il pas plutôt ce miracle subtil d'équilibre et d'audace auquel il sut donner corps pour hausser la Savoie au niveau de la France et de l'Espagne, quitte à les combattre, à rêver de croisade ou, même, à briguer l'Empire ? A ce jeu, inspiré tant par le providentialisme chrétien que par le réalisme de Machiavel, le duc de Savoie devint un maître, redouté et honni par un autre maître en la matière : le duc de Richelieu. Son génie militaire lui permit de se tailler une place majeure sur l'échiquier mondial, première des dynasties de la péninsule qui devait forger le destin de l'Italie unifiée. Et sa dangereuse politique du précipice, qui faillit plus d'une fois faire basculer ses États dans l'abîme, fut poursuivie avec constance par ses successeurs jusqu'à décrocher enfin, au début du XVIIIe siècle, la couronne tant convoitée.

    Sur commande
  • La transgression traverse et interroge toutes les époques et toutes les sociétés. Le concept recouvre quantité de pratiques diverses au point d'être utilisé souvent extensivement et abusi- vement. Les choses pourtant paraissent simples. Transgresser, c'est aller au-delà de limites juridiquement, politiquement et socialement établies ; c'est aussi s'aventurer hors du territoire dessiné par le code moral de chacun. Au-delà de cette définition sommaire - qui n'intègre pas, par exemple, le vertige enivrant et libérateur qui peut accompagner la transgression, cet « éclair dans la nuit » dont parlait Michel Foucault - comment définir en toute rigueur, à partir de cas précis, ce que transgresser veut dire ?
    L'atelier « Sociétés en guerre » qui, au sein du laboratoire de recherche historique Rhône-Alpes, réunit chercheuses et cher- cheurs qui croisent fréquemment les pratiques transgressives dans leur travail, s'est attelé à cette tâche. La question de savoir ce que la notion de transgression désigne et implique se pose, en effet, de manière particulièrement aiguë en temps de guerre.
    D'où le parti d'aborder cette expérience de la transgression dans une perspective pluridisciplinaire à partir d'une observa- tion sur le temps long, de la Grèce antique à l'expérience contemporaine de la guerre civile au Rwanda.
    Les éléments de réponse que l'ouvrage apporte mettent en lumière le fait que la transgression est chose exigeante et, sou- vent, plus difficile à vivre et à admettre qu'on ne le croit.

    Sur commande
  • Cet ouvrage effectue une analyse de la correspondance reçue en 1572 par Bertrand-Raimbaud de Simiane de Gordes, lieutenant général du roi en Dauphiné. Seul lien entre le Roi et sa province, le lieutenant général est un personnage-clé dans l'histoire de cette période.
     Au total, plus de 630 missives ont été étudiées pour cette seule année. Parmi elles, une partie traite de la Saint-Barthélemy, jour noir des guerres de religion, et de la façon dont elle s'est déroulée en Dauphiné.
     Leur intérêt prend tout son sens quand on sait que l'un des hauts faits de Bertrand de Gorde est d'avoir précisément refusé d'exécuter les ordres du Roi qui commandait l'exécution des Protestants, empêchant ainsi que se produise en Dauphiné le massacre des protestants...
     Les auteurs proposent ainsi l'étude d'une correspondance gouvernementale révélatrice de la problématique des affrontements religieux du XVIe siècle.

  • Dans une période où l'environnement est devenu central, cet ouvrage traite de la question des rapports entretenus par les sociétés avec leur espace sous l'angle du territoire, et autour des thèmes de la ville, des risques et de la montagne.
     Des chercheurs grenoblois et internationaux, spécialistes du thème, nous font part de leurs questionnements et font état des recherches en cours ainsi que des travaux à venir.

    Sur commande
empty