Sophie Marinopoulos

  • Sophie Marinopoulos, psychanalyste, spécialiste de l'enfance et de la famille, se met dans la peau d'un bébé depuis sa conception jusqu'à l'âge de un an. Un livre d'une grande tendresse, qui touche au plus près du développement de l'enfant et conduit à une meilleure compréhension de sa vie intérieure. Un livre précieux à mettre dans les mains de tous les parents !

  • L'auteur a créé pour vous le ludomètre, qui permet de comprendre et de prendre soin de l'équilibre et de l'évolution psychologiques et émotionnels de votre enfant.
    Comment ? En le regardant jouer. Jouer avec sa bouche à 4 mois pour devenir curieux ; jouer à cacher-coucou à 12 mois pour apprendre à se séparer ; jouer à transgresser à 2 ans pour comprendre les limites ; jouer à cache-cache à 3 ans pour dépasser la peur de perdre l'autre ; jouer à se déguiser à 4 ans pour affirmer sa personnalité ; jouer à " faire semblant " à 5 ans pour stimuler son imaginaire ; jouer à créer des histoires à 6 ans pour développer son langage indispensable à l'équilibre relationnel et jouer à des jeux de société à 7 ans pour se confronter à soi et aux autres...
    C'est en jouant que le bébé, l'enfant, se construit et jette les bases de sa sécurité intérieure, équilibre sa vie affective, affirme sa personnalité. Il en gardera le plaisir de découvrir qui lui sera si utile dans sa vie d'écolier puis d'adulte.

  • Ce livre de Sophie Marinopoulos, psychologue, analyse les vertus de l'ennui, comme l'essence de notre devenir. L'auteur questionne les transformations contemporaines qui font oublier la vitalité de l'ennui au point que les adultes peinent à laisser l'enfant "ne rien faire".

    Le discours sur l'ennui ouvre une réflexion sur ce que nous sommes, sur notre rapport au temps, à l'espace, à l'autre, au désir, à l'éducation, au travail, à l'amour. L'ennui parle de nos liens intimes, et nous verrons qu'il nous permet de comprendre nos difficultés à vivre ensemble aujourd'hui, à motiver nos enfants à l'école, à inscrire nos couples dans la durée, à partager, à soutenir les professionnels dans la pensée. L'ennui est un mouvement qui nous engage à penser l'homme dans ses transformations contemporaines. Il est juste là où la vie de soi commence, où le langage éclot, où le corps et l'esprit s'ouvrent de concert, prenant appui l'un sur l'autre, pour le bonheur d'être soi et d'être au monde.

  • Voici un livre événement. Car s'il existe en effet un carnet de santé pour tous les enfants, celui-ci ne concerne que leur santé physiologique. Rien sur ce corps invisible que représente la santé psychique !
    Et pourtant combien il est important pour les parents d'avoir un carnet qui leur permette de comprendre et d'évaluer le bon équilibre affectif, émotionnel, narcissique, relationnel de leur enfant ! De voir s'il dispose de suffisamment de ressources intérieures pour bien traverser toutes les étapes de son enfance et de son adolescence.

    Sophie Marinopoulos , grande spécialiste de l'enfance et du soin psychique , répare cette lacune. Précis, didactique, ce carnet sera la mémoire de la croissance relationnelle et affective de l'enfant. Il donnera les repères indispensables aux parents sur l'évolution de leur enfant. Il permettra également de repérer ses éventuelles difficultés et de les soigner de sorte qu'elles ne l'handicapent pas durant sa vie future. En effet combien d'enfants qui ont souffert hier de difficultés psychiques non reconnues se retrouvent aujourd'hui, adulte, en état de grande détresse !

    Grandir ne se limite pas à la taille, au poids, aux nombre de dents. Ce carnet ouvre un nouveau champ à la santé et démontre que grandir c'est aussi être bien dans sa tête, être bien avec les autres, porter un regard aimant sur soi-même, intérioriser de la confiance en soi, accepter ses limites.

  • « Que veulent les femmes avec les hommes ? Que les hommes soient des femmes comme les autres ? Qu'ils les fassent jouir comme des hommes mais qu'ils leurs parlent comme des femmes ? » La psychanalyste Sophie Marinopoulos tire la sonnette d'alarme sur la guerre des sexes qui gronde plus fort chaque jour. Du côté des hommes cela se traduit par des propos sexistes, des comportements transgressifs et d'abus à l'égard des femmes, comme si les revendications d'égalité des femmes étaient une attaque de leur intégrité, de leur identité masculine. Revendications féminines qui voient les femmes calquer un discours machiste, avec des propos agressifs réducteurs et réactionnels à l'égard des hommes, au nom d'une liberté bafouée. Plus que jamais les hommes et les femmes ne se comprennent pas, se font violence et multiplient les passages à l'acte au lieu de poser des actes citoyens ensemble. Dans une société qui tente l'effacement de la différence des sexes et des générations, il semble de plus en plus périlleux de se supporter dans des places différenciées porteuses d'égalité, d'accepter ce que l'altérité induit dans nos rapports humains. L'altérophobie est en passe de devenir la maladie de notre siècle, son fléau. Dans ce pamphlet vif et brillant Sophie Marinopoulos fustigent toutes ces petites philosophies du pénis, qui placent de manière très caricaturale la différence des sexes en dessous de la ceinture, alors qu'elle se situe dans notre propre rapport au manque donc à la parole. Ces petites violences ordinaires de regards sexistes en miroir sont tristement exacerbées dans des affaires médiatiques, telle l'actuelle affaire DSK qui a vu des postures caricaturales machistes et féministes. Elle retrace le combat des femmes qui a conduit à l'éclosion du féminisme, qu'elle définit comme un état d'être. Il est question de transmission et elle recommande d'éduquer nos enfants à un esprit féministe qui doit pouvoir en toute circonstance reconnaitre nos droits égaux. Le féminisme n'est pas un parti politique, mais un mode de vie qui se signifie chaque jour. Le féminisme est une éducation précoce à la vie relationnelle qui est transmis par les mères et les pères ensemble, dans un souci commun du respect, de l'égalité, de la dignité, des droits.

  • Ce livre se propose de donner du sens au non sens des actes meurtriers d'enfants. En effet, nous ne pouvons pas nous contenter d'un discours de surface qui laisserait penser que l'on tue son enfant pour des raisons sociales, de pauvreté, de divorce, ou toute autre explication rationnelle. Nous devons tendre vers une analyse qui s'inscrit dans notre spécificité humaine, qui approche notre identité relationnelle, là où la vie, affective et émotionnelle, fonde notre être, et nous rend Sujet. Ainsi, dans cet ouvrage, nous irons vers une compréhension profonde, intérieure, qui va là d'où les émotions surgissent et où se créent des enjeux psychiques souvent insoupçonnables, à l'origine de chaque histoire singulière. La compréhension ne cherche pas à excuser le crime commis mais à transformer le fait divers en récit de vie, afin de l'appréhender autrement et de le prévenir.

  • L'enfant, dès sa naissance, a un besoin vital de jouer pour entrer en contact avec son environnement. Jouer est sérieux car, en jouant, il construit sa santé relationnelle et affective. C'est avec son corps qu'il fera ses premières expériences ludiques, saisissant ensuite les objets, jubilant des émotions nouvelles qu'il produit et provoque en retour, répétant et rythmant ses découvertes ludiques.
    Grandir c'est se séparer : l'enfant doit sans cesse s'adapter à des situations nouvelles, situations sensorielles, émotionnelles, relationnelles, puis sociales et collectives. Ainsi jouer prend tout son sens allant des jeux de bouche, au caché-coucou, au cachecache, aux jeux de faire semblant, aux déguisements, aux stratégies de construction et enfin aux jeux sérieux à règles. Riche de toutes ses expériences ludiques l'enfant construit une estime et un amour de soi, une conscience de son corps puis de son être, de ses limites, créant une sécurité intérieure à l'origine de son autonomie.
    L'envie du bébé de comprendre le monde qui l'entoure deviendra plus tard l'envie d'apprendre, transformant le bébé-joueur en enfant-écolier.

  • Des témoignages de mères venues consulter l'auteur et son commentaire. Voici le livre des mères, de toutes les mères. La société trop médicalisée, grisée par ses exploits scientifiques avait besoin de cette parole donnée aux mères. Toutes ont la parole : celles que la grossesse rend heureuses ou malheureuses, celles qui souffrent de ne pas avoir d'enfant, celles qui ont peur de son arrivée, celles qui renoncent à lui, celles qui culpabilisent de ne pas l'aimer suffisamment, encore trop nourries de l'idée de l'instinct maternel... Elle nous dit aussi comment la maternité prend naissance dans l'esprit des femmes, comment elle se fonde dans l'enfance et comment, un jour, elle se manifeste par un désir d'enfant. Un livre d'une grande actualité et qui répond à une question essentielle : saurons-nous penser la mère, penser la maternité, dans un monde où la performance l'emporte sur le souci de soi ?

  • L'auteur a créé pour vous le ludomètre, qui permet de comprendre et de prendre soin de l'équilibre et de l'évolution psychologique et émotionnel de votre enfant. Comment ? En le regardant jouer. Jouer avec sa bouche, jouer à transgresser, jouer à cache-cache à, jouer à " faire semblant ", jouer à des jeux de société...

  • Voici le livre des mères, de toutes les mères : celles qui abandonnent leur enfant, celles qui souffrent de ne pas pouvoir en avoir, celles que la grossesse rend malheureuses, celles qui culpabilisent de ne pas aimer « suffisamment » leur enfant, celles qui sont seules pour l'élever, etc. Un livre d'une grande actualité et qui répond à une véritable attente. Saurons-nous penser la mère, penser la maternité dans un monde où la performance l'emporte sur le souci de soi oe...

  • À notre insu, notre corps s'exprime. Il dit nos peurs, nos angoisses, nos désirs, notre histoire, la vraie. À travers une série de portraits (l'enfant qui se tait, la femme qui rougit, le directeur qui explose dans la panique), la psychanalyste Sophie Marinopoulos raconte sa clinique quotidienne et son écoute particulière des manifestations du corps. Son écriture très personnelle, parfois poétique, parvient à transmettre une certaine essence de la psychanalyse. Un livre qui aide à penser de manière renouvelée.

  • Le corps bavard

    Sophie Marinopoulos

    À notre insu, notre corps s'exprime.
    Il dit nos peurs, nos angoisses, nos désirs, notre histoire, la vraie. À travers une série de portraits (l'enfant qui se tait, la femme qui rougit, le directeur qui explose dans la panique.), la psychanalyste Sophie Marinopoulos raconte sa clinique quotidienne et son écoute particulière des manifestations du corps. Son écriture très personnelle, parfois poétique, parvient à transmettre une certaine essence de la psychanalyse.
    Un livre qui aide à penser de manière renouvelée.

  • Ce livre évoque l'un des sujets les plus énigmatiques de notre société : le déni de grossesse. Comment une femme peut-elle accoucher sans se savoir enceinte ? Comment le corps peut-il dissimuler une grossesse ? Comment ces bébés clandestins arrivent-ils à se développer normalement ? Quels sont les types de personnalités victimes du déni ? Quel est le rôle du compagnon, de la famille ou de l'entourage ? Poche + : parce qu'un livre n'est jamais clos, mais toujours dans le mouvement du monde, «Elles accouchent et ne sont pas enceintes» est précédé d'une nouvelle préface inédite de l'auteur.  

  • Non, l'instinct maternel et l'instinct paternel n'existent pas. Oui, la maternité se construit. Non, les pères et les mères ne sont pas égaux. Oui, il faut un père et mère pour établir une filiation. Oui, deux hommes ou deux femmes peuvent être parents ensemble. Oui, on doit autoriser les mères porteuses et les rémunérer. Non, nous ne voulons pas que la science permette d'être mère à 70 ans. Non, nous ne voulons pas que les morts fassent des enfants. Oui, le diagnostic prénatal est délétère. Non, l'anonymat du don de gamètes n'est pas à lui seul perturbant pour l'enfant. Oui, on peut interrompre la vie foetale jusqu'à la naissance. Non, le foetus biologique n'est pas une personne à part entière. Oui, le foetus est un Sujet. Oui, on peut vivre sans enfant. Non, le clonage n'est pas un crime contre l'humanité. Deux spécialistes de la maternité se sont réunis pour penser, échanger, confronter leurs avis sur des sujets brûlants d'actualité qui révèlent la complexité des enjeux actuels autour de la naissance. Les auteurs ont accepté la rencontre de leurs différences, parfois de leurs différends, développant des exemples concrets, des histoires vraies qu'ils ont été amenés à traiter dans leur pratique. Ils ont écrit un livre singulier qui se positionne sur toutes ces questions et jette un éclairage inédit sur les décisions éthiques à venir en matière de construction familiale.

  • Moïse, oedipe, Superman : trois enfants abandonnés, trois enfants adoptés. Que signifie s'inscrire dans l'histoire d'une nouvelle famille avec son propre passé, construire un nouveau lien de filiation appelé à résister à l'épreuve du temps oe Illustré de cas cliniques, de témoignages, nourri d'enquêtes originales, cet ouvrage aborde de nombreux points concrets : pourquoi certains enfants ne sont-ils pas adoptables ? Comment sont sélectionnées les futures familles adoptives ? Quels sont les problèmes spécifiques rencontrés par les enfants adoptés ? Comment réagir face à leurs questions ? Faut-il les aider dans leur « quête des origines » oe Les auteurs, confrontées chaque jour à ces questions en tant que professionnelles chargées du suivi de l'adoption, formulent aussi des propositions afin que l'adoption se construise, comme pour toute histoire familiale, en récits de vie.

    Dans une approche plus sociologique et psychanalytique, ce livre ouvre enfin la réflexion sur les thèmes de la parentalité et des origines - avec notamment la question de l'accouchement sous X -, interrogeant la place de la filiation biologique dans notre société.

    Sophie Marinopoulos, psychologue clinicienne et psychanalyste, est chargée de l'accueil et du suivi des maternités vulnérables au CPEF de la maternité de Nantes, travaille au COFI (Consultation filiation) de Paris et au CMPP-CAMSP Henri-Wallon de Nantes.

    Catherine Sellenet est professeur d'université en sciences de l'éducation et dirige le CREC (Centre de recherches éducation-cultures) à l'IUT de La Roche-sur-Yon (université de Nantes).

    Françoise Vallée, psychologue clinicienne, exerce à Nantes dans le service d'adoption de l'aide sociale à l'enfance, où elle est chargée de l'agrément et de l'accès des personnes adoptées à leur dossier.

  • This book brings up one of the most mysterious subjects of our society: pregnancy denial. How can a woman give birth without knowing she's pregnant? How can the body dissimulate a pregnancy? How can these clandestine babies develop normally? What types of personalities are most likely to be victim of this phenomenon? Two recognized specialists in the area of pregnancy denial answer your questions using many cases, sometimes famous ones. Through their expertise, they allow us to access the intimacy of these women. It allows us to understand how some of them will become mothers of these unthinkable children and others play a role in a murder drama. As we move forward, their lives become stories of men, of women and families who couldn't or didn't know how to ask for help.

  • La question des origines interroge les ressorts les plus profonds de l'être humain. Il faut s'avoir d'où l'on vient pour savoir qui l'on est. D'où le besoin individuel de s'ancrer dans une lignée ; d'où le besoin collectif de se créer un mythe fondateur ; et d'où le besoin universel d'expliquer l'origine du monde. Les réponses à ces questions de la psychologie, avec Sophie Marinopoulos (1re partie), de la sociologie, avec Michel Wieviorka (2e partie) et de la cosmologie, avec Etienne Klein (3e partie). En guise de conclusion, ces trois experts confrontent leurs points de vue dans une dernière partie.

    Sur commande
empty