Sigrid Nunez

  • Écrivaine et professeure à l'université vivant dans un minuscule appartement new-yorkais, la narratrice est contactée par la troisième épouse de son meilleur ami récemment décédé. Celle-ci lui demande la faveur de prendre son chien Apollon. Malgré sa préférence pour les chats et l'interdiction des animaux stipulée dans son bail, elle accepte. La cohabitation avec Apollon, grand danois vieillissant de la taille d'un poney, s'annonce riche en surprises.Magnifique exploration de l'amitié, du deuil, de la littérature et du lien qui nous unit aux animaux, L'Ami est un texte unique en son genre.Dans ce septième roman, touchant, malin et soyeux, l'intelligence et l'émotion y pétillent à chaque page. Eric Neuhoff, Le Figaro.Un récit subtil et émouvant. Didier Jacob, L'Obs.Merveilleux. Marine Landrot, Télérama.Un roman inclassable, avec la folle liberté d'un esprit rompu à l'art du vagabondage. Camille Laurens, Le Monde.NATIONAL BOOK AWARD 2018.Traduit de l'anglais (États-Unis) par Mathilde Bach.

  • THE FRIEND - A NOVEL

    Sigrid Nunez

    WINNER OF THE 2018 NATIONAL BOOK AWARD FOR FICTION NEW YORK TIMES BESTSELLER "A beautiful book a world of insight into death, grief, art, and love." --Wall Street Journal "A penetrating, moving meditation on loss, comfort, memory...Nunez has a wry, withering wit." --NPR "Dry, allusive and charmingthe comedy here writes itself. The New York Times A moving story of love, friendship, grief, healing, and the magical bond between a woman and her dog. When a woman unexpectedly loses her lifelong best friend and mentor, she finds herself burdened with the unwanted dog he has left behind. Her own battle against grief is intensified by the mute suffering of the dog, a huge Great Dane traumatized by the inexplicable disappearance of its master, and by the threat of eviction: dogs are prohibited in her apartment building. While others worry that grief has made her a victim of magical thinking, the woman refuses to be separated from the dog except for brief periods of time. Isolated from the rest of the world, increasingly obsessed with the dog's care, determined to read its mind and fathom its heart, she comes dangerously close to unraveling. But while troubles abound, rich and surprising rewards lie in store for both of them. Elegiac and searching, The Friend is both a meditation on loss and a celebration of human-canine devotion.

    Grand format N.C.
    Prix indicatif - Contacter votre libraire
  • **THE BRAND-NEW NOVEL BY THE NATIONAL BOOK AWARD WINNER** A woman visits a friend with terminal cancer. Brilliant, strong-willed and alone, the friend, facing death, makes a momentous request. Will she accompany her on a holiday where she will, without warning one day, take a lethal pill to end her life on her own terms? Shaken and grieving, she finds the strength to agree. What follows is an extraordinary story - profound, surprising and often funny - of a lifelong friendship given the ultimate challenge; to witness its end. Utterly of our moment and timeless, What Are You Going Through is a deeply moving affirmation of life in its current existential threat and in its ordinary tragedies - the loss, loneliness, and the love that yet survives.

    Grand format N.C.
    Prix indicatif - Contacter votre libraire
  • Printemps 1976, 340 Riverside Drive,New York. Sigrid Nunez, recommandée par la NewYork Review, se rend au domicile de Susan Sontag pour l'aider à traiter la pile monumentale de courrier entassée sur son bureau durant son hospitalisation. Sontag a 43 ans, elle vient de subir une ablation du sein, elle est convalescente. Sigrid découvre un vaste penthouse lumineux, aux murs blancs et nus. Peu de meubles, un chien, et une pièce stratégique, la chambre de Susan qui est aussi son bureau, où trône une énorme IBM Selectric. Susan dicte, Sigrid tape. S'ébauche ainsi une relation forte entre la jeune diplômée de ColumbiaUniversity, apprenti écrivain de 25 ans, et l'une des plus remarquables intellectuelles de son temps. Sigrid, amoureuse de David Rieff (fils de Susan Sontag), élira domicile au 340 Riverside Drive. Le trio fera autant jaser les commentateurs que se réjouir la dissidente et si peu conventionnelle Sontag. Nunez se souvient. Elle décrit cette période particulière de leur courte vie commune au quotidien, et la personnalité de celle qui fut pour elle à la fois muse, monstre et mentor. Sontag fumait beaucoup, écrivait sans cesse, voyageait tout le temps, détestait les écrivains-enseignants, la solitude, la sottise, la servilité. Féministe radicale, elle ne portait pas de sac, abhorrait les jupes, lemaquillage, la chirurgie plastique, les tiédeurs et minauderies du sentiment amoureux. Écrivain avant tout, elle était acharnée au travail, pure dans ses ambitions, soucieuse de partager son savoir et d'attiser les curiosités.
    À la fin de son livre, Sigrid Nunez nous a fait partager sa conviction que la radicalité de Sontag a soufflé sur notre culture.Au cimetière du Montparnasse, on lit sur une plaque sombre son nomet deux dates : « 1933-2004 ». 71 années d'une vie remplie d'écrits et de convictions qui appartiennent à notre histoire. Sempre Susan - Sontag forever.

  • New-York, 1968. Pour Georgette George, la narratrice, l'entrée à l'Université est une véritable libération, presqu'un soulagement. Elle laisse derrière elle une petite ville ravagée par la crise économique, une mère envahissante, des hommes violents et une famille désunie. Sur le campus, sa colocataire, Ann Drayton, vient d'un tout autre horizon. Dès son plus jeune âge, elle a connu le luxe, les cours d'équitation et les voyages en Europe. Mais, tout comme Georgette, elle rejette son milieu d'origine, ses parents, et son pays : « nous voulons que l'Amérique regarde ses crimes en face » explique-t-elle avec rage. Entre les deux jeunes filles, c'est le début d'une amitié passionnée, placée sous le signe d'une influence mutuelle. Après la faculté, Georgette débute une carrière journalistique dans la presse littéraire et féminine. Elle s'occupe aussi de sa jeune soeur fugueuse. Ann, de son côté, radicalise ses opinions politiques et son engagement. Par amour autant que par défi vis-à-vis de son milieu, elle s'installe avec Kwame, un militant des Black Panthers de Malcolm X. Une violente dispute sépare les deux amies.
    Plus tard, Ann pousse son engagement politique jusqu'à l'extrême en tuant un policier. Elle refuse l'avocat prestigieux de ses parents lors de son procès et se voit condamnée à perpétuité.
    Un jour, Georgette reçoit à son journal un texte écrit par une détenue qui évoque Ann. En prison, cette dernière reste une femme forte, charismatique, dont l'influence rayonne sur la vie carcérale. Au début des années 80, elle meurt du sida, en prison. C'est la fin brutale et inévitable de la jeunesse pour Georgette. Divorcée, elle tente de raconter cette amitié et les furieuses années 60-70 à ses filles.
    Le titre français Et nos yeux doivent accueillir l'aurore est extrait de la chanson Restless Farewell (1964) de Bob Dylan, morceau fétiche des deux héroïnes.

empty