Shirley Goldfarb

  • Assise au café, attendant que sa vie commence, jouissant de la beauté d'un arbre ou d'un coucher de soleil, décrivant la Mort qui arrive avec simplicité, humour, rage ou désespoir, Shirley Goldfarb, " peintre et pique-assiette professionnelle " comme elle se finit, noircit ses carnets. Elle nous parle d'une époque, les années 70, avec leur frivolité et leur insouciance, de Paris, entre Montparnasse et Saint-Germain-des-Prés, de ses rencontres avec Francis Bacon, David Hockney, Andy Warhol, Yves Saint Laurent, Michel Butor et d'autres, amis surtout du temps qui passe, de sa tendresse pour Gregory, son compagnon de vie, de la cruauté et de l'indifférence du monde de l'Art, du luxe, de la misère, d'un sens aigu du destin... Shirley Goldfarb, figure mythique de la scène parisienne artistique et mondaine, c'est chacun de nous... dans sa solitude et sa quête de reconnaissance et d'amour.

  • Shirley Goldfarb, peintre américaine, s'installe à Mont- parnasse en 1954 dans un atelier minuscule. Elle fréquentera assidûment Saint-Germain-des-Prés et en connaîtra un crépuscule qui offrait encore les derniers reflets de la bohème. De 1971 jusqu'à sa mort elle tiendra un journal intime où, de Butor à Barthes, de Lagerfeld à Saint Laurent, de Hockney à Giacometti, on voit défiler le Tout-Paris des arts, de l'écriture et de la mode.
    S'y mêlent les mondanités les plus futiles, les portraits percutants, les notations poignantes sur l'isolement, les rêves de succès, la crainte de l'échec, les difficultés ou les passions du métier, la maladie qui la mine, la mort si proche enfin.

    En postface, l'entretien entre Shirley Goldfarb et Michel Sicard permet de jeter sur l'oeuvre de ce peintre une lumière vive et singulière.

empty