Sandrine Revet

  • Le 15 décembre 1999, de puissantes inondations s'abattent sur le Venezuela. Elles provoquent des coulées de boue meurtrières. À partir d'une enquête ethnographique qui débute quelques mois après l'événement et se poursuit jusqu'en 2005, cet ouvrage porte une regard anthropologique sur cette catastrophe « naturelle » : il s'agit de comprendre comment un ensemble de phénomènes physiques devient un événement social : La Tragedia.

  • Sur commande
  • Cet ouvrage est le fruit de séminaires mensuels organisés depuis 2002 par le réseau multidisciplinaire de recherche en santé publique "SIRS IdF" (Santé, inégalités et ruptures sociales en Ile-de-France), coordonné par l'équipe de recherche sur les déterminants sociaux de la santé et du recours aux soins de l'Inserm (U707).
    Ces séminaires ont permis de créer des dynamiques d'échange entre les différents acteurs concernés par une même problématique, d'ouvrir des filières d'information élargies et transversales, de présenter les résultats des recherches aux professionnels concernés ainsi qu'aux décideurs, et de faire remonter la demande sociale des acteurs de terrain (médecins, associatifs...) vers les chercheurs. Ils ont conduit, notamment, à un double constat.
    Il est apparu que les facteurs péjoratifs pour la santé ou le recours aux soins des personnes défavorisées renvoyaient souvent à la question de leur(s) insertion(s) sociale(s) actuelle(s) et de l'accumulation de ruptures sociales au cours de leur vie. Dès lors, de tels déterminants - s'ils sont particulièrement étudiés pour certaines personnes ou catégories de populations vulnérables et s'ils sont, aussi, repérés par les professionnels de santé et les dispositifs assistanciels - doivent sans doute être recherchés plus largement et plus systématiquement dans l'ensemble de la population.
    De ce point de vue, il apparaît fructueux d'intégrer résolument deux approches de recherche souvent distinguées, si ce n'est concurrentielles, en santé publique : celle des " interrelations santé - précarité "et celle des" inégalités sociales de santé ". Cette distinction semble peu légitime pour les chercheurs, sans pertinence pour les praticiens et, finalement, préjudiciable à l'étude approfondie des déterminants sociaux de la santé dans leur sens le plus large.
    Au-delà des situations particulières de certains groupes sociaux, l'ambition de cet ouvrage est ainsi d'interroger chercheurs et professionnels sur les implications et la portée des constats qui y sont relatés pour l'ensemble de la population. Une sélection des meilleures contributions à la première année de ces séminaires se retrouve ici, sous la forme de courts chapitres, spécifiquement rédigés pour cette publication.
    Des thèmes précis tels que la santé des personnes sans domicile, le recours aux soins des personnes infectées à VIH ou encore les violences conjugales et la souffrance particulière des adolescents sont abordés sous divers points de vue. Sociologues, épidémiologistes, démographes et psychologues ont pu confronter leur point de vue avec celui de médecins, de représentants associatifs ou de responsables de dispositifs de soins.
    Ce livre s'adresse ainsi à tous les chercheurs, universitaires, professionnels de la santé et de l'action sociale, étudiants et décideurs qui s'intéressent, spécifiquement, aux situations sanitaires et aux soins des populations vulnérables mais aussi à ceux qui sont concernés, plus largement, par la thématique des déterminants sociaux de la santé. Ils y trouveront de nombreuses contributions susceptibles d'enrichir leurs connaissances sur ces questions.

empty