Sandrine Rui

  • Débat public, concertation, consultation... qu'une décision touche à notre bout de jardin ou engage l'avenir de la collectivité, nous sommes, comme citoyens, de plus en plus souvent amenés à participer, à intervenir au sein d'arènes publiques de toute facture. de leur côté, élus et aménageurs sont toujours davantage tenus d'organiser la mise en examen publique de leurs décisions et de leurs projets. mais si l'action publique est assurément devenue plus bavarde, est-elle pour autant plus démocratique ?
    Or, en observant les échanges qui se nouent autour de la conduite des projets d'infrastructures de transport, sandrine rui montre que si le débat public demeure sous contraintes, la permanence des rapports de pouvoir ne ruine jamais complètement la capacité critique et subversive de tout espace public.
    Plus encore, les formes émergentes de débat public ouvrent une discussion réflexive sur la nature de notre démocratie : elles interrogent les modes de formulation de l'intérêt général comme la légitimité de ceux qui en font un objet de débat. d'abord lieu de mésentente, l'espace public institutionnalisé est aussi le lieu où chacun cherche à être reconnu comme sujet démocratique.
    Parfaitement en phase avec les préoccupations contemporaines (intérêt pour le local vs intérêt général, renforcement de la décentralisation vs homogénéité territoriale du service public, transparence des investissements, etc.), cet ouvrage sera indispensable à tous ceux qui se destinent à des tâches de service public ou sont acteurs de tels débats.
    Sandrine rui est docteur en sociologie de l'université victor-segalen-bordeaux 2, rattachée au centre d'analyse et d'intervention sociologique (cadis). elle est également consultante chez c et s conseils.

    Renouveler la démocratie. les langages de la démocratie. le débat public sous contraintes. la mise à l'épreuve de la citoyenneté. faire confiance à la démocratie.

    Sur commande
  • Qu'il s'agisse d'inégalités de traitement en fonction du sexe, de la race, de la sexualité, de la religion, de l'origine, des handicaps, de la santé... les discriminations sont aujourd'hui perçues et combattues comme la figure centrale des injustices. S'il est indispensable de les décrire et de les mesurer, il faut aussi que l'on sache mieux comment elles sont vécues par celles et ceux qui les subissent. L'écart est grand, en effet, entre les inégalités objectives et la manière dont les personnes les ressentent et, surtout, dont elles les tiennent pour justes ou injustes.Pourquoi moi ? s'efforce de rendre compte de ce vécu plus divers qu'il n'y paraît. De l'« expérience totale » qui fait de la discrimination le coeur de l'identité et du rapport au monde des individus à la distanciation que d'autres parviennent à installer grâce à un ensemble de stratégies et de tactiques, se déploie un espace de discriminations vécues de façon plus ou moins intense.Ces expériences sont déterminées par le jeu complexe des conditions sociales. Ainsi les plus discriminés ne sont pas nécessairement ceux qui éprouvent les sentiments d'inégalité les plus aigus. La comparaison entre l'école et l'hôpital montre que les discriminations sont perçues de façon très différente dans ces institutions pour lesquelles la diversité des cultures et des personnes ne constitue pas le même enjeu.Les discriminations et les luttes qu'elles entraînent révèlent de profondes transformations de notre vie sociale et de nos subjectivités ; non seulement elles dévoilent des injustices intolérables, mais elles montrent comment les individus essaient de se construire comme les sujets de leur liberté et de leur identité quand l'ordre social perd de son unité et de son ancienne légitimité.FrançoisDubet,OlivierCousin,EricMacé et SandrineRui sont enseignants à l'Université de Bordeaux Segalen, chercheurs au Centre Émile Durkheim et associés au CADIS à l'EHESS.

  • Ce manuel étudie la spécificité et les évolutions de l'intervention sociologique, méthode qu'Alain Touraine expose avec La Voix et le regard en 1978. Il aborde la méthode depuis ses fondements théoriques et ses usages concrets, tels que les chercheurs qui la pratiquent les racontent. Il s'efforce aussi de comprendre pourquoi, sans être marginale, l'intervention sociologique occupe une place discrète dans le paysage méthodologique des sciences sociales. Enfin, vivement - et parfois violemment - commentée à sa naissance, l'intervention sociologique a progressivement cessé d'être discutée : ce livre entend donc rouvrir le débat.

empty