Sandra Kollender

  • « Neurologique. Le mot est lâché et le sol commence à se fissurer. Je reprends peu à peu mes esprits, et je remets tant bien que mal mon fils, évidemment endormi, dans sa combinaison pilote. Pilote de quoi ? Il n'attrape même pas mon doigt. Il y a des fermetures Éclair partout et je suis aussi calme qu'un vendeur de Red Bull. » Le jour où Anna apprend que Noé est atteint l'un lourd handicap, sa vie bascule. Entre rires et larmes, elle nous raconte ici son parcours du combattant, dans une société où rien n'est prévu pour accueillir son fils. Comme si Noé comptait moins que zéro. Moins que la tête à Toto. Une leçon de vie qui laisse sans voix. N. Dupuis, Elle.

    Il est des petits livres qui résonnent longtemps dans la tête, La Tête à Toto est de ceux-là. S. Cabut, Le Monde.

    La plume vive, imagée, caustique de S. Kollender parvient à cibler la véritable émotion, le pathos en moins. S. Maida, Glamour.

  • Tous champions - hugo lloris Nouv.

    awaiting publication
  • Au départ, Isabelle Fromantin voulait soigner les lépreux. À l'arrivée, elle cherche à dépister le cancer du sein grâce à l'odorat des chiens.
    Ce parcours hors du commun est celui d'une infirmière à l'écoute de ses patients mais aussi de son propre instinct. Celui d'une soignante qui a réussi des miracles par la seule force de sa volonté.
    Pour savoir comment elle en est arrivée là, il faut suivre un fil qui passe par Soeur Emmanuelle, l'Afrique, l'Institut Curie, le financement participatif, le fromage et bien d'autres choses encore.
    Car il s'agit bien d'une enquête quasiment policière, dans le monde jusqu'alors inconnu des odeurs et de la science. Avec son inventivité et aussi un joli sens de l'humour, Isabelle Fromantin nous entraîne à sa suite.

  • Le livre s'adresse à tous les enfants à partir de 3/4 ans. Pas d'histoire, pas de bons sentiments, pas d'euphémisation du handicap, ni dans les textes, ni dans les images :
    Comme les autres livres de la collection Jamais trop tôt, le livre aborde cette question très frontalement.
    Un jeu de dialogue et de réparties apporte humour et légèreté (et parfois même une touche de mauvais esprit !).
    On n'est pas si différents dit aux enfants handicapés que oui, ils sont handicapés, mais que leur identité ne se résume pas à cela. Et On n'est pas si différents dit aux enfants qui ne sont pas handicapés que les enfants handicapés sont avant tout des enfants, avec lesquels ils ont beaucoup en commun et beaucoup à partager.

empty