Ruben Pellejero

  • Retour dans les mers du Sud pour Corto et Raspoutine !

    Tasmanie, automne 1912. Corto et Raspoutine libèrent un jeune homme, Calaboose, emprisonné sur une île abandonnée. Ils l'emmènent avec eux à travers l'océan indien jusqu'à Bornéo, où ils rencontrent le sultan de Sarawak, potentat anglais, qui règne sur l'exploitation de l'hévéa par les indigènes. Cette ressource naturelle est indispensable à l'Empire britannique et la révolte qui gronde chez les Dayaks menace les intérêts de la couronne. Corto se retrouve à jouer les médiateurs et à prendre sous son aile une jeune paralytique, Ratu « la sirène », dont Calaboose tombe amoureux. Corto et ses amis prennent ensuite la direction du Pacifique Sud et de l'île d'Escondida, pour y retrouver le commanditaire de leur mission, le mystérieux Moine, qui a une idée bien précises quant à l'avenir du couple de tourtereaux... Une nouvelle aventure qui fleure bon les embruns du Pacifique, dans la droite ligne du premier épisode mythique de la série, La Ballade de la mer salée.

  • 1911, entre Venise et les jungles d'Afrique équatoriale, Corto recherche le « miroir du prêtre Jean », un mystérieux objet rapporté des croisades. Sur sa route, il croise trois jeunes femmes aux destins étrangement complémentaires : Aïda, journaliste entreprenante, Ferida, exploratrice en quête de son père disparu, et Afra, ancienne esclave.

  • Une reprise fidle et moderne d'un grand mythe contemporain. Rubn Pellejero s'empare des codes graphiques d'Hugo Pratt tout en russissant les investir de sa propre sensibilit, travers le soin apport aux dcors, les personnages secondaires et la mise en couleurs. La nouvelle histoire imagine par le scnariste Juan Daz Canales ractive les ressorts de la geste prattienne (fidlit la parole donne un ami, chasse au trsor, faits historiques authentiques, etc.) Les dialogues percutants de ce grand rcit d'aventures rjouiront les afficionados autant qu'ils sduiront les nouveaux lecteurs.

  • Confié aux Paulin, un couple de bouchers du quartier des Halles, le petit Tristan est affligé d'un lourd handicap qui l'oblige à dissimuler le bas de son visage. Tenu dans l'ignorance de son adoption, Tristan grandit en solitaire, protégé du monde extérieur par l'amour de ses parents adoptifs qui l'aident comme ils le peuvent à laisser s'exprimer son talent d'artiste. Devenu un jeune homme doué d'un grand talent et d'une sensibilité à fleur de peau, toujours muré dans le silence, il sent confusément que plane autour de sa naissance un secret indicible.
    Jusqu'au jour où, dans le Paris bohème de 1900, il rencontre Mathilde, une jeune galeriste déterminée à révéler au monde son talent de peintre. Bouleversé par la bonté et la fraîcheur de la jeune femme, Tristan découvre la confusion de ses sentiments, tout en déclenchant sans le savoir l'implacable machine du destin.

  • Volutes bleues et goût amer.
    Une boîte ouverte. Six cigarettes alignées sur le comptoir. Écrits à la main, sur chacune d'elles, quelques mots. Mis bout à bout, les mots se font poème. Le tabac est vieux, les cigarettes laissent au fond de la bouche un goût amer. Pourquoi ces mots ? Quelle histoire derrière cette fumée qui s'échappe en volutes bleues ? Laura en connaît plusieurs débuts. Il y est question de prisonniers qui souffrent et de femmes qui pleurent. En connaît-elle la fin ?

    Un chant de souffrance et d'amour.
    Les qualités de raconteur d'histoires de Denis Lapière, la subtilité et la profondeur de ses personnages, la construction inventive de ses récits rejoignent ici l'élégance maîtrisée du graphisme de Ruben Pellejero (dessinateur du magnifique Silence de Malka, primé à Angoulême en 1997 sur scénario de Zentner).
    Un peu de fumée bleue... est un chant de souffrances et d'amour, comme seuls deux auteurs en pleine possession de leur talent pouvaient chanter.
    Salué à sa sortie, en 2000, par la presse et les libraires, Un peu de fumée bleue... est réédité dans la nouvelle maquette de la collection, à l'occasion de la sortie du Tour de valse, leur nouvel ouvrage en commun dans la collection "Aire Libre".
    À (re)découvrir absolument.

  • En septembre 1946, Vitor Kolonieitsev est arrêté sur dénonciation anonyme et déporté en Sibérie au camp de Taïchet. Il est condamné à dix ans de rééducation par le travail. Il laisse une femme, Kalia, et deux enfants, Serioja et Voulia. Les années passent. Kalia correspond régulièrement avec son mari. Jusqu'au jour où celui-ci lui demande d'arrêter de lui écrire, ses lettres ravivant toute l'ignominie de la situation. Kalia essaie tant bien que mal de survivre, elle qui est considérée comme la femme d'un Zek, un ennemi du peuple.
    Avril 1953. Staline meurt et, dans les mois qui suivent, des milliers de prisonniers reviennent des camps. Mais pas Vitor. Sans nouvelles, Kalia décide d'aller en Sibérie, pour le retrouver. Elle doit gagner peu à peu la confiance de la population, peu encline à parler de ce qui se passait dans les camps à quelques kilomètres de chez eux. Au fil des semaines, elle rencontre d'anciens Zeks restés dans la région, n'ayant plus nulle part où aller. Elle va alors apprendre toute l'horreur de leurs conditions de vie, et l'instauration d'une pratique particulièrement perverse : le tour de valse.

  • Confié aux Paulin, un couple de bouchers du quartier des Halles, le petit Tristan est affligé d'un lourd handicap qui l'oblige à dissimuler le bas de son visage. Tenu dans l'ignorance de son adoption, Tristan grandit en solitaire, protégé du monde extérieur par l'amour de ses parents adoptifs qui l'aident comme ils le peuvent à laisser s'exprimer son talent d'artiste. Devenu un jeune homme doué d'un grand talent et d'une sensibilité à fleur de peau, toujours muré dans le silence, il sent confusément que plane autour de sa naissance un secret indicible. Jusqu'au jour où, dans le Paris bohème de 1900, il rencontre Mathilde, une jeune galeriste déterminée à révéler au monde son talent de peintre. Bouleversé par la bonté et la fraîcheur de la jeune femme, Tristan découvre la confusion de ses sentiments, tout en déclenchant sans le savoir l'implacable machine du destin.

  • C'est l'été 1923 à Mexico. Edward Weston, photographe américain, abandonne sa famille pour rejoindre Tina Modotti, ancienne actrice aux origines italiennes reconvertie dans l'art pictural. Ensemble, ils s'engageront aux côtés des militants de l'art et vivront la révolution mexicaine de l'intérieur : c'est le temps où les opinions s'exposent sur les murs des bâtiments publics, où les peintres tels que Diego Rivera ou Xavier Guerrero prennent parti pour le peuple et la liberté, dont ils tracent les contours sur la toile gigantesque de la capitale. Entre leurs aspirations à des idéaux solidaires, le tourbillon d'un mouvement culturel unique et leurs luttes contre le pouvoir en place autant que contre eux-mêmes et leur entourage, les deux artistes éprouvent d'intenses déchirements. Mais que restera-t-il de ces fulgurances une fois venue la fin de l'été ?

    Dans "L'impertinence d'un été", ici dans sa première édition chez "Aire Libre", Denis Lapière évoque avec verve et chaleur le point de bascule que représentent les années 1920 dans l'histoire du Mexique. Servie par le trait élégant de Pellejero, l'actuel dessinateur de "Corto Maltese", qui seul parvient à faire danser l'âme bariolée de ce pays, cette double biographie est un brasier multicolore.

  • « Heureux qui, comme Ulysse, a fait un beau voyage » disait le poète. C'est pourtant sans joie que notre Ulysse entreprend le voyage posthume que lui propose son père. En guise de dernière volonté, celui-ci l'invite à répandre ses cendres à l'île de Wight, en Angleterre, en suivant le même périple que lui lorsqu'il s'était rendu au mythique concert de 1970. Une odyssée rock qui avait changé le cours de sa vie. Et qui pourrait bien changer la sienne...
    Sur une bande-son d'époque, au volant du Commodore, un combi Volkswagen hors d'âge, et flanqué des trois compagnons de jeunesse de son père, tous plus barges les uns que les autres, Ulysse empruntera donc la route qu'ils avaient suivie quelques années plus tôt. Au-delà de la ligne blanche, Ulysse découvrira que son père n'était pas le petit bourgeois étriqué pour qui il n'avait jamais eu grande estime. Et à travers lui, il comprendra mieux d'où il vient et qui il est vraiment. Un voyage intérieur d'une rare intensité !

  • Cinq histoires brèves jouant avec virtuosité entre le réalisme et le fantastique.
    Déclinées en gammes chromatiques, cinq tranches de vie basculent selon les lois du hasard ou de ce que l'on pourrait appeler le Destin...

  • Loup de Pluie t.1

    ,

    • Dargaud
    • 6 September 2012

    Un western en deux tomes qui sort des sentiers battus.

    Bruce, fils du magnat des chemins de fer Vincent Mc Dell, protège Loup de Pluie qui vient de tuer, en état de légitime défense, un homme blanc et s'est enfui avec Petite Lune, la femme dont son frère Jack est amoureux... Petite Lune ne sait pas encore qui sera son époux, mais elle a reçu de son grand-père un monocle aux étranges pouvoirs qui le lui dira sans doute. Le clan Cody, qui rêve de se venger des Mc Dell, se lance à la poursuite des fuyards, après avoir enlevé la jeune et jolie Blanche, soeur des deux frères. Entretemps, un vieil homme surgit sur la route de Loup de Pluie et de Petite Lune, hanté par le désir de retrouver le bison blanc. Il leur dérobe le monocle...

    Ce western intimiste est raconté par une femme : Blanche. Atypique, il aborde le droit à la différence, l'entente entre les peuples et la place de la femme dans une société largement dominée par les hommes. L'intrigue, qui s'appuie sur les légendes indiennes, est pleine de mystères.

  • A la fin du XIXe siècle, la famille de Malka fuit les pogroms qui font rage en Russie et part pour l'Argentine. Mais les conditions de vie sont si rudes dans cet immense pays qu'ils ont bien du mal à survivre. Réduite aux dernières extrémités, la famille tentera même de créer un golem pour essayer de se sortir de la misère... Cette parabole des errances du peuple juif, vu par les yeux de Malka, de son enfance à l'âge adulte, est également le récit de la naissance d'un pays moderne.

  • Deuxième tome qui clôture magnifiquement Loup de Pluie. Dufaux et Pellejero poursuivent ce western atypique qui fait la part belle aux personnages. Blanche Mc Dell est retenue prisonnière par les Cody qui réclament vengeance. Ils acceptent de libérer la jeune fille en échange de Loup de Pluie, l'Indien qui a osé se défendre et tuer un Blanc. Les Mc Dell ont une semaine pour négocier s'ils veulent éviter l'explosion de violence car Loup de Pluie, lui, suit la piste du légendaire Bison Blanc.

  • « Heureux qui, comme Ulysse, a fait un beau voyage » disait le poète. C'est pourtant sans joie que notre Ulysse entreprend le voyage posthume que lui propose son père. En guise de dernière volonté, celui-ci l'invite à répandre ses cendres sur l'île de Wight, en Angleterre, en suivant le même périple que lui lorsqu'il s'était rendu au mythique concert de 1970. Une odyssée rock qui avait changé le cours de sa vie. Et qui pourrait bien changer la sienne...
    Sur une bande-son d'époque, au volant d'un combi Volkswagen hors d'âge et flanqué des trois compagnons de jeunesse de son père, tous plus barges les uns que les autres, Ulysse empruntera donc la route longue et sinueuse qu'ils avaient suivie quelques années plus tôt. Au-delà de la ligne blanche, Ulysse découvrira que son père n'était pas ce petit bourgeois étriqué pour qui il n'avait jamais eu grande estime. Et à travers lui, il comprendra mieux d'où il vient et qui il est vraiment. Un voyage intérieur d'une rare intensité !

  • Mexico, août 1923. Le photographe américain Edward Weston vient d'abandonner femme et enfants pour rejoindre sa maîtresse Tina Modotti. Fille d'émigrés italiens, Tina a démarré une carrière d'actrice à Hollywood avant de se révéler photographe, dans le sillage d'Edward.
    Au Mexique, les deux amants découvrent que révolution rime avec expression. Sur les murs des bâtiments publics explosent les peintures de Diego Rivera, de Xavier Guerrero et e tous ceux qui resteront dans l'histoire de l'art sous le nom de "muralistes".
    En ces années 1920, charnières entre l'ancien monde, balayé par la première guerre mondiale, et le nouveau monde qu'il reste à construire, Tina et Edward s'engagent aux côtés des guérilleros de l'art. Dès lors, pour Tina, le sexe, la liberté, l'art et la politique s'avèrent indissociables de son mode de vie ; une quadrature du cercle difficile à résoudre pour Edward. Mais si la passion brûle les sens, la souffrance attise les feux de la création...

  • À l'effervescence politique, artistique et amoureuse du Mexico du début des années 1920 succèdent le tumulte et le doute, tandis que pointe, déjà, le désenchantement auquel Tina, pas plus que ses amis, n'échappera. Edward reparti aux Etats-Unis, Tina se retrouve seule à un moment charnière de sa vie. Passionnée, brillante et libre, elle oscille à la recherche d'elle-même, entre engagement pour le Parti, recherche artistique personnelle et parcours amoureux qui s'entrecroisent. Incapable de se résoudre à choisir une voie qui lui en ferme d'autres, elle ne retrouve Edward que pour mieux le quitter. La situation politique mexicaine se tend, les avis et les destins divergent au sein du groupe d'artistes auquel appartiennent Edward et Tina... L'été s'achève en effet, et commence déjà à se muer en un long hiver.

  • Le diptyque Loup de Pluie réuni en une superbe intégrale ! Dufaux et Pellejero, deux grands auteurs de la bande dessinée européenne, se réunissent pour ce magnifi que western crépusculaire. Un western sur la différence entre deux peuples, entre deux classes, entre un homme et une femme. Le trait et les couleurs du dessinateur catalan se déploient dans ce très grand format. Et en exclusivité, un cahier supplémentaire richement illustré par des inédits de Pellejero !

  • Un chantage entre abattoir et galerie d'art.
    À Paris, quelques années après la Commune de 1871, un couple de bouchers élève comme leur propre fils Tristan, un garçon atteint d'une difformité qui l'oblige à porter en permanence une sorte de minerve, qui lui masque le bas du visage.
    Tristan devient un peintre fervent, tout en gagnant sa vie aux abattoirs, suivant en cela les traces de son "père". Comme le décrivent les amis de son père : il est dans la barbouille et la barbaque. Sa peinture décrit les corps et dissèque les âmes.
    Mais la rencontre avec Mathilde, une jeune et belle bourgeoise passionnée par la révolution impressionniste en cours, bouleverse le fragile équilibre sur lequel repose la vie de Tristan.

  • « La flûte enchantée », le célèbre opéra de Mozart est adaptée en BD, accompagné d'un double CD dirigé par Herbert von Karajan et du livret original traduit en français.

    Égaré en voyage dans un pays inconnu, le prince Tamino,attaqué par un serpent, s'évanouit. Il est sauvé par les trois dames d'honneur de la Reine de la Nuit. Pendant que le prince est encore évanoui, elles décident d'aller porter la nouvelle à leur reine. Le prince se réveille et voit arriver Papageno, l'oiseleur au corps couvert de plumes multicolores. Les trois dames reviennent et lui parlent de Pamina, la fille de la Reine de la Nuit. Elles lui montrent son portrait, et Tamino tombe amoureux mais elle est prisonnière.

empty