Arts et spectacles

  • Chefs d'oeuvre t.1

    Roland Topor

    On a célébré les différentes facettes de Roland Topor, ses romans et ses nouvelles, ses pièces de théâtre, ses dessins de presse, ses affiches, ses illustrations, sans oublier ses films d'animation. Il est temps de présenter ce qui constitue l'épine dorsale de son oeuvre : ses dessins les plus accomplis, qui sont aussi les plus intemporels.
    Ce premier volume s'attache donc à réunir ses chefs-d'oeuvre en noir et blanc, où l'on retrouve ses thèmes de prédilection - le corps malmené, les tourments de l'éros, l'exploration graphique et fantasmatique des méandres de l'inconscient -, ainsi que quelques dessins politiques, aussi pénétrants qu'irrévérencieux.
    Une plongée vertigineuse dans l'imaginaire délié et foisonnant de l'un des plus grands dessinateurs du XXe siècle.

  • Le monde selon Topor dévoile de multiples facettes de l'oeuvre de cet artiste hors du commun, l'un des plus marquants et prolifiques de la fin du xx e siècle.
    L'ouvrage raconte de façon inédite l'univers créatif de Topor, le dessinateur et l'écrivain, des années 60 jusqu'à sa mort en 1997.
    Roland Topor débute sa carrière comme dessina- teur d'humour dans une certaine presse : Bizarre en 1958, Arts en 1959, Fiction en 1960 et Hara-Kiri en 1961. C'est à cette époque qu'il fait la connaissance de Fernando Arrabal. Une amitié très forte naît entre les deux hommes et ensemble, avec d'autres artistes rencontrés lors de ses études à l'École des beaux-arts de Paris, ils créent le groupe « Panique », mouve- ment artistique, qui, malgré son manque de sérieux assumé, va jouir d'une certaine renommée dans le monde des arts et des lettres.
    Toujours empreint d'humour grinçant et d'une cer- taine mélancolie, le dessinateur s'est fait également connaître comme écrivain de nouvelles, de romans, de pièces de théâtre. Il est l'auteur de plusieurs films d'animation, dont le célèbre La Planète sauvage, ainsi que de la série télévisée Téléchat.

  • Topor, Voyageur du livre est le second tome consacré exclusivement aux dessins d'illustration de Topor.
    Roland Topor entretenait avec la littérature et l'objet livre un rapport intime et passionnel. À quinze ans, moment où il fait la découverte d'Alfred Jarry, il oriente sa culture : littérature populaire, auteurs surréalistes, polar, science-fiction, humour, poésie, fous littéraires de toutes périodes et de tous pays. Gourmet, Topor savait apprécier les différents degrés de l'ivresse littéraire et bibliophilique ; l'amour du fond et de la forme. Alors qu'il avait commencé par se faire connaître comme dessinateur d'humour dans une certaine presse : Bizarre, Hara- Kiri... il a simultanément démontré son attachement aux livres. D'un simple frontispice pour le livre confidentiel d'un ami poète à l'illustration des oeuvres complètes à gros tirage, Topor affirme le même génie, créatif et original, que quand il travaille pour la presse, mais il consacre au livre un soin tout particulier qui le fait entrer dans la famille des grands enlumineurs de textes.
    Ce livre permet de réunir des dessins très peu connus, parce qu'ils ont souvent été publiés dans des livres de bibliophilie réservés à des collectionneurs, ainsi que d'autres, pour la plupart oubliés, de ses grands travaux d'illustration pour les clubs du livre en Suisse et en France. Plusieurs centaines de dessins sont remis dans leur contexte de publication, permettant ainsi d'embrasser l'originalité de l'oeuvre d'un Topor illustrateur de livres.

  • Topor dans la presse est le premier livre consacré exclusivement aux dessins de Roland Topor publiés dans les journaux et les revues du monde entier. Ainsi, en près de quarante ans, il a pu notamment dessiner dans Bizarre, Arts, Le Rire, Fiction, Haute-Société, Hara-Kiri, Elle, Il Delatore, Graphis, L'Enragé, Action, Charlie Mensuel, The New York Times, Le Canard Enchaîné, Le Fou Parle, Il Corriere della sera, Le Monde, Le Nouvel Observateur, Die Zeit, Autrement, Frankfurter Allgemeine Zeitung, Il Male, Il Giornalone, Libération, Passages, 7 à Paris, L'Idiot International, L'Evénement du jeudi... Si le dessin de presse n'est qu'une partie de l'oeuvre de Roland Topor, elle est pourtant vertigineuse. En quantité et en audace. Et l'on retrouve toute sa virtuosité conceptuelle, sa pertinence humoristique, son potentiel graphique, son génie.
    La presse était pour lui un vecteur de créativité aussi opportun qu'une galerie, un musée, un livre, une affiche, un film, un décor de scène, un objet.
    Ces dessins, ayant été publiés de façon éphémère, sont pour la plupart inconnus, même des spécialistes. Plusieurs textes et témoignages accompagneront cette monographie, notamment sous la plume du cinéaste Pascal Thomas, ami intime de l'artiste.
    Un texte de présentation apportera des éclairages quant aux participations significatives de Topor à certaines publications. Des légendes permettront de situer précisément chaque dessin. Un cahier de photographies montrant Topor au travail servira d'introduction à l'ouvrage.

  • Réédition d'un ouvrage de 1972 composé de dessins et de textes réalisés par Roland Topor en collaboration avec son fils, Nicolas, alors âgé de cinq ans.

    Publié à l'occasion de l'exposition « Le monde selon Topor », Bibliothèque nationale de France, Paris, du 28 mars au 16 juillet 2017.

  • Premier livre consacré exclusivement aux dessins d'illustration de Topor. Roland Topor entretenait avec la littérature et l'objet livre un rapport intime et passionnel. À quinze ans, moment où il fait la découverte d'Alfred Jarry, il oriente sa culture : littérature populaire, auteurs surréalistes, polar, science-fiction, humour, poésie, fous littéraires de outes périodes et de tous pays. Gourmet, Topor savait apprécier les différents degrés de l'ivresse littéraire et bibliophilique ; l'amour du fond et de la forme. Alors qu'il avait commencé par se faire connaître comme dessinateur d'humour : Bizarre, Hara-Kiri¿ il a simultanément démontré son attachement aux livres. Ainsi, dès 1960 paraissent ses dessins dans des livres d'amis écrivains : Sternberg, Blavier, Jodorowsky, Ruellan¿ une sorte de « famille ». Ayant atteint la reconnaissance, il répond favorablement à certaines commandes : Anna Karénine (Tolstoï), La Rôtisserie de la reine Pédauque (Anatole France), Koenigsmark (Pierre Benoît), La Mare au diable & François le Champi (George Sand), Le Revizor (Gogol), Le Quatuor d'Alexandrie (Durrell), Le Baladin du monde occidental (J. M. Synge), Fantômas (Allain et Souvestre), Les Aventures de Pinocchio (Collodi), Les Contes (Perrault) ou à ses contemporains : Aymé, Vian, Ferlinghetti, etc. Topor consacre au livre un soin tout particulier qui le fait entrer dans la famille des grands enlumineurs de textes : Daumier, Doré, Grandville, Rops, Redon, Kubin, Magritte ou ses contemporains Folon, André François...
    Ce livre permet de réunir des dessins peu connus, souvent publiés dans des livres de bibliophilie réservés à des collectionneurs, ainsi que d'autres, pour la plupart oubliés, de ses grands travaux d'illustration pour les clubs du livre en Suisse, ou pour Marcel Aymé et Boris Vian en France. Plusieurs centaines de dessins seront remis dans leur contexte de publication permettant ainsi d'embrasser l'originalité de l'oeuvre d'un Topor illustrateur de livres.

  • Rebonjour

    Roland Topor

    Réalisée durant les décennies 1970-1980, cette série de linogravures de Roland Topor est une variation sur les thématiques du sexe et de la mort. La dureté du trait confèrent aux illustrations une apparente solennité contrebalancée par le titre des oeuvres, tout en humour... noir, évidemment.
    Une affiche offset intitulée « Une vieille légende Slave » est jointe à la publication.

  • Qu'est-ce qui se dit pendant les rapports amoureux ? Quels sont les mots échangés, les expressions partagées ?
    Roland Topor a imaginé, voire consigné scrupuleusement, répliques, propos et confidences aussi philosophiques que saugrenues, amusantes qu'inattendues.
    Avec lui, les mots parlent, rient, jouissent.
    Roland Topor s'est inventé un rôle de scribe de l'acte amoureux, collectionneur de fragments d'intimité, de paroles indiscrètes qui se glissent entre les draps (ou ailleurs, bien sûr) pendant les ébats.
    Selon l'auteur, le bouche à oreille compte autant que le corps à corps. Ce véritable hymne à l'amour, poème érotique, se lit à voix haute, d'une traite.

empty