Belin

  • Cela fait trois siècles au moins que les Britanniques s'interrogent sur le fait de savoir s'ils doivent être i n o u out, s'ils doivent pratiquer le "splendide isolement" ou au contraire s'impliquer dans les affaires européennes. Si l'on remonte plus haut dans l'histoire, il faut évoquer le tournant de la guerre de Cent ans : l'Angleterre est alors intimement liée à l'Europe, puisqu'elle entend conquérir le Royaume de France ; elle gagne de belles batailles mais finit par perdre la guerre. À partir du XVII siècle, sa vocation se définit encore plus clairement : elle est maritime et coloniale. Son horizon est donc le monde, et non l'Europe qui reste cependant le lieu où se joue sa sécurité ou son insécurité. Pendant qu'elle regarde le grand large, elle doit veiller sur ses arrières afin d'éviter tout risque d'invasion.
    L' ouvrage présentera des documents qui mettent en perspective les raisons et les modalités de ces retournements incessants depuis trois cents ans, donnant le point de vue des gouvernements et des partis politiques. Le Brexit mettra-t-il vraiment un terme à ces discussions ?

    Sur commande
  • La France est hantée par son déclin, et l'a peut-être toujours été. Il serait donc possible de relire l'histoire du XXe siècle à l'aune de cette passion triste - et peut-être aussi, avec elle, l'histoire de la France du début du XXIe siècle. Cette crainte s'explique par la volonté du pays de se penser comme une grande puissance et de jouer ce rôle-là dans le monde. Ce désir est né avec la Révolution et le message universel et la Déclaration des Droits de l'homme mais cette « certaine idée de la France » a été mise à mal par l'histoire récente : la débâcle en 1940, puis l'Occupation, la collaboration, et Vichy. Le déclin est devenue une réalité, une tragédie nationale. Ces années noires empoisonnent encore la mémoire.
    La thèse de l'auteur est de montrer que ce recul de la France ne l'a pas empêchée d'opérer une révolution décisive : c'est en donnant la priorité à la modernisation intérieure et à la reconstruction économique, sur la politique de puissance à l'extérieur que le pays parvient à exercer son influence dans le monde.
    Cet ouvrage est un essai d'histoire globale qui part d'exemples précis, comme la monnaie, l'économie, la défense et la mémoire. La thèse générale est de montrer que la France, en comparaison avec l'Angleterre, a su s'adapter à son nouveau statut de puissance moyenne.

    Sur commande
empty