Renaud Dély

  • Entre dîners chics et cabines de plage, la petite ville de la côte d'Opale est le lieu le plus prisé du couple élyséen. Est-ce bien raisonnable d'en faire le poste d'observation favori pour prendre le pouls du pays ?

    A un peu plus de deux heures de Paris, Le Touquet, station balnéaire élégante et discrète, est devenue l'annexe privée de l'Elysée où Brigitte se ressource avec ses petits-enfants et où Emmanuel aime à se retirer lorsqu'il veut fuir les tourments de son mandat.

    Le Touquet, c'est là que Brigitte a passé toutes ses vacances dans la belle maison de famille avant d'y épouser son premier mari, puis le second, le jeune Emmanuel, lui-même tombé amoureux du lieu. C'est là que le candidat à l'Elysée écrit en 2016, Révolution, le livre de son ascension vers le pouvoir... Et c'est là, quand le vent tourne, que le président se réfugie pour manger des crêpes ou jouer au tennis avec son ami Stan, 78 ans, ancien ouvrier d'Usinor reconverti en moniteur de tennis. Où donc, enfin, le président et son épouse sont-ils allés se faire acclamer par leurs fans agglutinés juste avant que le Covid 19 ne fige le pays dans le confinement ? Au Touquet, bien sûr... un certain dimanche de mars et de scrutin municipal.

    Petit paradis sous cloche et décor privilégié du storytelling présidentiel, le Touquet est la pièce manquante indispensable pour bien comprendre les Macron.

  • Véritable incarnation de l'excès, Balkany méprise toutes les conventions avec un naturel déconcertant. La proximité du moindre communiste le fait sortir de ses gonds. D'un culot sans borne, ses fins justifient tous les moyens... surtout si ce sont ceux des autres. Revivez, affaire après affaire, l'édifiant et hilarant parcours du plus improbable animal politique de la cinquième République.

  • La droite brune

    Renaud Dély

    Quand l'UMP, métamorphosée par le sarkozysme, et le FN, remodelé par Marine Le Pen, finiront-ils par s'allier ? Une enquête dans les coulisses des droites radicales qui lève le voile sur ce séisme qui vient.
    Orpheline et nostalgique de Nicolas Sarkozy, la droite française a perdu ses repères. Sous le règne de l'ancien chef de l'État, et jusqu'au bout de sa folle campagne présidentielle, elle s'est radicalisée. Chauffée à blanc, elle a abandonné la défense des valeurs républicaines de tolérance et d'égalité et la quête du rassemblement de tous au profit de la vision étriquée d'une Nation en guerre contre « ceux qui n'aiment pas la France » : étrangers, assistés, fraudeurs, oisifs, et surtout musulmans. Une fuite en avant idéologique qui rompt avec toute l'histoire de la droite républicaine, au moment même où, de son côté, Marine Le Pen s'applique à décharger le Front national du fardeau du passé de l'extrême droite.
    Sans mémoire, l'UMP et le FN convergent pour amener demain au pouvoir la coalition des amnésiques.

    En couverture : d'après Dirk Rietschel © Collection Vetta / Getty Images

  • Un couple a jeté la gauche dans le mur en 2007. Le même couple continue, malgré les apparences, de présider aux destinées socialistes en cette rentrée. Mieux encore, Ségolène Royal et François Hollande - puisque c'est d'eux dont il s'agit - se préparent déjà à un affrontement hors norme en 2012.
    L'enquête démarre au lendemain de la défaite de Ségolène Royal à la dernière élection présidentielle, qui coïncide avec l'explosion du tandem amoureux et politique qu'elle a formé pendant 25 ans avec François Hollande. Dans un premier temps, Ségolène et François s'évitent. Elle est blessée, il la craint. Elle le dit, il se tait. C'est le temps des entremetteurs. Celui, aussi, des opportunistes qui cherchent à tirer parti d'une guerre sans concession. Secoué par le choc des ambitions de ses dirigeants, menacé par les appétits féroces de François Bayrou et Olivier Besancenot, travaillé de l'intérieur par la " guerre des ex ", le PS souffre. Parviendra-t-il à se remettre sur pied ? Si oui, grâce à Ségolène ? François ? Bertrand ? Dominique ? Un autre, moins attendu ?
    Révélant des conversations secrètes, des scènes d'une rare intensité, les pactes et les trahisons des acteurs de cette palpitante chronique où se mêlent stratégies et sentiments, l'auteur Renaud Dély guide le lecteur dans les arcanes de ce Parti Socialiste qu'il connaît si bien, à un moment-clé de son histoire.

  • A l'approche de l'élection présidentielle, la gauche française saura-t-elle enfin s'affranchir des tabous qui la corsètent ? Pour l'emporter en 2007 d'abord, et réussir au pouvoir ensuite, comblera-t-elle ce défaut de lucidité qui l'a envoyée se fracasser sur le mur du réel le 21 avril 2002, puis, de nouveau, le 29 mai 2005 ? Depuis vingt ans, le monde change, la France bouge. Pas la gauche. De Lionel Jospin à Laurent Fabius, en passant par Ségolène Royal ou Dominique Strauss-Kahn, elle se vautre dans une pitoyable guerre des chefs. Surtout, elle reste prisonnière d'une grille de lecture poussiéreuse, brandit des références obsolètes, et se sert d'outils devenus inefficaces. Au pouvoir, elle renonce aux vraies réformes et baisse les bras ; dans l'opposition, elle se réfugie dans une confortable posture de refus sans nuances, et ne mise que sur l'incompétence de la droite pour retourner aux affaires. La gauche souffre d'un décalage croissant entre ses mots et ses actes, entre le monde tel qu'il est et celui qu'elle croit percevoir. Parce que cette fuite au royaume de l'imaginaire a anéanti sa capacité à changer la vie, il est temps que la gauche française revienne dans le monde réel. Les Tabous de la gauche est l'essai lucide et sans concession d'un homme de gauche en colère, déçu par la gauche, mais qui y croit toujours.

    Sur commande
  • Les joueurs de foot ne se contentent pas de jongler avec le ballon, ils jonglent aussi avec les mots, malaxent la syntaxe, pétrissent la langue, jouent avec les phrases, maltraitent la grammaire. Du vestiaire au plateau de télévision, du comptoir de bistrot au canapé du salon, les stars du ballon rond, les entraîneurs, les commentateurs et les spécialistes autoproclamés du football multiplient les aphorismes et les mots d'esprit. Passionné par ce sport, Renaud Dély propose ici une anthologie réjouissante de ces brèves étonnantes, drolatiques ou absurdes.

  • Qui est vraiment Marine Le Pen ? Qui est cette femme qui a tout hérité de son père - le parti, les idées, la violence -, et qui n'a pas hésité à l'éliminer sur l'autel de son ascension ?
    Assoiffée de pouvoir et de reconnaissance, l'héritière s'est lancée à la conquête du pouvoir suprême : l'Élysée, qu'elle espère décrocher en mai 2017. Pour ce faire, Marine Le Pen a changé l'image du Front national, mais en a-t-elle vraiment modifié la nature ? Façonnée par les secousses qui ont fracturé un clan familial hors norme, étudiante fêtarde élevée dans le luxe, bourgeoise deux fois divorcée, Marine Le Pen est en réalité une « bobo » plutôt décoincée sur les questions sociétales. Mais la « bobo » reste une « facho ». Fidèle aux combats de l'extrême droite xénophobe et antirépublicaine, la présidente du FN est arc-boutée sur la défense d'une identité française fantasmée, hostile aux immigrés en général et aux musulmans en particulier. Attisant les souffrances nées de la crise, elle a ancré son parti sur une ligne « ni droite ni gauche » qui renoue avec la tradition anticapitaliste de l'extrême droite française de la fin du xixe siècle. Le marinisme, ce nouvel âge du lepénisme aux contours lissés, n'a jamais semblé aussi près d'offrir les rênes de la République à ceux qui en demeurent ses farouches ennemis. Fruit d'une enquête menée au coeur du FN, ce livre lève le voile sur la vraie nature de Marine Le Pen. Et sur son véritable dessein.

  • Le grand saut Nouv.

    Le grand saut

    Renaud Dély

    • Lattes
    • 18 August 2021
    awaiting publication
  • Du "compromis nationaliste" conclu entre Le Pen et Mégret en 1985, à leur divorce annoncé et consommé, Histoire secrète du Front National est le récit de quatorze ans d'affrontements acharné.

    Point final de l'unification de l'extrême droite française réussie par Jean-Marie Le Pen au sein du Front National, le ralliement au milieu des années 80 de Bruno Mégret et des cadres élevés au lait de la nouvelle droite, introduit au sein du F.N. une culture radicalement différente. Tout oppose le tribun populiste et le polytechnicien méthodique : la filiation, la formation idéologique, la stratégie, le comportement et même le physique. Le premier, leader protestataire, attise les souffrances populaires pour alimenter son fonds de commerce électoral. Le second théorise un projet radical et n'a d'yeux que pour la conquête du pouvoir.

    Comment Bruno Mégret a-t-il tissé ses réseaux au sein du parti pour lui inculquer peu à peu son discours ? Pourquoi son ascension remettait-elle en cause l'autorité de Le Pen et la nature même du F.N. ? Quand l'explosion de ce parti et-elle devenue inéluctable ? Quelques semaines d'une crise violente, brutale ont suffi à mettre à mal le rassemblement de la galaxie nationaliste édifiée par Le Pen. Pour un parti d'extrême droite, deux chefs c'est forcément un de trop.

    L'enquête de Renaud Dély, journaliste à Libération, au coeur du F.N. nous permet de décrypter le duel impitoyable que se livrent deux hommes, deux clans, et finalement deux façons d'être extrémiste.

    Sur commande
  • « Être vaincu vaut mieux que d'être vainqueur du côté des scélérats. ».

    Nantes, février 1858. Soupçonné d'avoir participé à l'attentat contre Napoléon III, Benjamin Clémenceau, dont le seul tort est d'avoir été un farouche opposant à l'Empereur, est arrêté sous les yeux de son fils, Georges. De cette injustice naitra dans le coeur du jeune homme un esprit de révolte qui forgera l'ensemble de sa vie politique, commencée en prison sous le Second Empire, achevée aux lendemains de la Première Guerre mondiale.

    Alors que 2017 célèbrera les 100 ans de sa nomination à la Présidence du Conseil, redécouvrez en BD la carrière longue et passionnée de Clémenceau le radical, le rebelle : l'un des personnages les plus importants de la IIIe République.

  • Ce n'était pas son projet...

    C'est l'histoire d'un jeune homme brillant à qui tout a réussi. Au fil de son ascension, cet ambitieux a tout conquis du premier coup : sa prof de théâtre, dont il a fait son épouse, ses diplômes il collectionne les plus prestigieux , les millions qu'il a accumulés en un temps record lors d'un bref passage dans une banque d'affaires. En un rien de temps, il est même parvenu à conquérir le pouvoir suprême, l'Elysée, au nez et à la barbe de ses rivaux, adversaires et faux amis. Le jeune Macron est parvenu au sommet avec à ses côtés une bande de jeunes impudents aux dents longues, sûrs d'eux et sans états d'âme. Tout leur sourit, rien ne leur résiste. Ils en sont du moins convaincus... Seulement voilà, après avoir ébloui la France, l'Europe, et le monde, la machine se grippe. La mécanique du nouveau monde est fragile, construite sur du sable, sur une illusion, elle s'effondre en un rien de temps, comme un château de cartes. Assiste-t-on à la faillite de la « start-up nation » ?

    Renaud Dély, journaliste politique et auteur de BD satirique, nous raconte en compagnie de Tibo Soulcié le récit de la faillite du système Macron. Une BD-enquête inédite aussi drôle qu'ahurissante sur le cynisme et l'incompétence de celles et ceux qui nous gouvernent.

  • Renaud Dély connaît bien son sujet. En tant que journaliste de premier plan, il côtoie et observe les Le Pen depuis de nombreuses années et nous livre ici les éléments les plus savoureux de leur ascension politique.

    Découvrez les dessous de l'improbable montée en puissance de la dynastie Le Pen ! Des débuts du patriarche à la mise en orbite de la petite-fille, en passant par la vocation tardive de l'héritière du moment, chaque épisode recèle sa dose d'humour et de pathétique, et propose une galerie de personnages plus ahurissants les uns que les autres. Ah, si seulement il ne s'agissait que d'une bande dessinée...

  • Sarkozy et les riches

    ,

    Sarkozy et les riches... Sujet brûlant. Après Sarkozy et les femmes, Renaud Dély et Aurel complètent le portrait de notre « omniprésident » par cette enquête documentée, resituant des moments clés et des anecdotes révélatrices. Vous allez découvrir des personnages de l'ombre, des histoires d'amitié, d'argent et de solidarité. Vous allez découvrir le monde des hommes et des femmes qui fascinent Nicolas Sarkozy, ceux à qui il rend des services. Et qui le lui rendent bien ! Ceux connus du public comme Liliane Bettencourt, Bernard Tapie, Martin Bouygues, Arnaud Lagardère, Vincent Bolloré, Bernard Arnaud, Serge Dassault ou ceux qui restent dans l'ombre, comme Stéphane Richard ou Antoine Bernheim. Les amis du Fouquet's. La "blindée connection". Une plongée au coeur du pouvoir, le vrai, celui avec lequel on ne joue pas. Et la portée au pinacle d'un paradigme malheureusement pas tout neuf : "copiner plus pour gagner plus"...

  • Sarkozy et ses femmes

    ,

    Nicolas Sarkozy a accédé à la fonction suprême en bousculant les conventions et les obstacles, il a conquis les médias et séduit les français en 2007. Bref, il a redonné sa force virile à la politique. Un vrai mec, notre président. Mais ce macho-là a bien des problèmes avec les femmes. Avec les siennes, ses épouses, ses conquêtes, sa mère, avec celles qui l'accompagnent en politique et qu'il fait entrer au gouvernement, avec celles qu'il rencontre. Notre hyper-président est un hyperaffectif. Aussi était-il intéressant de retracer son parcours au rythme de ses rencontres féminines.Renaud Dély, rédacteur en chef de la matinale de France Inter, ex-directeur adjoint de l'hebdomadaire « Marianne », a mené ses recherches dans les coulisses du pouvoir pour brosser ce portrait intime d'un homme à travers ses femmes. Et c'est Aurel, dessinateur de presse (« Le Monde », « Marianne », « Politis », « Siné Hebdo ».) qui se charge de mettre en images cette enquête.

  • Les journalistes analysent les situations politiques, économiques et idéologiques de la France d'aujourd'hui et les rapprochent de celles des années 1930 : krachs boursiers, tensions internationales, replis identitaires, etc.

    Sur commande
  • Il s'agit d'un recueil de dessins de presse politiques et humoristiques, principalement extraits des journaux Le Monde et Politis, ainsi que Yahoo. À nouveau menés par le duo Aurel et Renaud Dély, les deux auteurs couvrent toute la période de la campagne présidentielle jusqu'à l'élection de François Hollande.

    Sur commande
  • Le Poulpe croit d'abord à une mauvaise blague.
    Des ennemis du chef de l'Etat, ce n'est certes pas ça qui manque. Il y en aurait même des millions selon certains sondeurs... Mais pourquoi s'adresser à lui, libertaire dans l'âme, pour ce Président-là ? Parce Chéryl aussi est impliquée. Gabriel Lecouvreur va être obligé de plonger dans les eaux sombres de la politique française. Bientôt, les courants, collectifs et tendances n'auront plus de secret pour lui.
    Des Villepinistes aux Ségolénistes en passant par les Marino-Lepénistes, les fous de Dieu et les séparatistes divers, rien ne lui sera épargné. Et notre Poulpe aura bien du mal à retrouver le Président... et dans quel état !

  • La politique est un sport de combat. Violent. Sanglant. Et la Ve République a inventé la joute ultime : la conquête du sceptre élyséen au suffrage universel, une épreuve sanctionnée par un jury composé de 40 millions d'électeurs.
    La conquête du pouvoir demande un effort de tous les instants, c'est un chemin de croix qui nécessite d'être capable d'humilier l'adversaire, de l'écraser, de le piétiner, sans un regret, sans un remords. Sans un regard pour celui que l'on laisse à terre. Nicolas Sarkozy, Dominique Strauss-Kahn, Marine Le Pen, et tous les autres :
    Jusqu'où sont-ils prêts à aller au moment de se lancer dans la guerre de la présidentielle de 2012 ? Quels sacrifices sont-ils susceptibles d'endurer ? Quelles violences sont-ils capables d'infliger pour parvenir au sommet ?
    L'élixir du pouvoir semble justifier toutes les audaces, tous les excès, tous les crimes. Et c'est d'abord le concurrent issu de ses rangs, de son camp qu'il faut être prêt à poignarder pour arriver : Giscard contre Chirac, Mitterrand contre Rocard, Fabius contre Jospin, Chirac contre Balladur, Sarkozy contre Villepin. Quelques « amateurs », quelques « naïfs », quelques personnalités médiatiques issues de la société dite « civile » se sont risqués dans l'arène, de Bernard Tapie à Nicolas Hulot. Mais au final, la politique est bien une affaire de professionnels.
    Une idée reçue veut que ce soit l'amour de l'autre, l'envie de servir le bien public qui suscite les vocations. C'est faux.
    Cette enquête, fourmillant de révélations et d'anecdotes inédites, se propose de décrypter l'histoire de la violence politique. D'Éric Woerth à Michel Noir, d'Alain Carignon à Didier Schuller, de Michel Rocard à Laurent Fabius, on y trouvera les reliques de ces victimes tombées au champ d'horreur de la politique pour affaires, scandales en tous genres, ou simplement... défaites électorales.

    Sur commande
  • Sitôt l'euphorie de la fête du départ de Nicolas Sarkozy dissipée, les Français ont commencé à s'interroger : qui est cet homme secret et discret qui gouverne la France ?

    Sarkozy le décomplexé dévoilait tout, se montrait tous les jours, parlait sans arrêt, instrumentalisait son image publique. Hollande se montre peu, négocie, hésite, consulte. Il ne veut surtout pas de rupture, pas de fracas. Mais patatras, un seul tweet a suffi pour faire plus de bruit que la perte du triple A. Les Français ont découvert que la vie privée du président était agitée, et les femmes de son entourage tour à tour amoureuses, passionnées et rancunières.

    Voici la première BD-enquête sur les coulisses intimes d'une présidence « normale »...

    Sur commande
  • La République des couacs

    ,

    • Glenat
    • 19 November 2014

    Onomatopée burlesque évoquant la fausse note, le couac est devenu le gimmick de la présidence Hollande comme le bling-bling incarnait le quinquennat Sarkozy. Querelles d'égo, communication discordante, manque de courage politique, désunion d'une majorité qui fait le grand écart sur trop de sujets pour réussir à s'entendre... Tout cela s'est traduit par une accumulation de maladresses, de gaffes et de reculs.  Eh oui, souvenez-vous : l'affaire Léonarda, Florange, l'affrontement Valls-Taubira sur la réforme pénale, l'écotaxe, Notre-Dame des Landes... Les fausses notes furent tellement nombreuses que la petite musique du chef d'orchestre Ayrault s'est souvent transformée en une ubuesque cacophonie gouvernementale.
    Habitués des BD enquêtes politiques, Renaud Dély et Aurel nous plongent cette fois au coeur de cette République des couacs et nous montrent les coulisses pas toujours glorieuses, mais souvent drôles, des gouvernements Ayrault puis Valls. À travers différents épisodes emblématiques de cette période tourmentée, les deux auteurs dressent un tableau acide de nos dirigeants, hélas ! trop souvent obnubilés par l'image et l'agenda médiatique.

    Sur commande
  • La politique est un jeu de massacre.   Jadis, des parrains, Mitterrand ou Chirac, faisaient régner un semblant d'ordre. En 2014, il n'y a plus de figure tutélaire, plus aucun respect et il n'y a donc plus que du désordre. Depuis la publication de Tous les coups sont permis, précédent livre des auteurs, le rythme des exécutions s'accélère. Sous l'impact de la « webisation » de la planète, de la prise de pouvoir des réseaux sociaux et de la dictature de l'image, la lessiveuse tourne à plein régime, broyant carrières, destins et parfois familles au gré d'une foultitude de coups bas, crocs en jambe et trahisons. À gauche, la figure de François Hollande, profondément délégitimée, ne suscite (presque) plus que railleries et critiques dans son propre camp. De Duflot à Montebourg en passant par Hamon et Filippetti, tous les « ex » souvent virés sans ménagement, quand ils dépeignent le pouvoir de l'intérieur, relatent la rapide dégringolade du hollandisme et déversent leur ressentiment à l'endroit du chef de l'État et du petit caporal Manuel Valls. De son côté, Nicolas Sarkozy continue d'inspirer la terreur parmi ses ex-vrais-faux fidèles. Xavier Bertrand, François Fillon, Bruno Lemaire, Hervé Mariton s'affranchissent à leurs risques et périls. D'autres ont fini par se ranger, un temps, résignés. Tous épanchent leurs états d'âme et dévoilent ce qu'ils pensent vraiment d'un chef qui les opprime autant qu'il les fascine. Depuis le cas Trierweiler et le Gayetgate, jusqu'aux blessures qui divisent le clan Le Pen, la haine se déploie dans chaque camp, et d'abord entre alliés, camarades, voire frères autoproclamés. Lâches ou aigris, revanchards ou tout simplement découragés, un long cortège de grands blessés de la politique, eux-mêmes tour à tour assassins et victimes, se racontent dans ce livre. Une somme de confessions inédites et explosives qui racontent, au-delà de ces destins individuels, cette grande machine à dépecer les êtres qu'est devenue la vie politique. Jusqu'à la boucherie finale qui achèvera les politiques, et la démocratie avec eux ?

empty