Langue française

  • Tu serais une huître Nouv.

    Myriam ne supporte pas les plaisanteries de ses cousins et prend au pied de la lettre le surnom qu'ils lui ont donné : l'huître. Du coup, elle devient mutique : les huîtres ne parlent pas, c'est bien connu ! Où comment le jeu le plus débile de la Terre peut sauver des vies.

  • Ado-sapiens

    Raphaële Frier

    Changer le monde ou au moins leur façon de consommer : c'est ce que les parents de Lili et Emma ont en tête lorsqu'ils décident d'envoyer les deux cousines au camp Ado-Sapiens, dans le Vercors. Le principe ? Pendant une semaine, les adolescent·es vivent en nomade et dans le respect de la nature : douche solaire, toilettes sèches et pas de téléphone portable...
    Malgré ses tentatives pour y échapper, Lili finit par monter dans le car qui la conduit au camp. Mais entre la pluie qui lui donne le look (et l'odeur) d'un vieux cocker sous son poncho imperméable, le jeter de papier toilette dans le feu devant tout le monde et l'affût nocturne qui vire au drame, Lili va-t-elle réussir à faire de ces vacances imposées autre chose qu'une galère sans nom ?

  • Grosse folie

    Raphaële Frier

    En vacances au bord de la mer avec leur famille, Chloé, jeune fille en surpoids, et Quentin, adolescent renfermé, se rencontrent sur la plage. Jour après jour, les deux ados s'apprivoisent et nouent une relation amoureuse sincère, jusqu'au moment où Olivier, le grand frère de Quentin, les surprend. Ce don Juan de pacotille lui reproche de s'être lié à « une grosse » et toute la famille de Quentin se joint à lui pour rejeter Chloé. Sous pression, Quentin coupe brutalement les ponts avec la jeune fille. Chloé quitte le village vacances le coeur brisé, persuadée que Quentin s'est moqué d'elle. À la rentrée, chacun reprend sa vie de son côté, entre lycée à Marseille et classe prépa à Paris, mais aucun des deux n'arrive à tourner la page.

  • Il y a des lieux que l'on n'oublie pas. Une colo à Rasebourg, le plus moche village de France, la pluie qui annule toutes les activités prévues... Heureusement, il y a Jeannette, son sourire réconfortant, ses yeux qui pétillent, les secrets partagés et les jeux inventés en silence, la nuit, dans la grange. Mais ça, c'est un secret.

  • Mauvais fils

    Raphaële Frier

    Fils unique, Ghislain a du mal à être ce que l'on attend de lui : un bon élève, viril et surtout hétérosexuel.
    Devant ses résultats médiocres au lycée, son père le pousse à se former au métier d'électricien, un vrai métier d'homme. Après des journées à cacher des fils et poser des prises, Ghislain passe ses soirées dans des bars gays où il vit ses premières expériences sexuelles. Lorsque son père s'en aperçoit, il le met à la porte.
    Un suspens psychologique de bout en bout.

  • Vibrations

    Raphaële Frier

    Clara est amoureuse du beau Sylvain et accro à son portable qui vibre souvent des SMS du jeune homme. Un jour, par erreur, elle emporte le téléphone de Sylvain et y découvre une vidéo qu'il a tournée avec d'autres, une scène de maltraitance et d'humiliation raciste à l'encontre d'Hakim, l'ami d'enfance de Clara...

  • Chambre avec vue

    Raphaële Frier

    Les fenêtres de sa chambre donnent sur l'autoroute et la nuit quand on ferme les yeux on croit entendre la mer. L'autoroute c'est la porte vers l'ailleurs, les vacances, le travail, le voyage. Et quand elle est fermée à la circulation, elle se transforme en vaste terrain de jeu... Un roman urbain, ou le pouvoir des enfants de transformer leur environnement en terrain d'aventures.

  • Un flamant rose pose ses pattes sur dans une cité, sous les yeux des habitants stupéfaits. Les uns clament que cet étrange étranger n'a rien à faire ici, les autres que ce drôle d'oiseau a toute sa place dans la ville. Pour preuve toutes ces situations où il est en parfaite harmonie avec des formes qui le prolongent ou lui sont symétriques. Les rapprochements visuels sont loufoques et cocasses. Tour à tour arrosoir ou parapluie monté à l'envers, panneau de signalisation ou écharpe raffinée, le flamant rose n'en fait qu'à se tête. Et, alors que les habitants délibèrent sur son sort, il se libère de leur esprit étroit en disparaissant à tire d'aile.Un album très graphique pour sourire tout en parlant du bonheur d'oser l'insolite et les différences venues d'ailleurs.

  • Ronron et Fripon

    Raphaële Frier

    Ronron et Fripon ont besoin de toi pour s'amuser !
    Il faut les chatouiller, leur donner à manger... et les bercer !
    À toi de jouer...

  • Do la honte

    Raphaële Frier

    "Do" est un élève modèle. Un petit 6e poli et tête de classe. Pourtant, il a un très lourd secret, qu'il cache avec soin : sa propre famille. Un cauchemar de saleté et de grossièreté qui le dégoûte. Plus tard, c'est sûr, il réalisera ses rêves et fuira loin de sa cité minable.
    Personne ne peut imaginer comme il vit. Jusqu'au jour où sa mère, imbibée d'alcool, s'effondre au pied de la barre d'immeuble, à la vue de tous.
    Jusqu'au jour où un petit caïd du collège veut le faire chanter et lui fait faire devoirs et punitions.
    Jusqu'au jour où son pied se coince dans une racine, au bord du canal.
    Qui aurait pu penser que sa mère savait aussi bien nager ?

  • Vol plané

    Raphaële Frier

    Suzie, 13 ans, voleuse compulsive, raconte son malaise, ses doutes, et aussi son envie de plaire à Mattéo. Pour cela, elle est prête à tout, même si elle doit aller beaucoup trop loin. Heureusement, une bonne douche froide l'attend au tournant.

  • Deux jeunes lycéens en région parisienne. Chacun son histoire de famille, chacun son terrible secret. Marie et Mansour partagent pourtant le même rêve : vivre et respirer, faire tomber les masques et briser les chaînes. Ensemble, ils se battent pour que la vie devienne enfin belle.

  • Allez, Churros ! pitié, Juliette ! Nouv.

    Juliette a une grande passion : les chevaux ! Mais comme ça coûte cher et que ses parents ne sont pas les Rothschild, elle a eu droit à un cochon d'Inde, Churros de son petit nom. Avec lui, c'est sûr, elle va gagner des concours ! Mais avant cela, elle va devoir coacher son poulain. Au programme : cure d'amaigrissement, dressage intensif et soins de beauté. Tout allait à peu près bien pour Churros, cochon d'Inde quasi retraité, jusqu'au jour où sa maîtresse s'est mise en tête de le faire participer à des concours de beauté. Pour lui, s'en est trop, il n'a plus l'âge pour ce genre de truc... Pour avoir la paix et la tranquillité, il n'a plus le choix, il va devoir s'évader !

  • La petite rouge courroux Nouv.

    Savez-vous pourquoi le Petit Chaperon rouge est rouge ? Parce qu'elle est rouge de colère !
    Elle est rouge, la petite : rouge courroux. Parce qu'elle a toutes les corvées de la maison sur le dos, que son père ne veut pas qu'elle sorte, que son frère la nargue et, pire, parce que sa mère ne dit rien contre tout ça. Ce matin, on lui demande de faire une galette au beurre pour sa grand-mère qui l'aime tant : « Et le frère alors ? Pourquoi il ne fait pas la galette, lui ? » Il la lui portera. « Et pourquoi pas moi ? » C'est trop dangereux, tu pourrais rencontrer le loup ! La petite n'en a cure : elle est rouge écarlate, cette fois. Le loup n'a qu'à bien se tenir, face à la colère géante de la rouge rebelle !

    Attention nouveau talent : les illustrations de Victoria Dorche sont comme peintes dans l'urgence, bigarrées, nerveuses et inspirantes !

  • Pour lancer une correspondance entre deux classes, les enseignants demandent à chacun des élèves de fabriquer un objet. Mathis le Marseillais reçoit de Camille la Bordelaise un affreux pull vert à rayures rouges... qu'il se dépêche de jeter à la poubelle. De son côté, Camille n'a pas du tout apprécié le savon liquide que Mathis a concocté avec de l'huile d'olive. Un boomerang à quatre mains, par deux auteurs jeunesse réputés.

  • En se réveillant un matin, après des rêves sans doute agités, Blaise se retrouva dans son lit. Pourtant, en enfilant sa première pantoufle, il comprend qu'une chose bizarre venait de lui arriver. Malgré cette bien étrange métamorphose, dont il dissimule tant bien que mal les symptômes chaque jour plus nombreux, Blaise continue à se rendre à son bureau quotidiennement, à faire face à toutes sortes de tracas, parce qu'il le faut bien.
    Le parti pris réaliste de Julien Martinière, avec ses illustrations au trait précises et fouillées, accentue parfaitement cette invasion fantastique du quotidien sans trop déranger l'ordre des choses. Farce facétieuse ou critique existentielle du monde moderne ? À chacun d'interpréter comme bon lui semble cette histoire.

  • Ben vit avec un vieil oncle, un rustre, dans une baraque de planches. Le jeune garçon en a assez des incompréhensions, tant de la part du vieux bourru que des gens de la ville qui le scrutent d'un sale oeil. Alors un jour, Ben décide de quitter la baraque pour la forêt. Après y avoir rencontré un jeune louveteau qui le suit, le jeune garçon décide d'y rester. Chasser, pêcher, se construire un abri ne l'effraie pas. Quelques semaines plus tard, son loup complice a grandi. C'est en s'éloignant de sa cabane sur le dos de l'animal qu'il rencontre une fillette perchée sur un ours et que d'autres enfants les rejoignent avec leur fidèle monture, cerf, louve ou mouflon... Le village de cabanes qu'ils construisent ensemble sera plus fort que tous les les dangers et les regards malveillants.

  • Cette Pakistanaise de 17 ans a reçu fin 2014 le prix Nobel de la Paix, faisant d'elle la plus jeune lauréate de cette distinction. Dès l'âge de 11 ans, Malala prend position face aux talibans et leur volonté de fermer les écoles accueillant des filles. Rescapée d'une tentative d'assassinat par des talibans, elle est devenue une figure mondiale de la lutte contre l'oppression des filles par les fondamentalistes musulmans.
    C'est cet itinéraire hors du commun pour une aussi jeune fille que raconte Raphaële Frier, porté par les images toujours aussi intenses d'Aurélia Fronty. En toile de fond se dessine la question de l'accès des filles à l'école dans de nombreux pays.

  • Bienvenue c'est le nom d'une grande maison. Elle a été très belle et pleine de vie, mais maintenant elle est vide et triste : on a construit une autoroute juste à côté, et ses propriétaires se sont enfuis. Mais le vacarme n'effraie pas la famille de Laszlo qui n'a nulle part d'autre où aller.

  • «Toutes les chaises sur lesquelles je me suis assises, toutes les chaises qui ont compté... les chaises de ma vie». À partir de cette proposition, Raphaële Frier a écrit et Clothilde Staës a gravé, puis nous avons assemblé leurs deux mondes en un recueil de poèmes. Raphaële Frier égrène : sa première chaise haute comme le toit du monde, la chaise d'attente, les chaises longues qui occultent les courtes, car «il y a beaucoup plus de chaises courtes que de chaises longues, on ne dit jamais «chaise courte», on parle volontiers de courte échelle, de courte paille, de jupe courte, de courte-queue et même de court bouillon, mais la chaise courte, on l'oublie !», la chaise de cuisine qui côtoie la farine et les odeurs de graille, la chaise cassée, ou la pliante, des chaises tristes comme celle de l'absent à laquelle elle écrit «Tu es le squelette, l'empreinte de celui qui ne viendra pas, ce soir, Tu es un gouffre hébergeant le néant qui pèse et courbe sa paille, Tu es la trace qu'il a laissée ici» ou des chaises loufoques comme les chaises volantes. Clothilde Staës a gravé neuf fois le même motif et, à l'intérieur, a peint des mondes différents, comme si la même chaise pouvait avoir plusieurs vies. Et votre chaise à vous, quelle serait-elle ?

  • En 1955, dans le sud des Etats-Unis, les bus séparent encore les Noirs et les Blancs. La discrète Rosa Parks ose refuser cette ségrégation. En prônant la non-violence, Martin Luther King fait grandir la protestation pour obtenir l'égalité. Avec des milliers d'autres, Rosa et Martin marchent, dénoncent et parviennent à faire changer la loi. Du grand rêve de Martin et Rosa à l'élection de Barack Obama, un espoir se dessine : que l'humanité laisse enfin s'épanouir chacune de ses couleurs !

  • Mon chien, c'est le pire des chiens. Non seulement, il fume mais en plus il est accro à la télé. Et il râle quand on fait du bruit, Papa et moi, alors que c'est lui qui habite chez nous ! A moins que ce ne soit l'inverse ?

  • Plus vivifiante qu'une séance de brain-storming, voici une récréative galerie d'idées !!
    Qu'elles soient bonnes, vagues ou encore floues, toutes sont symbolisées par une (ou plusieurs) ampoule électrique. Une idée naissante ? Un poussin lumineux perce la coquille d'une ampoule. Une idée intelligente ? Deux hémisphères cérébraux dessinent l'ampoule. Une vieille idée ? Une simple bougie !
    On sourit, on rit, mais on travaille aussi dans ce petit précis d'imagination parce que, de temps en temps, les auteurs nous abandonnent avec des images dont il faut inventer la brillante légende avant de tourner la page pour y trouver les réponses. Ou, pire, il nous laisse juste avec un titre, dont il faut imaginer le dessin...
    Une somme impressionnante qui réussit à nous transmettre son énergie créative.

  • Intrépide et malin, Max ne se laissera pas faire, il ne sera pas un enfant de compagnie et encore moins le repas du soir d'une famille d'ogres. A coups de malice et d'épices, il saura détourner l'attention de ces géants affamés. En supplément : découvrez l'histoire des Springerle et les recettes des fabuleux Bredele de Max !

empty