Rémi De Vos

  • Dans ces deux pièces, Rémi De Vos continue de construire son univers théâtrale.

  • «Départ volontaire» est créé dans une mise en scène de Christophe Rauck, avec Virginie Colemyn, David Houri, Micha Lescot, Annie Mercier et Stanislas Stanic au Théâtre du Nord de Lille du 14 au 26 mai 2019. «Kadoc» sera créé par Jean-Michel Ribes au théâtre du Rond-Point en mars 2020. «Départ volontaire» : Xavier Garnier travaille comme technicien back office dans une banque depuis sept ans quand un plan de départs volontaires est annoncé. Il se porte candidat et rêve déjà d'une vie nouvelle, de monter sa boîte avec ses indemnités. Jusqu'au jour où il apprend que sa candidature est définitivement bloquée. Xavier décide d'attaquer la banque au tribunal... Personnages : 2 femmes, 3 hommes Durée estimée : 2 h 30.
    />
    «Kadoc» : Hervé Schmertz a des relations compliquées avec ses collègues de travail. Tous les matins un homme portant un costume trop grand est assis à son bureau, cet homme dessine des voitures sans lui adresser la parole... Personnages : 3 femmes, 3 hommes Durée estimée : 1 h 50.

  • Botala mindele

    Rémi De Vos

    «Botala mindele» sera joué du 12 septembre au 14 octobre au Rideau de Bruxelles-Théâtre de Poche, du 16 au 21 octobre à l'Atelier Théâtre Jean Vilar (Louvain-La-Neuve), du 2 au 13 novembre au Théâtre des Osses (Fribourb), du 24 au 28 avril au Théâtre de Liège, du 14 au 28 mai au Théâtre des Célestins (Lyon). C'est la saison des pluies à Kinshasa. Ruben et Mathilde ont invité Daniel et sa femme Corine, fraîchement arrivés, à dîner. Ruben, coopérant de haut niveau, travaille avec le gouvernement congolais. Daniel a un projet qui concerne le caoutchouc. Il espère que Ruben pourra le mettre en rapport avec l'éminent monsieur Dyabanza. Le personnel de maison s'active. Tous s'observent dans un cauchemar hilarant.

  • Deux farces noires, deux histoires de couple qui nous font balancer entre amour et violence, entre idéal fantasmatique et réalisme brut, sur fond de politique. Alpenstock : Une femme au foyer modèle et son compagnon, nationaliste invétéré, voient leur univers conjugal trop parfait basculer avec l'arrivée d'un intrus. Occident : Au cours d'une scène de ménage, un homme raconte ses mésaventures liées à sa condition d'Arabe et dresse un triste portrait de l'Occident et des violences banalisées de notre époque.

    Alpenstock : Quelque part dans les Alpes, Grete, une femme simple et avide de propreté, tient son foyer de manière irréprochable. Sa constante hygiène intérieure semble être un moyen de se protéger contre un monde plein de saleté. Un sentiment de sécurité renforcé par son compagnon, Fritz, nationaliste invétéré, qui la guide et la rassure. Mais au sein de cette pureté vient s'immiscer le monde extérieur, dangereux, avec le personnage de Yosip, qui fait basculer cet univers conjugal trop parfait et laisse un goût amer de sang.

    Occident : Une farce noire qui nous présente un couple se retrouvant dans un tête-à-tête passionnel où les insultes fusent comme les mots d'amour. Après quelques verres, l'homme rejoint le toit conjugal, qui devient le lieu d'une violence verbale dans laquelle transparaissent la xénophobie et le racisme. En narrant ses mésaventures au Palace avec les Yougoslaves qui se sont battus avec son ami Mohammed, l'homme conte sa condition d'Arabe et dresse un triste portrait de l'Occident. Une histoire sur les violences étrangement banalisées de notre époque contemporaine.

  • Les Cinq sens : cinq monologues mettant en scène un personnage qui raconte la première fois où il a fait l'amour. Expérience cocasse, drôle ou tragique, c'est selon. Ces histoires intimes ont la particularité d'être chaque fois envisagées sous l'angle d'un de nos cinq sens.
    Toute ma vie j'ai fait des choses que je savais pas faire : Un homme parle pour se sauver. Cela peut s'arrêter à chaque instant et alors quoi ? La violence, qui n'est tenue à distance que par les mots.

  • Trois ruptures

    Rémi De Vos

    Trois textes drôles, acides et imprévisibles mettant en scène la violence exercée dans les couples. 

  • Madame.
    Dans une lettre écrite le 17 octobre 1961, une femme raconte, avec ses mots de campagnarde bourrue, comment elle a vécu les débuts du XXe siècle. La voici plongée dans l'Histoire mais totalement étrangère à tous les événements dont elle est le témoin : vivre et continuer à vivre, voilà la seule chose qui importe à ses yeux. Projection privée. L'homme a oublié jusqu'au nom de son épouse et lui est infidèle ; la femme est fascinée par sa télévision et rêve de vivre dans un feuilleton.
    La fille, maîtresse de l'un et complice de l'autre, fait tout pour sauver leur mariage. Un huis-clos explosif où la gravité se heurte au rire, et le commun se mêle à l'absurde. L'Intérimaire. Les relations entre intérimaire, salarié et patron tournées en ridicule, dans une farce percutante.

  • Débrayage est une comédie à sketches, comme on pourrait le dire du cinéma à sketches des comédies italiennes. Trentetrois personnages lâchés dans la ville sont confrontés à des situations qui les font basculer dans la crise. Rien ne semble les réunir si ce n'est la peur de l'abandon, liée le plus souvent à la perte du travail envisagé comme la seule valeur d'existence possible. Beyrouth Hotel : Un écrivain de théâtre français attend dans un hôtel de la capitale libanaise des nouvelles d'un metteur en scène. Entre deux appels téléphoniques en France (à un ami et à son ex-femme), il parle avec la réceptionniste.

  • Pleine lune Cinq hommes et deux femmes essaient - chacun à sa manière - de vivre bien, même si cela leur est difficile. Ils ont pour la plupart un passé en commun qui est fait d'abandons et de solidarités, de lâchetés et de pardons. Tous donnent, à un moment ou à un autre, le sentiment d'être perdus ou en quête d'un pardon, d'une rédemption. Et c'est avec des bonheurs divers qu'ils parviennent à trouver le moyen de mettre un terme ou de donner un sens à leur quête.

    Jusqu'à ce que la mort nous sépare L'urne avec les cendres de la grand-mère est là, sur la table. Un geste malheureux et l'urne se casse. S'ensuivent alors une série de mensonges, quiproquos et inventions visant à dissimuler l'incident.

  • Michel Bertolet découvre qu'Adèle, sa fille adolescente, n'est pas rentrée.
    Un avis de recherche est déposé dans les commerces du village, des battues sont organisées dans la forêt voisine et un inspecteur est spécialement dépêché pour suivre l'affaire. La grand-mère d'Adèle débarque chez son fils, au grand dam de sa bru, et décide de mener sa propre enquête. Du boucher au retraité, du pilier de bistrot au jardinier de la ville, chacun y va de son hypothèse, commençant à observer chez son voisin le moindre comportement étrange.
    Les soupçons créent la zizanie, les langues se délient et tout devient soudain suspect, bizarre, compliqué y compris la façon de parler des uns et des autres.

  • Cassé

    Rémi de Vos

    Christine déprime : elle a perdu son travail chez Prodex et son allocation chômage touche à sa fin. De plus, son mari, Frédéric, se conduit de façon étrange : depuis que le surmenage a provoqué des vagues de suicides chez Sodecom, Frédéric ne veut plus être ingénieur en informatique pour cette entreprise. Désormais, il sort les poubelles et n'a jamais été aussi heureux. Mais Christine est convaincue que son mari dissimule sa dépression et qu'il est en réalité à deux doigts de se suicider. Ses amis essaient de la réconforter. Il y a Cathy, une dactylo qui passe sous le bureau du patron chaque fois qu'elle est embauchée quelque part et qui aime raconter à Christine ses aventures amoureuses ; Jean-Pierre, un ouvrier syndicaliste qui s'insurge sans cesse contre l'injustice ; Fabrice, un médecin fou amoureux de Christine, qui lui prescrit gratuitement des antidépresseurs ; et Franck, un voisin qui passe sa vie chez lui, à pianoter sur son ordinateur et vient de temps en temps raconter des blagues. Mais rien n'y fait. Pour aller mieux Christine ne voit qu'une solution : prétendre que Frédéric s'est suicidé et faire marcher l'assurance-vie. C'est ainsi que Frédéric, se faisant passer pour mort, se voit enfermé dans le placard à écouter les uns et les autres parler à coeur ouvert.
    De quiproquos en coups montés, l'agitation et le ton montent jusqu'à leur paroxysme. Mais tous sortent indemnes de cette spirale infernale. Sauf Frédéric que les autres retrouvent mort, dans le placard, un flacon d'antidépresseurs vide à la main. Poussé à bout par son entourage, ce bienheureux aura fini par se suicider.
    PERSONNAGES : 3 femmes et 5 hommes.

  • Francine est morte d'une mauvaise chute au cours d'un thé dansant.
    Un an plus tard, son fils Gaétan a tenu à organiser en sa mémoire un apéritif dans la salle municipale. Autour de ses amis d'enfance, Anne-France et Aimé, gravitent aussi Alexandra, une nouvelle connaissance, l'animateur de la radio locale et l'adjoint au maire qui politise tout, même les sentiments. Suzanne, la mère d'Aimé, est aux fourneaux. On se parle sans se parler de La Redoute, des galettes, du boudin.
    Les jeux des enfants devenus grands racontent avec férocité l'histoire terrible d'une famille du village tout en convoquant les démons de chacun. Une petite fille aveugle, un frère soudain muet, des témoins sourds à la souffrance : sous l'impulsion d'Aimé, la violence des souvenirs crève la surface des choses.


  • condamnée par une maladie incurable, une femme reçoit à l'hôpital les visites de son fils.
    ils essaient de dialoguer, à leur manière : face aux griefs de la mère
    contre le théâtre qu'elle déteste, le fils, comédien, oppose le silence. il supporte aussi les récits de l'ami de sa mère et les histoires graveleuses de son propre frère avec qui il ne s'entend pas. en parallèle, il imagine une pièce autour de vidal, un jeune prisonnier fantasque qui réussira, lui, à s'échapper.

  • Sextett : L'existence de Simon vient d'être bouleversée par la mort de sa mère. De retour dans la maison de son enfance, hantée par cinq créatures aux désirs débridés, Simon s'autorise, en s'affranchissant de toute contrainte au réel, à pénétrer dans le royaume des femmes où désir et imaginaire, fantasme et réalité se confondent en une projection délirante. Ce faisant, il découvrira la vérité sur ses origines familiales.
    Conviction intime : Un homme laisse sa femme croire qu'il a obtenu une promotion alors qu'il vient d'être licencié.

empty