Fluide Glacial

  • C'est désormais de notoriété publique : Gai-Luron ferait n'importe quoi pour gagner les faveurs de Belle-Lurette. Mais cette fois-ci, ça va trop loin, puisque Gai-Luron va devoir prendre l'avion et se battre pour celle qu'il aime. Littéralement. Pixel et Felder rendent ici un véritable hommage à Gotlib, le créateur de la série. Miné de références et bourré de gags explosifs, cet opus prouve que l'on peut rire de tout, surtout lorsque Jujube et Gai-Luron prennent du service...

  • Il est enfin de retour ! Plus de vingt ans après ses dernières aventures, le personnage iconique de Gotlib prend son envol pour de nouvelles aventures, sous la direction inspirée de deux orfèvres : Fabcaro au scénario, et Pixel Vengeur au dessin ! Chien rêveur et poète, Gai-Luron, toujours secondé de Jujube et toujours amoureux de Belle-Lurette, s'élance dans une série de gags accessibles à tous et ancrés dans le monde moderne, faisant exploser les cases et les formats traditionnels.
    Vous y trouverez de nombreuses parodies de films et de BD absolument hilarantes ! Bienvenue dans cette nouvelle série pleine d'avenir !

  • Atteint d'une maladie incurable, il sillonne le monde pour aller à la rencontre de tous les charlatans possibles pour retrouver la santé.
    Flanqué de son vieux pote Malik (qui n'a pas de bras), Sebastien va échouer face à toute opportunité de guérison. Tant et si bien (spoilons un peu) qu'il finira par enfin décéder à l'issue de ce second et dernier tome.
    Un grand moment d'apothéose !

  • Un an à vivre, une fille et une ex-femme qui s'en tapent complètement. Champion n'a que deux amis, la mort qui lui rend régulièrement visite et son pote Malik. Malik n'a pas de bras, mais il a des mains grandes ouvertes et surtout, il cultive l'art du pied au cul ! Grâce à ce coach inespéré, Champion va faire le tour de France puis le tour du monde, des chamanes, rebouteux, voyants, hypnotiseurs, herboristes, naturopathes, sophrologues, druides, magiciens, voyants, charlatans... Tiré d'une histoire vraie, cet album parlera à de nombreux lecteurs désespérés. Faute de les soigner, il aura le mérite de les faire mourir de rire.

  • S'il y a bien un marronnier dans la bande dessinée, c'est les trois petits cochons. Et pour cause. Ça plaît toujours ! Et plus c'est dingue et plus ça plaît, les petits cochons. Question dinguerie, il faut bien avouer que là, on est servis. À la lecture de cette fable en 7 chapitres, même Tex Avery n'en mènerait pas large. Sous le trait splendide de Pixel Vengeur (véritable confiture aux cochons), les trois créatures friandes de glands (quand est-ce qu'on mange ?), partent entre autres à la recherche de leur père, porc écologiste des années 70 qui s'était naguère enchaîné à une ogive nucléaire pour finir mué en pieuvre sur l'atoll de Mururoa.
    On situe un peu mieux le contexte, n'est-ce pas ? À part ça, oui, il y a un grand méchant loup (atteint d'un cancer des poumons), des petites maisons en paille, en bois etc. À travers cet exercice de style, inutile de préciser que Mo/CDM (au scénario) a dépassé toutes les bornes. Heureusement pour l'éditeur, la ligue de défense des petits cochons n'a pas encore été fondée.

empty