Pierre-René Serna

  • Alors que l'Espagne connaît son Siècle d'Or, un genre musical voit le jour au nord de Madrid dans la résidence royale du Palacio de la Zarzuela (ou «Palais de la Ronceraie»), où se donnent de fastueux spectacles, qui prennent donc le même nom que leur lieu d'accueil :
    Zarzuela. Pendant que l'opéra en est à ses débuts en Italie, le XVIIe siècle espagnol se distingue à travers ses propres pièces lyriques s'appuyant sur des livrets de Pedro Calderón, véritable fondateur reprenant les classiques de la mythologie gréco-latine, et des musiques de Juan Hidalgo, puis de Sebastián Durón. Au XVIIIe siècle, la zarzuela s'étend ensuite aux théâtres populaires ibériques et jusque aux Amériques grâce aux compositions de Antonio Literes, José de Nebra et Antonio Rodríguez de Hita, ou encore aux livrets de Ramón de la Cruz. Ce n'est qu'après cent cinquante ans de gloire ininterrompue que la zarzuela «baroque», tout comme l'Espagne, connaîtra à la fin du XVIIIe siècle une éclipse qui l'obligera à se renouveler...
    Cette étude inédite présente pour la toute première fois les origines de ce «continent musical» à part entière qu'est la zarzuela aux XVIIe et XVIIIe siècles, complétée de nombreuses illustrations et annexes.

  • A l'instar des cafés du XIXe siècle où l'on se retrouvait pour discuter et débattre, cet ouvrage n'est pas une biographie mais un recueil de vingt-huit textes de Pierre-René Serna, parlant aussi bien des oeuvres que de questionnements autour - et au détour - de ce compositeur inclassable et cependant fondamental qu'est Berlioz, à l'occasion du 150e anniversaire de sa disparition.

  • Portée par les plus grands chanteurs, de Pilar Lorengar à Teresa Berganza, de Plácido Domingo à Alfredo Kraus, glorifiée par des personnalités comme Camille Saint-Saëns ou Friedrich Nietzsche, la zarzuela demeure toujours dans nos contrées une belle inconnue. Ce n'est pourtant pas faute d'une longue et florissante carrière, qui parcourt près de quatre siècles, d'une production pléthorique où se chiffrent plus de 20 000 titres dans une facture qui embrasse toutes les formes, et environ 500 compositeurs autant différents par le style que l'ambition... Tout cela illustre la diversité de la zarzuela, comme aussi la difficulté à l'enfermer dans des schémas. Il convenait donc d'offrir enfin aux mélomanes francophones une présentation claire de ce théâtre lyrique intrinsèque à l'Espagne, mais également à l'Amérique hispanique et jusqu'aux Philippines.

  • « C'est un fait ! Mais heureusement, tout n'est pas encore fait ni entièrement accompli : notre époque est celle de la montée, imparable apparemment, des intolérances. Dans les domaines les plus divers. De la part des pouvoirs, d'institutions officielles, officieuses ou superficielles, mais ayant pignon sur rue, défilé dans les rues et audience dans les médiats. C'est ainsi que les interdits, ou les velléités d'interdits, pleuvent. Un vrai déluge ! La haine fait son grand retour.
    Prohibitions, fanatismes, religions, sectarismes, emplissent chaque jour davantage l'espace, confinant un espace de liberté individuelle chaque fois plus restreint. » Défense de fumer, prohibitions de tout ordre, hygiénisme fanatique, exacerbation des fondamentalismes, xénophobie rampante, multiplication des ligues de vertus, avènement des droits de l'animal, espionite généralisée, etc...
    Ce livre d'humeur entend fustiger les idées et comportements convenus de notre époque, et dénoncer leurs conséquences inquiétantes. C'est ainsi que l'on y trouvera des sujets trop souvent oubliés par la littérature contemporaine. Quitte à susciter la polémique. Tant mieux ! Puisque c'est l'objet même. Ce livre ne plaira donc pas à tout le monde. Mais peut-être saura-t-il séduire certains lecteurs épris de liberté ? »

  • Sur commande
empty