Philippe Gumplowicz

  • Il n´est pas de nation sans hymne, il n´est pas de groupe humain sans musiques : hymnes nationaux, chansons militantes, générationnelles, familiales aiguisent le sentiment d´appartenance, consolident une mémoire commune.
    Cet ouvrage invite à un parcours historique et littéraire (Barrès, Proust, Kundera) dans les usages identitaires de la musique. Il s´interroge sur la force d´attraction de ces musiques qui scellent l´identité des individus et des groupes, en produisant émotionnellement un sentiment d´appartenance. Si la musique contribue à construire les identités, elle a été aussi appelée à les combattre (Wagner construit son antisémitisme à travers la supposée influence maléfique des Juifs dans la musique) ou à les diminuer (Gobineau et ses stéréotypes sur la musique des Noirs).
    Livre d´histoire par la musique, Les Résonances de l´ombre s´applique enfin à saisir la montée en puissance d´un « triangle de plomb » dans le goût musical de l´entre-deux-guerres : valorisation de l´origine, lien sacralisé entre une expression musicale, un territoire et une population, stigmatisation d´un ennemi qui en menace l´intégrité : le fascisme culturel avait envahi les sensibilités.

  • Personnages hauts en couleur, lieux magiques, mystère de la création, vies éblouissantes ou déglinguées, l'histoire du jazz peut se lire comme un roman ou comme une vaste fresque historique.

    L'épopée ici racontée se déroule dans cinq villes: La Nouvelle-Orléans, Saint-Louis, Chicago, New York et Paris. On y voit apparaître et se croiser des musiciens tels que Scott Joplin, King Oliver, Louis Armstrong, George Gershwin, Fats Waller, Bessie Smith, Duke Ellington et Mezz Mezzrow.

    Mais le personnage principal du livre reste le jazz, une musique aux origines impénétrables qui prend naissance à La Nouvelle-Orléans, cité étonnante où se mêlent, dans une atmosphère licencieuse et panique, une population de souche française, des Noirs émancipés depuis la fin de la guerre civile, des tenants de l'ordre moral, et, phénomène unique aux Etats-Unis, des métis...

    Cette première époque raconte, à travers des vies et des aventures de musiciens, la naissance et l'ascension du jazz; elle aborde, à travers les vies dramatiques de Scott Joplin et de Bessie Smith, les aventures du ragtime et du blues; elle décrit de quelle manière le jazz, via Louis Armstrong et sa harpie d'épouse, est arrivé à Chicago, comment il a été découvert et fêté dans le Paris des années folles, et nous montre Fats Waller à Harlem, Duke Ellington au Cotton Club, George Gershwin à Broadway, jouant une musique qui marquera le siècle de son empreinte.

    Roman du jazz donc.

    Mais aussi une histoire vraie du jazz, pareille à aucune autre, et écrite à partir d'une documentation importante et nouvelle.

    Chercheur en histoire sociale de la musique, enseignant, guitariste professionnel de jazz, Philippe Gumplowicz est l'auteur des Travaux d'Orphée, ouvrage sur deux cents ans de musique amateur, et le coauteur d'un spectacle de théâtre musical, Joueurs de Jazz.

  • L'apparition du jazz, au début des années vingt, avait séduit les happy few. Il s'en faut d'une décennie - celle abordée dans ce Roman du jazz, deuxième époque (1930-1942), pour que le jazz conquière les pistes de danse de la planète. Count Basie, Benny Goodman, Billie Holiday, Django Reinhardt, Lester Young s'engagent dans la voie ouverte par Louis Armstrong et Duke Ellington et imposent une musique fulgurante, imprévisible, libre.
    Ce Roman du jazz, deuxième époque suit, caméra sur l'épaule, année après année, de 1930 à 1942, cette nouvelle génération de musiciens qui mena le jazz jusqu'à cette formidable rencontre avec les aspirations du public.
    Roman du jazz ? Le " romanesque " ne réside pas tant ici dans la fiction que dans la tentative d'aborder l'histoire du jazz à partir des représentations, perceptions et idées que les différents musiciens ou personnages pouvaient se faire d'eux-mêmes et du monde qui les entourait.
    Guitariste de jazz, Philippe Gumplowicz a mené différentes recherches dans le domaine de l'histoire sociale de la musique avant d'écrire des spectacles musicaux (dont l'opéra-comique, Mozart, Wolfgang avec François Couturier et Jean-Marc Larché). Il est maître de conférences en musicologie à l'université de Bourgogne.

  • Harmonies, fanfares, orphéons, disques, chorales, batteries... Un bonheur parfait, familier, français. Mais aussi une histoire, presque une utopie.
    Dans les premières années du XIXe siècle, des philanthropes, bientôt relayés par des musiciens, veulent faire de la France une nation musicienne, cette nation dont Stendhal affirme qu'elle est le pays le moins musical du monde. Une véritable épopée : la vraie, la grande musique, écoutée et jouée par n'importe qui ; le plaisir du prince qui devient la culture de tous.
    Ils s'appellent les orphéonistes. Ils sont ouvriers, boutiquiers, employés, cultivateurs. Plus de trois cent mille musiciens, groupés en sociétés. Sous la Troisième République, ces premiers médiateurs culturels offrent au peuple ses salles de concert, ses orchestres, ses écoles de musique.
    /> Aujourd'hui, la musique est partout. Face à la demande de lien social et à l'éclatement des pratiques culturelles, quelles réponses les sociétés musicales peuvent-elles apporter ?
    Une histoire et une ethnologie d'une microsociété française : le monde des musiciens amateurs.

  • Il n'est plus possible de donner foi au mythe du savant qui, au moment de se mettre au travail, abandonnerait tout de ses attaches, de ses passions, de ses antipathies. Chacun reconnaît aujourd'hui qu'en sciences humaines, précisément parce qu'elles sont humaines, la personnalité et le destin du chercheur sont tout sauf indifférents. C'est sans doute plus vrai encore quand il s'agit d'histoire. Quinze historiens de France et d'ailleurs s'interrogent ici sur le rapport entre leurs histoires personnelles et la « grande » histoire qu'ils écrivent. On ne saurait imaginer une communauté plus diverse par les origines, les âges, la formation, les objets d'études. Mais tous se sont prêtés au jeu en revenant sur les chemins de l'intelligence et du coeur qu'ils ont parcourus pour devenir les chercheurs qu'ils sont.

    Sur commande
empty