Philippe Capelle-Dumont

  • Avec ce nouveau tome de Finitude et mystère, Philippe Capelle-Dumont achève sa trilogie consacrée au statut de la relation entre la « philosophie » et la « théologie », et publiée parallèlement à l'anthologie Philosophie et théologie (5 vol., Éd. du Cerf, 2009-2011) dont il est le maître d'oeuvre.
    Après le premier tome élaboré sous les auspices du concept de « reconnaissance », et le second, du concept d'« alliance », le présent ouvrage se rattache explicitement aux déterminations et aux effets historiques de la « philosophia christiana ». Il examine sur les deux versants « théorique » de la vérité (métaphysique, science, herméneutique, théologie) et « pratique » de la sagesse (laïcité, Europe, pédagogie, économie, transhumanisme), les modalités principales selon lesquelles le christianisme permet de renouveler l'articulation entre ces deux déterminations fondatrices de la pensée que sont la philosophie et la théologie.

  • Nous présentons la première Anthologie des relations entre la philosophie et la théologie.
    Réalisée selon l'intention de la collection qui la recueille, elle s'est donnée pour objet de rassembler la mémoire ample et riche mais oubliée, parfois dissimulée, d'une détermination plurielle et fondatrice de l'histoire des idées et des pratiques occidentales. Réunissant de façon quasi exhaustive et critique les grands textes témoins, de la naissance de la philosophie à nos jours, d'une corrélation ainsi diversifiée mais continuée, elle voudrait contribuer à la tâche de clarification des thèmes et des concepts qui structurent notre épistèmê, inspirent notre travail de connaissance et informent nos logiques d'action.
    Les quatre tomes qui la constituent ont été élaborés selon les quatre grandes périodes historiques dont nous avons voulu assumer précisément les limites et les seuils. Ce premier tome, consacré à la période antique, débute ainsi avec le moment Platon (IVe siècle avant J.-C.) et s'achève avec " Jean Damascène " (VIIe-VIIIe siècle après J.-C.). Formé de vingt-neuf notices (Aristote, stoïciens, épicuriens, Justin, Irénée de Lyon, Tertullien, Clément d'Alexandrie, Origène, Plotin, Porphyre, Lactance, Grégoire de Nysse, Ambroise, Augustin, Proclus, Denys, Boèce..
    .), il restitue, selon un ordonnancement chronologique et par une présentation critique des corpus fondamentaux, les premières théorisations, mais aussi les premières grandes métamorphoses d'une relation dont les traits paradigmatiques n'ont pas seulement orienté les âges scolastique et moderne, mais aussi nous délivrent une inspiration aujourd'hui encore inouïe.

  • L'alliance est la grammaire principale du monde. Phénomène commun, local et universel, le plus pauvre et le plus noble. Elle se trouve cependant aujourd'hui plus que jamais contrariée. Le monde est en dés-alliance sur le plan social, politique, anthropologique, écologique, techno-scientifique, métaphysique. Les demandes répétées de « recréer du lien » en corroborent le fait plus qu'elles n'en dessinent une alternative : affranchies de tout « principe », elles échouent à leur tour sur les rives du nihilisme. C'est que le principe est tombé dans l'oubli. Ses titres ont été, dès la fin du xixe siècle et tout au long du xxe siècle, durement contestés et ses droits confisqués. Nombre de succédanés se sont imposés, avec leurs antinomies et leurs tragédies humaines : Raison suffisante, Progrès, Destin, Cause, État. Le principe ainsi reclassé, déclassé, fut biffé derechef au titre de ce qui lui fut imputé : voracité de l'Un, maîtrise formelle de l'universalité, logique de sécurisation historique.
    Reconsidérer le principe autrement, i.e. comme alliance, tel est l'enjeu phénoménologique du présent ouvrage : loin de tout Deus ex machina, elle est le jeu de la différence initiatrice, de la pluralité unitaire, de la donation herméneutique. Ainsi, au principe, l'alliance fait être et fait temps. Elle est notre première promesse.

  • La constitution Sacrosanctum Concilium. sur la Sainte Liturgie fut la première votée par les pères du concile Vatican II, le 4 décembre 1963. Au 25e anniversaire, le saint pape Jean-Paul II affirmait: « Ce fut un événement mémorable à plus d'un titre. Il était, en effet, le premier fruit du Concile voulu par Jean XXIII pour l'aggiornamento de l'Église ; il avait été préparé par un large mouvement liturgique et pastoral, il était porteur d'espérance de vie et de renouveau pour l'Église. » Et cinquante ans après, qu'en est-il de ce renouveau, de cette espérance ? Il semblait venu le temps non pas d'effectuer un bilan ou un retour en arrière mais bien plutôt d'envisager avec quelle profondeur et quelle maturité, la liturgie pouvait servir la vocation de l'homme, interroger le chercheur, s'adresser au monde d'aujourd'hui, s'ouvrir à de nombreux domaines de la vie, dialoguer avec les différentes voies spirituelles, ou encore combler le mystique.

  • Philosophie chrétienne " ou " Philosophie d'inspiration chrétienne ? La première rapporte certes à la célèbre " querelle " des années 1930 dont les protagonistes principaux furent Emile Bréhier, Etienne Gilson, Jacques Maritain et Maurice Blondel. Cependant, les termes d'une question alors mal posée ne pouvaient que susciter de lourds malentendus et former un héritage contrasté. Celui-ci oblige à reconsidérer les potentialités riches, offertes dès les débuts du christianisme, de la "philosophia christiana".
    On apprécie alors d'autant mieux, en des temps nouveaux, la place qui revient à l'intelligence proprement chrétienne dans la quête philosophique de vérité et de sagesse. Le présent ouvrage - issu des Journées d'étude organisées par l'Académie catholique de France, en partenariat avec l'Association des philosophes chrétiens, l'Association des Amis de Maurice Blondel, l'Association Louis Lavelle et les Archives Michel Henry - tente de ressaisir toute la portée de cette problématique fondamentale : d'une part, selon une perspective historique, en se focalisant sur les types de rapports au " christianisme " qui ont déterminé les grands moments philosophiques de la modernité (Renaissance, Malebranche, Kant, Hegel, Heidegger, Stein, Weil, Henry) ; d'autre part, suivant une perspective systématique, en dessinant les faisceaux de raisons qui donnent, aujourd'hui comme hier, crédit à l'inspiration chrétienne en philosophie.

  • Cet audiolivre nous offre d'abord des entretiens réalisés avec le Père Philippe Capelle-Dumont dirigés par l'abbé Denis Veilleux, directeur de Radio Galilée au Québec. Une version renouvelée des grandes questions de notre temps dont les thèmes suscitent un vif intérêt. Des propos simples et articulés à la portée de tous. Nous y trouvons en seconde partie le suivi de l'expérience chrétienne du Carême. Le Père Philippe Capelle-Dumont a aimablement accepté d'être le guide spirituel de cet itinéraire sur les ondes de Radio Galilée sous le thème : l'Heure vient ! Des propos qui invitent à la méditation tout autant qu'à l'actualisation de l'Évangile dans nos vies de croyants. L'abbé Denis Veilleux en a brossé l'itinéraire par ses questions appropriées. Nous y entendons à vif la pensée du Père Capelle-Dumont. Une riche expérience !

  • Nous présentons la première « Anthologie des relations entre la philosophie et la théologie ». Réalisée selon l'intention de la collection qui la recueille, elle s'est donnée pour objet de rassembler la mémoire ample et riche mais oubliée, parfois dissimulée, d'une détermination plurielle et fondatrice de l'histoire des idées et des pratiques occidentales. Réunissant de façon quasi exhaustive et critique les grands textes témoins, de la naissance de la philosophie à nos jours, d'une corrélation ainsi diversifiée mais continuée, elle voudrait contribuer à la tâche de clarification des thèmes et des concepts qui structurent notre « épistèmê », inspirent notre travail de connaissance et informent nos logiques d'action. Les quatre tomes qui la constituent ont été élaborés selon les quatre grandes périodes historiques dont nous avons voulu assumer précisément les limites et les seuils.

    Ce deuxième tome, consacré à la période médiévale, débute avec la réception byzantine au IXe siècle, l'appropriation musulmane d'Aristote au Xe siècle (Fârâbî) et se clôt sur les théologiens philosophes de la fin du XVe siècle. Formé de vingt-quatre notices nominatives et thématiques (Scot Érigène, Anselme, Abélard, les Victorins, Pierre Lombard, Bonaventure, Thomas d'Aquin, Duns Scot, Ockham, Dante, Pétrarque, Gerson, d'Ailly, Nicolas de Cues..., le « kâlam » musulman, la théologie-science, le rapport exégèse-théologie, la philosophie politique, la tension humanisme-théologie...), et suivant un ordonnancement chronologique rigoureux, il restitue les corpus fondamentaux, témoins des théorisations mais aussi des pratiques institutionnelles d'une relation qui, dans sa complexité même, a ouvert les espaces moderne et contemporain de la pensée.

  • Académiques des cinq continents, impliquant à travers nombre de travaux, les différentes sciences concernées : philosophie et théologie certes, mais aussi, le droit, la pédagogie, les sciences humaines et sociales. Ainsi aura été continûment célébré un texte magistériel du plus haut niveau, manifestant non seulement " l'intérêt de l'Eglise " pour la philosophie mais, surtout, encourageant à son exercice.
    Une décennie après, il convenait, loin de tout mimétisme, d'apprécier les lignes d'horizon où il a été reçu et celles qu'il a lui-même dessinées. Issu d'un colloque international introduit par le pape Benoît XVI, le présent ouvrage, dans son intitulé même, ne fait pas que rappeler le choix antique du christianisme pour la " raison ", il s'efforce, en ces temps d'éclosion des rationalités, de repenser les termes de la confiance qui l'inspirent.

    Sur commande
  • En novembre 2015, l'Observatoire Foi et Culture interrogeait le caractère irréversible du désenchantement du politique ; un an après, alors que les échéances électorales suscitent moins les projets que les ambitions, il semble que le constat demeure.

    Les questions posées (économie mondialisée, éducation, écologie, mouvements de populations, recherches scientifiques et biomédecine, etc.) débordent les frontières des nations ; ne pouvant se traiter que sur le temps long, elles se heurtent au court-terme qui s'impose à celles et ceux qui briguent ou exercent un mandat électif.
    Cette tyrannie de l'immédiat, dont on accuse souvent les médias, ne masque-t-elle pas l'impuissance à proposer un grand dessein et l'inconscience des périls que peut créer l'issue des prochaines élections ?
    Le christianisme s'inscrit depuis toujours dans des contextes très différents. Il a développé au service du bien commun une réflexion sur les sociétés, les cultures, le politique. La foi chrétienne place la personne et l'espérance au coeur de l'action politique et sociale.

    A la lumière des ouvertures et des initiatives du pape François, l'Académie catholique de France et l'Observatoire Foi et Culture se proposent d'apporter leurs contributions à quelques mois d'échéances importantes pour notre pays. Les chrétiens savent que le Royaume n'est pas de ce monde mais que Dieu vient dans l'histoire. Ils ne peuvent donc verser ni dans le cynisme ni dans la démission, parce que le service du prochain est leur vocation, leur mission, leur devoir.

  • « La doctrine sociale de l'Église éclaire d'une lumière qui ne change pas les problèmes toujours nouveaux qui surgissent » (Benoît XVI, Caritas in veritate, 12).

    La doctrine sociale n'est plus « le secret le mieux gardé de l'Église ». Depuis plus d'un siècle, un corpus existe, autour de principes doctrinaux solides : dignité de la personne, bien commun, subsidiarité, solidarité... Ces principes ont été sans cesse confrontés à des situations nouvelles.
    Ce colloque veut mettre en lumière les problématiques émergentes, qui, demain, domineront le monde et que la doctrine sociale devra prendre en compte : le déclin des corps intermédiaires traditionnels face à l'émergence d'autres groupes, la question théologico-politique, avec des démocraties « sans vérité régulatrice », et celle des droits de l'homme, droits fondamentaux inscrits dans la nature humaine, face au relativisme et aux droits subjectifs.
    Les domaines socio-économiques constituent un autre champ d'émergence de ces nouvelles problématiques: dans l'entreprise et le travail, bouleversés par la mondialisation et le numérique, la financiarisation de l'économie, la focalisation sur le court terme et l'endettement généralisé, les mouvements migratoires renouvelés, alors que les frontières s'effacent, la crise écologique, pour laquelle la prise de conscience n'a pas mis fin aux débats, tandis que l'écologie humaine est occultée.
    À la lumière des principes de la doctrine sociale de l'Église, définis par le magistère, l'Académie catholique de France se propose d'apporter sa contribution à la réflexion de l'Église universelle, pour discerner les problématiques nouvelles auxquelles ces principes seront confrontés. Il s'agit de mettre en évidence ce qui menacera demain le bien commun et le « plein épanouissement » des personnes et des groupes et ce qui, au contraire, permettra de les défendre.

    S.Ém. le Cardinal Peter TURKSON, président du Dicastère « Pour le service du développement humain intégral ».

  • Le génie du catholicisme face aux défis contemporains Nouv.

  • Crise de l'universel : le politique à l'épreuve de la religion Nouv.

    Refonder la question de l'inscription du religieux dans l'espace politique, d'en éprouver les héritages complexes et de proposer, à l'aube de nouvelles tensions, quelques repères fondamentaux, tel est l'objectif principal de cet ouvrage. Ainsi, d'où provient l'idée de « séparation » entre les deux ordres et comment en faire apparaître les limites tant politiques que religieuses ? Comment penser la crise actuelle de la « souveraineté » politique (État, droit libéral) sinon en relevant à même le concept de modernité le transfert inapproprié de significations et d'opérations liées aux monothéismes ? En réciproque, comment une réflexion renouvelée sur l'idée de la « Loi religieuse » permet-elle d'envisager la vocation de l'État et de la démocratie ? Enfin, quelles relations et quelles fontières dessiner de manière acceptable entre l'autorité politique et l'autorité religieuse ?

    awaiting publication
  • Avec ce second volet de Finitude et mystère, et après la publication de Philosophie et théologie. Anthologie (Paris, Ed. du Cerf, : vol., 2009-2011), Philippe Capelle-Dumont prolonge sa réflexion sur l'histoire et le statut contemporain de la relation entre la philosophie et la théologie. Le premier axe de l'ouvrage - Inspirations - est consacré à l'analyse de plusieurs schèmes fondamentaux qui, depuis saint Paul et la patristique, le néoplatonisme et Thomas d'Aquin jusqu'à Heidegger, Ricoeur et Levinas, ont suscité les principaux paradigmes de la rencontre entre ces deux traditions fondatrices.
    Le second axe - Dualités - interroge, selon une visée systématique, les tensions principales dont hérite ainsi notre siècle entre les trois grandes familles disciplinaires que sont la phénoménologie, la métaphysique et la théologie.

    Sur commande
  • La relation entre les deux traditions du judaïsme et du christianisme a fait l'objet, depuis le début du xxe siècle, d'approches philosophiques fondamentales que le présent ouvrage s'efforce de réunir et de ressaisir. De Rosenzweig à Levinas, de Bergson à Maritain, de Péguy à Sartre et de Simone Weil à Ricoeur, c'est une constellation théorique singulièrement contrastée qui s'y manifeste, mettant en lumière une histoire philosophique inspiratrice de notre espace religieux et politique. Il ne s'agit cependant pas ici de rejouer philosophiquement les antagonismes historiques. Les textes rassemblés dans ce volume posent en effet de manière irréductible la question : qui est l'autre ? À quels types d'altérations et de complémentarités la pensée est-elle ici confrontée ? Il ne saurait donc être question d'autre chose que de trouver une orientation et une signification là où les déterminations historiques ont parfois recouvert ce qu'il est permis d'appeler l'exception judéo-chrétienne.

  • Expression historique de la volonté divine d'aller auprès des nations et d'y faire retentir les paroles du salut, l'Église a parcouru, dans une entreprise singulièrement féconde, au prix de nombreuses conversions spirituelles, un chemin de réalisations sans précédent.

    « Donner la priorité à l'espace, écrit le pape François, conduit à devenir fou pour tout résoudre dans le moment présent, pour tenter de prendre possession de tous les espaces de pouvoir et d'auto-affirmation. C'est cristalliser les processus et prétendre les détenir. Donner la priorité au temps, c'est s'occuper d'initier des processus plutôt que de posséder des espaces. Le temps ordonne les espaces, les éclaire et les transforme en maillons d'une chaîne en constante croissance, sans chemin de retour. » (La Joie de l'Évangile.) Inviter les pasteurs à initier des processus visant à remettre l'homme actuel dans une vision chrétienne du temps, tel est l'enjeu porté par le présent ouvrage. De sorte que le temps du sens, cette quête assoiffée du sens de la vie et du monde, qui traverse aujourd'hui à nouveau les générations « post-modernes », soit assumé par le sens du temps, celui du salut et de l'enfantement, dans l'attente de la fin des temps et de l'éternel commencement.

  • Les effets de la pandémie de covid-19, par son caractère soudain, inédit et ravageur, ont atteint de façon simultanée la plupart des domaines de savoirs et d'actions : médicaux, sociaux, pastoraux, économiques, géopolitiques, juridiques et médiatiques. Ils sont ici ressaisis et analysés par plusieurs de leurs spécialistes, membres, pour la plupart d'entre eux, de l'Académie catholique de France. Ils font également l'objet de réflexions invitant à l'élargissement du regard historique, philosophique, théologique et spirituel.

  • Pour Claudel, Montherlant, Aragon et Colette, Marie Noël est le plus grand poète français de leur époque.
    Pour la critique littéraire contemporaine, elle est une poétesse au lyrisme très convenu et naïf, que les poètes de la seconde partie du XXe siècle auraient balayée.
    Pour les lecteurs, elle reste « la Fauvette d'Auxerre », dont la poésie fait penser à des comptines et des chansons médiévales, « la Bonne Dame d'Auxerre ».
    Pour elle-même, Marie Noël conçut son travail poétique comme une possibilité de guérison et de salut qui peu à peu pourrait la conduire au plus près de Dieu, au risque de la voie étroite de la mystique.
    Aujourd'hui, une relecture attentive de son oeuvre révèle, au-delà des chansons, des abîmes de solitude et des élans spirituels que Jean de la Croix n'aurait pas reniés.
    C'est ainsi, au coeur de sa propre nuit, qu'elle apparaît, rayonnante dans sa simplicité, veilleuse tenace, toujours en quête du Royaume.

  • Quel est le génie propre du christianisme ? En quoi consiste sa cohérence ? D'où vient son incontestable puissance historique? Les chrétiens, parfois confrontés à de lourds malentendus et soucieux d'une intelligence de la foi dans le monde contemporain, trouveront dans cet ouvrage une argumentation sans précédent. Parce qu'ils en déploient l'architecture intellectuelle et spirituelle, ces entretiens font immanquablement penser au Génie du christianisme de Chateaubriand. Philosophe spécialiste internationalement reconnu de métaphysique, de phénoménologie et de théologie, Philippe Capelle-Dumont s'est laissé ici interroger sur les axes centraux de sa pensée, sans céder à la facilité. Ceux qui connaissent l'ancien doyen de la Faculté de philosophie de l'Institut catholique de Paris, actuellement professeur des universités à Strasbourg, ne seront guère surpris par sa prodigieuse culture. Ils rencontreront ici bon nombre d'informations susceptibles de mieux faire comprendre le sens de son oeuvre. Ils seront peut-être davantage étonnés en constatant que le propos n'est pas exempt de prises de position fortes sur des sujets discutés concernant l'état de la France ou de l'Église. Avec enthousiasme, Philippe Capelle-Dumont démontre ici non seulement que « croire » est de nouveau permis mais qu'on y trouve une porte d'entrée heureuse permettant d'embrasser l'ensemble du patrimoine chrétien et d'ouvrir plus largement notre horizon.

  • Deux penseurs entrent en dialogue. Pour relever ensemble un même pari. Afin de dire symphoniquement le pourquoi et le comment de l'embrasement de la violence religieuse à l'échelle planétaire.
    Qu'en est-il du christianisme et de l'islam, de leurs théologies et de leurs histoires au regard de la philosophie, née en Grèce ? La rencontre, nouée au Moyen Âge, est-elle devenue impossible aujourd'hui ? Comment peut-on et doit-on philosopher en islam et en christianisme pour le bénéfice d'une mutuelle compréhension ? Une religion sans philosophie ne risque-t-elle pas l'irrationalisme jusqu'au fanatisme ? Une philosophie sans religion ne risque-t-elle pas le rationalisme jusqu'à l'aveuglement ?
    Pour lutter contre ces deux écueils et transcender l'affrontement des croyances, ces deux philosophes de renom et de la même génération, l'un catholique, l'autre musulman, Philippe Capelle-Dumont et Souleymane Bachir Diagne, nous font partager ici leur science, leur passion et leur appel à la paix, sous la houlette de Damien Le Guay, lui-même philosophe, attentif aux signes du temps présent.
    Un livre pour apprendre et enfin savoir. Un vibrant plaidoyer contre la tentation identitaire et conflictuelle.
    Un ouvrage salutaire à lire, à méditer et à transmettre.

    Philippe Capelle-Dumont enseigne à l'université de Strasbourg et à l'Institut catholique de Paris. Souleymane Bachir Diagne enseigne à l'université de Columbia, à New York. Chacun d'eux est l'auteur d'une oeuvre fondamentale reconnue internationalement. L'essayiste Damien Le Guay a animé et recueilli leurs entretiens.

  • Le temps de la femme Nouv.

    Du 18 au 20 juin 2018 à la salle Tolosa de l'Institut catholique de Toulouse.
    Colloque international organisé par l'Institut catholique de Toulouse (unité de recherche Culture, éthique, religion et société, facultés de philosophie, de théologie et de droit canonique) sous le patronage de l'Académie catholique de France

    awaiting publication
empty