Philippe de Gaulle

  • Déroulée comme la fresque d'un peintre magique, voici, photo après photo, l'existence exceptionnelle d'un des plus grands hommes de l'histoire de France : Charles de Gaulle. Et pour donner à chaque image la parole qui lui manque, les commentaires et les réflexions d'un témoin privilégié, riche de ses souvenirs : ceux que le propre fils du général, l'amiral Philippe de Gaulle, a bien voulu confier à Michel Tauriac. Grâce à ce récit illustré de photos souvent inattendues, rien de l'homme prestigieux n'échappe à nos yeux. Nous le suivons, pas à pas, de sa naissance à sa mort, au cours de son épopée, et jusque dans les moments les plus secrets de sa vie privée. En écoutant raconter son histoire, nous le voyons la vivre comme s'il en tournait lui-même les pages.

  • Le général de Gaulle a occupé dans la vie des siens une place non moins imposante que dans l'histoire du XXe siècle. Le témoignage de son fils nous rend soudain plus proche ce géant, dans l'ombre duquel il dut tracer sa propre voie. Mais Philippe de Gaulle évoque aussi sa mère et le sort tragique de sa soeur Anne. Celui qui embrassa très jeune une carrière de marin -" le but de ma vie ", disait-il - rend ici un hommage émouvant aux équipages de la France Libre dont il fit partie et qui contribuèrent à libérer Paris et à expulser l'ennemi de l'Alsace. Sur le Paris de la Libération, sur l'oeuvre réformatrice engagée par le chef du gouvernement provisoire et les obstacles qu'il a rencontrés, enfin sur les circonstances du départ du Général en 1946, ce sont autant de révélations et de mises au point qui sont apportées et qui permettent de mieux comprendre toute une époque et ses protagonistes.

  • S'il est un homme d'Etat qui a inspiré les biographes, c'est Charles de Gaulle. Qui peut mieux le connaître que son propre fils, ce témoin privilégié qui a vécu au plus près toutes les étapes de son épopée ? Qui peut mieux le décrire en famille, entouré de ses enfants et petits-enfants, et veillé amoureusement par son épouse, 1 écouter quand il parle et ne veut pas être entendu, traduire la moindre inflexion de sa voix et ses silences ? Qui peut atteindre son coeur jusque dans les moments les plus secrets, partager ses confidences sur tout ? En acceptant de se livrer aux questions incisives de Michel Tauriac, Philippe de Gaulle répond aux interrogations, détruit les affabulations, éclaircit les mystères... Plus qu'un recueil d'entretiens, ce livre est un témoignage sans précédent qui se lit comme un roman.

  • Des débuts de la IVe République à ceux du premier septennat de François Mitterrand, la suite des Mémoires de Philippe de Gaulle couvre plus de trente années de vie politique, mais aussi familiale et professionnelle. Philippe de Gaulle se révèle ici le confident de son père durant sa traversée du désert et les onze années de pouvoir qui suivent. II raconte sans chercher à ménager personne, ni les adversaires du Général, ni même son entourage et Georges Pompidou, sur lequel on trouvera des révélations saisissantes. L'auteur consacre des pages bouleversantes à la dernière année de son père à Colombey et à la mort de sa mère, la fin d'une époque. Son livre est enfin le témoignage d'un marin exemplaire qui a trouvé, dans l'exercice de son métier, une destinée autonome et exaltante au seul service de son pays, non sans pâtir parfois du nom qu'il porte.

  • S'il est un homme d'État qui a inspiré les biographes, c'est bien Charles de Gaulle. Mais qui peut mieux le connaître que son propre fils ? Le décrire en famille, traduire la moindre inflexion de sa voix et ses silences ? Partager ses confidences sur sa vie privée, l'Histoire, ses bras de fer avec Churchill et Roosevelt, ses démêlés avec Pétain et Giraud ? Sur la poésie comme sur l'échec de Dakar et son face à face avec Staline ?
    Si Philippe de Gaulle a accepté pour la première fois de se livrer aux questions incisives de Michel Tauriac, ce n'est pas seulement pour répondre aux interrogations que l'on continue de se poser sur l'auteur de ses jours, c'est également pour détruire les interprétations abusives et éclaircir les mystères qui planent encore sur différentes affaires, tels l'assassinat de Darlan et le coup de force du Général contre les Alliés pour libérer Paris, conserver Strasbourg et traverser le Rhin.
    Plus qu'un recueil d'entretiens, c'est un témoignage sans précédent qui se lit comme un roman.

  • Quel portrait plus fidèle que celui qu'un fils peut faire de son père ? Voici donc la suite des entretiens que Philippe de Gaulle a accordés à Michel Tauriac. Au moment où s'ouvre ce second tome, le Général vient d'entrer à l'Élysée, et bientôt, à Alger, va éclater la tragédie. Dix années vont se succéder, au cours desquelles nous suivons Charles de Gaulle. Nous vivons avec lui en famille, prenons part à ses réflexions intimes. Nous sommes à ses côtés quand les généraux se révoltent, quand on tire sur sa voiture au Petit-Clamart, quand il nomme Pompidou Premier ministre, quand il perd le référendum et se retire dans son village.
    Ces événements dramatiques ont bouleversé le cours de l'histoire contemporaine et plus de trente ans après sa disparition, Charles de Gaulle n'en finit pas de déchaîner les passions. Dans la bouche de son fils, cette figure incontournable du patrimoine français se révèle être « père et mari envers et contre tout », un être capable de susciter l'amour exceptionnel d'une femme qui se serait fait tuer pour lui.

  • Déroulée comme la fresque d'un peintre magique, voici, photo après photo, l'existence exceptionnelle d'un des plus grands hommes de l'histoire de France : Charles de Gaulle. Et pour donner à chaque image la parole qui lui manque, les commentaires et les réflexions d'un témoin privilégié, riche de ses souvenirs : ceux que le propre fils du Général, l'amiral Philippe de Gaulle, a bien voulu confier à Michel Tauriac. Grâce à ce récit illustré de photos souvent inattendues, rien de l'homme prestigieux n'échappe à nos yeux. Nous le suivons, pas à pas, de sa naissance à sa mort, au cours de son épopée, et jusque dans les moments les plus secrets de sa vie privée. En écoutant raconter son histoire, nous le voyons la vivre comme s'il en tournait lui-même les pages.

  • De gaulle

    Philippe de Gaulle

    • Plon
    • 1 November 1990
  • Acteur et témoin privilégié de l'épopée gaulliste, l'amiral Philippe de Gaulle rompt ici le silence qu'il s'était imposé jusqu'alors.
    Avec ses mémoires qu'il dit " accessoires ", non sans humour, il nous livre en réalité un document historique de premier ordre. Homme de combat et d'engagement, se destinant très tôt à une carrière de marin - " le but de ma vie ", écrit-il -, dût-il contrarier pour cela quelque peu le projet paternel, Philippe de Gaulle s'est tenu tout au long de sa vie à la consigne de discrétion qu'il donnait à son entourage durant la campagne de la France Libre : " Ne jamais dire mon nom, prétendre ignorer qui je suis au juste et ne rien faire qui puisse attirer l'attention sur moi.
    " Ce faisant, cet observateur délibérément en retrait était mieux placé que tout autre pour capter la vérité de près et la restituer le moment venu avec une imparable et précieuse exactitude. Le général de Gaulle a occupé dans la vie de tous les siens une place non moins imposante que dans l'histoire de ce siècle. Le témoignage de son fils, à travers les instantanés d'une vie de famille souvent bousculée par les exigences de la vie militaire, nous rend soudain plus proches de ce géant que nous voyons dans le même temps happé par une destinée immense.
    C'est avec le même mélange de pudeur et de précision sans fard que l'auteur évoque la personnalité de sa mère ou le sort tragique de sa soeur Anne. Brûlant de l'esprit de revanche qui anima les résistants de la première heure, le jeune Philippe de Gaulle s'enrôle dans la marine de la France Libre, promotion 1940, qui continue la lutte aux côtés de nos alliés. Il rend un hommage émouvant à ces équipages de l'ombre qui contribuèrent aussi à libérer Paris et à refouler l'ennemi de l'Alsace.
    Sur le Paris de la Libération, sur l'oeuvre réformatrice engagée par le chef du gouvernement provisoire et les entraves qui lui sont aussitôt opposées, enfin sur les circonstances du départ du général de Gaulle en 1946 et son retrait des affaires, ce sont autant de révélations, de mises au point désormais incontournables qui nous sont ici apportées, nécessaires à la compréhension d'une époque et de ses protagonistes.

  • La suite des mémoires de Philippe de Gaulle couvre une large et riche période de notre histoire contemporaine, des débuts de la IVe République à ceux du premier septennat de François Mitterrand. Ce sont près de quarante années de vie politique, mais aussi familiale et professionnelle, qui sont ici restituées par un témoin et acteur essentiel de la chronique gaullienne. Se tenant à l'écart du combat politique, il ne porte pas moins un regard lucide et acéré sur les événements et les hommes de son temps.
    Plus encore que dans le premier volume, Philippe de Gaulle se révèle ici le confident régulier de son père durant la traversée du désert et les onze années de pouvoir qui suivent. Il livre, dans le style le plus direct et avec un souci de vérité parfois implacable, les nombreux échanges qu'ils eurent à propos de la guerre d'Algérie, du personnel politique, des grands enjeux de la Ve République. A son tour, le mémorialiste raconte sans chercher à ménager personne, ni les adversaires du Général, bien sûr, ni même son entourage et notamment Georges Pompidou, sur lequel on trouvera des révélations saisissantes, touchant notamment à son rôle en mai 68.
    Philippe de Gaulle consacre des pages bouleversantes à la dernière année de son père à Colombey et à la mort de sa mère qui marque la fin d'une époque.
    Son livre est enfin le témoignage d'un marin exemplaire qui a trouvé, dans l'exercice de son métier, une destinée autonome et exaltante au seul service de son pays, non sans pâtir parfois du nom qu'il porte.

  • Les Lettres, notes et carnets révèlent tout un pan de l'oeuvre littéraire de Charles de Gaulle, très différent dans l'esprit et dans la forme de ses ouvrages de réflexion et de souvenirs. Ces documents réunis et publiés après sa mort par son fils, l'amiral de Gaulle, relèvent d'une démarche plus immédiate et spontanée. Ils sont rédigés le plus souvent à l'intention d'un correspondant particulier ou d'auditoires restreints, sinon pour le seul usage de leur auteur. Dans la majorité des cas, ce sont des oeuvres de premier jet, écrites avec une liberté de ton qui fait parfois défaut à ses Mémoires, travaillés à l'extrême. L'épistolier ou le diariste laisse apparaître ici un de Gaulle que le mémorialiste s'interdit de montrer : l'homme privé, le personnage en quelque sorte officieux, capable de s'abandonner à un élan de tendresse comme d'exprimer sans fioritures le fond de sa pensée. Hormis ses écrits de jeunesse, les textes de ses conférences d'histoire prononcées en captivité puis à Saint-Cyr et à l'École de guerre, ceux de ses allocutions devant les officiers de son bataillon, quelques études sur les questions de défense nationale et des résumés d'entretiens, l'essentiel des Lettres, notes et carnets émane ainsi de plus de soixante années de correspondance et de notations personnelles. De 1907 - première lettre publiée, adressée à son père par un fils de dix-sept ans " affectionné et respectueux " - au 9 novembre 1970 - ultime message envoyé à son propre fils -, Charles de Gaulle a entretenu avec ses proches ainsi qu'avec la plupart de ses interlocuteurs politiques, français et étrangers, et avec quantité d'intellectuels, d'artistes et d'écrivains, une relation épistolaire d'une ampleur et d'une richesse considérables. Plus épars et discontinus, ses carnets, tenus depuis l'adolescence, constituent l'autre volet des écrits intimes de Charles de Gaulle. Ils renferment pêle-mêle des considérations d'ordre historique et politique, des notes de lecture, des citations de Virgile, de Péguy ou de Chateaubriand. Autant d'éléments qui l'ont aidé à travers le temps à se construire, à forger ses idées et à inventer son univers. Certaines confidences permettent de mieux cerner la vérité profonde du personnage. Les plus nombreuses datent de 1916, année où le jeune officier met à profit sa captivité pour s'adonner à l'écriture. " J'estime que la première condition du bonheur pour un homme est de sortir de lui-même, dans le monde d'aujourd'hui ", note-t-il à ce moment-là, ajoutant quelques pages plus loin : " Jusque dans ses pires cruautés, la Vie a des saveurs qui la rendent désirable. " Trente ans plus tard, au lendemain de la Libération, de Gaulle écrit seulement ceci, qui suffirait à résumer l'ensemble de sa pensée : " Pardonnez-moi ! Je n'aime que la France. "

  • La première partie de ce livre (le 1er Adam) traite d'abord de ce qu'on peut dire des débuts de l'Univers et des possibilités existant avant son existence, tant du point de vue scientifique, que du point de vue évangélique. La suite décrit la Création proprement dite, imaginée selon diversmythes, puis des accords possibles entre les points de vue de l'astronomie et ceux de la Bible. Ensuite, sont étudiées les divergences entre la Science et la Bible, ainsi que les conceptions des crétionnistes et des évolutionnistes.
    Enfin, on y présente l'extraordinaire précision des lois régissant l'Univers et la Terre, jusqu'à la création de l'Homo Sapiens.
    La seconde partie (le 2e Adam) traite de la situation de l'Humanité il y a environ dix mille ans, jusqu'à la création particulière d'Adam, soit de la décision divine de choisir un Homme nouveau. Par la suite, l'auteur étudie le problème de la Chute, puis celui des générations issues d'Adam et des Alliances divines avec les Adamites, en commentant toujours les données bibliques et historiques.
    La 3ème partie (le 3ème Adam) résume d'abord la situation sur la Terre il y a environ deux mille ans ; puis, à cette même époque, ce qu'on sait de l'arrivée du Nouvel Adam (Jésus-Christ). Suivent quelques considérations sur diverses actions de Jésus, sur son message unique et universel.
    Un chapitre est consacré en particulier aux détails de la crucifixion avec, entre autres, l'assistance d'un médecin qui en a étudié le déroulement dramatique. Enfin, sont résumées les conséquences - encore actuelles - de la résurrection du Christ et les pronostics qui endécoulent, selon quelques prophéties anciennes et apocalyptiques.
    L'ensemble du livre cherche à détailler la pensée de Dieu telle que nous pouvons la découvrir...

  • " Je n'étais rien au départ ", écrira Charles de Gaulle en se souvenant de son arrivée à Londres, le 17 juin 1940.
    Son fils raconte ici le mois au cours duquel il s'est décidé, jour après jour, à franchir le Rubicon. A 49 ans. Le mois crucial où de Gaulle est devenu de Gaulle.
    Patiemment et fidèlement reconstituée, cette épopée ne pouvait être rapportée que par le témoin privilégié qu'est Philippe de Gaulle. Fils attentif aux moindres faits et gestes de son père, gardien de sa mémoire, vigilant observateur de tout ce qui est dit et écrit à son sujet, il ne souhaitait laisser à personne le soin de faire ce récit.
    Il me l'a confié, rassemblant chaque date, chaque détail avec la précision qu'on lui connaît. Retrouvés le long des chemins du passé, des témoignages secondaires ajoutent leur note émouvante.
    Ainsi, devant nous, un grand homme entre dans l'Histoire. Au fil des heures. Nous le suivons pas à pas. Michel Tauriac

    Sur commande
empty