Philippe Dessertine

  • Le monde d'avant disparaît, c'est une certitude et un impératif. Comment préparer l'après, pour imaginer un monde meilleur ?
    La pandémie du Covid-19 et le confinement ont amorcé un grand basculement à l'échelle mondiale. En six mois, nos modes de vie ont radicalement changé, sans retour en arrière possible. Et c'est tant mieux, car il y a urgence pour la planète : notre système économique est obsolète face à une démographie galopante et au dérèglement climatique.
    À cette situation inédite s'ajoutent des mouvements de fond, qui transforment aussi la face du monde ; notamment la recomposition des relations internationales, avec la montée en puissance de la Chine - et plus largement de l'Asie -, et les promesses de l'Afrique.
    Fort heureusement, l'écologie et le développement durable sont compatibles avec la croissance. Les dettes peuvent être remboursées autrement que par la faillite, l'impôt et l'inflation. La science s'est remise en marche et invite à toutes les ruptures pour que naisse un autre modèle, dont la crise sanitaire a esquissé les grandes lignes.
    Dans cet essai résolument optimiste et enthousiaste, Philippe Dessertine donne les clés de compréhension de ces bouleversements inédits.

  • 2008 / 2009 ; en tant que Directeur de l'Institut de Haute Finance, Philippe Dessertine est à New York, Londres, Paris, Hong Kong, dans les plus grandes institutions financières ou économiques, vivant de l'intérieur les événements de la crise la plus grave depuis celle de 1929 (voir son témoignage dans le pamphlet, Ceci n'est pas une crise, juste la fin d'un monde). Interloqué, il entend à plusieurs reprises, dans la bouche de banquiers, de hautes personnalités politiques internationales, un mot récurrent. Un mot tabou, pour le commun des mortels : le mot GUERRE. Crise et guerre ; l'association tragique. Sauf que dans ces raisonnements froids sur le déroulement de la crise, la guerre n'est pas le désastre ultime qu'il faudrait éviter à tous prix. Elle est une éventualité parmi d'autres ; pire : un facteur pas forcément négatif. Philippe Dessertine choisit la démarche inverse. Oui, le risque de guerre est réel. Oui, le scénario des années trente ne doit pas être exclu. Ce risque éclaire d'un jour différent les réformes prioritaires à mettre en oeuvre ; celles qu'implique la crise, à l'échelle de la planète. Au nom de l'urgence et de l'efficacité, certains principes sont à conserver ; mais des révolutions sont aussi à mener. Suivons-le dans ces voies. Celles de la lucidité et de l'espérance

  • Le 6 février 2012, une grise fin de journée, un policier sort d'une voiture officielle conduite par un vice colonel de l'armée chinoise ; il entre dans le consulat américain de Shengdu, pour y rester près de trente heures. Le policier est surnommé l'Eliott Ness chinois ; il détient des secrets susceptibles de faire vaciller l'appareil politique de son pays ; et par là de créer une onde de choc aux conséquences incalculables. Pendant cette nuit de folie, il va demander l'asile politique aux Etats Unis, qui le lui refuseront dans une atmosphère de tension extrême entre les deux super puissances.

    Parce que cet événement est considérable, parce que l'équilibre de la planète en sera affecté d'une manière ou d'une autre, parce que personne ne détient la totalité des cartes abattues dans cette partie de poker menteur, il n'était autre solution que de jouer du ressort de la fiction.

    Philippe Dessertine, spécialiste de la finance et de l'économie internationale, relève le défi. Il livre le thriller haletant de cette nuit incroyable, où les protagonistes sont un homme et une femme que tout oppose, mais où les ombres qui s'agitent sont celles des maîtres du monde.

    Tout est vrai dans ce roman ne laissant pas le lecteur respirer ; tout est vrai, y compris ce qui est faux. Le but ultime est de fournir les clefs ; même si, quand les verrous sautent, certaines portes ouvrent sur des réalités terrifiantes...

  • Notre époque est celle d'un tournant majeur, historique. La crise économique commencée en 2007 avec les subprimes annonçait la fin d'un monde. Le nouveau modèle se met en place, sous nos yeux, parfois sans que nous y prenions garde. Une chose est sûre : nos enfants, nos petits-enfants ne vivront pas comme nous ; ils serons sans doute épouvantés par les folies de notre temps.
    Ce livre positif, optimiste, veut d'abord dire à la nouvelle génération, celle du numérique, des big datas, des impressions 3D, que les temps qui viennent lui appartiennent. Dans la première partie, les trois grandes révolutions - celles de l'agriculture, de l'énergie et surtout de l'univers numérique - sont présentées comme les réponses aux impasses dans lesquelles le monde semble enfermé. La dette, mais aussi le réchauffement climatique, l'expansion démographique, l'urbanisation anarchique et galopante ne sont pas une fatalité. L'humanité dispose déjà des moyens d'éviter ces périls, la mutation a commencé. Il suffit d'y croire, d'accepter le pari du futur, au lieu de rester arcbouté sur les ressorts anciens. Il suffit aussi d'effacer le résultat de nos folies passées, dont la dette publique est l'une des formes les plus terrifiantes.
    Cette fameuse crise, on y revient dans la deuxième partie, est en fait celle des riches vieillards d'Occident, qui tentent par tous les moyens de stopper une évolution dont ils seront les premières victimes. Leur conservatisme en est à l'origine même, et il constitue la clef de lecture de nombreuses mesures prises pour « gérer » la crise, en réalité pour la prolonger et pour éviter à tout prix l'avènement du monde nouveau.
    En troisième partie sont évoquées les conditions fondamentales pour que les vieillards ne « tuent » pas les jeunes, pour que les grands projets voient le jour, pour qu'au lieu de ralentir les grandes mutations s'accélèrent et que les gamins d'aujourd'hui, ceux de demain trouvent leur place dans une société apaisée.

  • L'epargne : dernier refuge ou risque absolu Nouv.

  • La dette mondiale atteint des niveaux tels qu'il ne sera plus possible d'attendre edavantage pour y faire face. Les avertissements montent sans arrêt des marchés. des agences de notation. pour exprimer toujours la même exigence : remboursez ! Cela tombe bien ; l'autre compte à rebours celui du dérèglement climatique, nous oblige aussi à penser, à consommer différemment. Notre chance est peut-être de ne plus avoir le choix. Nous avons dix ans pour prendre les décisions engageant notre avenir et celui de la planète. Décennie cruciale où la finance, la technologie, le social, la mondialisation, la démographie doivent être intégrés dans un même raisonnement. S'il est certain aujourd'hui que nos enfants ne vivront pas comme leurs aînés, il n'est pas interdit d'espérer qu'ils vivront bien mais autrement. A condition d'inventer de nouveaux paradigmes, plus respectueux d'un équilibre social assuré par une redéfinition du travail, de la collectivité, et par la substitution du "bien public" à la notion de "profit" comme ligne de mire de nos sociétés démocratiques.

    Sur commande
  • Dans le secret de la grande bibliothèque du Vatican se déroule en 2012, le plus improbable des colloques ; celui réunissant des théoriciens de l'économie, des spécialistes de la dette souveraine et des anciens ou futurs chefs d'état. Leur objet ? Bâtir la paix au Proche Orient en utilisant la plus formidable expérience monétaire de tous les temps : la création de l'euro. Ils sont persuadés que l'alliance du pragmatisme, des idéaux et de la rationalité peuvent provoquer un choc positif, permettant de sortir enfin de la spirale de guerre devenue le destin fatal de la région. Ils n'ont seulement pas saisi qu'ils touchent aussi à des interdits, à des intérêts occultes, dont la puissance les dépassent ; au point de provoquer des ondes de choc insensées... Jusqu'à la démission du dernier pape européen ?
    Philippe Dessertine imagine une histoire où tout pourrait être vrai, faisant de l'aventure monétaire, le thème central d'un thriller haletant où se mêlent comme dans lé réalité finance et géopolitique. Et si derrière la fiction, son premier objectif était de comprendre l'ambition immense, à l'échelle de l'Histoire, des desseins européens, de la création de l'euro, avant qu'il ne soit trop tard, avant que la jeunesse ne comprenne que le pire est toujours évitable.

    Sur commande
  • Le baron Jacques Necker a révolutionné l'histoire économique française. Tout d'abord en devenant le premier banquier suisse à être nommé Directeur général du Trésor royal par Louis XVI. Ensuite, en décidant de publier, en 1781, un rapport resté célèbre : le « Compte rendu au Roi » où il dévoile la liste des pensions versées aux nobles par l'Etat et dénonce en prime les gaspillages consécutifs au financement des guerres et à la calamiteuse gestion du budget. Il jette ainsi les bases d'une longue tradition toujours très présente en France : la volonté de rendre plus transparentes les finances publiques, avec pour objectif de rassurer les investisseurs et d'éclairer les citoyens.

    Mais qu'écrirait Necker aujourd'hui s'il était appelé à rédiger un constat sur l'état de la France ? Que déciderait-il de révéler ? Et, surtout, que garderait-il secret ? En imaginant la rencontre du baron ressuscité avec le président Hollande, Philippe Dessertine, dans ce « compte rendu », nous entraîne dans les coulisses de l'Etat. On réalise que rien ou presque n'a changé. Entre farce et satire politique cet essai dit d'un ton léger des choses graves.

    Sur commande
  • Cette crise n'est pas financière, c'est une crise de civilisation ! En novembre 2004, Philippe Dessertine écrivait dans Libération : « L'immobilier américain est la traînée de poudre menant au stock de dynamite sur lequel est assis le système économique international. » Tout ceci, c'est la faute des banquiers, n'est-ce pas ? et plus particulièrement des banquiers américains. Et si ce n'était pas vrai ? Si nous étions collectivement responsables ? Et si la seule façon de sortir de la crise était d'ouvrir les yeux et d'accepter que notre modèle économique est devenu une fiction ? Une fiction que d'autres peuples, d'autres puissances économiques sont sur le point de dénoncer, à la façon de l'enfant du conte qui s'écrie au milieu de la foule : « Le roi est nu ! » Il serait temps de changer en profondeur notre manière de vivre, parce que la seule façon de mettre fin à une récession, c'est d'admettre qu'elle est une transition vers un autre modèle à inventer... ou à subir. Philippe Dessertine passe toutes nos illusions à la paille de fer pour brosser le tableau d'une véritable rupture de civilisation. Si la démonstration est implacable, son développement n'a qu'un objectif : poser un jalon dans une réflexion dont nous ne pourrons faire l'économie si nous voulons affronter les défis mondiaux qui s'annoncent. Une réflexion qui, si nous l'abordons de façon collective et concertée, pourrait même déboucher sur la naissance d'un monde plus juste. Et si ceux qui nous avaient prévenus avaient quelques idées d'avance ?

    Sur commande
  • Philippe Dessertine est un des premiers à s'être penché, il y a près de 10 ans, sur l'apparition de la première des crypto-monnaies, le Bitcoin.
    Il a rencontré, à New York, le groupe à l'origine de cette révolution dans l'univers jusqu'alors impénétrable de la création monétaire.
    Depuis, il est systématiquement interrogé dans ses interventions, cours et conférences sur la réalité et le devenir de ce phénomène financier spectaculaire qui fascine les uns et plonge les autres dans le scepticisme le plus total.
    Ce livre a pour objectif de fournir les clés de compréhension fine des concepts en jeu, de replacer la frénésie actuelle dans un contexte plus large et de permettre à chacun de décider ou non d'investir, en connaissance de cause, dans ce nouveau support d'épargne et de financement de l'économie.
    Un guide pratique d'investissement pour les particuliers ou les entreprises prêtes à lancer une émission de crypto monnaie (ICO : initial coin offering).

  • Le Cercle Turgot a consulté 23 économistes de renom, sous la direction de Philippe Dessertine, pour qu'ils livrent leur diagnostic sur les vertus et les failles potentielles de ce remède en apparence plébiscité par l'ensemble des gouvernements et institutions financières internationales.

  • Vers une ubérisation des banques ?
    Le monde de la finance connaît l'une des plus profondes mutations de son histoire. Les métiers de la banque de dépôt, de la banque d'investissement, des marchés, de la gestion d'actif ou encore de la finance d'entreprise semblent tous engagés dans des transformations radicales.

    Il ne s'agit plus seulement de changements de pratiques ou de l'arrivée de nouveaux outils techniques comme ce fut le cas à maintes reprises par le passé : ce sont les principes mêmes de la finance qui connaissent une totale remise en question. Nouvelles technologies, nouveaux acteurs... déstabilisent profondément les cadres établis, et les anciennes terminologies ne suffisent plus à classer ces nouveaux venus sur ce marché.

    Les experts rassemblés dans cet ouvrage esquissent les contours de cette révolution silencieuse et des nouveaux modèles bancaires en gestation.

  • Ce guide du maître propose :
    - des aides méthodologiques ;
    - des conseils ;
    - des outils de différenciation, de consolidation et de remédiation ;
    - des activités complémentaires ;
    - des outils à photocopier..

  • Cet ouvrage se compose de 5 périodes et fait alterner des séquences de :
    - nombres et calcul ;
    - géométrie ;
    - mesure ;
    - organisation et gestion de données.

    Il contient aussi :
    - des pages thématiques en lien avec d'autres disciplines ;
    - des évaluations périodiques ;
    - un mémento qui regroupe toutes les règles ;
    - une banque de problèmes ;
    - 6 planches-matériel en fin d'ouvrage (horloge, monnaie, compteur, tables d'addition, solides, calendriers).

  • La collection Gestion Appliquée permet une compréhension rapide et concrète des mécanismes fondamentaux d'une discipline grâce à l'analyse d'un cas réel.
    Comptabilité, 2e éd. permet d'aborder les concepts et les méthodes de la discipline à travers l'étude d'une entreprise cotée au second marché en détaillant les nouvelles normes IAS/IFRS.
    Il donne une vision globale et opérationnelle de la comptabilité financière en montrant systématiquement l'impact de chaque opération sur la situation de l'entreprise et en introduisant les normes IAS à chaque fois qu'elles impliquent une modification des règles de présentation.
    Les auteurs n'insistent pas sur le langage et la présentation comptables qui rendent la matière souvent ésotérique, mais expliquent les termes indispensables au dialogue professionnel.
    Cet ouvrage constitue une synthèse pratique de la comptabilité financière, le cas d'entreprise permettant d'introduire les fondamentaux théoriques et métho-dologiques de la discipline, en restant toujours dans un contexte réel.

empty