Philippe Caumières

  • ce qui surprend immédiatement à la lecture de l'oeuvre de castoriadis, c'est le décalage entre la puissance d'une pensée, sensible pratiquement à toutes les pages, et son côté confidentiel.
    est-ce la diversité du parcours de cet homme né en 1922 à constantinople, fuyant la dictature de metaxas pour arriver à paris en 1945, son engagement au sein du groupe, devenu quasiment mythique, " socialisme ou barbarie ", son enseignement à l'école des hautes études en sciences sociales ? est-ce la difficulté de le situer dans un champ disciplinaire défini : militant politique, économiste, psychanalyste, philosophe, penseur de la démocratie, au savoir quasi encyclopédique ? pourtant cette activité étonnante trouve toute sa cohérence dans le concept d'autonomie, présent d'emblée comme idée essentiellement politique.
    comment l'autonomie est-elle possible ? question double en vérité, indissolublement pratique et théorique. comment mettre concrètement en place une société proprement autonome, c'est-à-dire se sachant pleinement responsable d'elle-même et des orientations qu'elle prend ? que suppose ce projet pour les sociétés humaines, leur histoire et les hommes qui les constituent oe


  • Ce livre propose une lecture synthétique de l'oeuvre de Castoriadis.
    Plus de 10 ans après sa disparition, Cornelius Castoriadis (1922-1997) reste une figure atypique dans le paysage des gauches critiques. Connu pour ses analyses de la bureaucratie stalinienne, ses contributions réorientant la pensée politique sont largement ignorées.
    Il faut dire qu'elles se présentent comme la promotion d'une démocratie radicale, distincte du marxisme traditionnel comme des thèses néolibérales. Résolument anticapitalistes, ses vues originales redéfinissent le social, en incluant sa dimension imaginaire, et permettent de mieux saisir la place de l'individu en son sein.
    Car l'autonomie, c'est-à-dire la liberté bien comprise dans une double perspective individuelle et collective, constitue pour Castoriadis une question fondamentale. Si la démocratie authentique est la forme adéquate pour la garantie de la liberté, elle n'a rien à voir avec le système oligarchique que nous subissons aujourd'hui.
    Penser les conditions de l'autonomie revient alors tout à la fois à développer une sévère critique de l'ordre existant et à proposer des voies pour une émancipation repensée. C'est ce à quoi ce petit livre donne accès de manière synthétique et pédagogique.

  • Trop mal connue encore, la pensée de Castoriadis s'articule entièrement à la question de l'autonomie. Signifiant la capacité pour les hommes de se donner la loi, celle-ci n'engage pas seulement le gouvernement de soi, mais l'institution même de la société. C'est là une exigence qui invite tout autant à la mise en cause des pensées politiques modernes qui appellent démocraties ce que Castoriadis nomme volontiers des oligarchies libérales qu'à une prise de distance vis-à-vis de la tradition critique issue du marxisme. Penser l'autonomie et ses conditions de possibilité conduit ainsi à une reprise critique l'ensemble de la pensée héritée pour faire retrouver la force d'un projet émancipateur à l'origine de la philosophie comme de la politique en leur sens authentique.
    />

  • Envisager conjointement la praxis et l'institution conduit au coeur même du travail de Castoriadis, permettant ainsi de le saisir dans sa dimension la plus novatrice, laquelle ne va toutefois pas sans risques. Son originalité tient pour partie à sa capacité à affronter sans fard l'aporie que manifeste le rapprochement de ces deux notions.


    TABLE DES MATIÈRES Avant-propos par Philippe CAUMIÈRES Pour une praxis renouvelée par Philippe CAUMIÈRES La question de la praxis dans les écrits philosophiques inédits de Castoriadis (1946-1960) par Nicolas POIRIER Castoriadis et les présupposés de la création politique.
    Une réflexion sur la signification de la solidarité chez Castoriadis par Emanuele PROFUMI L'institution comme praxis de la finitude.
    Une lecture anthropologique de Castoriadis par Caterina REA Praxis et critique de la rationalité par Arnaud TOMÈS Arendt, Castoriadis : regards croisés sur le concept de pouvoir par Isabelle DELCROIX Imaginaire, affectivité et rationalité.
    Pour une relecture du débat entre Habermas et Castoriadis par Raphaël GÉLY

empty