Paul Gilroy

  • Melancolie post-coloniale

    Paul Gilroy

    Dans cet essai au verbe acéré, Paul Gilroy dénonce la pathologie néo-impérialiste des politiques mises en oeuvre dans les pays occidentaux, sclérosées par les débats sur l'immigration, et propose en retour un modèle de société basé sur un multiculturalisme renouvelé. De la création du concept de "race" à la formation des grands empires coloniaux, le sociologue britannique soulève quelques grandes questions de notre siècle, et vise à former une réelle alternative aux récits édulcorés et "whitewashés" de notre passé colonial.
    En choisissant de valoriser la convivialité et le cosmopolitanisme ordinaire et indiscipliné des centres urbains des grandes métropoles, Paul Gilroy embrasse une vision cosmopolite inclusive, croit en l'avènement d'une société "au-delà du racisme" et défend un modèle de société multiculturel, qui refuse de céder aux discours de la peur et à la violence. Il examine l'invention de catégories hiérarchisantes basées sur la notion de race, et les terribles conséquences que celle-ci eut, telle que le colonialisme et le fascisme, et démontre comment les écrits de penseurs tels que Frantz Fanon, W.
    E. B. Du Bois ou Georges Orwell peuvent aujourd'hui encore faire avancer les débats sur le nationalisme, le postcolonialisme et les questions raciales. Cette première traduction de Mélancolie post-coloniale sera accompagnée d'une préface inédite de l'auteur, apportant un regard contemporain sur les enjeux traités par le livre et faire écho aux luttes post-coloniales d'aujourd'hui, en recherche d'une pensée critique exigeante.

  • Cet ouvrage, dont la première édition est parue en 1993, s'est rapidement imposé comme une référence incontournable des études postcoloniales. La notion d'Atlantique noir élaborée par Gilroy permet de renouveler en profondeur la manière de penser l'histoire culturelle de la diaspora africaine, résultat de la traite et de l'esclavage. En opposition aux approches nationalistes et portées à l'absolutisme ethnique, et dans un souci d'éviter toute opposition binaire réductrice (entre essentialisme et anti-essentialisme, entre tradition et modernité), Gilroy montre qu'il existe une culture qui n'est ni africaine, ni américaine, ni caribéenne, ni britannique, mais tout cela à la fois. L'espace atlantique transnational constitue donc un lieu de circulation, d'hybridation, de création et de résistance reliant les communautés noires américaines, européennes et caribéennes : une véritable « contreculture de la modernité ».

empty