Patrick Pécherot

  • Hével

    Patrick Pécherot

    Janvier 1958. À bord d'un camion fatigué, Gus et André parcourent le Jura à la recherche de frets hypothétiques. Alors que la guerre d'Algérie fait rage, les incidents se multiplient sur leur parcours.
    Tensions intercommunautaires, omniprésence policière exacerbent haines et rancoeurs dans un climat que la présence d'un étrange routard rend encore plus inquiétant... 2018. Gus se confie à un écrivain venu l'interroger sur un meurtre oublié depuis soixante ans. Il se complaît à brouiller les cartes et à se jouer de son interlocuteur. Quelles vérités se cachent derrière les apparences? Mémoire et mensonges s'entremêlent dans le dédale d'une confession où tout semble illusoire, fuyant, incertain...

  • 1870, la défaite de Sedan scelle la guerre franco-prussienne. Dans Paris assiégé, l'heure de la Commune va sonner. Une bande d'amis vit la fièvre de l'insurrection. Ils se nomment Vallès, Verlaine, Courbet, Gill, Marceau, Manon, Dana... Mais le temps des cerises s'achève dans le sang. Les amis sont dispersés, arrêtés ou recherchés.
    Dana, en fuite, est condamné à mort, accusé d'avoir participé au massacre des otages de la rue Haxo. Qui était-il? Communard authentique? Personnage trouble? L'homme aux gestes de fumée a laissé derrière lui un halo de mystère. Son souvenir hante Marceau jusqu'à l'obsession. Trente ans plus tard, il croit le reconnaître parmi les figurants du premier western de l'histoire du cinématographe, et n'aura de cesse de retrouver sa trace. Elle croise celles des chercheurs d'absolu, exilés de la vieille Europe, qui parcourent les États-Unis...

  • Chemin des Dames, 1917, l'offensive du général Nivelle tourne à l'hécatombe.
    Dans l'enfer des combats, un conseil de guerre s'apprête à juger le soldat Jonas, accusé d'avoir assassiné son lieutenant. Devant l'officier chargé de le défendre défilent, comme des fantômes, les témoins harassés d'un drame qui les dépasse. Coupable? Innocent? Jonas est-il un simulateur ou un esprit simple? Le capitaine Duparc n'a que quelques jours pour établir la vérité. Et découvrir qui est réellement celui que ses camarades ont surnommé Tranchecaille.

  • Dans le Paris de 1926, il est difficile de survivre sans un sou en poche. L'armistice de 1918 n'est pas loin, et les traces de la guerre sont encore présentes. Venu de Montpellier tenter sa chance à la capitale, Pipette en fait l'amère expérience. Laveur de bouteilles, collaborateur d'un journal à scandales, il multiplie les petits boulots. Le soir, il déclame des poèmes à Montmartre, il y croise la Goulue, André Breton et les surréalistes, les défenseurs de Sacco et Vanzetti... La nuit venue, en compagnie d'une bande d'illégalistes, il cambriole les riches pour arrondir les fins de mois. Un coup, c'est un peu d'argent, un autre quelques lingots. Mais quand un coffre-fort s'ouvre sur une macabre découverte c'est une bien sombre histoire qui commence.
    Les brouillards de la Butte, avec son évocation du Paris populaire de l'entre-deux-guerres, a reçu le Grand Prix de littérature policière 2002.

  • Prison de la Santé, 1913. Les survivants de la bande à Bonnot attendent leur jugement. Ils ont vingt ans et voulaient vivre sans entraves. Communautés, insoumission, végétarisme et fausse monnaie, ils ont pris les chemins de traverse qu'emprunteront, bien plus tard, d'autres enfants de la révolte. Traqués, au terme d'une fuite en avant sanglante, ils deviendront ces bandits tragiques qui feront trembler la France. Parmi eux, André Soudy. Gamin tuberculeux, traîne-misère, poucet aux poches crevées... Qui est vraiment celui qu'on appellera ' l'homme à la carabine ' ? Au fil d'un roman-collage, Patrick Pécherot a suivi ses traces à demi effacées. Croisant au passage les fantômes d'Aragon, Arletty, Léo Mallet, Colette, Henri Calet, Georges Brassens, Léo Ferré, Boris Vian..., il brosse l'esquisse d'un perdant magnifique.

  • Dans une ville sinistrée par la crise, quatre hommes préparent l'attaque d'un fourgon blindé. Ils jouent leur dernière carte, mais la poisse les poursuit. Les convoyeurs se mettent en grève...

  • Paris, 1938. Dans les locaux de l'agence Bohman, un détective s'ennuie. Il ne sait pas encore que le monde bascule, mais les événements vont faire de lui un gibier de premier choix. Le Front populaire vit ses derniers jours. En Europe le péril monte. L'embrasement général s'annonce. On chante Tout va très bien, Madame la Marquise tandis que la Cagoule multiplie les attentats. La République chancelle. Une fille de bonne famille a disparu avec son soupirant. Ils ont fait leur nid sur une poudrière. Leur chemin sera celui de la guerre. Il mène vers l'Espagne...

  • Juin 1940, en plein chaos, dans un Paris vidé par l'exode, Nestor, détective de l'agence Bohman, est chargé de veiller sur un psychiatre dépressif. Le métier d'ange gardien n'est pas une sinécure. Surtout en pleine débâcle, quand les asiles déversent leurs fous sur les routes, et qu'une faune sinistre de truands, de nazis et de collabos s'apprête à envahir la capitale. La folie brouille tous les repères, et l'étrange suicide du psychiatre n'arrange rien. Existe-t-il un lien entre sa mort et l'appel au secours d'un mystérieux inconnu? Pourquoi de faux policiers s'attachent-ils aux pas de Nestor? Que cachent vraiment les hauts murs des asiles d'aliénés ?

  • «Vous savez, vous, que la rue existe par ceux qui la vivent. Par leur présence, leur passage, leur empreinte. Le tracé le plus raide, le béton le plus dur, l'esplanade la plus carrée, se transforment parce qu'un pékin s'y est posé. Vraiment posé. Le temps d'une cigarette, d'un coup d'oeil, d'un sandwich. Le coin de rue naît du geste. Simple, évident, quotidien.»

  • L'affaire Jules Bathias... ou comment retourner dans le passé permet à un adolescent d'aujourd'hui de se construire dans le présent et de devenir un citoyen averti. Patrick Pécherot, auteur de romans policiers à succès, donne ici un récit ancré dans deux époques : la Première Guerre mondiale et aujourd'hui. Le va-et-vient incessant entre les deux mondes entretient le mystère. Les personnages du récit sont tantôt attachants, terrorisants, mystérieux, voire même franchement drôles.

  • Tiuraï

    Patrick Pécherot

    Un jeune Tahitien trouve la mort avec son frère handicapé le jour de la fête du 14 juillet. Une émeute sanglante dévaste la prison de Papeete et la répression qui s'ensuit n'a rien à envier à certaines dictatures. Loin de la métropole, la Polynésie et ses atolls n'ont plus grand-chose à voir avec les vahinés et les colliers de fleurs. Sous la mer bleue rôde une menace étouffée par le secret défense. Parce qu'il emprunte les chemins de traverse, le journaliste Thomas Mecker va côtoyer une réalité mortelle à plus d'un titre. Ce n'est pas pour rien que le mot « tabou », comme Mururoa, est issu de ces îles...

  • Le voyage de Phil

    Patrick Pécherot

    • Scup
    • 10 November 2017

    Pour oublier sa maladie, Phil dévore les aventures d'Arséne Lupin. Anselme, un vieux bouquiniste, lui raconte que Maurice Leblanc, le créateur du fameux gentleman cambrioleur, aurait été inspiré par un personnage authentique, Marius Jacob, un voleur au grand coeur. Il propose à Phil de partir à la recherche du trésor caché de Jacob. Une virée en Normandie où leur route croisera celle d'une jeune gitane : Yovana.
    Tous trois ignorent encore qu'ils devront affronter de bien inquiétants personnages...

  • On devrait préparer ses ultimes paroles, vous ne croyez pas ? Les miennes, je les voudrais bien macérées dans le tonneau de mon âme. Des vérités fermentées, persillées comme une viande à jus. Les servir à la façon dont on passe un plat, ce serait une bonne manière de quitter la table.

  • Juin 1940, dans un Paris vidé par l'exode, Nestor, détective à l'agence Bohman, veille sur un psychiatre dépressif. Mais le métier d'ange gardien n'est pas une sinécure. Surtout en temps de guerre. Comme des rats alléchés par la mort, une faune sinistre s'apprête à envahir la capitale : truands, nazis, collabos. Quand l'or se mêle au plomb, la folie s'en donne à coeur joie et brouille tous les repères.
    Existe-t-il un lien entre le suicide d'un savant, l'appel au secours d'un inconnu et les fantômes de la guerre d'Espagne ? Quel secret un antifasciste allemand devenu aphasique peut-il détenir ? Pourquoi de faux policiers s'attachent-ils à ses pas ? Que cachent les hauts murs des asiles d'aliénés ?
    Pour le savoir, Nestor manquera de perdre la raison. Cette année là, c'était bien la dernière chose à faire.
    La nouvelle enquête du privé « de chez Bohman » explore le Paris sombre de la collaboration naissante.

  • À l'occasion d'un devoir de classe, Valentin se penche sur l'arbre généalogique que son père avait commencé avant de mourir. Sous la photo sépia d'un soldat moustachu, un point d'interrogation inscrit en rouge attire son attention. Quels secrets entourent la vie et la mort de Jules Bathias, mai 1888-novembre 1917, son arrière-arrière-grand-pèreoe Voleur ou bouc émissaireoe Héros ou déserteur ? Valentin décide de braver le silence qui pèse sur cette affaire vieille de presque cent ans...

  • Terminus nuit

    Patrick Pécherot

    Indisponible
  • Avec "Lettre à B." Patrick Pécherot nous emmène dans le Brest occupé de la seconde guerre mondiale et choisit pour nous guider la Barbara de Jacques Prévert. Au détour de la rue de Siam, les silhouettes de Gabin et de Morgan se dessinent, la vie en rose vire au noir et blanc, la pluie tombe sur les décombres et les souvenirs s'en mêlent.

  • Das feuer

    ,

    « Ce serait un crime de montrer les beaux côtés de la guerre, même s'il y en avait ».

    « TAC ! TAC ! BAOUM ! BAOUM ! Les coups de fusils, la canonnade autour de moi. Partout ça crépite et ça roule, longues rafales et coups séparés. Sombre et flamboyant orage qui ne cesse jamais. Je suis enterré au fond d'un éternel champ de bataille. Depuis quinze mois, depuis mille cinq cents jours, du soir au matin sans repos, du matin au soir sans répit. La fusillade, le bombardement ne s'arrêtent pas. Comme le TIC-TAC des horloges de nos maisons, aux temps d'autrefois, dans le passé quasi légendaire. On n'entend que cela lorsqu'on écoute. TAC ! TAC ! BAOUM ! BAOUM ! ».
    L'horreur de la Première Guerre mondiale transposée dans le camp ennemi, c'est ce que Joe Pinelli tente de nous faire toucher du doigt en adaptant du côté allemand Le Feu, d'Henri Barbusse, écrivain qui a servi dans les tranchées.

empty