Olivier Soutet

  • Si, dans le cadre des enseignements scolaires fondamentaux, chacun apprend ce qu'est un groupe nominal, un groupe verbal ou un constituant invariable, l'analyse linguistique de ces unités fondamentales, parmi d'autres, ne saurait s'y réduire.
    S'appuyant sur quelques analyses sémantiques et syntaxiques à la fois éclairantes et accessibles à des non-spécialistes, cet ouvrage propose un exposé cohérent du fonctionnement grammatical de la langue française ; tout en retenant les classements traditionnels en parties de discours et en fonctions syntaxiques, il s'attache à en approfondir et à en problématiser les contours.

  • Linguistique

    Olivier Soutet

    Qu'est-ce que la linguistique si ce n'est l'étude du langage ? Mais comment définir le langage ? « Définissable d'abord, au niveau anthropologique, comme faculté humaine spécifique, le langage s'analyse comme un phénomène complexe où interfèrent des composantes biologique, psychologique, sociologique, historique et symbolique. Définissable ensuite, au niveau de son fonctionnement intérieur, comme concept unificateur réunissant la variété des langues particulières, le langage se décrit à partir de règles et de traits d'organisation. » Le succès - il s'agit de sa sixième édition depuis 1995 - de ce manuel d'initiation à une discipline réputée complexe et abstraite témoigne de sa valeur pédagogique sur une matière nouvelle pour les étudiants. Conçu comme un triple parcours conduisant des langues au langage, de la parole à la langue, de la plus petite unité identifiable - le phonème - à la plus grande - le texte -, il vise à replacer la linguistique dans le champ général des savoirs humains.

  • Si, dans le cadre des enseignements scolaires fondamentaux, chacun apprend ce qu´est un groupe nominal, un groupe verbal ou un constituant invariable, l´analyse linguistique de ces unités fondamentales, parmi d´autres, ne saurait s´y réduire.
    S´appuyant sur quelques analyses sémantiques et syntaxiques à la fois éclairantes et accessibles à des non-spécialistes, cet ouvrage propose un exposé cohérent du fonctionnement grammatical de la langue française ; tout en retenant les classements traditionnels en parties de discours et en fonctions syntaxiques, il s´attache à en approfondir et à en problématiser les contours.

  • S'appuyant sur quelques analyses sémantiques et syntaxiques éclairantes et accessibles à des non-spécialistes, cet ouvrage propose un exposé cohérent du fonctionnement grammatical de la langue française. Il s'attache à en approfondir et à en problématiser les contours.
    Olivier Soutet est professeur à l'Université de Paris IV et professeur associé à l'Institut catholique de Paris.

  • Source de difficultés pour les locuteurs étrangers qui, dans leur propre langue, n'en ont pas de strict équivalent, mais aussi pour bien des locuteurs francophones, déconcertés par les rapports subtils de complémentarité et d'opposition qu'il entretient avec le mode indicatif, le subjonctif français a donné lieu depuis plus d'un siècle à un nombre considérable de descriptions, d'analyses et d'hypothèses interprétatives qui puisent à des sources très diverses : grammaire comparée, grammaire historique, formalismes plus ou moins complexes selon la nature de leurs postulats et de leurs démarches, théories sémantiques d'inspirations multiples, sociolinguistique aussi, tant il est vrai que la marginalisation de certaines des formes du subjonctif (imparfait et plus-que-parfait) ne peut pas ne pas faire de leur usage un signe de distinction sociale.
    Sans chercher le moins du monde à dresser un bilan de ces recherches, le présent ouvrage a d'abord voulu dessiner l'entier de la personnalité linguistique du mode : personnalité morphologique (formes), discursive (emplois), sémantique (sens) enfin et surtout puisque l'hypothèse principale ici retenue consiste à postuler que le jeu modal entre indicatif et subjonctif est fondamentalement de nature sémantique et que, par conséquent, l'unité du mode subjonctif, par-delà la variété de ses emplois, est pensable en terme d'invariant de signification et non pas de simple contrainte syntaxique.
    Même si l'ouvrage s'applique à décrire les usages du subjonctif en français contemporain, il n'a pu ignorer ce phénomène historique qu'est la très forte marginalisation de l'imparfait et du plus-que-parfait du subjonctif, qui intéresse le sociolinguiste, mais qui doit aussi solliciter l'attention du grammairien : en quoi, par exemple, le subjonctif imparfait se distingue-t-il du subjonctif présent ? S'agit-il ou non d'une distinction de nature temporelle, comme la terminologie le suggère ? Et, si oui, comment expliquer qu'on puisse en faire si facilement l'économie ? Autant de questions qui, loin de situer sur les marges du sujet, ramènent à la préoccupation sémantique constamment à l'oeuvre dans cet ouvrage et invitent surtout à réfléchir à l'instabilité foncière d'un mode, dont on constate à la fois, dans l'usage, des reculs spectaculaires mais aussi certaines progressions apparemment aberrantes.

  • Fondée en 1941 par Paul Angoulvent, traduite en 40 langues, diffusée pour les éditions françaises à plus de 160 millions d'exemplaires, la collection " Que sais-je ? ", est aujourd'hui l'une des plus grandes bases de données internationales construite, pour le grand public, par des spécialistes.
    La politique d'auteurs, la régularité des rééditions, l'ouverture aux nouvelles disciplines et aux nouveaux savoirs, l'universailité des sujets traités et le pluralisme des approches constituent un réseau d'informations et de connaissance bien adapté aux exigences de la culture contemporaine.

  • Qu'est-ce que la linguistique si ce n'est l'étude du langage ? Mais comment définir le langage ? " Définissable d'abord, au niveau anthropologique, comme faculté humaine spécifique, le langage s'analyse comme un phénomène complexe où interfèrent des composantes biologique, psychologique, sociologique, historique et symbolique. Définissable ensuite, au niveau de son fonctionnement intérieur, comme concept unificateur réunissant la variété des langues particulières, le langage se décrit à partir de règles et de traits d'organisation. " Le succès de ce manuel d'initiation à une discipline réputée complexe et abstraite, témoigne de sa valeur pédagogique sur une matière nouvelle pour les étudiants. Il a été conçu comme un triple parcours conduisant des langues au langage, de la parole à la langue, de la plus petit unité identifiable, le phonème, à la plus grande, le texte, et replace la linguistique dans le champ général des savoirs humains.
    Olivier Soutet est professeur à l'Université de Paris-Sorbonne.

  • L'histoire du français, comme celle de toute langue, est, par nature, de l'ordre du continu, ce qui rend délicate l'assignation de bornes et d'étapes exprimées dans les termes d'une chronologie précise.
    Néanmoins les linguistes distinguent volontiers le français médiéval, celui qui, sur le territoire de la langue d'oïl, s'inscrit dans l'espace gallo-romain, du français classique, moderne ou encore contemporain. En son sein, la distinction de l'ancien et du moyen français souligne des étapes dans le développement phonétique, morphologique, syntaxique et lexical de la langue. Sur un corpus nécessairement clos mais aussi silencieux car analysable qu'aux travers des écrits, cet ouvrage nous invite à comprendre la formation de la langue française depuis 842 et les Serments de Strasbourg (premier texte officiel écrit en langue romane) jusqu'à l'imprimerie.
    Il montre ainsi comment une langue à prétention standardisante émerge peu à peu de la diversité des dialectes.

  • Assortie d'une double introduction, linguistique et littéraire, ainsi que d'un glossaire, cette nouvelle anthologie propose quelque cinquante textes, faisant chacun l'objet d'une rapide présentation et d'annotations grammaticales et lexicologiques. Prioritairement destinés aux étudiants de licence et de master ainsi qu'aux candidats aux concours de recrutement du professorat du second degré, les extraits mis à disposition du lecteur visent à lui fournir un panorama aussi fidèle que possible de la variété de la production médiévale, littéraire et non littéraire, depuis les premiers témoins jusqu'à la fin du Moyen Âge.

  • L'ouvrage, en hommage au Professeur Claude Thomasset, par et étudiants, regroupe de la part de ses amis, collègues une soixantaine de contributions qui reflètent les trois domaines dans lesquels Claude Thomasset s'est illustré, avec prédilection mais sans exclusive, comme chercheur et comme enseignant, tout au long de sa carrière de médiéviste à l'Université de Paris-Sorbonne -Paris IV : la langue, la littérature et l'histoire des sciences. Derrière le témoignage honorifique, c'est une illustration des recherches actuelles sur le monde médiéval, ses mentalités, ses conceptions et ses productions, dans sa richesse et sa diversité, qui est offerte : à la fois un état des lieux et une ouverture.

  • Au cours des trois dernières décennies, la personnalité de Georges Molinié a marqué la recherche en Lettres. À juste titre, car ses travaux ont soulevé les points les plus cruciaux de la recomposition du paysage intellectuel dans ce domaine. Ses collègues et amis ont souhaité rendre hommage à une pensée de l'art verbal particulièrement englobante et novatrice : le volume intitulé Au corps du texte réunit ainsi quarante contributions de chercheurs et d'anciens doctorants, en France comme à l'étranger, qui se sont associés à ce témoignage d'estime. Ces études s'organisent en trois sections qui répondent aux dominantes de la réflexion de Georges Molinié. La première d'entre elles, Langages de la Première modernité, rassemble des articles consacrés à une période-phare de sa bibliographie, en écho à une position épistémologique qui affirme l'indispensable dépassement des coupures séculaires. La section suivante, Effets de parole, couvre la dimension philosophique et rhétorique du langage en instance d'artistisation. Du discours littéraire, enfin, reflète l'interrogation majeure portée sur les conditions d'avènement de la littérarité et sur ses enjeux, qui ont motivé de nouvelles approches du stylistique, comme phénomène et comme valeur.

  • Ce volume constitue le troisième ouvrage collectif résultant des travaux du groupe de Recherche « Conjonctions en diachronie », qui, depuis maintenant plusieurs années, réunit des chercheurs appartenant à diverses institutions françaises et étrangères, soucieux d'explorer, à partir de modèles interprétatifs différents, la notion de conjonction et le fonctionnement d'un certain nombre d'entre elles prises dans des langues diverses. Si la première publication collective (Linx 2008) faisait une place exclusive à l'étude diachronique, la deuxième (Langages, 2013) s'est centrée principalement sur l'examen des limites du champ de la subordination et des phénomènes de chevauchement par exemple avec la coordination ou la parataxe. Le présent volume poursuit cette entreprise mais en l'ouvrant, bien plus que la précédente publication, à la diversité des langues, notamment non indo-européennes.

    Sur commande
empty