Oliver Rohe

  • Ma dernière création est un piège à taupes

    Oliver Rohe

    • Actes sud
    • 19 August 2015

    Il pourrait ressembler à n'importe quel vieillard de notre entourage, avec de fins cheveux gris et un teint cireux, presque cadavérique. Un vieillard comme les autres. Sauf qu'il n'en est pas un : il s'appelle Mikhaïl Kalachnikov, et il est le père de l'AK-47, le fusil qui a changé la face d'un siècle de conflits armés. Un acronyme austère qui renferme en son sein l'abolition de la propriété privée et la collectivisation des moyens de production, la planification quinquennale et les ouvrières agricoles, les parades spontanées de la jeunesse et les grands défilés militaires.
    Mêlant la destinée du plus célèbre des fusils d'assaut à la vie de son inventeur, Oliver Rohe narre l'essor d'un monde et sa chute. Ou comment un ferment de l'idéologie communiste est devenu marchandise courante dans un monde globalisé.

  • Terrain vague

    Oliver Rohe

    • Allia
    • 1 January 2005

    Un homme, cloîtré dans une pièce revient, au fur et à mesure que le soleil se lève puis décline, sur son passé. Les bruits du dehors qui lui parviennent ramènent à sa mémoire les bribes de son passé, à l'époque de son heure de gloire, quand, craint de tous, il faisait régner impunément la terreur. On devine peu à peu qu'il a commis des actes abominables. De cette puissance passée, il ne reste plus rien, qu'une insoutenable amertume, une solitude absolue et une peur de tous les instants. Dans ce monologue halluciné d'un bourreau qui se voit comme une victime, Oliver Rohe livre une réflexion sur la violence, la
    déchéance et l'oubli impossible des crimes.

  • Défaut d'origine

    Oliver Rohe

    • Allia
    • 27 August 2003

    Chaque auteur obstrue un peu plus le champ du langage. Ses lecteurs devraient le maudire plutôt que le porter aux nues avec jubilation : il les prive à jamais de toute possibilité de prononcer les mots comme les idées qu'il a employés ; il les condamne à une répétition humiliante et désespérée. Le narrateur de Défaut d'origine est un de ces lecteurs, et la répétition le poursuit jusque dans l'avion qui le ramène dans un pays qu'il a quitté longtemps auparavant. Il ressasse à la manière de son auteur favori, en cercles concentriques, avec un humour noir constant, les bribes de biographie, d'histoire, de révoltes qui lui reviennent à l'esprit dans le désordre du retour. La guerre civile, un pays reconstruit sur des cadavres à peine refroidis, une mère machiavéliquement envahissante, l'abandon de la langue maternelle, tout se lie dans la marche en avant de ce narrateur-éponge qui laisse parler, au premier plan de ses souvenirs, la voix de Roman, double omniprésent. Démonstration de l'impertinence du concept de propriété littéraire, Défaut d'origine révèle la dépossession que consti-tue toute rencontre avec une oeuvre.

  • à fendre le coeur le plus dur

    ,

    • Actes sud
    • 11 October 2017

    Dans ce texte écrit à quatre mains, Jérôme Ferrari et Oliver Rohe s'appuient sur une archive historique, constituée de plus de deux cents photos prises lors du conflit italo-ottoman en Libye (1911-1912) par un dénommé Gaston Chérau, écrivain et correspondant de guerre. Ces images surprenantes et terribles établissent une sorte de canon du reportage de guerre au Moyen-Orient et posent la très actuelle question de la représentation de la violence. En les regardant, en les commentant, en s'interrogeant sur la légitimité ou la nécessité de leur analyse, c'est aussi une réflexion commune sur leur propre art de romanciers que Ferrari et Rohe esquissent.

  • Sur les terres agricoles qui se trouvaient au sud de Rennes est née dans les années 60 une « ville nouvelle » : le quartier du Blosne. D'abord promesse de confort ou d'ascension sociale, l'ensemble a vieilli au fil des décennies, et les espérances se sont érodées. Au tournant des années 2010, un grand projet de rénovation est initié. Mais contrairement à ce qui se fait ailleurs, celui-ci va donner lieu à une vaste consultation appelant les habitants à associer leurs voix aux décisions de la mairie. Mieux : ils seront écoutés sincèrement. Youcef Bouras dirige une agence d'urbanisme impliquée dans le chantier. Pour lui aussi ce processus de concertation est une nouveauté, qui lui fait vite l'effet d'un caillou dans sa chaussure. Doit-il accepter de remballer une partie de l'expertise dont il est fier, lui qui a grandi dans une autre cité ? Les pratiques des usagers contredisent-elles les principes qu'il a mis en oeuvre dans d'autres circonstances ? L'intelligence qu'ils démontrent va-t-elle l'empêcher d'être le démiurge de ce chantier ? Pendant quatre ans, sur de longues périodes, les trois auteurs de ce roman ont résidé au Blosne. S'écartant des représentations habituelles de la « banlieue », ils racontent ici un quartier pluriel, où se cristallisent les transformations récentes de la société française. Dans la tension entre l'idéal et le réel, entre les volontés de domestication et la créativité concrète des habitants, c'est toute notre vie démocratique qui trouve à s'incarner.

  • Un peuple en petit

    Rohe Oliver

    • Gallimard
    • 8 January 2009


    " soyons sérieux.
    il n'y a pas trente-six mille raisons de se réveiller tôt le matin. sauf à vouloir faire le malin (kéké). sauf en théorie. de manière exhaustive, une fois le problème appréhendé dans tous les sens, j'ai pu identifier quatre catégories d'êtres humains : 1) ceux qui se lèvent tôt pour se rendre à leur lieu de travail (les gens pauvres, les gens issus de l'immigration) ; 2) ceux qui se lèvent tôt pour aller courir (les hommes politiques, les serge) ; 3) ceux qui se lèvent tôt pour uriner sans pouvoir se rendormir (les buveurs de bière, les gens très vieux, très malades) ; 4) ceux qui se lèvent tôt après un rapport sexuel avec leur femme (les gens très jeunes, très amoureux).
    ".

  • Mai 2005 : non au référendum sur la constitution européenne.
    Novembre 2005 : embrasement des banlieues.
    Mars 2006 : mouvement anti-cpe.
    Une année, trois séquences politiques et autant de refus.
    Circulant parmi ces trois non, interrogeant leur cohérence autant que leurs contradictions, s'épargnant les imprécations du pamphlet ou le surplomb essayiste, ce texte à six jambes propose une cartographie littéraire de ce moment de la vie politique française.

empty