Fabrique

  • En quarante-huit courts chapitres, Nathalie Quintane fait le tour d'une vie d'élève, puis d'enseignante, la sienne, en s'attachant aussi bien aux objets (l'estrade, la trousse...) qu'à l'institution (ses concours, son personnel)...
    Et à ses « mutations », insidieuses ou à marche forcée.

  • Prenons trois monuments : Proust, Baudelaire, Nerval. Et prenons, dans ces trois monuments, le plus parfaitement monumental et délicat, le plus usé par les baisers désormais séculaires de ses admirateurs : Marcel Proust.
    Essayons de comprendre comment cette admiration, sous couvert de nous donner Proust, et de nous le donner mieux (à goûter, à apprécier), dans un même mouvement nous le retire, nous en prive.
    Voyons comment et pourquoi Proust, en son temps, dans Contre Sainte-Beuve, régla violemment leur compte à ceux qui désamorçaient Baudelaire et Nerval, en les qualifiant de poètes « bonhommes », « charmants », et « bien français ».
    Voyons comment et pourquoi ils ne le furent pas.
    Voyons en quoi l'excitation sensible en littérature (écrite, lue) n'est pas séparable d'une excitation politique, et comment s'y fabriquent in vivo des biens symboliques inaliénables, sans cesse inventés, des gestes en continuité et en écho avec nos expériences quotidiennes.
    En s'appuyant sur une lecture précise des chapitres que Proust a consacrés à Baudelaire et Nerval et à leur réception, ainsi que sur l'oeuvre de ces deux poètes, Ultra-Proust entend enthousiasmer la littérature, et nous la rendre comme équipée pour aujourd'hui.

  • Les années 10

    Nathalie Quintane

    • Fabrique
    • 14 November 2014

    Les années 10 regroupe une série de textes écrits entre novembre 2013 et juin 2014. Le livre part d'une visite pré-électorale de Marine le Pen dans une ville de province et s'achève sur une question : pourquoi l'extrême gauche semble-t-elle préférer les essais à la littérature ?
    En usant de genres, d'outils et d'opérations propres à la littérature, la plupart des textes tentent de revenir sur ce qu'on entend par « peuple », réexaminent les façons de ceux qui, n'étant pas ou plus du peuple, voient, désirent, fantasment, sabordent, ruinent, suppriment le, ou un « peuple ». Au-delà de « s'appuyer sur une expérience personnelle », chaque texte entend produire comme expérience l'analyse de ce que c'est que « peuple » quand on dit bâtir pour lui, qu'on le façonne en personnages, qu'on en fait la critique nécessaire, qu'on espère s'y noyer ou s'en éloigner, pour mieux, pense-t-on, le voir, le cerner, le comprendre, en revenir et y revenir.
    Ce qui peut apparaître comme une recherche en direct, progressive, - dont l'humour n'est pas absent - est une possible ressource pour que nos assertions acceptent d'être indécises et sans cesse revues. C'est à ce travail continu, ouvert, sérieux sans être grave, qu'invite Les années 10.

empty