Mona Thomas

  • On irait

    Mona Thomas

    On l'appelle Flo. Elle-même s'appelle Flore l'empotée, la cramoisie, la face de ketchup. On la trouve plutôt jolie. Dans son miroir, elle ne voit que le reflet d'une jeune fille minable, nulle, qui se tartine de fond de teint pour cacher ses rougeurs. Un jour normal, elle vit le calvaire d'une timide chronique. Un jour cata, comme celui où elle se retrouve à quelques mètres du garçon qui lui plaît, elle peut faire semblant de défaillir, écarlate, ou se retrouver à l'infirmerie du collège. Au point de trouver cela insupportable. Au point de se donner des gifles. Au point de laisser un capitaine beugler des ordres dans sa tête. Au point de les exécuter. Au point de s'enfermer dans la salle de bains avec une paire de ciseaux. Clac ! clac !

  • Tu as été opérée d'une tumeur bénigne au-dessus de l'oreille, tu dors.
    Le fauve silencieux dans la chambre, ta mère, ne se pose encore aucune question sur l'insignifiance de la beauté, l'importance de la beauté. elle cherche ton visage d'animal, les proximités sauvages, ta face humaine et ta vivacité de garenne, la clarté renaissance, la délicate complexité. elle ne retrouve pas l'aspect d'ensemble bien proportionné. elle a beau se dire attendons, il y a là quelque chose qui échappe à la description, une harmonie qu'elle a toujours vue en te regardant, et qui manque.
    Elle guette, se penche sur ta joue du côté opéré, tout semble figé. elle se souvient des mots du médecin, elle a confiance. ça reviendra. du calme, tout reviendra.

  • Marie Dedieu, figure de la lutte des femmes de l'après 68, a été enlevée dans l'archipel de Lamu au Kenya en octobre 2011. Otage française en Somalie, elle meurt deux semaines plus tard, dans des conditions non élucidées. Son corps n'a pas été retrouvé.
    L'Histoire de la grande Marie est un hommage à l'amitié au long cours et la trajectoire d'une femme remarquable. Elle a vingt-cinq ans et vient de jouer dans Domicile conjugal de François Truffaut quand un accident de la route la prive de l'usage de ses jambes. Contre tout diagnostic, elle va se battre pour vivre debout parmi les gens debout.

    Dans les îles, en Bretagne, quand un homme a disparu en mer, on dit adieu à un objet à la place de l'absent. C'est par ce livre plein de lumière et de vie que Mona Thomas écrit l'adieu.

    Sur commande
  • Sors le monde est le deuxième volume d'une collection éditée en partenariat avec la Fondation pour l'art contemporain Claudine et Jean-Marc Salomon. Pour chaque exposition de la Fondation, un catalogue confronte un texte d'un écrivain, d'un poète ou d'un penseur à une sélection d'oeuvres et de vues d'exposition. Le récit inédit de l'écrivaine française Mona Thomas propose un regard littéraire sur l'oeuvre engagée et percutante d'Anne-Lise Coste.

    Mona Thomas est écrivaine et critique d'art. Auteure de romans (L'histoire de la grande Marie, Arléa ; Léman et Tanger 54, Stock) et d'essais (Un art du secret. Collectionneurs d'art contemporain en France, Jacqueline Chambon), elle a enseigné l'écriture créative à Sciences Po Paris en même temps qu'en lycées de banlieue et en région.

    Possédant l'énergie et l'immédiateté du graffiti, les dessins et les textes d'Anne-Lise Coste (née en 1973 dans la région marseillaise, vit et travaille à New York après avoir vécu à Marseille et Zurich), qui lui permettent de conjuguer, avec une même puissance poétique, l'expression d'émotions subjectives, d'une critique sociale virulente et d'une sensibilité littéraire prononcée, proche de Dada, peuvent se lire comme une recension des angoisses contemporaines.

  • Tanger 54

    Mona Thomas

    Qui est l'auteur du dessin que l'acteur Gérard Desarthe achète sur un marché normand en juillet 2010 ? D'où vient ce pastel figurant un jeune arabe ? Le nom de William Burroughs y est-il inscrit comme une signature ou comme une dédicace ?
    Mona Thomas, amie de l'acteur et critique d'art, flaire aussitôt l'énigme et mène l'enquête, intriguée par des indices aussi mystérieux que prometteurs. Pourquoi ce portrait a-t-il fait un si long trajet et n'est répertorié dans aucun catalogue ? Mona Thomas se voit embarquée dans le Tanger des années 1950, lieu d'élection de la Beat Generation, qui y vivait alors une aventure artistique hors du commun où paradis artificiels, prostitution, homosexualité, fêtes et rencontres se mêlaient dans une apparente harmonie. Elle y croise, parmi tant d'autres, l'écrivain américain Paul Bowles, revisite l'oeuvre et l'existence torturée de Francis Bacon, et approche Ahmed Yacoubi, jeune peintre et modèle tangérois vers qui tout converge.
    La quête de Mona Thomas est devenue un livre haletant, séduisant, qui interroge la vie au coeur de la création artistique, la place du modèle et celle du mécène, l'amour et sa part d'autodestruction, et dit une époque et un contexte où, pour 500 pesetas, on préférait s'offrir un garçon plutôt qu'un tableau. Elle pose également des questions essentielles : comment authentifier une oeuvre ? Qui décide de sa valeur ? Comment considérer les « rebuts » de l'artiste ?
    Mais alors, qui est l'auteur du dessin ? L'hypothèse que propose Mona Thomas est pour le moins audacieuse et porte le lecteur vers un épilogue sidérant et lumineux.

  • De mars à juillet, sous la couette et dans l'herbe, je fais la lecture à Jacob qui devient grand.
    Ensemble on s'attache à un livre plein de batailles et de fleurs. Nous avons hâte de le retrouver. C'est un ami. Toujours il y a eu un jardin. Des métamorphoses. L'amour et la leçon des choses. Avec le lien volubile qu'entretiennent les textes entre eux. Avec les vraies questions portant sur les savoirs essentiels. Et comment retourner un coquelicot poilu en demoiselle enchantée.

  • Léman

    Mona Thomas

    Léman est une conversation au téléphone entre un homme qui vit retiré sur la Riviera suisse et une amie au loin. Dans la liberté de l'échange, l'habitant du palace évoque les dessous du cinéma, les soirées parisiennes où l'on boit trop, l'artifice de la sociabilité, comme il parle de son enfance au bord du lac ou d'une existence qui le tient à l'abri des passions mais l'isole du monde. Car le trouble qui le fait parler, c'est un amour perdu, follement rêvé, qu'il revisite pour en comprendre la violence et la vivacité du désir.
    Comment ne pas se croire prédisposé à la grande solitude quand on a été le petit garçon en tricycle roulant sur la moquette des couloirs du film de Kubrick ? Au bout du fil, les paroles amies apaisent moins le tourment qu'elles ne relancent la réflexion d'un homme hanté par la trahison, séduit et sans doute abandonné. Car le véritable objet du récit est l'amour, sous toutes ses formes et dans tous ses questionnements. Que perd-on quand on fuit l'être aimé ? Aimer peut-il s'associer à la haine ? En quoi la passion diffère quand on est homosexuel ? L'amour et le sexe doivent-ils être dissociés ? Comment rester amoureux et oublier ?
    Les digressions se déclinent sans tabous, sur un mode qui permet de se moquer de soi-même, toujours dans une lucidité implacable. Tout est évoqué de la sentimentalité, de la virilité, de l'homophobie, de l'érotisme et de la prostitution. Tout se dit dans l'amitié qui passe comme un souffle entre les deux protagonistes, les éclaire et fait de ce dialogue un livre doux et venimeux, d'une grande finesse d'esprit, élégant et percutant.

    Sur commande
  • La bibliothèque du docteur Lise est l'histoire d'un cancérologue, de nos jours, à Paris, qui vivrait moins bien, qui soignerait moins bien sans la compagnie des livres. Pas tout à fait récit, pas tout à fait essai ni roman, ce texte généreux et inventif à l'humour vif met en scène le docteur Lise dans son quotidien hospitalier, face aux malades, aux familles, aux questions graves parfois inconvenantes que posent toutes les étapes de la maladie.
    C'est avec l'aide de grands écrivains comme Philip Roth, Thomas Bernhard, Norman Mailer, Céline, Tolstoï, Henry James, Cormac Mac Carthy, Malcolm Lowry, Franz Kafka ou Robert Antelme (pour n'en citer que quelques-uns) que le médecin approche au plus juste l'âme et le corps humain et saisit de l'intérieur les incarnations de la douleur, la peur, la honte, la frustration, la déchéance mais aussi le désir, le sexe et le scandale de la mort. De même, le docteur Lise mesure le point commun entre l'art de soigner et l'art d'écrire : l'absence de jugement, qui fait que chaque patient se doit d'être « considéré comme une personne, voire un personnage, et pas uniquement un malade ».
    Mais outre le fait que la littérature aide le docteur Lise à mieux soigner, elle étanche aussi le besoin de poésie et de beauté de cette femme de cinquante ans, cigarette aux lèvres, dissidente à sa façon, que la machine hospitalière pourrait broyer. Peu disposée à se soumettre aux discours dominants que subit la profession et aux conditions de travail parfois irrecevables, le docteur Lise, en brandissant la voix et le souffle des écrivains, donne vie et sens à chacun de ses gestes, et un visage à chacun de ses patients.

    Sur commande
  • Suivant le penchant propre aux rencontres de hasard deux inconnus engagent une conversation dans le TGV.
    Quarante ans les séparent, des hantises les rapprochent : l'art, les femmes, être un fils rebelle ou un amant provisoire dans un monde qui ne l'est pas moins. Au terminus, ces choses que l'on ne dit pas mais que l'anonymat du train permet ont modifié les deux voyageurs. Les certitudes sont reconduites, chacun croit savoir un peu mieux ce qui est perdu, ce qui demeure.

    Sur commande
  • Alar

    Mona Thomas

    • Fayard
    • 30 August 1995

    A l'origine tout n'était que lande. Alar, une terre à genêts donnée par le roi Charles VII au croisé Liziar...

    Le roman d'Alar, à plusieurs voix, couvre notre siècle. Cinq personnages évoquent tour à tour leur lien privilégié au domaine. Chacun, à une époque différente, y a vécu une aventure différente qui a bouleversé sa vie.

    Le jour où l'architecte décide le bombardement du château, à la fin de la guerre, une fusillade a lieu. Un impact improbable atteint le jeune homme de plein fouet.

    Au cours d'une promenade dans le parc, un paysagiste débutant reconnaît son professeur de collège. Celui-ci est victime d'un virus fatal. L'élève n'oubliera plus.

    Dans les anciens bâtiments, le songe d'un jardin, imaginaire, a le pouvoir de consoler le pauvre pêcheur.

    Marianne, elle, sait tout sur Alar. Les fondements, les querelles et jusqu'aux moindres secrets. Le pharmacien aussi, en sait beaucoup. Et Jean Carvalho, et Celle-qui-chante, ou encore Paul Salomon... Mais qui connaît toute l'histoireoe Mona Thomas est née en 1952 en Bretagne. Auteur de théâtre, critique d'art, Alar est son premier roman.

    Sur commande
  • Un grand rangement

    Mona Thomas

    • Fayard
    • 28 August 1996

    " Un invisible typhon a bouleversé ma vie à une époque paisible, d'une façon inattendue.
    Un soir, à notre table habituelle, mon ami musicien me confie une chose que je trouve belle sur le coup:
    _ Je voudrais te parler d'un truc que je fais. Encore assez souvent. Le soir, tard, quand je tourne en rond dans ma chambre.
    J'arrive à lui dire, gêné:
    _ Tu le fais tout seuloe _ Absolument seul. Je tourne, je tourne, je regarde ma... enfin je m'arrête devant... Bref, je me lance dans un grand rangement.
    _ Quoioe _ Ma bibliothèque. " " Ce livre étrange, sobre, presque janséniste, vaut par sa densité et l'intarissable variété de ses prolongements, ou psychologiques ou poétiques. On attendra avec impatience les livres futurs de Mona Thomas ", écrivait Alain Bosquet (Le Figaro) à propos d'Alar, le premier roman de Mona Thomas.

    Sur commande
  • De juillet 1790 à septembre 1792, Louis Danvez à la voix extraordinaire arpente les routes du Finistère accompagné de Simon Haleg, jeune moine défroqué devenu son " gardien de langue ".
    Période trouble, temps des possibles, ils vont de foire en fête, appelés et rejetés. Le jour où Haleg comprend que Danvez l'illettré compose un poème en marchant, il n'a de cesse de faire imprimer cette grande pièce. Danvez s'y oppose, il ne réduira pas l'espace de la parole à un livre. À mesure que grandit la renommée du chanteur s'enfle une rumeur d'assassinats que Danvez aurait commis. La Chronique des choses est l'histoire de la lutte pour sauver le poème et de l'étrange situation qui fait admirer un homme pour son art quand ses crimes repoussent.

    Sur commande
  • L'homme est ingouvernable

    Mona Thomas

    L'histoire du premier instituteur laïc de Saint-Hernin, petite commune du centre Bretagne, dans la seconde moitié du XIXe siècle. Une vie.
    Fonctionnaire sans visage et sans voix, Guillaume Rivoalen qui applique des lois égalitaires bien avant qu'elles n'existent, se révèle un desperado de l'école publique en ses débuts.
    En cinq chapitres correspondants aux cinq inspecteurs qui se succèdent en quarante ans dans sa classe, on approche un réprouvé sans religion, un héritier de 1789, se bagarrant contre l'ignorance, le poids du cléricalisme et l'indifférence.
    Un homme qui s'était donné pour mission d'aider les autres.
    Quand les écoliers du tournant du siècle deviennent des conscrits de 1914, l'instituteur assiste au naufrage de l'idéal républicain du savoir partagé. Toute cette peine n'aurait servi qu'à bien écrire une lettre depuis la boue des tranchées et ses milliers de morts.
    Pourquoi un homme animé d'aussi fortes convictions demeure-t-il instituteur dans cette petite commune sans jamais chercher à "s'élever" ? L'héritage de la Révolution suffit-il à animer toute une vie ?

empty