Karthala

  • En 1951 était inaugurée la Maison de la France d'Outre-mer, devenue en 1973 la Résidence Lucien Paye, à la Cité internationale universitaire de Paris.
    Depuis 50 ans, près de 10 000 jeunes Africains, venus étudier à Paris, y ont vécu des années décisives de leurs vies. En 2001, à l'occasion du cinquantenaire de l'ouverture de cette Maison et de la fin des travaux de réhabilitation, il a paru opportun de jeter un regard rétrospectif sur cinquante ans de relations entre la France et l'Afrique pour mieux analyser le présent et envisager l'avenir. Des historiens africains - anciens résidents pour la plupart - et des historiens français des universités de Paris, ont été invités à apporter leurs témoignages, partager leurs expériences et confronter leurs analyses.
    Que pouvait venir chercher (et trouver) en France un étudiant africain en 1951 ? Que peut-il venir chercher (et trouver) en 2001 ? Et demain ? Les témoignages des étudiants africains devenus professeurs des universités en Afrique et aux États-Unis sont particulièrement éloquents et fondent la réflexion. Les contextes successifs de la colonisation, puis de la coopération (et de la " décoopération " risque un des auteurs), comme le régime actuel de partenariat sont évoqués sans complaisance dans leur philosophie générale mais aussi dans leurs difficultés quotidiennes (équivalences de diplômes, visas, problèmes économiques).
    Au-delà, les auteurs s'interrogent sur la place de l'Afrique, des cadres, des intellectuels et des artistes africains, dans la culture mondiale hier et aujourd'hui. Quel rapport entre l'usage de la langue française et la France ? Les relations France-Afrique sont-elles encore privilégiées ? Doivent-elles l'être à l'avenir ? A quelles conditions ?

empty