Mia Couto

  • L'accordeur de silences

    Mia Couto

    • Metailie
    • 28 June 2021
  • Tombe, tombe au fond de l'eau

    Mia Couto

    • Chandeigne
    • 1 January 2005

    Au mozambique, au bord de l'océan indien : zeca perpétuo, un ancien pêcheur, n'a d'yeux que pour sa voisine, la mulâtre dona luarmina qui passe le plus clair de son temps à effeuiller des fleurs invisibles.
    Leurs conversations quotidiennes, tour à tour cocasses, désabusées ou poignantes empruntent souvent des voies étranges. peu à peu, ils en viennent à délivrer de lourds secrets. iront-ils jusqu'au bout de leur dialogue alors que leur existence, déjà précaire, sombre inexorablement ?.

  • Les sables de l'empereur

    Mia Couto

    • Metailie
    • 9 January 2020

    À la fin du xixe siècle, le Mozambique est ravagé par les guerres de clans et contre les colonisateurs.

    Deux personnages de fiction, Germano, un soldat portugais exilé sans espoir de retour parce que républicain, et Imani, une jeune Africaine, trop belle et trop intelligente, son interprète, sont le fil rouge de ce roman où ils évoluent parmi des personnages historiques biens réels, comme l'empereur africain Ngungunyane et le flamboyant Mouzinho de Albuquerque, « pacificateur » du Mozambique.

    La puissance coloniale portugaise se heurte à Ngungunyane, en une valse-hésitation pilotée depuis Lisbonne. Germano découvre l'Afrique de l'Est en prenant son poste dans un village perdu. Sa mission est totalement vide de sens. Là, il fait la connaissance d'Imani. Dans ses rapports à sa hiérarchie, Germano raconte les transformations de la région mais surtout de son âme avec en toile de fond l'affrontement entre la monarchie coloniale et Ngungunyane ainsi que les guerres entre clans africains. Imani raconte les changements des destins et du pays. Elle décrit l'avancée de la colonisation, les structures familiales, les traditions qui cherchent à subsister, les migrations. Elle s'aperçoit aussi que ce qui la distingue, sa maîtrise du portugais, la sépare de ses voisins qui la voient différente, trop loin d'eux, tandis que les Portugais la considèrent trop proche. Liés par un amour ambigu, Imani et Germano partent sur le fleuve dans une itinérance chaotique et aventureuse qui les confronte à la réalité de la guerre. Ngungunyane, vaincu et humilié, est embarqué avec une partie de sa cour, dont Imani enceinte, vers Lisbonne puis exilé aux Açores.

  • La pluie ébahie

    Mia Couto

    • Chandeigne
    • 11 September 2014

    « L'INDÉCISION de la pluie n'était pas motif de joie. Malgré tout j'inventai une facétie : mes parents m'avaient toujours traité d'ébahi. Ils disaient que j'étais lent pour agir, attardé pour penser. Je n'avais pas vocation à faire quoi que ce soit. Peut-être n'avais-je même pas vocation à être. Eh bien la pluie était là, clamée et réclamée par tous et finalement aussi ébaubie que moi.
    Enfin, j'avais une soeur tellement maladroite qu'elle ne savait même pas tomber. » À Senaller, un village dont on ne peut que partir, la pluie ne tombe plus, elle demeure en suspens. Le fleuve est à sec, la sécheresse menace. Le village est-il la proie d'un châtiment divin ou des rejets de l'usine installée à proximité ? Devant l'impuissance des commandeurs de nuages et des villageois, la mère du narrateur décide de se rendre à l'usine... Devenu le complice malgré lui d'un terrible secret, l'enfant n'a pas d'autre choix que de protéger sa mère de la fureur paternelle. La présence aimante du grand-père est l'unique refuge du jeune garçon. Afin que la pluie tombe à nouveau, la famille devra dérouler les fils de son histoire et revivre la légende des Ntowenis.
    Dans ce récit hanté par le conte, Mia Couto déploie toute sa puissance poétique et créatrice pour toucher au plus près la destinée des êtres dans un Mozambique encore à naître.

  • Histoires rêvérées

    Mia Couto

    • Chandeigne
    • 22 September 2016

    Comme dans le Fil des missangas, Chandeigne 2010, Histoires rêvérées, de très courtes nouvelles dressent le tableau d'une humanité vent debout. Un grand-père enseigne à son petit-fils à voir l'ailleurs. Une petite fille, ne pouvant se résoudre à abandonner son père au milieu des bombes, se transforme en fleur. Un aveugle, dont le guide est mort à la guerre, nous montre le chemin. Le vieux Felizbento qui, en pleine guerre, refuse de quitter sa maison et qui ne partira qu'à condition d'emmener tous les arbres. Un enfant victime de la barbarie militaire. Le buveur du temps. Une noix de coco pleure et saigne, un hippopotame, dont un dit qu'il serait un trépassé, détruit un centre d'alphabétisation. La guerre des clowns ou comment deux clowns vont semant la guerre de ville en ville... et bien d'autres histoires qui font du rêve le lieu de résistance ultime face aux ravages de la guerre. « Ces histoires parlent de ce territoire dans lequel nous nous reconstruisons et mouillons d'espoir le visage de la pluie, eau rêvérée. De ce territoire dans lequel tous les hommes sont égaux, ainsi : feignant d'être là, rêvant de partir, inventant de revenir » écrit Mia Couto en introduction à ce recueil. Publié en 1994, c'est un recueil fondamental dans la genèse de l'oeuvre de Mia Couto, de son écriture si souvent commentée et de sa filiation avec João Guimarães Rosa. Les néologismes, les idiomatismes, les proverbes détournés, les jeux de mots font ici florès. Autant de singularités que la traduction tente de restituer par des archaïsmes, en détournant l'emploi sémantique ou grammatical des mots, en créant des mots composés ou des néologismes (par la préfixation, suffixation, mots valises et fusion de deux mots), afin de faire entendre le bruissement de la langue.

  • Le dernier vol du flamant

    Mia Couto

    • Chandeigne
    • 17 September 2015

    Tizangara, village imaginaire du Mozambique, est le théâtre d'événements délirants. Les casques bleus, venus surveiller le processus de paix après la fin de la guerre civile, explosent sans laisser de traces, si ce n'est celle de leur membre viril. Massimo Risi, inspecteur italien des Nations Unies, est dépêché sur les lieux pour élucider ces morts mystérieuses.
    Accompagné d'un traducteur, il arpente Tizangara à la recherche d'indices.Ana Deusqueira la prostituée, Sulplício le père du narrateur, Temporina la jeune ensorcelée, le prêtre Muhando, le sorcier Zeca Andorinho et Estêvão Jonas l'administrateur corrompu du village sont les personnages bigarrés de cette farce à la fois grotesque et tragique.
    Mia Couto dépeint avec un humour décapant l'histoire du Mozambique contemporain, de l'immense espoir suscité par l'indépendance et la confiscation du pouvoir par les héros d'hier à la période qui a suivi la fin de la guerre civile sous le regard complice de la communauté internationale. Fable du chaos, Le dernier vol du flamant s'élève contre les vies brisées par le fracas des guerres et l'indigence des gouvernants.

  • Le fil des Missangas

    Mia Couto

    • Chandeigne
    • 1 January 2010

    De vibrants portraits de femmes aux prises avec leurs désirs, leurs amours déçues et leurs blessures assassines, des êtres qui réinventent le réel, des enfants qui revisitent leurs rêves : telles sont les perles de verre (missangas) qui composent cette oeuvre où Mia Couto invente un univers singulier et un langage unique, africain et universel. Mêlant harmonieusement registres littéraires et populaires, jeux de mots et mots-valises, ces nouvelles lapidaires tantôt cruelles, tantôt drolatiques, incarnent ici l'art du conte porté à sa perfection. Mia Couto, né en 1955 au Mozambique, s'affirme de livre en livre comme le plus inventif et le plus fascinant des écrivains de langue portugaise.

  • Poisons de Dieu, remèdes du Diable

    Mia Couto

    • Metailie
    • 10 January 2013

    Sidónio Rosa est tombé éperdument amoureux de Deolinda, une jeune Mozambicaine, au cours d'un congrès médical à Lisbonne, ils se sont aimés puis elle est repartie chez elle. Il part à sa recherche et s'installe comme coopérant à Villa Cacimba. Il y rencontre les parents de sa bien-aimée, entame des relations ambiguës avec son père et attend patiemment qu'elle revienne de son stage. Mais reviendra-t-elle un jour ?
    Là, dans la brume qui envahit paysage et âmes, il découvre les secrets et les mystères de la petite ville, la famille des Sozihno, Munda et Bartolomeo, le vieux marin. L'Administrateur et sa Petite Épouse, la messagère mystérieuse à la robe grise qui répand les fleurs de l'oubli. Les femmes désirantes et abandonnées. L'absence dont on ne guérit jamais.
    Un roman au charme inquiétant écrit dans une langue unique.

  • La confession de la lionne

    Mia Couto

    • Metailie
    • 22 January 2015

    Lorsque le chasseur Arcanjo Baleiro arrive à Kulumani pour tuer les lions mangeurs d'hommes qui ravagent la région, il se trouve pris dans des relations complexes et énigmatiques, où se mêlent faits, légendes et mythes. Une jeune femme du village, Mariamar, a sa théorie sur l'origine et la nature des attaques des bêtes. Sa soeur, Silência, en a été la dernière victime. L'aventure est racontée par ces deux voix, le chasseur et la jeune fille, au fil des pages on découvre leurs histoires respectives. La rencontre avec les bêtes sauvages amène tous les personnages à se confronter avec eux-mêmes, avec leurs fantasmes et leurs fautes. La crise met à nu les contradictions de la communauté, les rapports de pouvoir, tout autant que la force, parfois libératrice, parfois oppressive, de leurs traditions et de leurs croyances. L'auteur a vécu cette situation de très près lors d'un de ses chantiers. Ses fréquentes visites sur le théâtre du drame lui ont suggéré l'histoire inspirée de faits et de personnages réels qu'il rapporte ici. Clair, rapide, déconcertant, Mia Couto montre à travers ses personnages forts et complexes la domination impitoyable sur les femmes, la misère des hommes, la dureté de la pénurie et des paysages. Un grand roman dans la lignée de L'Accordeur de silences.

  • Murer la peur

    Mia Couto

    • Chandeigne
    • 3 March 2016

    «Et si ça se trouve, il y en a qui ont peur que la peur prenne fin».

    En mai 2011, Mia Couto a été invité aux Conférences d'Estoril (Lisbonne), dont le but est de susciter des débats internationaux sur les défis de la globalisation.Seul homme de lettres invité, Mia Couto intervient en lisantun texte sur l'instrumentalisation la peur. Cette conférence était contemporaine de l'intervention d 'une force armée internationale en Lybie.

    C'est ce texte bref, fort, lucide et plus que jamais d'actualité que nous donnons ici en version bilingue.

    « La peur a été en définitive le maître qui m'a fait le plus désapprendre. Lorsque j'ai quitté ma maison natale, une main invisible m'ôtait le courage de vivre et l'audace d'être moi-même. À l'horizon, il y avait davantage de murs que de routes. À cette époque, j'entrevoyais déjà une autre vérité : il existe en ce monde plus de peur des mauvaises choses que de mauvaises choses à proprement parler. [...] »

  • Voces anochecidas

    Mia Couto

    • Txalaparta
    • 15 June 2001
  • Venenos de dios, remedios del diablo

    Mia Couto

    • Txalaparta
    • 2 September 2011
  • THE SWORD AND THE SPEAR

    Mia Couto

    • Picador usa
    • 21 September 2021
    Poche N.C.
    Livre étranger - Contacter votre libraire
  • Et si Obama était africain...

    Mia Couto

    • Chandeigne
    • 17 March 2010

    Au lendemain de la victoire de Barack Obama, l'Afrique est en liesse.
    Mia Couto s'insurge contre la récupération politique, par les dirigeants africains, de l'élection de celui qu'ils qualifient de " notre frère ". Mia Couto se demande alors : " et si Obama était africain et candidat à une présidence africaine ? " Cet article d'intervention est suivi de Luso-Aphonies Il y expose, non sans humour, les méandres de la lusophone et de son rapport complexe avec l'histoire du Mozambique.
    Le Mozambique aurait-il besoin d'une politique de la lusophone pour être lusophone ? Comme dit Wole Soyinka : " Le tigre n'a pas besoin d'affirmer sa tigritude. Il bondit sur sa proie et s'éprouve tigre. " Mia Couto, né au Mozambique en 1955, est aujourd'hui l'un des plus grands écrivains de langue portugaise.

  • Terre somnambule

    Mia Couto

    • Albin michel
    • 4 November 1994

    Salué comme la révélation de la littérature portugaise contemporaine, Terre somnambule est le premier roman prometteur du jeune écrivain mozambicain Mia Couto.
    Sur une route déserte, un vieil homme et un enfant marchent, épuisés. Alentour, un Mozambique déchiré entre troupes régulières et bandes armées. Devant eux, un car-brousse, ou ce qu'il en reste : tôles incendiées, corps pêle-mêle ; un asile, pourtant, où le vieillard et l'enfant vont faire halte et découvrir, miraculeusement intacts, les cahiers d'un certain Kindzu. Le récit de cet homme parti vers l'inconnu pour renouer avec l'esprit des sorciers et des guerriers sacrés leur livrera peu à peu la clé de leur destin.
    Epopée fascinante et douloureuse d'un peuple en proie aux guerres civiles, qui survit enraciné dans ses traditions ancestrales et ses mythes plus forts que toute réalité barbare, cette oeuvre magique puise dans l'imaginaire africain et rejoint, par la beauté surprenante de son style, la grande tradition des romanciers de langue portugaise, de Joao Guimaraes-Rosa à José Saramago.

  • Les baleines de quissico

    Mia Couto

    • Albin michel
    • 8 February 1996

    Prodigieux conteur, artisan d'une langue portugaise subvertie, métissée de parlers populaires, "mozambicanée", Mia Couto l'auteur très remarqué de Terre somnambule (Albin Michel, 1994) plonge ici encore dans les abysses d'une mémoire collective sans cesse réinventée.
    Regroupant des nouvelles empruntées à trois recueils rédigés entre 1987 et 1991, Les Baleines de Quissico transporte le lecteur dans un espace de légende, en des temps originels où bêtes et hommes communiquaient encore entre eux, où la mort, farceuse, côtoyait la vie, où chaque être humain était à la fois soi-même et l'autre, où d'inquiétantes puissances magiques peuplaient le monde. Pourtant, il s'agit d'un pays bien réel, le Mozambique - terre violente, soumise à la sécheresse et à la famine, quand ce n'est pas à la guerre, et habitée par un peuple magnifique et douloureux.
    Même quand elle s'inspire plus directement du quotidien, la prose poétique de Mia Couto glisse insensiblement vers l'improbable, la fiction et l'allégorie prenant toujours le pas sur la réalité des faits. D'où le caractère envoûtant de ces récits imprégnés d'imaginaire africain qui allient satire, émotion, épique et merveilleux, et rejoignent la tradition des grands prosateurs brésiliens tel Joâo Guimarâes Rosa.

  • Cronicando

    Mia Couto

    • Txalaparta
    • 29 September 2011

    Sur commande

  • Le cartographe des absences Nouv.

    Le cartographe des absences

    Mia Couto

    • Metailie
    • 2 September 2022

    awaiting publication

  • Mia Couto, écrivain ; les carnets de la création

    Mia Couto

    • Editions de l'oeil
    • 1 November 2008

    Sur commande

  • La veranda au frangipanier

    Mia Couto

    • 10/18
    • 2 May 2002
  • The blind fisherman

    Mia Couto

    • Adult pbs
    • 17 May 2012
    Grand format N.C.
    Livre étranger - Contacter votre libraire

    Épuisé

  • Le chat et le noir

    ,

    • Chandeigne
    • 18 October 2012

    Il paraît qu'il acquit cette apparence, en totalité noire, à la suite d'une frayeur.
    Je vais vous conter ici comment eut lieu ce passage du clair à l'obscur. le cas, je vous en avertis, n'est pas clair du tout. e ce il est un petit chat qui, désobéissant à sa mère, va dépasser la limite entre lumière et obscurité malgré sa peur du noir. un chat ayant peur du noir ? voilà qui est curieux. mais ce petit chat est aussi chacun de nous, petits ou grands, avec nos craintes face à l'obscurité et aux côtés sombres ou inconnus de la vie.
    Riche d'une langue inventive et souvent drôle, ce texte enchante les enfants et séduit les adultes. son auteur, mia couto (mozambique), déjà très connu en france, est aujourd'hui un des auteurs majeurs de la langue portugaise ; le peintre stanislas bouvier, pour la première fois ici, transpose dans un livre son univers teinté d'onirisme et de mystère.

  • Africa ; Sebastiao Salgado

    ,

    • Taschen
    • 25 September 2007

    "Regards sur l'Afrique : trente ans d'images sélectionnées par Salgado :
    Sebastião Salgado est l'un des reporters-photographes en activité les plus reconnus, dont la réputation s'est construite sur les photographies en noir et blanc prises de populations en détresse durant plusieurs décennies. S'il a exploré un peu partout sur le globe, l'Afrique, où il a réalisé plus de 40 reportages sur 30 ans, est au centre de son travail. Des tribus Dinka au Soudan et Himba en Namibie aux gorilles et volcans de la région des lacs ou aux nombreux expatriés de par le continent, ce sont toutes les facettes de l'Afrique contemporaine que nous montre Salgado. Ses images saisissent le spectateur et lui restituent l'essence même de ce qu'elles dépeignent, les effets de la guerre, de la pauvreté, ou du climat hostile.
    Ce livre rassemble les photographies de Salgado en trois parties. La première est consacrée à la partie sud du continent (le Mozambique, le Malawi, l'Angola, le Zimbabwe, l'Afrique du Sud, la Namibie), la seconde à la région des grands lacs (le Congo, le Rwanda, le Burundi, l'Uganda, la Tanzanie, le Kenya) et la troisième à la partie sub-saharienne (le Burkina Faso, le Mali, le Soudan, la Somalie, le Tchad, la Mauritanie, le Sénégal, l'Ethiopie). Les textes sont ceux de la romancière Mia Couto, et décrivent comment la colonisation et les crises économiques, sociales et environnementales ont façonné l'Afrique d'aujourd'hui.
    Ce superbe ouvrage est à la fois un survol de l'Afrique et un hommage à son histoire, ses peuples et ses phénomènes naturels."

  • THE SWORD AND THE SPEAR - SANDS OF THE EMPEROR

    ,

    • Farrar straus and giroux
    • 8 September 2020
    Grand format N.C.
    Livre étranger - Contacter votre libraire

empty