Max Kozloff

  • New York is one of the most ever-changing and photogenic places in the world. For street photographers, New York has always been a city of un - paralleled visual excitement, teeming with diverse people and distinctive neighbourhoods. Differing from other photo books about New York, New York Over The Top introduces a gallery of eye-catching, untamed images of the metropolis taken by Max Kozloff. The photographer walks down the streets of New York and offers to the viewer his peculiar vision of a color - ful, multi-ethnic and multi-faceted city.

  • Sur commande
  • "Le Jeu du visage retrace l'histoire de la photographie de portrait. Oeuvre de l'un des éminents critiques internationaux, cet ouvrage livre une analyse et un point de vue inédits sur l'histoire de ce genre photographique en s'intéressant aux personnes situées tant derrière que devant l'objectif, ainsi qu'à la relation entre le photographe et son modèle, passionnante et propre à ce genre. L'approche de l'auteur pour décrypter l'art du portrait est multiple. Il replace le genre dans son contexte historique, politique, économique et social. Il le met en perspective à travers les évolutions techniques du medium et les développements de ses moyens de diffusion. Max Kozloff s'attache également à souligner les dimensions philosophiques - les concepts d'identité et d'altérité - qui sont engagées dans les problématiques de la représentation du visage humain. Abondamment illustré d'images en noir et blanc et en couleur - plus de 300 -, l'ouvrage aborde un très vaste éventail de styles et de mouvements. Edward Sheriff Curtis, Martín Chambi, les pictorialistes, les futuristes italiens, Brassaï, les portraits dit de propagande, Weegee, Cecil Beaton, en passant par la révolution opérée par August Sander, l'ouvrage propose une lecture approfondie des enjeux du portrait jusqu'à la revisite du genre. Les artistes, plus particulièrement depuis les années 1960, se le sont approprié pour le manipuler et le faire basculer dans l'imprévisible : le portrait dissimule puis expose des motifs subversifs. Lorsque les artistes décident de photographier leur propre personne, ce mode intime d'abandon met en rivalité désir et présence dans un théâtre peuplé de doublures fictives et parfois délirantes. Certains s'inventent de multiples egos, prenant parfois les traits du sexe opposé ou d'une (ré)invention totale de leur identité. Depuis Cindy Sherman, les portraits ou autoportraits de Lucas Samaras, Yasumasa Morimura, Gary Schneider ou Thomas Ruff dépassent le jeu social limité dans le cadre et superposent d'autres préoccupations. Le visage est devenu l'outil d'interrogations plus vastes. Le genre du portrait photographique joue un rôle catalyseur de nombreux enjeux à l'oeuvre dans la photographie. Du portrait documentaire au portrait artistique, du portrait de studio classique aux portraits proposant une passionnante analyse des rôles sociaux, ou encore du photomaton-vérité à l'autoportrait-mise en scène de soi, les six chapitres de l'ouvrage entendent montrer comment la lecture du genre a changé et évolué, et comment s'est produite l'inflexion du regard. L'auteur, Max Kozloff, compte parmi les plus éminents critiques photographiques actuels. Ancien directeur de la rédaction d'Artforum, il est aussi un auteur prolifique, notamment de la première monographie complète sur Jasper Johns, d'une célèbre collection d'essais intitulée Photography and Fascination et d'une histoire de la photographie de rue à New York, assortie d'une exposition itinérante dont il fut le commissaire. Chargé de nombreux cours, en particulier à la School of Visual Arts de New York, Max Kozloff s'est vu attribuer, entre autres, une bourse Pulitzer et Guggenheim pour l'écriture critique, et une bourse Fulbright. Ses propres expériences de photographe nourrissent sa passion pour le portrait et le confortent dans sa conviction que ce genre occupe une place centrale dans la photographie."

  • Cet ouvrage de référence nous guide parmi plus de 440 photographies qui ont marqué l'histoire du médium, de ses débuts, au xixe siècle, jusqu'à aujourd'hui.
    Le principe est simple : chaque double page ouvre une discussion autour d'un artiste dans son temps et de plusieurs photographies décodées pour tenter de dévoiler l'impulsion mystérieuse à l'origine de la prise de vue. Ian Jeffrey nous offre une lecture vivante et sensible des images, ponctuée d'anecdotes éclairantes que le lecteur sera enthousiaste de découvrir et de partager à son tour.
    Les photographes présents dans cet ouvrage :
    William Henry Fox Talbot, David Octavius Hill et Robert Adamson, Gustave Le Gray, Roger Fenton, Julia Margaret Cameron, Peter Henry Emerson, Frederick H. Evans, Eugène Atget, Louis Vert, Paul Géniaux, Jacques Henri Lartigue, Wilhelm von Thoma, Alfred Stieglitz, Lewis Hine, August Sander, Doris Ulmann, Alexandre Rodtchenko, Arkadi Chaïkhet, Boris Ignatovitch, François Kollar, Margaret Bourke-White, Edward Weston, Paul Strand, Albert Renger-Patzsch, László Moholy-Nagy, Erich Salomon, André Kertész, Germaine Krull, Brassaï, Henri Cartier-Bresson, Manuel Álvarez Bravo, Josef Sudek, Bill Brandt, Lisette Model, Helen Levitt, Robert Capa, Dorothea Lange, Arthur Rothstein, Russell Lee, John Vachon, Jack Delano, Walker Evans, Ben Shahn, René-Jacques, Izis, Marcel Bovis, Robert Doisneau, Ansel Adams, Minor White, David Seymour, Louis Faurer, Robert Frank, Diane Arbus, Dorothy Bohm, Ed van der Elsken, Garry Winogrand, Lee Friedlander, Robert Adams, William Christenberry, William Eggleston, Shomei Tomatsu, Takuma Nakahira, Daido Moriyama, Lewis Baltz, Joel Meyerowitz, Stephen Shore, Anders Petersen, Joel Sternfeld, Candida Höfer, Barbara Kruger, Jeff Wall, Nan Goldin, Cindy Sherman, Axel Hütte, Thomas Struth, Andreas Gursky, Thomas Ruff, Jörg Sasse, Alec Soth, Rinko Kawauchi.

empty