Marine Rambach

  • Colette disparut le 3 août 1954 entourée d'un halot de gloire. Mais elle restait aussi une romancière sulfureuse. Cette double identité n"a cessé d'embarrasser opposants et défenseurs de son oeuvre. Ce livre retrace les débats passionnels qui accompagnèrent la carrière de l'écrivain et qui continuèrent après sa mort. Il démontre qu'une véritable bataille s'engagea dès les années 1950 pour influencer sa postérité. Une bataille qui ne fut pas sans conséquence et sans dommages.

  • Malgré la visibilité nouvelle des lesbiennes et des gais, et la tolérance grandissante dont ils bénéficient, les questions relatives à leurs mouvements politiques, à leur communauté et à leur culture restent largement méconnues et souvent mal posées. Parce qu'à force d'être trop et, surtout, mal employés, mots et notions se vident de sens, Anne et Marine Rambach se sont donné pour objectif de briser les clichés et de rendre leur complexité aux problématiques.

    Ce livre, qui passe en revue des phénomènes très divers - émergence de mouvements gais de droite, polémiques sur l'homoparentalité, nouveaux discours du monde politique, visibilité des lesbiennes et des gais dans les représentations culturelles, créations de maisons d'édition homosexuelles, etc. -, est plus qu'un manifeste. En s'appuyant non sur les idéologies mais sur les faits, en plongeant dans l'histoire récente et l'actualité communautaires, il raconte la question gaie et lesbienne de l'intérieur pour l'extérieur. Pour tous ceux et celles qui s'interrogent sur un courant qui dépasse, dans ses expressions politiques, artistiques, économiques et sociales, les clivages de la seule sexualité.

    Anne et Marine Rambach sont les auteurs des Intellos précaires (Fayard, 2001) et les fondatrices des Editions gaies et lesbiennes.

  • Les intellos precaires

    Marine Rambach

    • Fayard
    • 5 September 2001

    Les intellos précaires n'existent pas dans le classement officiel des catégories sociales. ils occupent plusieurs emplois à la fois ou pas du tout, leur statut change sans cesse, ils ne savent souvent pas eux-mêmes quelle est leur situation légale et où ils doivent cotiser. la situation des intellos précaires n'est prise en compte nulle part. les assedic n'ont rien à leur proposer, ni les caisses de retraite, ni la sécurité sociale. sur le long terme, leurs droits sont inexistants, partiels ou dérisoires. contrairement aux intermittents du spectacle, les intermittents de l'intellect ne bénéficient souvent d'aucune protection.
    Le mode de vie des intellos précaires est celui d'enfants des classes aisées ou moyennes, habitués à un certain confort, à une consommation importante de produits culturels et de loisirs. mais leurs revenus ne sont pas à la hauteur. et on ne leur fait pas crédit. ils jouissent cependant d'un niveau de vie apparemment identique à celui qui était le leur lorsqu'ils dépendaient de leurs parents.
    Ils vivent en centre-ville, mais dans des studios minuscules où les livres s'entassent jusqu'au plafond. ils vont au cinéma, a chètent des livres , vont au restaurant. mais ils font leurs courses chez leader price, sautent le petit-déjeuner, dînent d'un plat de pâtes au beurre, trichent dans les transports en commun. ils n'ont pas de machine à laver, pas de baignoire, et surtout pas de voiture. mais ils sont peut-être abonnées au câble. ils ont internet.
    Dans certains secteurs, les intellos précaires sont partout: l'enseignement privé et public, les collectivités locales, les associations, les ministères, la presse, l'édition, les entreprises de communication et de publicité, les entreprises culturelles. ils sont les petites mains indispensables du monde culturel français. ils hantent les rédactions, les couloirs des maisons d'édition, les salles des profs. mais ils ne restent pas. ils n'ont pas de bureau, changent de lycée. on les joint généralement sur leur portable.
    En fait, les intellos précaires sont très forts : ils sont diplômés, souvent très pointus, mais aussi incroyablement polyvalents. ils savent tout faire et, d'ailleurs, ils font tout. ils sont entreprenants, créatifs, ils sont super-doués, sauf pour se trouver une place de salarié.
    Les intellos précaires sont des hyperactifs et leur contribution est considérable dans les domaines des arts et des lettres, de la communication, du militantisme et de l'associatif, et récemment d'internet. ils fondent des médias, créent des spectacles, dirigent des groupes politiques. d'ailleurs, les intellos précaires sont reconnus.
    Parfois même connus.
    Et, pour cette raison même, ils ne sont jamais considérés comme des précaires.
    A la croisée de l' enquête et de la chronique, voici le portrait d'une génération.
    Anne rousseau et marie rambach sont deux intellos précaires. sous la signature d'anne rambach, il leur arrive d'écrire des romans policiers.

    Sur commande
  • Ce livre a pour objectif de faire comprendre, en particulier aux parents, ce qui se passe en maternelle, ce qu'on y fait, ce qui s'y décide pour les enfants. À quoi ressemble une journée d'enfant à la maternelle ? Qu'est ce qui est en jeu derrière ces activités ? Quelles sont les méthodes d'enseignement ? Quelles compétences sollicite- t-on ? Quelles notions cherche-t-on à transmettre ? Quel est ce contenu imperceptible des programmes des sections de maternelle ?
    Parce que cet enseignement est soit ignoré, soit dévalorisé, que partout en Europe on nous l'envie pourtant, les deux auteurs ont enquêté, accompagnées des enseignants dans des écoles très différentes, pour expliciter aussi les enjeux de cette école particulière.

  • Précaires de la presse ou de l'édition, enseignants ou chercheurs jetables, architectes sous-payés ou stagiaires au musée, depuis 2001, avec la sortie du livre d'Anne et Marine Rambach, ils portent un nom : les Intellos précaires. On découvrait cette population au destin paradoxal : diplômée et compétente, studieuse et créative, elle vit, pas toujours mal, dans des conditions de grande précarité : avenir incertain, revenus fluctuants, déni de droits. Malgré une couverture sociale minimale ou inexistante, les Intellos précaires continuent à exercer ces métiers qu'ils ont choisis par passion. On annonçait alors leur disparition : les baby-boomers partant à la retraite, les OS de l'intellect n'allaient pas tarder à prendre leur place et, enfin, s'embourgeoiser.
    Mais non. Les plans de titularisation de la fonction publique ont fait long feu, les postes abandonnés par les jeunes retraités sont supprimés, et puis, surtout, les entreprises et les institutions ont pris goût à cette main-d'oeuvre si flexible et si économique. La précarité a le vent en poupe.
    Disons-le : l'intello précaire est le modèle secret du patronat. Il n'est pas précaire, il est indépendant. Il n'est pas soumis, il est professionnel. Il n'est pas sous-payé, il est compétitif. Même quand il est de gauche, il est ultra-libéral.
    Reste une question : mal défendus par les syndicats et rêve inavoué du patronat, jusqu'où iront les Intellos précaires dans la soumission et la paupérisation ?
    Réforme de la recherche, réforme des universités, réforme de l'audiovisuel, réforme de la presse écrite, les Intellos précaires sont au coeur de l'actualité. Le savent-ils ? Qu'en pensent-ils ? Vont-ils se faire entendre un jour ?

  • En 1997-1998, Coeur contre coeur, puis Les Lois de l'amour sont les premiers romans sentimentaux lesbiens. Ils tranchent résolument avec la littérature lesbienne habituelle : légers, drôles, oscillant entre grands sentiments et pastiches, ils sont militants sans être démonstratifs, sentimentaux tout en déconstruisant le genre pour éviter les caricatures. Dès leur lancement, ces deux livres rencontrent un grand succès auprès d"un public lesbien qui rêve de trouver enfin une issue optimiste aux romans qui s'adressent à elles.

    Epuisés depuis plusieurs mois, ils sont réédités ici dans un même ouvrage, pour une nouvelle édition légèrement retouchée.

    Coeur contre coeur :

    Lorsqu'elle descend en gare de Chantilly, Mathilde, l'étudiante parisienne, ignore tout de ce qui l'attend. Or l'inattendu va prendre la forme de Frédérique de Montaine, la jeune directrice du Haras des écuries royales. Très vite, leur rencontre tourne au face-à-face. Mais le duel ne dissimule que très mal la violence de leur sentiment secret : le désir. Depuis le bal du château jusqu'au Prix de Diane, de dispute en poursuite et de provocation en aveu, se joue pour les deux femmes l'épisode le plus important de leur vie : leur histoire d'amour.

    Les Lois de l'amour :

    Chiara et Zeynep se rencontrent pendant une tempête de neige : Chiara aux commandes de son hélicoptère, et Zeynep évacuée en urgence après un geste héroïque. Mais ces circonstances romanesques ne sont que les premières secondes d'une histoire qui va heurter de plein fouet une réalité plus terre à terre : la législation sur le séjour des étrangers qui fait de Zeynep une immigrée clandestine. Les lois de l'amour contre le code pénal.

  • Alice profite d'un moment privilégié avec sa mère au Muffin Palace pour lui annoncer son projet professionnel : devenir flic. Catastrophe pour cette ardente militante dans une association d'aide aux sans papiers, aux relations compliquées avec les forces de l'ordre.
    Depuis longtemps, Alice a pu exercer son talent de détective, elle renifle l'embrouille à mille lieues et a décidé d'en faire sa profession. Grâce à Abdel. Abdel, l'immigré clandestin que sa mère aide depuis plus de 10 ans. Abdel expert en mensonges, élucubrations, spécialiste des combines en tout genre pour travailler, obtenir des allocations, des soins. Abdel le plus français des Algériens, dont l'ambition est d'avoir des papiers, coûte que coûte.
    D'ailleurs, il se passe des trucs bizarres devant le Muffin Palace, et le Russe qui engloutit des gâteaux à la pelle au fond de la boutique à l'air louche...
    Sur un ton léger, les auteurs photographient une autre France : celle des sans papiers avertis et débrouillards qui veulent juste vivre ici, travailler ici. Abdel existe et aucune des anecdotes n'est inventée.

  • Quand Erwan atterrit à Tahiti, deux sentiments l'animent : l"espoir et l'inquiétude. A priori une croisière dans le Pacifique, c'est les vacances rêvées. Mais Erwan a embarqué pour obéir à un pacte étrange : à bord, parmi les centaines de passagers, se trouve l'homme de sa vie et il n'a que dix jours pour le démasquer.

  • 20 000 jeux-concours sont organisés en France chaque année. Des dizaines de millions d'euros sont investis pour les créer, des millions de Français y participent.Gratuits, sans obligation d'achat, ils sont partout, dans les journaux, les magasins, sur les stands ou Internet. Parfois sophistiqués, souvent débilitants, ils marquent le triomphe du monde des Choses, où tout est « de rêve » sauf les rêves. Où l'on s'acharne à décrocher un puzzle Winnie ou une paire de tongs. Enquête tragi-comique auprès de joueurs et dans les coulisses des jeux, manuel du parfait bon joueur et confession burlesque de deux auteures devenues, pour l'occasion, joueuses professionnelles. Avec la verve des Intellos précaires.

    Sur commande
empty