Margaret Maruani

  • Depuis le début des années 1960, en France comme partout en Europe, l'emploi féminin progresse à la manière d'une lame de fond. La féminisation du salariat et la montée en puissance du secteur tertiaire, les transformations du rapport à l'emploi et des comportements d'activité féminins, la réussite des femmes dans le système scolaire et universitaire constituent les principaux ingrédients de cette mutation.
    Les écarts de salaire faiblissent mais demeurent, les disparités de carrière perdurent, la ségrégation professionnelle reste dominante. Comment les différences, les clivages, les hiérarchies entre hommes et femmes se (re)construisent-ils ?
    Plus de femmes actives, salariées, instruites, mais aussi plus de femmes au chômage, en situation précaire et en sous-emploi. C'est cette situation contradictoire que ce livre se propose d'analyser, dans toute sa complexité.

  • Depuis les années 1960, en France comme partout en Europe, l'emploi féminin progresse à la manière d'une lame de fond. La féminisation du salariat et la montée en puissance du secteur tertiaire, les transformations du rapport à l'emploi et des comportements d'activité féminins, la réussite des femmes dans le système scolaire et universitaire constituent les principaux ingrédients de cette mutation. Les écarts de salaire faiblissent mais demeurent, les disparités de carrière perdurent, la ségrégation professionnelle reste dominante. Comment les différences, les clivages, les hiérarchies entre hommes et femmes se (re)construisent-ils ? Plus de femmes actives, salariées, instruites, mais aussi plus de femmes au chômage, en situation précaire et en sous-emploi. C'est cette situation contradictoire que ce livre se propose d'analyser, dans toute sa complexité.

  • La seconde moitié du xxe siècle a été porteuse, dans l'ensemble des pays développés et tout particulièrement en france, de transformations sociales majeures pour les femmes : liberté de l'avortement et de la contraception, droit de vote et parité, croissance spectaculaire de la scolarité et de l'activité professionnelle.
    Ces mutations ont-elles, pour autant, fondamentalement entamé la domination masculine ? aucune réponse simple n'est possible. nous vivons une époque de paradoxes et de contradictions : plus de femmes instruites, actives, salariées, mais aussi plus de chômeuses, de salariées précaires ou pauvres ; les lois sur l'égalité professionnelle se sont multipliées, mais la résorption des disparités de carrières et de salaires stagne, péniblement.
    Les femmes ont - tardivement - conquis le droit de vote, mais en dépit des lois sur la parité, bien peu sont élues. le droit à la contraception et à l'avortement est une conquête évidente, mais que penser de la persistance, longtemps ignorée, des violences faites aux femmes et du harcèlement sexuel ? les formes familiales se sont diversifiées, les relations de couple se sont transformées, mais le monopole féminin sur le travail domestique demeure, stable et imperturbable.
    Cet ouvrage collectif met à la disposition du grand public un état des lieux des connaissances accumulées dans différents domaines : le corps, la famille, le marché du travail, la politique. il rassemble des points de vue divers, émanant de chercheurs et d'universitaires de différentes disciplines. un point fondamental les réunit : la conviction que la différence des sexes est un outil indispensable à la compréhension du monde social.

  • Depuis les années 1980, comment a évolué la place des hommes et des femmes dans le monde du travail en Europe, aux États-Unis, en Chine, au Japon, en Amérique latine, en Afrique, en Inde, au Maghreb ? Mettre en perspective ce qui, à première vue, est incomparable : tel est le défi que relève cet ouvrage collectif. En dépit des contrastes, ce sont les similitudes qui frappent : écarts de salaire, précarité et chômage féminin, ségrégation des emplois et division sexuelle du travail prennent des formes différentes selon les pays, mais on les rencontre partout. Ce livre à l'envergure exceptionnelle établit un bilan international des situations, ici et ailleurs, mais aussi un repérage des nouveaux enjeux, des thèmes émergents et des débats contemporains.

  • A partir d'une présentation systématique des très nombreux travaux de recherche menés depuis des années en Europe, les auteur(e)s mettent en évidence les grandes tendances à l'oeuvre concernant les inégalités hommes/femmes face à l'emploi. L'irruption de la crise de l'emploi, l'installation d'un chômage massif, durable et structurel n'ont pas interrompu la progression de l'activité féminine.

  • "En réfutant le soupçon d'inactivité qui, de façon récurrente, pèse sur les femmes, les auteures mettent en évidence le poids indiscutable de leur activité laborieuse dans le fonctionnement économique, sa remarquable constance, en dépit des crises et des récessions, par-delà les périodes de guerre et d'après-guerre. Jamais moins du tiers, et désormais près de la moitié de la population active : telle est la part des femmes dans le monde professionnel au XXe siècle en France.
    Un livre original et accessible, qui intéressera, au-delà des spécialistes, toutes celles et ceux qui sont attachés à comprendre comment se construisent les stéréotypes sur la place des femmes dans la société."

  • Dès l'après-Seconde Guerre mondiale, l'accès au travail rémunéré a été au coeur des revendications des mouvements féministes occidentaux. En parallèle, cette question de l'activité laborieuse a constitué un champ privilégié pour les travaux de recherche pionniers sur les femmes. En ce début de XXIe siècle, marqué par une « crise » économique de long terme, une augmentation de la précarisation et un chômage endémique liés aux politiques néolibérales, l'analyse de la place des femmes et des hommes sur le marché du travail reste un passage obligé pour comprendre, beaucoup plus largement, les formes nouvelles de la domination masculine.
    Rassemblant une trentaine d'auteur·e·s issu·e·s de différentes disciplines et pays, Je travaille, donc je suis propose d'éclairer, dans une perspective internationale et à travers des objets d'étude novateurs, les débats contemporains articulant genre et travail. Cet ouvrage s'appuie sur une hypothèse forte : le travail est une fenêtre sur le monde social - sur ses hiérarchies, ses tensions, mais aussi sur ses transformations - et l'analyse de la place des femmes et des hommes sur le marché du travail doit rester au coeur de toute réflexion sur l'émancipation des femmes.

  • Ce livre tente de rendre compte, discipline par discipline, de l'émergence d'analyses sexuées du monde du travail. Il montre comment l'introduction du masculin/féminin renouvelle les approches, les problématiques et les concepts. Il explicite également les difficultés, les blocages et les embûches de l'exercice : le temps de la connaissance n'est pas toujours celui de la reconnaissance.
    Retracer le parcours de la question des différences de sexe dans les sciences sociales du travail : tel est l'objet de cet ouvrage collectif pluridisciplinaire et international. Organisé par le groupement de recherche MAGE (Marché du travail et genre), il rassemble vingt et une contributions émanant de sociologues, d'historien(e)s, d'économistes, de statisticien(e)s, de juristes, de politologues, de philosophes et d'anthropologues venus de différents pays.
    />

  • La collection " Sciences sociales et sociétés " est dirigée par Dominique Desjeux, professeur à l'Université de Paris V - Sorbonne. Elle témoigne des recherches actuelles et des rencontres entre disciplines différentes des sciences humaines. Certains ouvrages montrent le lien entre enquêtes, résultats d'enquête, conditions sociales et méthodologiques de l'interprétation, modèles interprétatifs mobilisés et diffusion.

empty