Marc Ferro

  • L'Europe a-t-elle inventé la colonisation ? Pourquoi a-t-elle dominé une grande part du monde aux XIXe et XXe siècles ?

    Comment cela a-t-il été possible après les Lumières et la Déclaration des droits de l'homme ? Qu'est-ce que l'impérialisme ?

    Les peuples colonisés se sont-ils laissés faire ?

    Quel est le lien entre colonisation et esclavage ? Quelle a été l'ampleur du travail forcé ? Qui a protesté ? Et qu'est-ce qui a déclenché le mouvement de libération des peuples colonisé ? Qu'en reste-t-il aujourd'hui ?

    Marc Ferro répond à toutes ces questions, et à bien d'autres, pour expliquer le phénomène colonial dans toute sa complexité et toutes ses dimensions.

  • Jamais autant qu'aujourd'hui l'« entrée dans la vie » n'est apparue comme une source d'anxiété et de colère pour des millions de jeunes gens. L'entrée dans la vie ? C'est le premier travail payé, le premier amour, la première participation à l'activité de la cité.
    De Chaplin à Kennedy - en passant par Saint-Just, Trotski, Marie Curie, Freud ou Gandhi -, des révolutionnaires de 1789 à ceux de 1917 en Russie, des communards aux Black Blocs, tous ont connu ce moment où la vie bascule et prend un tournant décisif.
    En piochant dans ses souvenirs personnels et grâce à de nombreux exemples d'hommes et de femmes, célèbres ou anonymes, Marc Ferro nous montre comment la famille, la religion, l'économie ou le simple surgissement d'événements inattendus font éclore des destins individuels, mais dessinent aussi, à travers la révolte, l'émancipation ou l'invention, les mouvements collectifs qui font l'Histoire.

  • Pour la première fois, un historien présente et analyse l'ensemble des phénomènes de la colonisation depuis leur origine jusqu'à leur fin - leur survivance aussi bien.
    Dans cet ouvrage, marc ferro traite, bien entendu, de toutes les pratiques coloniales des européens, russes y compris, mais également de la colonisation arabe et turque, japonaise, pour établir leurs points communs, leurs différences. naturellement, le point de vue des ex-colonisés est présenté, et pas seulement la vision européo-centrique de l'histoire, ou celle des vainqueurs - avec les silences des uns et des autres.
    Mettant l'accent sur le nouveau type de sociétés et d'économies nées de cette expansion puis de ce repli, il montre enfin comment les mouvements d'indépendance ont eu leurs effets téléscopés par la mondialisation de l'économie, et plus récemment par un phénomène qu'il appelle l'impérialisme multinational.

  • Le lecteur tient entre ses mains un des ouvrages qui a le plus marqué le renouvellement de l'histoire de la révolution russe.
    En effet, d'entrée les analyses de Marc Ferro tranchèrent en 1980. Il ne s'agissait plus d'une histoire vue du point de vue démiurgique des grandes figures (le tsar, Kornilov, Kerenski, Lénine ou Trotski) ; mais, fondée sur des textes inédits, oubliés, ensevelis, l'analyse des mécanismes qui firent passer la société soviétique de la revendication démocratique à la bureaucratie autoritaire.
    Ayant découvert (certains cartons n'avaient pas été ouverts) les milliers de messages et télégrammes que toutes les Russies ont avaient envoyés au Soviet de Petrograd sitôt l'annonce de la chute du tsarisme, Ferro révélait les aspirations des paysans, soldats, ouvriers, ligues de femmes, allogènes. Il écrivait la première histoire à partir d'en-bas .
    Il observait d'abord que les organes de pouvoir (soviets, comités de quartier ou d'usines notamment) crées spontanément dans l'élan des manifestations des journées populaires de février furent rapidement colonisés par les représentants des grandes organisations ouvrières et des partis politiques qui existaient sous le tsarisme - au premier rang desquels, les bolcheviks.
    De ce fait, la greffe de ces institutions sur le parti bolchevik, avant Octobre et après, fut la manifestation de la double bureaucratisation qui s'était nouée : par en bas et par en haut.
    L'institutionnalisation du parti bolchevik comme seule instance dirigeante de l'État, suite à la mise hors la loi de tous les autres partis, se redoubla du contrôle du sur lesdes soviets de députés et autres comités bientôt dessaisis de leurs pouvoirs, et de l'élimination d'institutions jugées rivales. Le socialisme totalitaire avait triomphé.
    Avant-propos inédit.

  • " longue, douloureuse, meurtrière, la grande guerre vit s'entre-tuer des millions d'hommes qui, la veille encore, juraient " guerre à la guerre ".
    Ils furent les frères d'armes de ceux qu'ils accusaient d'être des militaristes, des chauvins, des bellicistes ; et également des millions d'autres qui firent la guerre par devoir ou encore sans trop savoir pourquoi.
    Passé 1918, devenus anciens combattants, ni les uns ni les autres ne mirent en doute la légitimité de leur sacrifice : ils avaient combattu pour la défense de la patrie et la guerre qu'ils avaient faite était une " juste guerre ".
    Pourtant, durant les hostilités mêmes, un doute naquit chez quelques-uns : la poursuite de la guerre avait-elle un sens ? l'horrible massacre était-il vraiment nécessaire ? les milieux dirigeants l'assuraient : mais étaient-ils sincères ? (...) ce phénomène ne saurait être dissocié des origines de la guerre, du souvenir qu'elle a laissé, et nous voudrions en rendre compte autant que des causes proprement économiques ou politiques.
    "

  • Pourquoi sommes-nous tellement aveugles devant la réalité ?
    La durée de la Grande Guerre, la montée du nazisme, l'extermination des juifs, Mai 68, la chute du communisme, l'attaque du 11 septembre 2001, les crises économiques ou la montée de l'islamisme radical : autant d'épisodes de notre siècle qui ont bouleversé l'ordre du monde et nous ont pris au dépourvu.
    À l'heure où l'on n'a jamais été autant informé, où les experts se bousculent, où les éléments d'analyse se multiplient, disponibles aujourd'hui quasiment en temps réel, l'implacable catalogue des situations que l'on n'a pas anticipées ne cesse de s'allonger.
    Moments critiques où pays entiers, dirigeants politiques ou simples citoyens, n'ont pas su, n'ont pas pu ou n'ont pas voulu après coup voir la réalité des faits.
    Tous ont été en proie à différentes formes d'aveuglement : manque de discernement ou de connaissances, déni, crédulité, poids des illusions ou des doctrines. Aveuglés aussi faute de courage devant les tragédies ou les convulsions en cours.
    Mais peut-on tout prévoir ? Face aux retournements de l'Histoire, est-il possible d'en imaginer l'issue, d'agir ou de les comprendre ?
    Avec rigueur et passion, le grand historien Marc Ferro explore ces questions, décrypte les causes des aveuglements de notre monde et repère la lucidité de quelques visionnaires. Entièrement inédite, son enquête éclaire notre réflexion et aide à plus de clairvoyance.

  • Cinema et histoire

    Marc Ferro

    • Folio
    • 26 October 1993

    Le cinéma, véritable agent de l'histoire, exerce son action grâce à des moyens spécifiques.
    Mais l'historien commence à peine à pressentir que le cinéma, à travers un discours explicite, permet d'atteindre l'implicite et constitue, documentaires ou fictions, un ensemble d'archives inestimables. de la grande illusion à lacombe lucien, du juif süss au troisième homme, de m. le maudit aux sentiers de la gloire, marc ferro fait apparaître les nombreuses interférences entre histoire et cinéma, qui permettent de mieux appréhender les sociétés actuelles et anciennes.

  • Une analyse des étapes et des mécanismes de la colonisation : ses excès, ses méfaits, les discours de légitimation qui l'ont accompagnée. Ce système n'a pas seulement existé en Occident, il a également été pratiqué par le pouvoir arabe, russe ou japonais. Le colonialisme se perpétue actuellement sous de nouvelles formes (néocolonialisme).

  • Archidoc, la nouvelle collection de poche Histoire d'Archipoche.

    Bien que de nombreux ouvrages aient été consacrés à l'histoire de la Seconde Guerre mondiale, certaines questions demeurent, soit qu'elles n'aient jamais été vraiment abordées, soit qu'elles suscitent, aujourd'hui encore, émotion, controverse et besoin de comprendre.
    Plusieurs d'entre elles font ici l'objet d'une mise au point : Pétain-Laval, mythe et réalité du double jeu ; rupture du Pacte germano- soviétique ; les communistes français et leur entrée en Résistance ; les enjeux de Pearl Harbor ; typologie de la Collaboration ;
    Importance de la Résistance ; extermination des Juifs : qui savait et quoi ; fascisme, nazisme et totalitarisme, etc.
    Le but de cet ouvrage est donc de rendre intelligibles à tous les principales interrogations que suscitent encore ces événements.

  • Oui, l'Histoire est une force, comme il existe des forces économiques ou des croyances religieuses : elle exerce une action sur la société.
    Mais de quelle Histoire s'agit-il ?
    Celle, héroïque, des bourgeois de Calais, tragique de la Saint-Barthélemy ou de la Commune de Paris, glorieuse ou honteuse pour tel épisode passé, mais qui recouvre combien de mythes, de querelles, de silences et de mensonges...
    Or il est une autre histoire, plus anonyme. Celle des habitants de ce pays, si semblables et si différents de leurs voisins, au travail comme à table, et si portés à la guerre civile...
    Comment expliquer ces traits, ces différences ?
     

  • Comment expliquer à nos enfants le siècle qui vient de s'achever et l'héritage parfois douloureux qu'il nous a légué ? Comment rendre compte de la complexité des deux guerres mondiales, de la décolonisation, de la diversité des régimes politiques, de l'ambivalence des progrès économiques et sociaux ?

    En répondant à ces questions, Marc Ferro retrace le parcours d'un XXe siècle jalonné de tragédies et d'utopies, tout en nuances et en contradictions. Il évoque les grands événements qui ont marqué le siècle et revient, sur les définitions de génocide et de totalitarisme avec pédagogie et clairvoyance.

    Une présentation alerte et vivente du siècle passé et des clefs pour comprendre le présent.

  • Qui sont les Russes ? Derrière les préjugés et les idées reçues, que savons-nous réellement des habitants de cet immense pays, puissance incontournable qui s'étire de l'Europe à l'Alaska ?
    Dans cet essai, court et dynamique, l'historien et grand spécialiste du monde russe, Marc Ferro, nous fait rencontrer les Russes de 1917 à nos jours. 70 ans de totalitarisme ont profondément façonné et pétri, souvent dans la violence, un peuple devenu « homo sovieticus ». Or, la mémoire et les cicatrices de ce passé récent apportent les clés de compréhension de cette nation, poids lourd de la scène internationale.
    Comment les Russes vivent avec leur passé ? Quelles sont leurs espérances ? Ont-ils surmonté leur désillusion et leur désarroi après l'effondrement non seulement d'un empire mais aussi d'un système ? Comment se positionnent-ils face aux non-Russes ? Sont-ils xénophobes ? Comment ont-ils survécu et se sont adaptés à un système perpétuellement au bord de la faillite ? Quelles sont les ressources qu'ils ont réussi à mobiliser ? Pourquoi ne se dévoilent-ils jamais tout à fait ? Faut-il les craindre ?
    Pour répondre à ces questions et à beaucoup d'autres, Marc Ferro, réunissant son talent de conteur et son immense savoir, puise dans des anecdotes, vécues personnellement ou récoltées lors de ses nombreux séjours en URSS, puis en Russie, et dans ses travaux universitaires pour dresser un portrait inédit, nuancé et révélateur.
    Avec l'érudition, l'humanité et la pédagogie qui caractérisent ses ouvrages et non sans humour, Marc Ferro explore toutes les facettes de la Russie et de ses habitants.

  • Dernier tsar de Russie, Nicolas II éclate en sanglots à l'annonce de son accession au trône. Lui qui rêvait de voyager, de voir le monde, va devoir gouverner, décider, agir. Dominé par sa femme Alexandra Fedorovna, tombé sous la coupe de Raspoutine, celui qu'on a surnommé Nicolas le Sanglant n'est pas un sanguinaire. Il regrette volontiers les effets cruels des mesures qu'il prend et juge simplement qu'il fait son devoir. Mais l'histoire ne cesse de le bousculer : il fait face à deux révolutions, préside une assemblée, la Douma, qu'il a acceptée à contrecoeur, et fait la guerre alors qu'il se voulait l'apôtre de la paix. Après son abdication, il est séquestré à Tsarskoï Selo puis transféré à Ekaterinbourg, où il est exécuté ainsi que sa femme, ses filles, le tsarévitch et quelques proches.
    Archives à l'appui, Marc Ferro a mené l'enquête avec brio et apporte un éclairage nouveau sur la vie de Nicolas II, sur sa personnalité énigmatique et sur les circonstances de la disparition des Romanov. Sont-ils vraiment morts et sont-ils tous morts ? À ce carrefour où la légende croise le fait divers, le doute demeure. Mieux, de nouveaux éléments tendent aujourd'hui à montrer que Nicolas II pourrait avoir échappé à la mort et avoir une descendance...

  • En 1961, la guerre froide bat son plein. L'Europe est divisée entre l'Est communiste et l'Ouest. Un mur est dressé au coeur de Berlin pour empêcher les Allemands de l'Est de passer à l'Ouest. Dans la nuit du 9 au 10 novembre 1989, ce mur est abattu par les Allemands qui refusent la partition de leur pays. Dans les mois qui suivent, en URSS comme dans les pays de l'Est, tous les régimes communistes s'effondrent. Comment ce mur a-t-il pu survivre si longtemps? Quelles sont les causes de sa chute et de l'effondrement du communisme? Marc Ferro répond à toutes ces questions dans un ouvrage fondamental pour comprendre l'un des plus grands bouleversements de l'histoire contemporaine.

  • Une plongée passionnante dans les archives visuelles de l'Occupation et de la Libération, commentée par un des plus grands spécialistes de la période : Marc Ferro.

  • a l'hiver 1914, après plusieurs mois de marche, des soldats se sont trouvés immobilisés dans des tranchées improvisées.
    de chaque côté, l'ennemi a pris un visage. a la moindre pause, il boit, il rit. bientôt, d'une ligne à l'autre, on s'envoie chocolat, cigarettes, on partage alcool et bière sans s'occuper de la couleur de l'uniforme, à l'est comme à l'ouest. cette manière d'oublier la guerre, le temps d'un noël ou d'une fête de pâques, c'était aussi une façon de l'humaniser quand les ennemis se retrouvaient frères.
    mais la guerre ne les a pas oubliés, elle a sanctionné les auteurs, censuré les récits, gommé les souvenirs jusqu'à les réduire à des faits divers, symptômes des malheurs du temps. les textes de ce livre, rédigés par les meilleurs spécialistes, font à nouveau entendre les raisons et les échos de ce cri poussé contre des offensives inutiles par des combattants valeureux, qui n'en pouvaient juste plus.

  • L'image que nous avons de nous-mêmes et celle que nous nous faisons des autres peuples de la terre est étroitement associée à l'histoire que l'on nous a racontée lorsque nous étions enfants. Elle nous marque ainsi pour la vie.
    Ce sont les traces de cette histoire que Marc Ferro nous fait connaître, à partir de récits, de fêtes, de manuels scolaires et de films. Parce que les enfants - donc nous-mêmes - ont droit à l'histoire, à la vérité en histoire.

  • Marc Ferro lève ici le voile sur un des plus grands mystères du XXe siècle, véritable tabou de l'Histoire. Dans la nuit du 16 au 17 juillet 1918, dans l'Oural, le tsar Nicolas II, sa femme et leurs enfants, Olga (22 ans), Tatiana (21 ans), Marie (19 ans), Anastasia (17 ans), et Alexis, le tsarévitch (13 ans), sont exécutés par les bolcheviks. Cette version officielle, Marc Ferro n'y a jamais cru. Documents à l'appui, avec la rigueur du grand historien, il remet en cause l'assassinat des Romanov.
    Des juges ou des témoins morts subitement ou exécutés, des documents tronqués, des pièces du dossier d'instruction subtilisées, des tests ADN controversés, le mettent sur la piste d'une hypothèse inavouable et sacrilège : les filles et la tsarine ont été sauvées grâce à un accord secret conclu entre les bolcheviks et les Allemands. Elles se sont tues pour ne pas ébruiter leur sauvetage. Seul le sort du tsarévitch, Alexis, reste inconnu, faute de sources.

  • C'est un livre conçu comme un huis clos. Sur le plus grand théâtre jamais vu - la planète en guerre de 1939 à 1945 -, sept personnages clefs analysent les événements, manoeuvrent, bluffent, décident de la vie et de la mort de millions d'hommes. Marc Ferro raconte, " voit " et explique les stratégies et les choix de Staline, Hitler, Churchill, Mussolini, de Gaulle, Roosevelt et Hiro-Hito. Au fond, ce livre est l'application de la méthode qui a fait le succès d'" Histoire parallèle " à la télévision : le regard croisé intelligent.

  • Pétain

    Marc Ferro

    • Pluriel
    • 15 June 2012

    Jusqu'en 1940, le maréchal Pétain est unanimement célébré comme le vainqueur de Verdun. Cinq ans plus tard, il est reconnu coupable de haute trahison et échappe de justesse à la peine de mort. Passant brutalement de la vénération à la haine, les rapports qu'il a entretenus et que sa mémoire entretient encore avec les Français sont ce que Marc Ferro nomme une « relation incommunicable », qu'il entreprend d'éclaircir dans cet ouvrage devenu classique. Contrairement à une biographie ordinaire, l'auteur a pris le parti de commencer son étude en 1940, pour ensuite tenter d'expliquer systématiquement, dans une vivante chronique, les faits et gestes de Pétain par des retours incessants sur son passé, sans chercher pour autant à instruire un procès, à charge ou à décharge. Cet ouvrage, qui s'appuie sur de nombreux documents inédits et surprenants, exprime la volonté de son auteur, ancien résistant et élève de Fernand Braudel, de comprendre le rôle de Pétain à Vichy.


  • alexandrie, 26 juillet 1956.
    devant la foule égyptienne survoltée, nasser annonce la nationalisation de la compagnie de suez. avec les revenus de cette dernière, il financera le barrage d'assouan. la crise de suez commence. les réactions seront immédiates. français et anglais présentent nasser comme le nouvel hitler. peu après, ils interviennent militairement contre l'egypte, de concert avec les israéliens. marc ferro
    montre ici comment à l'ère des impérialismes européens succède celle de la décolonisation triomphante.
    après suez, ni la france, ni l'angleterre n'auront plus jamais de positions dominantes dans le monde. parallèlement, l'urss montrera sa capacité à étendre l'aire de son intervention jusqu'à l'afrique ; les etats-unis, quant à eux, sauront s'entendre avec l'urss derrière le dos de leurs alliés européens, afin d'assurer l'hégémonie américaine dans le monde,
    au nom précisément de la lutte contre l'expansion soviétique.
    enfin, autant que bandoung, suez marquera l'avènement d'un tiers-monde comme partenaire privilégié des deux " grands ".

  • Le siècle de Luther et de Christophe Colomb est celui de la première " mondialisation " de l'histoire. Marc Ferro retrace les étapes de ce bouleversement géographique, économique et culturel dont nous vivons aujourd'hui encore les conséquences. Il éclaire les formidables contradictions qui traversent l'époque : tandis que s'opère l'unification du monde, la chrétienté se divise sous l'effet de la Réforme protestante ; alors que la Renaissance exalte les valeurs de l'humanisme, le commerce des esclaves s'organise et les Indiens d'Amérique sont massacrés ; cependant qu'en France la royauté va finalement sortir renforcée des guerres de religion qui menaçaient l'unité du royaume. C'est l'occasion de parallèles inattendus, par exemple entre la formation des empires portugais et japonais ou entre les schismes qui divisent au même moment la chrétienté et l'Islam. Une synthèse particulièrement originale et vivante de tout ce que chacun devrait savoir pour saisir les origines de notre temps.

empty