Littérature générale

  • Un essai.
    Etude approfondie d'un grand texte classique ou contemporain par un spécialiste de l'oeuvre: approche critique originale des multiples facettes du texte dans une présentation claire et rigoureuse. un dossier. bibliographie, chronologie, variantes, témoignages, extraits de presse. eclaircissements historiques et contextuels, commentaires critiques récents. une iconographie. des illustrations nombreuses et variées proposent une interprétation visuelle originale.
    Un ouvrage efficace, élégant. une nouvelle manière de lire.

  • Cinquante ans après, si déconcertant qu´ait été ce destin, le public et la critique n´en ont pas fini avec Roger Nimier. L´attestent son oeuvre au format de poche et plusieurs essais récents. Aucun livre, pourtant, ne met pleinement sous les yeux cette expérience singulière, vécue entre les années 1940 et 1960. Ce Cahier veut combler ce manque.
    Il ambitionne ainsi de tenir le rôle de passeur auprès du lecteur actuel.
    En 1948, Roger Nimier s´impose à l´âge de vingt-trois ans avec son premier roman, Les Épées. S´attaquant sans tarder à l´ordre intellectuel et moral instauré après la Libération, il se livre à des provocations qui lui valent bientôt des ennemis et une réputation de factieux. Mauriac, Julien Green et Marcel Aymé n´en désignent pas moins Le Hussard bleu en 1950 pour le Goncourt, avant que la revue de Jean-Paul Sartre fasse de ce roman l´emblème d´un groupe littéraire. Cinq autres titres ont déjà paru quand le hussard annonce en 1953 qu´il abandonne le roman pour longtemps. Rupture de ce silence, D´Artagnan amoureux présage à l´automne 1962 un retour, quand survient l´accident mortel.
    Lancée à la face d´une époque jugée décevante, l´exigence de style qui caractérise Roger Nimier s´est exercée dès le début à la fois dans le roman, la chronique et la critique. Mais elle a aussi conduit l´écrivain à jouer un personnage. Ce Cahier en esquisse donc la mise en scène, avant de s´attacher successivement aux trois volets de l´oeuvre.
    Entretien, journal poème, correspondances et autres formes, un matériau varié tente de rendre cette multiplicité à travers le temps.
    Tout au long de ce volume, afin de restituer l´écrivain dans sa diversité, documents originaux et témoignages entrent dans une polyphonie de points de vue. Celle-ci s´oppose délibérément à une vision dont la cohérence serait dictée par la volonté de prouver, ou inspirée par le seul souci d´admirer.
    Si l´oeuvre compte une quinzaine de volumes, ce Cahier étend la connaissance de l´auteur en rendant accessibles d´importants écrits encore dispersés, ou totalement inédits.
    Pour l´interprétation, il apporte les analyses actuelles de critiques et d´écrivains, sans exclure la reprise d´articles significatifs ou fondateurs.
    Ainsi se développe une réponse à la question que posent une oeuvre et une figure qui résistent incontestablement au temps. Ainsi surtout peut naître, on l´espère, la tentation de relire Roger Nimier, ou de le découvrir enfin.

    Sur commande
  • Découvrez Romanciers minimalistes, 1979-2003 - Colloque de Cerisy, le livre de Marc Dambre. Dans les deux dernières décennies du XXe siècle, minimalisme désigne une partie de la création littéraire et, pour le roman, une production généralement liée aux Éditions de Minuit. La notion, qui dérive des champs de l'architecture et des arts plastiques, est ici resituée dans la perspective de l'histoire littéraire. Les années 1980 sont traversées par une tension esthétique féconde entre réévaluation du romanesque et permanence d'une distanciation critique, héritage du Nouveau Roman et sortie de l'ère du soupçon. Issus d'un colloque international organisé à Cerisy, les articles de cet ouvrage mettent en relief l'invention d'un art subtil du roman : marqué par le souci du moindre effet, il est doté d'une capacité de résonance extrême. Ces analyses interrogent aussi les pièges et les impasses de la notion, liés à l'hétérogénéité des pratiques qu'elle désigne autant qu'à sa définition problématique. En contre champ : un texte de Philippe Claudel et un entretien avec Patrick Deville.

  • La France est souvent représentée comme « le pays de la littérature ». C'est pourquoi, si le volume retient du cliché « l'exception française » la notion culturelle, il privilégie l'exception dans les formes littéraires.
    La perspective générale du volume fait apparaître les deux dominantes. Une première partie, « Histoire, imaginaire », développe la relation entre histoire et société, exception nationale et culture. La seconde, « Littérature », s'attache aux oeuvres modernes et contemporaines qui, jouant de la référence, nationale ou non, résistent à la règle et parfois la refondent.
    Aux points de vue de vingt chercheurs littéraires, de part et d'autre de l'Atlantique, répondent ceux de l'historien (Henry Rousso), de l'essayiste (Pascal Bruckner), du critique (Pierre Assouline) et du romancier (Philippe Vilain).

    Sur commande
  • Le volume offre un état des lieux du roman depuis 1980, lacunaire, complexe et diversifié. Il s'articule autour de problématiques consubstantielles à l'acte d'écrire aujourd'hui, comme la question des genres, la redéfinition de la fiction, les filiations, les représentations du sujet, les nouvelles socialités. Une double préoccupation animait à l'origine la tentative : ouvrir des voies et découper des territoires ; voir comment les analyses peuvent rendre compte des questions d'ordre ontologique et théorique qui agitent notre époque - le souci de soi, la posture de l'écrivain, l'expérience de l'altérité, - le problème de la quête identitaire étant au centre des débats. Autant d'enjeux qui ont trouvé leur écho, tantôt par le biais de l'attention monographique, tantôt par celui de la réflexion de portée plus générale.

    Sur commande
  • Le roman français connaît depuis trente ans un essor considérable démentant les rumeurs de disparition ou de déclin. Ce "retour" du roman tient compte des leçons de " l'ère du soupçon ", mais aborde de nouveau la subjectivité, l'histoire et la condition humaine. Il manifeste ainsi un savoir de la vie que possède en propre la littérature ; mais les formes que prend ce savoir nous renvoient à la possible réapparition de la tradition. Ce " retour au récit " ferait-il donc retrouver les normes traditionnelles ? Ou établit-il des normes nouvelles ? Assistons-nous, en trois décennies, à l'émergence d'un "canon" ? Comment ce roman réagit-il à une omniprésence du visuel et du virtuel ? C'est à cet ensemble d'interrogations que ce volume essaie de répondre par le croisement de regards européens.

  • l'oeuvre de henri thomas (1912-1993), à peu près ignorée par l'université, a toujours été admirée par des écrivains, dont gide, celan, jaccottet et bergounioux ; en témoigne, ici même, le texte d'ouverture signé jean-christophe bailly.
    plus qu'un thème, le secret est bien plutôt la marque qui hante le récit, dans tous ses éléments : l'intrigue, les personnages, le narrateur, la composition, la phrase ; parfois le mot même fait événement par son caractère incongru, invitant le lecteur à chercher une motivation cachée, toujours partielle, relançant le mouvement infini de la lecture. henri thomas nous invite ainsi à penser ce que peut être un récit, un peu à la manière de blanchot, mais selon des voies toutes différentes.
    dix-huit études travaillent à dévoiler un secret en constant déplacement qui impose de réfléchir sur l'acte de lire, c'est-à-dire sur la relation entre l'évidence de la signification et le secret, sur le rapport entre le lisible et l'illisible, la représentation et le symbolique. l'une des ambitions de ce volume a été d'aborder tous les genres pratiqués par henri thomas : poésie, roman, nouvelle, carnet.
    la première partie met en lumière les multiples aspects stylistiques et thématiques de cette oeuvre selon les approches les plus diverses possible, sans présupposé théorique ou idéologique. la seconde, plus historique, situe henri thomas au regard de ses contemporains (herbart, perros, dhôtel entre autres) et des revues (mesures, confluences, 84, le mercure de france, cahiers des saisons, obsidiane, n.r.f, les cahiers du chemin) dont il fut l'un des acteurs essentiels.
    cet ensemble d'études, françaises et étrangères, incitera, nous l'espérons, à lire ou à relire une oeuvre importante de la seconde moitié du vingtième siècle qui s'est enrichie d'une dizaine de posthumes et qui a été l'objet d'un récent commentaire de jacques derrida.

    Sur commande
empty