Manuel Castells

  • Après avoir vécu toute sa jeunesse sous le régime franquiste et y avoir résisté en diffusant tant bien que mal des tracts ronéotypés, Manuel Castells peut déclarer avec raison que "le pouvoir repose sur le contrôle de la communication, et le contrepouvoir sur sa capacité à déjouer ce contrôle". Devenu depuis lors un spécialiste mondial des sociétés en réseaux et de la communication, il nous offre ici un ouvrage de synthèse qui prolonge et actualise sa fameuse trilogie, L'ère de l'information (Fayard, 2000-2004).
    A partir d'une série d'analyses empiriques-la campagne électorale de Barack Obama, les stratégies de certaines entreprises de communication internationales, il élabore des réflexions théoriques qui intéresseront aussi bien la communauté des chercheurs en sciences sociales que la société civile.

  • Tandis que le monde se globalise, les revendications identitaires se multiplient. Pourquoi ? Avec quelles conséquences sociales ? Tel est le thème central de ce livre, qui fait suite à La société en réseaux.

    Cette tension entre le mouvement d'intégration économique et la tendance à l'atomisation sociale est à l'origine de la crise de légitimité que traversent aujourd'hui les institutions traditionnelles. Manuel Castells s'attache ainsi à comprendre la déroute du modèle patriarcal de la famille et ses conséquences, qu'il juge très profondes, ainsi que la crise de l'Etat-nation, qu'il explique par la multiplication des sources d'autorité et de pouvoir : coincé encre la logique des réseaux mondiaux et celle des identités particulières (religieuses, sexuelles, nationales, techniques ou culturelles), ce dernier conserve certes un rôle important, mais n'est plus qu'un lieu de pouvoir parmi d'autres.

    L'analyse débouche sur une interprétation générale de la crise de la démocratie centrée sur le rôle des médias, ultime étape avant l'exploration du champ des possibles offerts par ce que Castells appelle la " démocratie informationnelle ". Il estime que les acteurs sociaux de l'ère de l'information seront des mouvements (féministes, écologistes, religieux...) capables de produire des codes culturels nouveaux et d'agir en contre-pouvoirs.

    Clarté, solidité du propos, finesse de l'analyse, richesse et variété des exemples choisis : les qualités de ce deuxième tome sont celles-là mêmes qui ont fait le succès du premier, pour le plus grand plaisir du lecteur.

    Sur commande
  • Le troisième et dernier volume de la trilogie est consacré à la compréhension du monde politique et social qui se met en place, en cette fin de millénaire, du fait de l'avènement de la société en réseaux et de l'affirmation des identités.

    Manuel castells revient d'abord sur l'effondrement de l'urss, qu'il analyse comme l'effet de l'incapacité du système bureaucratique à passer à l'âge de l'information. il montre ensuite comment le capitalisme à l'ère des réseaux accroît les inégalités et l'exclusion à l'échelle de la planète : en témoignent tout autant l'état de l'afrique que la pauvreté urbaine et l'exploitation des enfants. il s'attache dans le même mouvement à expliquer pourquoi la globalisation en cours est aussi celle des mafias, qui n'ont pas leur pareil pour mettre à profit l'ouverture des frontières et les nouvelles technologies. revenant alors sur le boom qu'ont connu les économies asiatiques pendant deux décennies, il explique la crise financière qu'elles traversent depuis quelque temps comme le signe qu'à l'ère de l'information on ne peut plus piloter le développement économique par le haut.

    Dans ce contexte, l'unification européenne, première expérience de passage de l'etat-nation à l'etat en réseau, doit être regardée comme une entreprise de portée historique.

    En guise de conclusion générale de la trilogie, manuel cascells dégage les principes d'une théorie de la société à l'ère de l'information.

    Sur commande
  • Sous l'effet d'une révolution technologique considérable - l'invention du microprocesseur et la diffusion de la micro-informatique -, le monde a profondément changé : l'économie, bien sûr, mais aussi les conditions de travail, le rapport au temps, à l'histoire, à soi et à l'autre. Et c'est une société entièrement nouvelle qui se met en place sous nos yeux : la société en réseaux.
    A la verticalité des hiérarchies succède l'horizontalité de la communication ; à l'autorité des pouvoirs en place, la légitimité de l'initiative et de la réussite ; à l'uniformité industrielle, la diversification des relations de travail ; à un univers d'Etats, le flux des marchandises et les signes d'un capitalisme triomphant. Est-il possible de donner un sens à ce qui nous apparaît aujourd'hui comme un épouvantable chaos oe Cette édition revue et augmentée contient, outre l'actualisation de toutes les données chiffrées, de nouveaux développements sur les phénomènes qui sont apparus ou se sont amplifiés ces dernières années : la constitution d'Internet, la généralisation de son utilisation et ses conséquences ; les progrès de la génétique et le problème moral posé par le clonage humain ; la globalisation des marchés financiers, des échanges de biens et services et de la production ; la « nouvelle économie » et sa gestion politique.

    La première édition de cet ouvrage, parue en 1998, a été accueillie par l'ensemble de la presse comme un événement.

    « Ce livre sera une des références majeures pour ceux qui cherchent à comprendre où nous allons. » Roger-Pol Droit, Le Monde « S'il ne fallait lire qu'un seul livre par saison, l'ouvrage de Manuel Castells devrait constituer la priorité absolue. » Nancy Dolhem, Le Monde diplomatique Traduit de l'anglais par Philippe Delamare Préface d'Alain Touraine

    Sur commande
  • La galaxie internet

    Manuel Castells

    • Fayard
    • 9 January 2002

    L'Auteur :
    Manuel Castells, né en 1942, est professeur de sociologie et titulaire de la chaire du Centre des études sur l'Europe occidentale à l'université de Californie, Berkeley, où il fut nommé en 1979. Il a publié une vingtaine d'ouvrages, parmi lesquels Luttes urbaines (1975), La Crise économique et la société américaine (1976), La ville, la démocratie, le socialisme (1982), et, chez Fayard, les trois tomes de L'Ere de l'information : La Société en réseaux (1998 et nouv. éd. 2001), Le Pouvoir de l'identité (1999) et Fin de millénaire (1999).

    --- Essai d'analyse et d'interprétation du bouleversement subi par l'économie, la politique et la société du fait de l'introduction d'internet, par une étoile montante de la sociologie, spécialiste mondialement connu de la société en réseaux.

    Sur commande
  • In this wide-ranging and powerful book, Castells analyses the transformation of the global media industry by the revolution in communication technologies. He argues that a new communication system, mass self-communication, has emerged, and power relationships have been profoundly modified by the emergence of this new communication environment.

    Grand format N.C.
    Livre étranger - Contacter votre libraire
    Contact us
    Sur commande
  • We live in the midst of a revolution in communication technologies that affects the way in which people feel, think, and behave. The media have become the space where power strategies are played out. In the current technological context mass communication goes beyond traditional media and includes the Internet and mobile communication.

    In this wide-ranging and powerful book, Manuel Castells analyses the transformation of the global media industry by this revolution in communication technologies. He argues that a new communication system, mass self-communication, has emerged, and power relationships have been profoundly modified by the emergence of this new communication environment. Created in the commons of the Internet this communication can be locally based, but globally connected. It is built through messaging, social networks sites, and blogging, and is now being used by the millions around the world who have access to the Internet.

    Drawing on a wide range of social and psychological theories, Castells presents original research on political processes and social movements. He applies this analysis to numerous recent events--the misinformation of the American public on the Iraq War, the global environmental movement to prevent climate change, the control of information in China and Russia, Barak Obama's internet-based presidential campaigns, and (in this new edition) responses to recent political and economic crises such as the Arab Spring and the Occupy movement. On the basis of these case studies he proposes a new theory of power in the information age based on the management of communication networks Justly celebrated for his analysis of the network society, Castells here builds on that work, offering a well grounded and immensely challenging picture of communication and power in the 21st century. This is a book for anyone who wants to understand the dynamics and character of the modern world.

    Grand format N.C.
    Livre étranger - Contacter votre libraire
    Contact us
    Sur commande
  • The crisis of global capitalism that has unfolded since 2008 is more than an economic crisis. It is structural and multidimensional. The sequence of events that have taken place in its aftermath show that we are entering a world that is very different from the social and economic conditions that characterized the rise of global, informational capitalism in the preceding three decades. The policies and strategies that intended to manage the crisis-with mixed results depending on the country-may usher in a distinctly different economic and institutional system, as the New Deal, the construction of the European Welfare State, and the Bretton Woods global financial architecture all gave rise to a new form of capitalism in the aftermath of the 1930s Depression, and World War II.

    This volume examines the cultures and institutions at the root of the crisis, as well as the conflicts and debates that lead to a new social landscape, including the rise of alternative economic cultures expressed in the social movements occupying Wall Street. The book presents the results of a shared project of reflection by an interdisciplinary group of researchers from around the world. It contends that there is no quick fix to the current financial and political system. Life beyond the crisis requires a transformation of the mindset that led to bankruptcy and despair, and to economies and societies based on an unsustainable model of speculative finance and political irresponsibility. The book explains why and explores the contours of the world emerging in the aftermath of the crisis.

    Grand format N.C.
    Livre étranger - Contacter votre libraire
    Contact us
    Sur commande
empty